fbpx

Get your 6-month No-Cost Opt-Out offer for Unlimited Software Automation?

Les tests exploratoires sont un type spécifique de tests de logiciels qui présentent de nombreux avantages pour une application, lui permettant d’atteindre son plein potentiel.

La manière dont une équipe intègre les tests exploratoires dans ses contrôles de routine peut même déterminer le bon fonctionnement du logiciel, en particulier parce qu’elle aborde les procédures de test d’une manière nouvelle et inattendue. Cela permet aux testeurs de découvrir des problèmes au sein de l’application qui pourraient autrement passer inaperçus jusqu’au lancement et entraîner le non fonctionnement de fonctionnalités clés.

Comprendre les processus, les types et les approches des tests exploratoires peut vous aider à orienter l’organisation et ses équipes de test sur la manière de les intégrer dans leurs vérifications habituelles.

Il existe également un certain nombre d’outils gratuits que l’équipe peut utiliser pour faciliter ces inspections et détecter les problèmes avant qu’ils ne deviennent des obstacles au développement.

Dans ce guide, nous présentons les avantages des tests exploratoires ainsi que les éléments clés qu’une équipe doit prendre en compte avant de les mettre en œuvre.

 

Table des matières

Qu’est-ce qu’un test exploratoire ?

 

Les tests exploratoires combinent les étapes de conception et d’exécution des tests, garantissant une liberté opérationnelle totale au testeur et lui permettant de rationaliser continuellement son travail.

En vérifiant le logiciel, ces équipes découvriront probablement de nouveaux composants nécessitant des inspections approfondies et pourront facilement proposer de nouveaux tests qui profiteraient à l’application.

Les tests exploratoires sont similaires aux tests ad hoc mais suivent une documentation beaucoup plus rigoureuse et intègrent également un processus d’apprentissage plus actif.

Cette approche moins structurée aide les testeurs à déterminer comment une application est susceptible de réagir à des scénarios et à des cas de test réalistes et constitue un complément essentiel aux tests scénarisés.

La qualité des tests exploratoires d’une équipe dépend souvent des compétences des testeurs individuels, car les vérifications exigent de la créativité et une compréhension approfondie du logiciel. Il s’agit d’un processus de découverte continue, dans lequel les testeurs utilisent un raisonnement déductif pour guider leur technique globale.

Les tests exploratoires sont particulièrement utiles car ils reflètent la manière dont les utilisateurs pourraient utiliser le logiciel. La plupart des utilisateurs découvrent des bogues et des problèmes par accident. Ces processus non programmés peuvent donc aider les testeurs à trouver des problèmes que des contrôles prédéterminés n’auraient pas permis de déceler.

Il est également possible pour une équipe d’automatiser cette procédure afin d’assurer un plus grand niveau d’efficacité.

 

1. Quand faut-il faire des tests exploratoires ?

 

Les tests exploratoires sont généralement utiles dans presque tous les processus de test de logiciels, mais ils sont particulièrement efficaces pour fournir un retour d’information rapide sur une application.

L’équipe peut également incorporer ces contrôles si elle n’a plus de tests scriptés. En l’absence d’une orientation claire pour leurs inspections de logiciels, les tests exploratoires peuvent aider à découvrir des problèmes qui sortent du cadre des vérifications standard.

La mise en place de diverses procédures de test permet aux testeurs de comprendre le logiciel à un niveau beaucoup plus approfondi à n’importe quel stade, mais la mise en place de ces procédures à un stade précoce peut offrir plus d’avantages.

Il est possible pour les équipes de refaire des tests exploratoires plus tard, si nécessaire, pour une plus grande tranquillité d’esprit.

 

2. Quand il n’est pas nécessaire de faire des tests exploratoires

 

Il existe quelques scénarios dans lesquels les tests exploratoires n’offrent aucun avantage, bien qu’il puisse être plus utile pour les testeurs d’attendre que le logiciel ait sa fonctionnalité de base.

Les fonctionnalités d’une application se recoupent généralement ou interagissent les unes avec les autres, ce qui signifie que les tests exploratoires portant sur une fonction peuvent être obsolètes lorsque l’équipe de développement ajoute d’autres éléments à ce logiciel.

Il est également possible de mener ces tests parallèlement à des contrôles scénarisés sans problème, à condition que les testeurs puissent assurer un niveau élevé de documentation pour éviter toute confusion.

Les tests exploratoires sont très polyvalents par rapport aux autres types de tests, ce qui rend ces contrôles très applicables.

 

3. Qui est impliqué dans les tests exploratoires ?

 

Les tests exploratoires impliquent à certains égards de nombreux membres du personnel, notamment :

– Les testeurs de logiciels, quel que soit leur niveau de compétence, peuvent effectuer ces tests, mais les membres de l’équipe qui ont une meilleure compréhension du logiciel peuvent concevoir une plus grande variété de contrôles.

L’expérience peut également affecter leur capacité à déterminer les tests les plus utiles.

– Les développeurs de logiciels qui prennent connaissance des résultats de ces tests donneront suite à toutes les suggestions et développeront souvent leur propre solution au problème.

Leur réponse aux tests est ce qui permet à l’application d’atteindre un état adéquat pour une diffusion réussie.

– Les chefs de projet qui supervisent l’ensemble du processus et peuvent même être ceux qui décident des types de tests utilisés par les équipes.

Ils peuvent également être chargés de fournir aux équipes des logiciels permettant de rationaliser, voire d’automatiser les tests.

 

Cycle de vie des tests exploratoires

 

Le processus de test exploratoire met fortement l’accent sur la liberté du testeur, tout en suivant une structure spécifique.

Les trois principales étapes de cette approche sont les suivantes :

 

Étape 1 : Apprendre

 

Les testeurs commencent par acquérir une solide compréhension du logiciel et de ses fonctionnalités, en l’analysant de manière critique pour déterminer comment il s’articule.

Cela permet au testeur de déterminer les entrées habituelles qu’un utilisateur pourrait faire, même s’il connaît déjà l’application et son fonctionnement.

La phase d’apprentissage peut même nécessiter un tutoriel sur la manière d’utiliser le logiciel. Il s’agit de la phase d’exploration, qui permet au testeur de disposer de toutes les informations nécessaires pour concevoir une large gamme de tests utiles.

 

Étape 2 : Conception des tests

 

La conception d’un test exploratoire implique plusieurs règles et paramètres, mais offre néanmoins une plus grande liberté par rapport aux tests scénarisés, dont les spécificités sont déjà connues avant le début du test.

Le testeur peut concevoir des contrôles qui, selon lui, s’adaptent plus précisément à l’application et peuvent potentiellement révéler des données précieuses pour l’équipe de développement, notamment des erreurs notables à corriger.

Les équipes de test utilisent cette étape pour déterminer l’approche à adopter et la manière de répartir le travail entre les différents testeurs en fonction de leurs points forts.

 

Étape 3 : Exécution

 

Après avoir conçu les contrôles à utiliser, les testeurs peuvent maintenant inspecter l’application de la manière qu’ils jugent la plus efficace – ils peuvent le faire immédiatement après avoir conçu le test spécifique.

C’est à ce stade que les testeurs recherchent activement les problèmes et la manière dont les problèmes qu’ils découvrent peuvent être pris en compte dans d’autres caractéristiques et fonctions.

Bien que l’exécution des tests exploratoires comporte une part de travail intuitif, elle suit toujours des processus et des objectifs définis, ce qui permet de réaliser des tests fluides qui peuvent facilement s’adapter aux objectifs spécifiques des tests.

 

Tests exploratoires et tests scriptés

 

Les tests exploratoires sont en fait l’opposé des tests scénarisés, bien que les deux puissent être importants pour s’assurer qu’une application est prête à être diffusée. Ce dernier est généralement plus formel et structuré, et englobe de nombreux tests généraux par rapport aux contrôles exploratoires, qui sont souvent plus spécifiques à la fonctionnalité de l’application.

En outre, les tests exploratoires sont nettement plus adaptables, alors que les tests scénarisés peuvent se heurter à des difficultés en cas de modifications majeures du logiciel. Les tests exploratoires permettent de découvrir des bogues et d’y remédier plus rapidement, ce qui les rend particulièrement utiles dans les cas où un retour d’information rapide est primordial.

 

1. Tests exploratoires actifs

 

Les tests exploratoires actifs impliquent qu’un testeur conçoive un script automatisé pour ses vérifications, qu’un autre testeur exécute. Ces scripts prennent en compte les tests précédents, le cas échéant.

Les deux testeurs échangent généralement leurs rôles tout au long de la procédure d’inspection afin de vérifier la fiabilité de ces scripts et processus.

Les tests actifs ont une couverture plus large sans sacrifier la spécificité de la marque des contrôles exploratoires. Ces scripts permettent également d’améliorer la documentation, ce qui facilite la reproduction des problèmes détectés par les testeurs.

La documentation est un élément essentiel des tests actifs, car elle aide également les parties prenantes à voir les progrès globaux de l’application.

 

2. Tests exploratoires passifs

 

Les tests exploratoires passifs ne nécessitent qu’un seul testeur, mais le travail en binôme permet de rationaliser encore davantage le processus.

Cette approche fait appel à un logiciel spécifique qui enregistre les actions des testeurs – leur fournissant des étapes faciles pour reproduire tout problème qu’ils découvrent. Il s’agit généralement d’une vidéo dans laquelle le testeur explique ses actions étape par étape.

L’enregistrement du processus de test donne également un aperçu des performances de l’application, notamment de la rapidité avec laquelle elle répond aux demandes d’entrée.

Les tests passifs fournissent aux testeurs et à l’équipe de développement une multitude d’informations détaillées sur le fonctionnement du logiciel.

 

Techniques de tests exploratoires

 

Les tests exploratoires se déroulent généralement sous la forme d’une “visite”, au cours de laquelle le testeur explore le logiciel de la manière la plus efficace possible.

L’équipe a le choix entre plusieurs circuits, notamment

 

– Visites guidées

Cette approche donne la priorité aux fonctionnalités les plus importantes de l’application, en reproduisant fidèlement la manière dont un utilisateur moyen utilise le logiciel et en découvrant les problèmes qu’il trouverait naturellement.

 

– Visites historiques

Cette visite permet d’inspecter les fonctionnalités les plus anciennes de l’application afin de s’assurer qu’elles fonctionnent toujours ; cela est particulièrement important si les développeurs ont ajouté de nouvelles fonctionnalités qui entrent en conflit avec l’application.

 

– Tournée de l’argent

Ce test exploratoire vérifie les fonctionnalités critiques de l’application, en particulier celles pour lesquelles les clients paient de l’argent – il s’agit généralement des priorités les plus élevées de l’équipe de test.

 

– Tournée de la délinquance

Les testeurs s’efforcent parfois de casser une application ou d’induire des scénarios négatifs, par exemple en saisissant des informations non valides et en examinant comment l’application réagit à ces informations.

 

– Visite de la ruelle

Ce processus implique des fonctions que peu de clients sont susceptibles d’utiliser ; celles-ci sont tout aussi essentielles pour toute approche de test, d’autant plus qu’elles interagissent avec d’autres fonctions.

 

– Visite intellectuelle

Ce tour pousse l’application plus loin, en testant les fonctions les plus compliquées avec des valeurs plus élevées (parfois maximales) afin de déterminer la vitesse de traitement du logiciel.

 

Approches de tests exploratoires

 

Il existe deux approches principales des tests exploratoires :

 

1. Tests exploratoires par session

 

Il s’agit d’une technique basée sur le temps qui vise à quantifier le processus de test en le divisant en “sessions” avec deux composantes : les missions et les chartes.

La mission est l’objectif et la durée de cette session particulière, ce qui permet à un testeur exploratoire de se concentrer sur un objectif précis.

Une charte définit le champ d’application de chaque session et détaille les objectifs spécifiques que le testeur a l’intention d’atteindre. Cela se traduit par un niveau plus élevé de responsabilité (et de documentation) en divisant ces contrôles en éléments plus faciles à gérer.

Les tests basés sur des sessions améliorent également la productivité et fournissent au testeur des mesures claires et des informations de dépannage.

 

2. Tests exploratoires par paires

 

Les tests en binôme sont similaires aux tests exploratoires actifs, car ils impliquent principalement de travailler en binôme – généralement sur le même appareil – pour vérifier l’application en continu et simultanément. Dans ce cas, un testeur propose une série de cas de test et prend note des progrès accomplis pendant que l’autre teste le logiciel.

La communication est essentielle tout au long des tests en binôme, car elle permet de s’assurer que les deux testeurs sont conscients des vérifications et de leur objectif.

Si vous attribuez vous-même ces paires, veillez à tenir compte des forces et des faiblesses de chaque testeur, car cela vous permet de mettre en place des processus de test exploratoire plus solides.

 

Quels sont les facteurs qui influencent les tests exploratoires ?

 

Les facteurs susceptibles d’affecter la qualité des tests exploratoires d’une équipe sont les suivants :

 

– L’objectif global et la fonctionnalité de base du logiciel.

– Les objectifs spécifiques des tests pour la phase actuelle d’une application.

– Le rôle et les capacités de chaque testeur de l’équipe.

– Les outils disponibles, tels que les logiciels gratuits pour automatiser les tests.

– Le soutien que les testeurs reçoivent de leurs pairs ou de la direction.

– Les demandes du client et les grandes tendances actuelles du marché.

– La facilité d’utilisation de l’application, comme la fluidité de l’interface.

– Le temps dont disposent les testeurs pour achever la phase de test.

– Les données d’entrée et autres données assorties que les testeurs ont l’intention d’utiliser.

– Les fonctionnalités que les développeurs ajoutent au logiciel au fil du temps.

 

Types de tests exploratoires

 

Les trois principaux types de tests exploratoires qu’une équipe peut intégrer sont les suivants :

 

1. Tests exploratoires libres

 

Les tests libres englobent l’approche ad hoc de la vérification d’une application. Cette méthode comporte peu de règles à prendre en compte et son efficacité peut donc varier ; certains logiciels et composants justifient une méthodologie plus solide.

Ces contrôles pourraient néanmoins présenter de nombreux avantages en aidant les testeurs à se familiariser avec cette application et en validant le travail d’un testeur précédent.

Même en l’absence de règles strictes, les testeurs expérimentés et compétents peuvent facilement utiliser ce formatage à leur avantage. Ils peuvent parcourir tous les aspects du logiciel avec facilité – dans certaines situations, les règles de test sont restrictives et peuvent par inadvertance limiter les résultats de l’équipe.

 

2. Tests exploratoires basés sur des scénarios

 

Les tests basés sur des scénarios utilisent des situations réalistes comme base de chaque test, par exemple en vérifiant les entrées que les utilisateurs sont susceptibles de faire pendant le fonctionnement typique du logiciel.

Les testeurs travaillent dur pour s’assurer que chaque scénario qu’ils conçoivent correspond à la façon dont l’utilisateur utilise l’application.

Le temps pourrait être une contrainte car l’objectif de l’équipe est de tester autant de scénarios que possible ; en fonction des échéances à venir, il est probable qu’il ne sera pas possible de couvrir toutes les possibilités.

Les testeurs doivent utiliser un large éventail de tests dans différentes catégories.

 

3. Essais exploratoires fondés sur une stratégie

 

Les tests basés sur la stratégie font appel à un large éventail de méthodes spécifiques, notamment le test de la valeur limite, les techniques d’équivalence, les techniques basées sur le risque, et bien d’autres encore. Les testeurs qui connaissent déjà l’application sont généralement prioritaires, car ils peuvent élaborer des stratégies sur mesure qui intègrent ces différentes méthodes.

Une approche basée sur la stratégie se concentre principalement sur la fonctionnalité (et le fonctionnement interne) du logiciel sans examiner les scénarios possibles qui pourraient amener un utilisateur à rencontrer les problèmes qui apparaissent. Cela pourrait permettre une analyse plus large d’une application et de ses différentes caractéristiques, potentiellement plus approfondie que d’autres approches.

 

Tests exploratoires manuels ou automatisés ?

 

Les équipes de test peuvent effectuer des vérifications exploratoires soit manuellement, soit de manière automatisée. L’une ou l’autre option peut offrir des avantages considérables ; la bonne option dépend souvent des spécificités du projet.

 

Tests exploratoires manuels

 

Les tests exploratoires manuels permettent d’effectuer un plus grand nombre de vérifications sur mesure. Bien que cela puisse prendre plus de temps en raison de la lenteur des testeurs humains par rapport aux ordinateurs, l’inspection manuelle peut être déterminante pour l’expérience de l’utilisateur.

Un testeur ne se contente pas de veiller à ce que toutes les fonctionnalités d’une application fonctionnent comme elles le devraient, mais il s’assure également que la base d’utilisateurs peut l’utiliser sans difficulté. Il s’agit peut-être de la forme la plus courante de tests exploratoires, ce qui n’en fait pas nécessairement la plus efficace.

 

1. Avantages de la réalisation manuelle de tests exploratoires

 

Les avantages des tests exploratoires manuels sont les suivants

 

Une plus grande attention portée à la facilité d’utilisation

 

Les tests exploratoires automatisés peuvent remarquer des anomalies dans le logiciel, mais ne peuvent pas interpréter ces problèmes de la même manière qu’un testeur humain.

Il s’agit notamment de comprendre comment les utilisateurs du logiciel sont susceptibles de naviguer ou d’interagir avec l’application, ce que l’automatisation ne peut pas prendre en compte.

Les testeurs exploratoires manuels peuvent offrir un plus grand niveau de retour d’information, y compris des détails spécifiques sur la façon dont les problèmes qu’ils trouvent ont un impact sur l’ensemble du logiciel ou sur l’expérience générale.

 

Possibilité d’effectuer des changements en temps réel

 

L’un des principaux atouts des tests exploratoires est qu’il est possible d’identifier la nécessité d’un test et de l’exécuter relativement rapidement avant de mettre aux enchères les améliorations nécessaires.

Les tests automatisés sont généralement beaucoup plus rapides, mais les testeurs doivent attendre que tout soit terminé avant d’apporter des modifications – les testeurs manuels peuvent le faire pendant que le processus de test exploratoire est encore en cours.

Toutefois, cela n’est souvent possible que pour les erreurs affectant des parties mineures du logiciel.

 

Une plus grande attention aux détails

 

Les tests exploratoires consistent principalement à découvrir de nouvelles façons de tester une application tout en la comprenant ; cela peut parfois signifier qu’un test en entraîne un autre en donnant des idées au testeur.

Les tests automatisés peuvent ne pas en tenir compte, car ils sont relativement peu interventionnistes pour l’équipe de test. Les testeurs manuels améliorent en permanence leur connaissance du logiciel et conçoivent de nouveaux tests tout aussi essentiels, mais cela peut s’avérer difficile si un logiciel tiers les automatise.

 

Peut trouver des erreurs en dehors du code

 

Les contrôles exploratoires manuels permettent aux testeurs d’examiner toutes les facettes de l’application et du logiciel, y compris au-delà du code lui-même.

De nombreuses approches automatisées se limitent au code et à son fonctionnement, ce qui peut conduire les équipes de test à ne pas remarquer des problèmes susceptibles d’apparaître dans d’autres parties de l’application.

Cela dépend principalement du logiciel d’automatisation dont vous disposez, car certaines solutions peuvent offrir une approche plus large des tests exploratoires.

 

Assurer la qualité dans l’ensemble du projet

 

Les contrôles exploratoires automatisés ne recherchent que les erreurs et les métriques dans l’application ; les testeurs manuels pourraient au contraire inspecter le logiciel et offrir leur propre retour d’information complet.

Par exemple, ils peuvent tester le code et déterminer s’il est trop complexe – ce qui est d’autant plus important qu’un code mort peut ralentir les performances, mais ne serait pas détecté par les processus automatisés.

Les connaissances d’un testeur sur le logiciel peuvent être utiles pour diagnostiquer des problèmes qui surviennent au cours d’autres phases du test.

 

2. Les défis des tests exploratoires manuels

 

Les défis posés par les tests exploratoires manuels sont les suivants :

 

Possibilité d’erreurs humaines

 

Les tests exploratoires automatisés peuvent exécuter le même contrôle autant de fois que nécessaire sans modifier la progression exacte, ce qui garantit la cohérence et la fiabilité des résultats.

IS YOUR COMPANY IN NEED OF

ENTERPRISE LEVEL

TASK-AGNOSTIC SOFTWARE AUTOMATION?

Les tests exploratoires manuels sont vulnérables aux erreurs humaines, c’est-à-dire que le testeur peut saisir une valeur erronée. Il est généralement possible de revérifier ces tests et de corriger toute anomalie, car elle peut sembler évidente même à première vue.

Cependant, refaire un test après avoir constaté une erreur peut prendre plus de temps.

 

Généralement plus long

 

Même si les testeurs effectuent chaque vérification exploratoire correctement, sans erreur humaine, ce processus global prend beaucoup de temps par rapport à un logiciel automatisé qui peut calculer les tests beaucoup plus rapidement.

Il peut s’agir d’une différence de plusieurs heures au minimum, un temps que les testeurs pourraient consacrer à des parties de l’application qui ne tireraient aucun avantage de l’automatisation.

Les tests exploratoires nécessitent également une supervision constante, alors que l’automatisation permet d’exécuter les tests du jour au lendemain.

 

Longue procédure de documentation

 

Dans le même ordre d’idées, la documentation manuelle pendant et après les tests manuels peut constituer une contrainte inutile pour le processus de tests exploratoires.

Il est donc plus difficile de suivre les changements et les modifications apportées au logiciel au fil du temps – les logiciels automatisés sont généralement capables d’en tenir compte intuitivement lors de l’exécution des tests.

Il s’agit là d’une autre question administrative qui prend du temps et de l’énergie à d’autres sujets, ce qui réduit effectivement la portée et l’ampleur de la procédure globale de test des logiciels.

 

Connaître parfaitement le logiciel

 

Les testeurs manuels, quel que soit leur niveau de compétence, peuvent inspecter l’application et la tester de manière approfondie. Cela s’explique par le travail qu’ils ont effectué pour comprendre le logiciel – la première étape du processus d’exploration.

Toutefois, si un testeur peine ou néglige d’apprendre comment fonctionne cette application, il aura probablement du mal à concevoir et à exécuter une gamme de tests appropriée.

Une bonne connaissance du logiciel permet aux testeurs d’aller au-delà des paramètres de test habituels.

 

Entretien coûteux

 

Le recours aux tests exploratoires manuels nécessite généralement une équipe de test plus importante, ce qui peut entraîner des coûts à long terme plus élevés que les contrôles automatisés. Le logiciel tiers qui effectue ces tests exploratoires peut être d’une grande valeur, voire entièrement gratuit.

En fonction de la complexité des tâches, une entreprise peut avoir besoin de testeurs hautement qualifiés ayant des années d’expérience pour vérifier entièrement l’application. Cela peut augmenter les dépenses de test de manière significative par rapport à l’utilisation d’un logiciel d’automatisation gratuit.

 

3. Quand utiliser les tests exploratoires manuels ?

 

Les tests exploratoires manuels s’accompagnent souvent de plusieurs difficultés, mais restent une composante essentielle des tests de logiciels. En effet, il existe des aspects du logiciel que l’automatisation ne peut pas entièrement prendre en compte et qui nécessitent également une attention particulière.

Par exemple, les logiciels ne peuvent pas fournir de manière fiable un retour d’information sur les interfaces utilisateur ou les tests d’expérience utilisateur. Les testeurs ne peuvent se faire une bonne idée du fonctionnement pratique d’une application que s’ils la testent manuellement. Cela signifie que les développeurs et les équipes de test doivent envisager d’intégrer au moins un certain degré de tests exploratoires manuels dans leurs vérifications.

 

Tests exploratoires automatisés

 

Les tests automatisés utilisent des logiciels tiers pour automatiser certaines vérifications – les testeurs peuvent généralement les adapter à pratiquement n’importe quel test.

Cependant, l’équipe doit généralement effectuer le contrôle manuellement au moins une fois pour calibrer l’automatisation. Cela permet de rationaliser considérablement le processus pour les équipes de test et de développement.

Bien que l’automatisation des tests exploratoires soit peu courante, elle présente plusieurs avantages évidents pour votre application et ses performances.

 

1. Avantages de l’automatisation des tests exploratoires

 

Les principaux avantages de l’automatisation des tests exploratoires sont les suivants :

 

Exécution cohérente des tests

 

L’erreur humaine peut facilement conduire à des erreurs de test dont la correction prend du temps et de l’argent ; les contrôles exploratoires automatisés permettent aux équipes de test de contourner ce problème.

Les testeurs enseignent effectivement aux logiciels d’automatisation comment exécuter correctement un test, en veillant à ce qu’ils le fassent de manière identique à chaque fois. Cela améliore la fiabilité globale des tests et réduit le temps que les développeurs passent à attendre les résultats, d’autant plus que les testeurs peuvent facilement programmer l’exécution de ces tests pendant la nuit.

 

Un gain de temps pour tous

 

Les tests automatisés permettent aux développeurs de commencer à travailler sur les corrections des problèmes beaucoup plus rapidement, tout en permettant aux testeurs de couvrir un plus large éventail de vérifications exploratoires. L’équipe ne peut prendre en compte qu’un nombre limité de scénarios, quelle que soit la date limite, ce qui signifie qu’il est important que les testeurs effectuent autant de contrôles que possible dans le délai imparti.

L’automatisation permet de réaliser ces tests exploratoires beaucoup plus rapidement que les testeurs manuels.

 

Une approche rentable

 

En fonction du logiciel choisi par l’équipe, l’automatisation peut s’avérer beaucoup plus rentable que les tests manuels – elle peut même être gratuite.

Bien qu’il soit toujours essentiel d’engager des testeurs manuels et que certains d’entre eux soient chargés de calibrer les procédures d’automatisation, l’automatisation d’un maximum de tests exploratoires permet à l’entreprise de réduire ses coûts de personnel.

Une fois que l’équipe a compris le logiciel d’automatisation, elle peut l’adapter à un large éventail de tâches.

 

Adaptable à plusieurs appareils

 

Les tests manuels peuvent nécessiter l’intervention d’un personnel ayant de l’expérience sur différents appareils, par exemple une connaissance des différents systèmes d’exploitation des téléphones, y compris Android et iOS, s’il s’agit d’une application mobile.

Les logiciels automatisés peuvent en tenir compte et effectuer des tests sur plusieurs appareils afin de s’assurer que l’application est toujours performante. Les équipes de test qui connaissent ces appareils peuvent trouver le processus fastidieux ; l’automatisation est une fois de plus capable de rationaliser les processus de test exploratoire habituels et de tester chaque itération simultanément.

 

Scripts réutilisables

 

Si l’équipe teste plusieurs versions d’un même logiciel ou même plusieurs produits ayant une architecture ou des caractéristiques similaires, il est possible de réutiliser les scripts d’un cycle de test à l’autre.

Si des ajustements sont nécessaires pour assurer la compatibilité, les testeurs manuels peuvent les effectuer beaucoup plus rapidement que l’écriture d’un tout nouveau script.

L’automatisation optimise pratiquement toutes les étapes du processus de test exploratoire et est facile à mettre en place dans différentes configurations logicielles.

 

2. Les défis de l’automatisation des tests exploratoires

 

Ce processus implique également plusieurs défis, tels que :

 

Ne représente qu’un aspect des tests

 

Il n’est pas pratique ni judicieux d’automatiser chaque vérification lors du test de l’application, car il y a des aspects sur lesquels seul un testeur manuel peut fournir un retour d’information fiable.

Cela inclut l’expérience utilisateur, bien qu’il soit possible d’obtenir des analyses approfondies des performances et des tests de charge par le biais de l’automatisation, en fonction du logiciel que vous choisissez.

L’automatisation des tests exploratoires manque de jugement humain et peut fonctionner au mieux avec un testeur manuel pour certaines vérifications.

 

Attentes irréalistes en matière de capacités

 

Dans le même ordre d’idées, les procédures automatisées de tests exploratoires peuvent apporter des avantages considérables à une application ainsi qu’à l’ensemble du projet.

Cependant, cette approche n’est pas toujours la solution. Les organisations qui s’appuient fortement sur l’automatisation à chaque étape peuvent avoir une vision incomplète du logiciel.

L’automatisation permet d’identifier les problèmes, mais les équipes de test et de développement sont chargées de les résoudre. Il est important de définir une stratégie globale d’automatisation afin que tous les participants au projet comprennent ses capacités et ses limites.

 

Exigences plus élevées en matière de compétences

 

L’automatisation implique généralement de savoir comment exécuter des contrôles complexes, ainsi que de savoir comment les programmer et les automatiser. Cela nécessite souvent des années d’expérience dans l’écriture de scripts, bien qu’un logiciel d’automatisation puisse aider à optimiser ces processus de manière significative.

Il est essentiel que l’entreprise recrute des testeurs aux compétences diverses et solides pour faciliter une automatisation efficace.

Les testeurs expérimentés en automatisation connaissent également les fonctions à privilégier lors de la sélection des options logicielles tierces disponibles, ce qui permet à l’équipe de recevoir un bon produit.

 

Stratégies et communication inadaptées

 

La communication d’une stratégie cohérente est primordiale pour une automatisation réussie ; les développeurs, les testeurs et même les chefs de projet doivent être sur la même longueur d’onde tout au long des tests.

Les équipes doivent travailler ensemble pour identifier la portée et le calendrier de leurs procédures à venir. C’est vrai pour tout processus de test, mais c’est particulièrement essentiel en raison de la complexité accrue de l’automatisation. De meilleures lignes de communication et l’absence de silos d’information permettent à vos équipes de mener leurs tests plus efficacement.

 

Choisir le bon logiciel d’automatisation

 

L’automatisation implique généralement le choix d’une application tierce compatible avec les objectifs de test de l’équipe. Chaque option a des plans tarifaires et des fonctionnalités différents. Il peut s’agir d’une dépense importante à long terme, même si le logiciel exécute avec succès les tests automatisés tout en apportant une valeur substantielle.

Il existe un certain nombre d’options gratuites qui offrent des fonctionnalités impressionnantes, comparables à celles des alternatives premium. Il est essentiel que l’équipe chargée des tests étudie toutes les options disponibles, y compris les logiciels gratuits.

 

Conclusion : Automatisation des tests exploratoires vs. tests exploratoires manuels

 

Peu de projets bénéficient de tests entièrement manuels ou entièrement automatisés, les applications de toutes sortes étant plus performantes avec une combinaison des deux.

Si les tests automatisés peuvent optimiser le processus pour les équipes de développement et d’assurance qualité, certains aspects de la conception nécessitent des tests exploratoires manuels ; c’est le seul moyen d’obtenir un retour d’information de la part de l’utilisateur.

Au fil du temps, de plus en plus d’organisations s’efforcent de mettre en œuvre l’hyperautomatisation, un processus qui vise à maximiser l’automatisation de manière intelligente, en veillant à ce que l’entreprise dispose d’une stratégie efficace – qui pourrait toujours exister parallèlement aux tests manuels.

Les tests automatisés deviennent plus accessibles aux entreprises en raison de la prévalence accrue des logiciels d’automatisation, en particulier avec plusieurs options gratuites disponibles avec de nombreuses fonctionnalités. Il est donc plus facile pour les entreprises d’adopter une approche combinée de tests exploratoires manuels/automatisés.

La popularité croissante de la méthode Agile (une technique de gestion de projet qui met l’accent sur des progrès progressifs mais significatifs) dans le domaine du développement a également joué un rôle, car elle nécessite des cycles de test courts. Une stratégie de test combinée pourrait s’adapter à cette situation et à d’autres stratégies de développement, telles que l’intégration continue, qui nécessite également des tests répétés pour garantir le succès de nombreuses itérations du même logiciel.

 

Ce dont vous avez besoin pour commencer les tests exploratoires

 

Les conditions préalables aux tests exploratoires sont les suivantes :

 

1. Des objectifs d’essai clairs

 

Bien que les tests exploratoires soient synonymes de liberté et parfois confondus avec les tests ad hoc, ils obéissent toujours à des règles spécifiques ou à des objectifs définissables. La seule façon pour une équipe d’assurance qualité de naviguer avec succès dans presque toutes les structures de test est de connaître le résultat attendu de chaque test, d’autant plus que les testeurs conçoivent généralement eux-mêmes ces vérifications.

 

2. Testeurs créatifs et intuitifs

 

Les tests exploratoires se concentrent sur la conception de tests nouveaux et créatifs susceptibles de révéler des problèmes liés à une application. Même les testeurs ayant une expérience limitée peuvent le faire, à condition qu’ils comprennent le logiciel.

Il est important que les testeurs comprennent l’application et son fonctionnement, ce qui leur permet de développer intuitivement une série de contrôles utiles.

 

3. Documentation cohérente

 

Chaque type de test doit faire l’objet d’une documentation solide afin de s’assurer que chaque membre de l’équipe respecte le programme de test prévu et que personne ne répète accidentellement une vérification.

Il s’agit d’un aspect essentiel de la communication au sein d’un seul service et entre plusieurs services, comme les développeurs qui ont besoin de mises à jour régulières des tests pour savoir comment résoudre les problèmes.

 

4. Le point de vue du client

 

Les tests exploratoires couvrent de nombreuses stratégies et scénarios, y compris ceux qui reflètent la manière dont les utilisateurs utiliseront concrètement l’application. Il est essentiel que les équipes de test en tiennent compte lors de leurs vérifications, même si elles n’effectuent pas de tests basés sur des scénarios.

L’adoption de cette méthode permet au testeur d’aborder les tests sous différents angles, ce qui améliore la qualité de ces contrôles.

 

5. Logiciel de test automatisé

 

Comme l’équipe peut probablement automatiser une grande partie des tests qu’elle conçoit, il est important qu’elle puisse se procurer un logiciel de test automatisé de haute qualité avant la phase d’exécution.

Les développeurs et l’équipe de test peuvent utiliser leur compréhension du projet pour déterminer l’application tierce qui répondrait à leurs propres besoins.

 

Processus de test exploratoire

 

Les étapes spécifiques des tests exploratoires sont les suivantes :

 

1. Classer la procédure d’essai

 

La première étape des tests exploratoires consiste, pour les membres de l’équipe concernée, à comprendre comment ils peuvent aborder ces vérifications, par exemple en classant les défauts courants et en procédant à une analyse des causes profondes.

C’est à ce stade que les testeurs développent eux-mêmes leurs idées pour les tests ; en fonction de leur méthodologie exacte, ils peuvent également concevoir une charte de test.

Il définit le champ d’application et les tests pour cette session ou cette journée de travail.

 

2. Commencer les tests

Bien que les paramètres exacts (tels que la durée de chaque test ou d’une session globale) dépendent des préférences de l’équipe et des exigences du projet, toutes les méthodes exploratoires présentent certains points communs.

Après avoir classé les contrôles pertinents, le personnel chargé de l’assurance qualité commence à effectuer les tests et à enregistrer les résultats.

Si les contrôles nécessitent une automatisation, les testeurs peuvent la mettre en place pour qu’elle fonctionne pendant la nuit ou la contrôler eux-mêmes pendant la journée.

 

3. Examiner les résultats

 

L’étape suivante consiste à examiner les résultats, en les comparant aux résultats par défaut et aux résultats attendus. Si ces tests donnent lieu à des écarts importants et inattendus de quelque nature que ce soit, les testeurs peuvent répéter le contrôle ou commencer immédiatement à chercher comment réparer le problème. Les suggestions qu’ils font aux développeurs peuvent contribuer à déterminer la bonne approche à adopter – et leurs rapports de bogues peuvent le préciser en détail.

 

4. Le compte rendu du test

 

Après avoir mis aux enchères les résultats des tests, l’équipe chargée de l’assurance qualité commence à examiner la procédure de test elle-même et l’utilise pour déterminer si son approche des tests exploratoires était appropriée.

Ce rapport de synthèse peut même conclure que les contrôles ont donné lieu à des erreurs opérationnelles nécessitant un nouveau test. L’équipe de test peut également vérifier à nouveau l’application une fois que les développeurs ont résolu ces problèmes afin de déterminer s’ils ont réussi.

 

Meilleures pratiques pour les tests exploratoires

 

Les pratiques les plus efficaces en matière de tests exploratoires sont les suivantes :

 

1. Le jumelage des testeurs

De nombreuses formes de tests exploratoires bénéficient de la collaboration des testeurs, ce qui permet de rationaliser davantage le processus et d’avoir plusieurs points de vue sur les mêmes contrôles.

Les tests en binôme évitent également la possibilité d’une vision étroite et encouragent une conception plus créative des tests.

Le fait que plusieurs personnes travaillent sur les mêmes tests peut conduire à une plus grande précision dans l’ensemble, et la répartition de la charge de travail contribue également à rendre les tests beaucoup plus rapides pour l’ensemble de l’équipe.

 

2. Mélange de tests manuels et automatisés

 

Certaines entreprises ont encore du mal à adopter l’automatisation, tandis que d’autres en font un usage excessif, même lorsque des perspectives manuelles pourraient être plus bénéfiques. Le fait d’équilibrer ces contrôles permet à l’équipe de test de couvrir plus de bases et de garantir la qualité de l’ensemble de l’application, y compris pour des aspects plus subjectifs tels que l’interface du logiciel.

La réalisation conjointe de tests manuels et automatisés est le seul moyen de garantir une couverture complète de chaque caractéristique ou fonction.

 

3. Comprendre le marché

 

Il est important que les testeurs connaissent à la fois leur public cible et leurs concurrents au cours du processus de test ; cela les aide à évaluer la façon dont les gens réagiront probablement aux fonctionnalités actuelles de l’application.

Certaines fonctionnalités sont très demandées, et l’équipe chargée des tests peut tirer profit de l’établissement d’un ordre de priorité lors des contrôles. Bien qu’ils doivent également maintenir une large couverture de test. Cela pourrait déterminer l’orientation des tests ainsi que le succès potentiel du logiciel lors de son lancement.

 

4. Utiliser des appareils réels pour les tests

 

Les équipes de test de logiciels peuvent utiliser des émulateurs pour faciliter leurs vérifications exploratoires ; cela peut être utile mais reflète rarement un environnement d’utilisateur pratique.

Les appareils réels contribuent à améliorer la fiabilité des tests exploratoires en générant une expérience plus réaliste – les émulateurs sont imparfaits et peuvent présenter des erreurs qui ne sont pas présentes chez les clients.

L’émulation est un moyen rapide de tester plusieurs plateformes, mais elle ne remplace pas les appareils réels.

 

Types de résultats d’un test exploratoire

 

Les testeurs peuvent recevoir différents résultats après avoir effectué un contrôle, notamment

 

1. Résultats des tests

 

Les résultats eux-mêmes prennent de nombreuses formes, car les tests exploratoires peuvent englober des centaines de tests uniques. Ces résultats constituent la majeure partie des résultats d’une routine de test et fournissent des informations vitales sur l’état de l’application et sa capacité à satisfaire les besoins de l’utilisateur.

Les testeurs pourraient revérifier le système et valider les informations après avoir reçu ces résultats afin de déterminer leur prochaine action.

 

2. Journaux d’essai

 

Les journaux d’une application révèlent souvent des erreurs et des problèmes au cours du processus de test ; ils fournissent les indices les plus solides pour expliquer pourquoi le logiciel a échoué à un test. Les testeurs seniors sont particulièrement aptes à interpréter les journaux d’une application, ce qui leur permet d’identifier la cause de problèmes complexes.

Plus les testeurs tirent d’informations de ces journaux, plus ils sont en mesure d’aider les développeurs.

 

3. Rapports d’essais

 

En fonction de la procédure d’automatisation de l’équipe, leurs résultats peuvent automatiquement générer un rapport de bogue. Il indique toutes les erreurs présentes dans une application, y compris éventuellement leurs causes et toute autre donnée pertinente pour les développeurs.

Les testeurs peuvent s’en servir pour donner leur propre avis sur la question de savoir si le logiciel est prêt à être lancé, ce qui est communément appelé une décision de type “go/no-go”.

 

Exemples de tests exploratoires

 

Voici trois exemples de la manière dont une entreprise peut utiliser les tests exploratoires :

 

1. Une application de jeu mobile

 

Si une société de jeux souhaite publier une mise à jour majeure pour une application mobile, les testeurs exploratoires peuvent vérifier les anciennes et les nouvelles fonctionnalités afin de déterminer si l’application est toujours stable. Cela peut accroître la complexité du logiciel au point qu’il ne fonctionne pas sur certains appareils.

Les testeurs s’efforcent de minimiser les effets de ce phénomène tout en garantissant la convivialité sur le plus grand nombre de plates-formes possible.

Les testeurs exploratoires vérifient minutieusement le jeu et ses nombreux scénarios complexes pour s’assurer que chaque fonction fonctionne comme prévu ; ce processus nécessite généralement un testeur manuel.

 

2. Site web d’un prestataire de services

 

Les sites web font également l’objet de tests exploratoires pour s’assurer qu’ils fonctionnent à la fois pour les utilisateurs et le personnel, de sorte que les testeurs peuvent commencer par se connecter au site web. Cela permet de tester la capacité du site à créer de nouveaux profils d’utilisateurs et de vérifier que les utilisateurs ne peuvent pas accéder aux fonctions administratives.

Les testeurs passent ensuite à la vérification du service, qui peut prendre la forme d’une prise de rendez-vous ou d’une commande. Ils effectuent ensuite l’achat pour s’assurer que la caisse fonctionne correctement, puis consultent l’e-mail de confirmation de la commande et l’historique du compte.

 

3. Le système de gestion d’un hôpital

 

Les applications et les systèmes de toutes sortes peuvent bénéficier de tests exploratoires. Pour les systèmes de gestion hospitalière, un testeur pourrait examiner la manière dont le module de paiement interagit avec d’autres fonctions.

Des niveaux d’intégration plus élevés peuvent entraîner des erreurs significatives en l’absence de tests rigoureux. Ces vérifications peuvent comprendre un diagramme architectural retraçant les nombreux composants du système et la manière dont ils s’entrecroisent.

Les testeurs examinent également les problèmes rencontrés dans les itérations précédentes du système et vérifient spécifiquement s’ils sont toujours présents, prenant des mesures rapides s’ils découvrent des erreurs.

 

Types d’erreurs et de bogues détectés par les tests exploratoires

 

Les erreurs que les testeurs peuvent découvrir au cours des tests exploratoires sont les suivantes :

 

1. Caractéristiques incompatibles

Certaines fonctions de l’application peuvent ne pas interagir entre elles comme prévu, ce qui peut empêcher les utilisateurs d’effectuer des achats ou d’utiliser l’application. Les testeurs vérifient les fonctions isolément et en tandem pour s’assurer que tout va bien ensemble.

 

2. Mauvaise conception de l’interface utilisateur

L’interface utilisateur d’une application détermine exactement comment une personne utilise le logiciel. Par exemple, si des fonctionnalités importantes ne sont pas apparentes pour les clients, ils risquent de ne pas s’en apercevoir, ce qui limite leur plaisir à utiliser l’application.

Les tests manuels de l’interface utilisateur permettent d’identifier et de corriger les conceptions peu conviviales.

 

3. Erreurs d’authentification

De nombreuses applications et sites web permettent de créer un profil d’utilisateur avec certains privilèges. Il est essentiel que les testeurs vérifient si des utilisateurs moyens peuvent, d’une manière ou d’une autre, accéder à des données sensibles ou même à des fonctions administratives en utilisant le logiciel de façon inattendue.

 

4. Code mort

Les testeurs peuvent trouver du code obsolète encore présent dans l’application, qui peut même être à l’origine de problèmes de performance notables. Le code mort complique à l’excès le fonctionnement interne de l’application et peut entraîner des erreurs évitables. L’identification et l’optimisation de ces éléments rendent le logiciel plus réactif pour le personnel et les utilisateurs.

 

Mesures courantes des tests exploratoires

 

Les mesures habituelles que les testeurs peuvent rencontrer au cours de leurs tests exploratoires sont les suivantes :

 

1. Mesures des tests de performance

Les tests exploratoires qui examinent les performances générales d’une application peuvent donner lieu à un large éventail de mesures. Il peut s’agir de temps de réponse minimaux, moyens et maximaux, ainsi que de taux d’échec et de réussite pour déterminer la stabilité.

 

2. Mesures de la couverture des tests

La couverture des tests est importante car elle détermine le nombre de catégories et de facettes d’une application que les tests englobent. Le pourcentage de couverture des exigences, par exemple, permet d’évaluer s’il existe des fonctions qui nécessitent des séries de tests supplémentaires.

 

3. Efficacité globale du test

Le suivi du nombre de vérifications réussies et échouées aide les testeurs à déterminer l’état de santé général d’une application. En outre, l’équipe peut savoir combien d’erreurs détectées sont critiques.

 

4. Répartition des défauts

Dans le même ordre d’idées, la vérification de la répartition des défauts indique les composants ou les fonctions les plus susceptibles de faire l’objet d’erreurs. Il peut s’agir de parties de l’application qui interagissent souvent avec d’autres, d’où la nécessité de donner la priorité à ces tests.

 

5. Mesures de régression

Les tests de régression exploratoires permettent aux testeurs de voir comment les différentes itérations d’un même logiciel se comportent et comment cela peut avoir un impact sur les performances.

Le taux d’injection de défauts et les défauts par construction sont les mesures spécifiques qui permettent d’atteindre cet objectif.

 

Dissiper certaines confusions : Tests exploratoires et tests ad hoc

 

En mettant l’accent sur la liberté des testeurs, certaines personnes confondent souvent les tests exploratoires avec les tests ad hoc. Les deux formats présentent plusieurs similitudes essentielles, mais servent en fin de compte des objectifs différents.

 

1. Qu’est-ce qu’un test ad hoc ?

 

Les tests ad hoc sont une approche entièrement non structurée qui rompt avec la conception conventionnelle des tests pour trouver des défauts qui, autrement, ne seraient pas apparus.

IS YOUR COMPANY IN NEED OF

ENTERPRISE LEVEL

TASK-AGNOSTIC SOFTWARE AUTOMATION?

Cette forme de test n’implique généralement aucune documentation, ce qui rend difficile la reproduction des problèmes à moins que le testeur ne soit absolument certain de la cause.

Un exemple en est le “test du singe”, une vérification qui implique des entrées aléatoires et vise en fin de compte à casser le système.

Comme pour les tests exploratoires, de nombreux testeurs ad hoc travaillent en binôme pour effectuer ces vérifications, ce qui améliore leur fiabilité. Une approche ad hoc peut être utile après l’exécution d’un test formel pour s’assurer que les vérifications tiennent compte de toutes les possibilités ; cette approche est également utile lorsque le temps est limité pour effectuer des tests supplémentaires. S’ils sont bien exécutés, les tests ad hoc sont très bénéfiques.

 

2. Différences entre les tests exploratoires et les tests ad hoc

 

Les tests ad hoc n’impliquent généralement pas de documentation formelle. Cela contraste fortement avec les essais exploratoires où la nature improvisée de ces contrôles rend la tenue d’un registre encore plus importante.

Les tests exploratoires font appel à une plus grande variété de techniques de test formelles, tandis que les vérifications ad hoc évitent cette situation en s’écartant de l’étiquette conventionnelle des tests. Cela leur permet de découvrir des bogues que les testeurs n’auraient jamais trouvés autrement.

Les tests exploratoires ont des objectifs et des limites clairs, mais ils permettent aux membres de l’équipe d’utiliser des tests créatifs. Les tests ad hoc n’ont généralement pas d’objectifs finaux définissables, si ce n’est de pousser le logiciel dans ses retranchements. Les tests ad hoc impliquent souvent une connaissance préexistante du logiciel et de ses fonctions, tandis que les tests exploratoires intègrent l’apprentissage de l’application dans les processus habituels.

 

Les tests exploratoires dans la méthode Agile

 

La méthodologie agile encourage fortement l’amélioration continue. Cela signifie qu’il s’associe bien aux tests exploratoires, en particulier dans le cadre de la demande croissante de mises à jour fréquentes des logiciels.

En combinant les tests exploratoires avec la méthode Agile, les membres de l’équipe peuvent bénéficier d’une structure de test plus solide en incorporant la planification des versions et l’exécution des sprints dans leurs calendriers. Une entreprise qui adopte les techniques agiles peut capitaliser encore davantage en les associant à des tests exploratoires ; il s’agit d’un excellent moyen de tester chaque composant logiciel individuel d’une application. Les testeurs peuvent effectuer des contrôles exploratoires sans scripts, ce qui permet au personnel chargé de l’assurance qualité et aux développeurs de gagner un temps précieux.

Les tests exploratoires automatisés augmentent ces économies, en aidant les entreprises à vérifier les dernières itérations de leurs applications beaucoup plus rapidement, voire du jour au lendemain. Les contrôles exploratoires donnent des résultats rapides et utilisables, et les développeurs peuvent agir sur les changements nécessaires dans le cadre de leur prochain sprint.

Les tests exploratoires manuels offrent encore de nombreux avantages dans le cadre de la méthode Agile, car ils permettent d’identifier des problèmes qui pourraient échapper à une approche automatisée. D’autres formes de tests prennent tout simplement trop de temps ou offrent trop peu d’avantages pour s’intégrer confortablement dans le cadre Agile. Les contrôles exploratoires permettent de s’assurer que chaque étape Agile améliore de manière significative le logiciel et sa fonctionnalité.

 

7 erreurs et pièges à éviter dans la mise en œuvre des tests exploratoires

 

Voici sept erreurs courantes que les entreprises commettent souvent lorsqu’elles mettent en œuvre des tests exploratoires, ainsi que la manière dont elles peuvent les éviter :

 

1. Déséquilibre entre les tests manuels et automatiques

 

Déterminer les tests qui fonctionnent le mieux avec des vérifications manuelles et ceux qui bénéficieraient de l’automatisation prend du temps, mais permet aux équipes de tester beaucoup plus efficacement.

L’automatisation d’un trop grand nombre de tests peut aboutir à une application peu maniable ou peu conviviale en raison de l’absence d’un testeur humain.

 

2. Contraintes de temps

Les tests exploratoires sont plus rapides que beaucoup d’autres formes de tests, mais la réalité des délais du projet signifie qu’il y a toujours des limites au nombre de tests que l’équipe peut effectuer.

La gestion du temps et l’engagement en faveur de la couverture des tests aident l’équipe de test à effectuer autant de vérifications que possible dans de nombreuses catégories.

 

3. Des testeurs peu flexibles

Bien que les testeurs exploratoires n’aient pas besoin d’une connaissance préalable du logiciel ou de compétences particulièrement approfondies, les contrôles reposent toujours sur les capacités et l’initiative de chaque membre de l’équipe.

Le chef de projet doit attribuer ces rôles de test de manière judicieuse, en les réservant aux membres de l’équipe les plus créatifs et les plus intuitifs si nécessaire.

 

4. Difficulté à reproduire les échecs

Il n’est pas toujours évident de savoir quelles actions contribuent à l’échec d’un test ; il peut également être difficile de savoir quels aspects de l’application sont à blâmer.

C’est pourquoi de nombreuses approches exploratoires impliquent de jumeler des testeurs ou même d’enregistrer directement l’écran d’un testeur afin de mieux comprendre les problèmes et leurs causes exactes.

 

5. Documentation peu claire

Qu’il s’agisse d’un rapport de bogue automatisé ou d’un enregistrement manuel des tests réalisés, une bonne documentation permet aux développeurs d’agir plus facilement sur les conclusions de l’équipe de test.

L’équipe chargée des tests doit s’engager à assurer un enregistrement de haute qualité lors de chaque contrôle, en fournissant autant de détails que possible dans chaque rapport.

 

6. Des attentes élevées

Les tests exploratoires sont bénéfiques pour presque tous les projets logiciels, mais leur portée reste limitée – ils fonctionnent mieux en conjonction avec d’autres méthodes de test.

Les équipes de test doivent effectuer ces vérifications en même temps que les tests scriptés habituels ; c’est le seul moyen pour les départements d’assurance qualité de garantir une couverture de test large et cohérente.

 

7. Automatisation inappropriée

Il est important que l’équipe de test et le chef de projet sachent quel logiciel d’automatisation offre le plus d’avantages pour cette application particulière.

Différentes options tierces offrent leurs propres caractéristiques, de sorte que le choix de l’équipe peut déterminer le succès de l’automatisation des processus robotisés; elle doit prendre en compte toutes les options qui s’offrent à elle.

 

5 meilleurs outils gratuits pour les tests exploratoires

 

Voici les cinq meilleurs outils de tests exploratoires que les équipes d’assurance qualité peuvent utiliser gratuitement :

 

1. ZAPTEST FREE Edition

ZAPTEST Free offre des fonctionnalités de haut niveau à un coût absolument nul, permettant à toute organisation de bénéficier d’une mise en œuvre facile des tests exploratoires.

Cette application peut automatiser n’importe quelle plateforme, n’importe quel appareil et n’importe quel navigateur grâce à la technologie innovante 1SCRIPT.

ZAPTEST propose également une automatisation RPA flexible, vous permettant de la combiner avec une approche manuelle.

 

2. Application exploratoire XRAY

XEA permet aux utilisateurs de créer des chartes de test complètes et d’enregistrer facilement leurs progrès, ce qui simplifie l’étape du rapport de bogue des tests exploratoires.

Cette option se concentre entièrement sur le point de vue de l’utilisateur et offre un centre de résultats centralisé pour mettre à jour les autres testeurs.

Cependant, XRAY ne dispose pas actuellement d’une automatisation intégrée, ce qui pourrait limiter son efficacité à long terme.

 

3. Aimant à insectes

Bug Magnet est une extension de navigateur qui offre des tests exploratoires approfondis. Elle permet aux testeurs de vérifier les cas limites et d’autres valeurs problématiques.

Cette extension permet également d’intégrer facilement du texte fictif, des adresses électroniques et plusieurs jeux de caractères.

Cependant, il n’est disponible que pour les navigateurs basés sur Firefox et Chrome, ce qui en fait un choix moins polyvalent que ses concurrents.

 

4. Plans de test Azure

Azure Test Plans est un élément clé de la plateforme Azure de Microsoft et permet aux testeurs de capturer des données riches dans de nombreux scénarios.

Cette option convient aussi bien aux applications de bureau qu’aux applications web, tout en offrant une traçabilité de bout en bout qui permet d’enregistrer clairement le développement du logiciel.

Toutefois, cette approche nécessite souvent une intégration plus poussée avec Azure, au détriment de la flexibilité.

 

5. Testiny

Testiny se spécialise dans les tests exploratoires manuels et propose un éditeur intelligent qui permet aux testeurs de concevoir des contrôles à l’aide d’une structure arborescente pour une flexibilité maximale.

Chaque modification apportée à une exécution ou à un cas de test est conservée dans l’historique de l’application, ce qui garantit une responsabilité et une traçabilité totales.

Toutefois, ce service n’est gratuit que pour les petites équipes et les projets à code source ouvert.

 

Quand faut-il utiliser des outils de test exploratoire d’entreprise ou des outils gratuits ?

 

Bien que les tests exploratoires constituent un investissement utile et que les applications haut de gamme offrent généralement plus de fonctionnalités, il existe de nombreuses options gratuites qui offrent plus de fonctionnalités qu’il n’en faut.

Les tests exploratoires peuvent représenter une dépense opérationnelle importante si vous vous engagez dans un modèle premium, mais toutes les entreprises ou équipes de développement de logiciels n’ont pas les moyens de le faire. Le choix du meilleur logiciel tiers dépend souvent des besoins spécifiques de l’entreprise.

Une solution payante peut être le seul moyen de satisfaire les besoins de ce projet ; l’équipe doit étudier les différents choix avant de s’engager dans une application.

Les entreprises dotées d’équipes plus réduites peuvent tirer le meilleur parti des outils de test gratuits, car de nombreuses options sont gratuites pour un nombre limité d’utilisateurs.

Ils peuvent également choisir des options sans cette restriction et des options qui peuvent s’adapter à l’échelle de l’équipe de test. Cela pourrait rendre encore plus viable le jumelage de testeurs exploratoires afin de garantir des résultats plus précis – l’équipe aura naturellement besoin de moins de profils d’utilisateurs.

De nombreux services proposent un essai gratuit de leur logiciel afin que les organisations puissent voir s’il répond à leurs besoins ; ces essais ne durent généralement que quelques semaines.

 

Liste de contrôle, conseils et astuces pour les tests exploratoires

 

Il existe de nombreux autres conseils que les testeurs peuvent prendre en compte lorsqu’ils commencent leurs vérifications exploratoires :

 

1. Répartir les caractéristiques et les modules de manière appropriée

Pour éviter toute mauvaise communication, les équipes de test doivent dresser une liste claire de chaque fonctionnalité et des vérifications qu’elles ont l’intention d’effectuer. Cela signifie également qu’il faut veiller à ce que les tests soient répartis de manière adéquate entre les différentes fonctions du logiciel.

Pour obtenir les meilleurs résultats, il est primordial que l’équipe de test négocie le choix des membres qui effectuent chaque test en fonction de leurs compétences et de leurs points forts respectifs.

 

2. Travailler à la compréhension du logiciel

La phase d’apprentissage est un élément essentiel des essais exploratoires. Cela signifie que les testeurs doivent s’engager activement dans le logiciel et comprendre comment il fonctionne avant de concevoir des tests.

L’apprentissage du fonctionnement interne de ce logiciel peut être un processus collaboratif, garantissant une meilleure compréhension au sein de l’équipe. Cela permet aux testeurs de développer de meilleures vérifications et de meilleurs cas de test.

 

3. Déterminer les domaines problématiques

Chaque application comporte des caractéristiques ou des composants qui se croisent avec d’autres. À mesure que les logiciels deviennent plus complexes, ils sont plus susceptibles de contenir des erreurs, ce qui peut nécessiter davantage de tests. L’équipe doit travailler activement pour déterminer quels sont les composants qui ont besoin d’une aide supplémentaire.

Ils peuvent utiliser des circuits de test spécifiques qui reflètent au mieux les besoins de l’application et les priorités générales de l’équipe en matière de test.

 

4. Commencer par des scénarios d’utilisation de base

Les équipes d’assurance qualité peuvent effectuer des tests exploratoires dans n’importe quel ordre, si nécessaire, mais il peut être plus utile de commencer par des vérifications plus simples avant de se pencher sur des fonctionnalités plus complexes.

Cela permet une progression en douceur en termes de complexité, donnant aux testeurs une chance de comprendre le logiciel. Il est également utile de vérifier que les fonctionnalités de base fonctionnent comme prévu.

 

5. Jumeler les testeurs

Les tests exploratoires en binôme rationalisent et valident l’étape de l’assurance qualité, permettant aux testeurs de travailler avec une confiance absolue à chaque vérification. La collaboration rend toute forme de test plus efficace en améliorant la familiarité de chaque membre de l’équipe avec le logiciel.

Ils peuvent également fournir des rapports de bogues beaucoup plus détaillés grâce à leurs points de vue individuels, ce qui donne aux développeurs plus d’informations sur lesquelles travailler.

 

6. Effectuer plusieurs tests

La capacité de l’équipe à tester à nouveau une application dépend du calendrier et des échéances qui l’attendent. Mais si cela est possible, il peut être utile de revérifier les composants particulièrement problématiques.

En outre, la répétition des tests permet de vérifier qu’un problème précédemment détecté est désormais résolu et qu’il n’affectera plus le logiciel. Cette diligence est parfois nécessaire pour garantir la réussite des tests.

 

Conclusion

 

Les tests exploratoires ont beaucoup à offrir aux entreprises de développement de logiciels de toutes sortes, en complément des tests scénarisés et de nombreuses autres vérifications.

Grâce aux tests exploratoires, les équipes d’assurance qualité peuvent tester les applications selon des normes plus élevées, ce qui améliore la qualité du logiciel final et aide les développeurs à corriger les erreurs éventuelles.

Une combinaison de tests exploratoires manuels et automatisés permet d’obtenir les meilleurs résultats, en accordant la même attention à tous les composants du logiciel.

Si votre entreprise a besoin d’un logiciel d’automatisation exploratoire, ZAPTEST FREE Edition offre une fonctionnalité beaucoup plus large et plus flexible que d’autres applications premium, permettant aux testeurs d’optimiser facilement ces vérifications.

 

FAQ et ressources

 

1. Les meilleurs cours sur l’automatisation des tests exploratoires

 

Les testeurs exploratoires, qu’ils soient nouveaux ou expérimentés, pourraient bénéficier de cours pour améliorer leurs compétences. Il s’agit notamment de déterminer comment aborder les nouveaux logiciels.

Parmi les cours utiles, on peut citer

– Udemy’s Complete 2023 Software Testing Bootcamp ; ce programme enseigne les tests de logiciels en 28 heures.

– Les tests exploratoires de Coveros, qui se concentrent sur la manière de développer des chartes et d’appliquer des tests exploratoires aux API.

– La formation de deux jours de Polteq sur les tests exploratoires ; elle examine comment les tests exploratoires fonctionnent dans un contexte Agile.

– LinkedIn’s Exploratory Testing, qui montre comment les tests de logiciels modernes ont adopté les vérifications exploratoires.

– Introduction aux tests de logiciels de Coursera ; cela aide les testeurs débutants à comprendre les procédures typiques.

 

2. Quelles sont les 5 principales questions d’entretien sur les tests exploratoires ?

 

Lors des entretiens pour des postes de tests exploratoires, il est important que les responsables du recrutement posent de bonnes questions afin d’évaluer avec précision les compétences et l’expérience du candidat.

Les cinq principales questions à poser sont les suivantes :

– Quelles sont les principales différences entre les tests scénarisés et les tests exploratoires, y compris en ce qui concerne leur pertinence ?

– Quels sont les défis que vous avez rencontrés en tant que testeur exploratoire et comment les avez-vous surmontés ?

– Donnez des exemples de tests exploratoires qui bénéficieraient le plus de l’automatisation des processus robotiques.

– Selon vous, quelle est la compétence la plus importante (technique ou autre) pour un testeur exploratoire ?

– Quels conseils donneriez-vous à un testeur qui a du mal à comprendre le logiciel et à le vérifier ?

 

3. Meilleurs tutoriels YouTube sur les tests exploratoires

 

De nombreux tutoriels gratuits sont disponibles sur des sites de partage de vidéos tels que YouTube, qui peuvent aider les futurs testeurs à comprendre ses principes fondamentaux. Certaines font partie d’une série, tandis que d’autres sont des vidéos uniques qui permettent d’approfondir le sujet.

Les chaînes qui proposent ces tutoriels sont les suivantes :

– La Testing Academy propose des centaines de vidéos couvrant tous les aspects des tests de logiciels.

– Software Testing Mentor, qui propose également des vidéos détaillées sur les principes fondamentaux des tests de logiciels.

– QAFox, qui fournit également des exemples du monde réel et des projets en direct pour compléter toutes les vidéos.

– SDET-QA Automation Techie, qui propose plusieurs vidéos complètes sur les différentes approches de test.

– GlitchITSystem, qui examine divers sites web à l’aide de tests exploratoires pour tenter de découvrir des anomalies.

 

4. Comment maintenir les tests exploratoires ?

 

Les tests exploratoires bien exécutés comprennent une documentation solide à laquelle les développeurs et les futurs testeurs se réfèrent pour les nouvelles itérations du logiciel.

Lorsque des mises à jour importantes sont apportées à une application, il est nécessaire de tester à nouveau ses fonctions principales afin de s’assurer que ces ajouts n’ont pas d’impact négatif sur les fonctions préexistantes.

C’est la seule façon de garantir que les tests exploratoires restent fructueux à long terme. Il est également utile de tenir compte des projets futurs, tels que les fonctionnalités préliminaires, lors de la conception de l’application originale et de ses contrôles.

Le personnel chargé de l’assurance qualité doit planifier ces tests de manière adéquate et déterminer quand il faut revérifier l’application ; les outils de test automatisés peuvent aider l’équipe à cet égard.

 

5. Les tests exploratoires sont-ils des tests boîte noire ?

Les tests exploratoires sont très similaires aux tests en boîte noire, qui consistent à vérifier une application en examinant ses caractéristiques sans inspecter directement le code.

Il n’y a pas de limite explicite aux types de contrôles qui relèvent des tests exploratoires ; cette approche peut englober tous les aspects du logiciel, y compris le code.

L’une des principales similitudes entre ces deux types de tests est le manque de connaissance préalable du testeur. Les testeurs boîte noire ne connaissent généralement pas le logiciel avant de le tester et les testeurs exploratoires apprennent comment le logiciel fonctionne dans le cadre de leur examen initial.

Bien que les tests exploratoires en général ne soient pas toujours classés dans la catégorie des tests boîte noire, il est vrai qu’il existe un nombre important de croisements entre ces deux approches.

Download post as PDF

Alex Zap Chernyak

Alex Zap Chernyak

Founder and CEO of ZAPTEST, with 20 years of experience in Software Automation for Testing + RPA processes, and application development. Read Alex Zap Chernyak's full executive profile on Forbes.

Get PDF-file of this post