fbpx

Get your 6-month No-Cost Opt-Out offer for Unlimited Software Automation?

Les tests de stress dans les tests de logiciels sont un type de test conçu pour assurer la robustesse et la résilience des applications. Il met les logiciels à l’épreuve dans des conditions extrêmes, les poussant jusqu’à leurs limites et au-delà.

Les tests de résistance des logiciels sont une composante essentielle du processus de test et sont conçus pour identifier les vulnérabilités, les faiblesses et les défaillances potentielles qui peuvent survenir lorsqu’un système est soumis à une charge intense ou à des conditions défavorables. En simulant un trafic élevé, une pénurie de ressources et des entrées de données extrêmes, les tests de stress permettent d’obtenir des informations précieuses sur les performances d’une application.

Dans cet article, nous allons explorer les tenants et les aboutissants des tests de résistance : ce que c’est, les différents types de tests de résistance, et les approches et outils que les développeurs peuvent utiliser pour les réaliser.

 

Table des matières

Qu’est-ce que les tests de résistance dans le domaine des tests et de l’ingénierie des logiciels ?

Tests alpha et tests bêta

Les tests de résistance des logiciels sont une technique cruciale utilisée pour évaluer les performances et la stabilité d’un système logiciel dans des conditions extrêmes ou défavorables. Il s’agit de soumettre l’application à des niveaux élevés de stress, tels que des charges d’utilisateurs élevées, des ressources limitées ou des entrées de données excessives, afin d’identifier son point de rupture et ses faiblesses potentielles. L’objectif des tests de résistance est de découvrir comment le logiciel se comporte en cas de stress et de s’assurer qu’il est robuste.

Lors des tests de résistance, divers scénarios sont simulés pour pousser le logiciel au-delà de ses limites de fonctionnement normales. Il s’agit notamment de tester le temps de réponse du système, l’utilisation de la mémoire, le débit et la stabilité générale. En surchargeant intentionnellement le système, les testeurs peuvent identifier les goulets d’étranglement, les fuites de mémoire, la dégradation des performances et les pannes potentielles qui peuvent survenir dans des conditions de stress.

Les résultats des tests de résistance permettent aux développeurs de logiciels de prendre des décisions éclairées sur l’optimisation des performances, la planification des capacités et l’allocation des ressources. Il les aide à identifier les domaines d’amélioration, à corriger les vulnérabilités et à améliorer l’expérience globale de l’utilisateur. En fin de compte, les tests de résistance jouent un rôle essentiel en garantissant que les systèmes logiciels peuvent répondre aux exigences d’une utilisation réelle, en fournissant des applications fiables et performantes aux utilisateurs finaux.

 

1. Quand et pourquoi faut-il procéder à des tests de résistance ?

Qu'est-ce qu'un test de logiciel ?

Les tests de stress doivent être effectués à des étapes spécifiques du cycle de développement des logiciels afin de s’assurer que les applications peuvent répondre aux exigences des scénarios du monde réel :

 

– En pré-production :

 

Les tests de résistance doivent être effectués avant que le logiciel ne soit déployé en production. En soumettant le système à des conditions extrêmes, les problèmes potentiels et les goulets d’étranglement peuvent être identifiés et résolus rapidement, ce qui permet d’éviter les défaillances inattendues et la dégradation des performances.

 

– Après avoir effectué des mises à jour importantes :

 

Chaque fois que des mises à jour ou des modifications importantes sont apportées au logiciel, il est essentiel de procéder à des tests de résistance. Cela permet de vérifier si les changements ont introduit des problèmes imprévus susceptibles d’avoir une incidence sur les performances et la stabilité du système.

– Pendant la mise à l’échelle :

 

S’il est prévu de faire évoluer le système logiciel, des tests de résistance sont nécessaires pour évaluer sa capacité à gérer des charges d’utilisateurs, des volumes de données ou des transactions accrus. Cela permet au système de s’adapter efficacement à la croissance sans compromettre les performances.

 

– Lors de modifications de l’infrastructure :

 

Lors de la migration vers une nouvelle infrastructure, comme le changement de serveurs, de bases de données ou de configurations de réseau, des tests de résistance doivent être effectués afin d’évaluer les performances du logiciel dans le nouvel environnement et d’identifier les problèmes de compatibilité ou les goulets d’étranglement en matière de performances.

 

2. Quand il n’est pas nécessaire d’effectuer des tests de résistance

 

Les tests de résistance dans le domaine de l’ingénierie logicielle sont importants, mais dans certaines situations, il n’est pas nécessaire d’effectuer des tests de résistance.

Il peut s’agir d’applications à petite échelle avec des interactions limitées avec l’utilisateur et une faible complexité, ou de projets à faible risque où l’impact d’une défaillance potentielle des performances est faible et où les conséquences ne sont pas critiques. Les systèmes logiciels bien établis n’ont pas toujours besoin d’être soumis à des tests de résistance rigoureux, et si les équipes de développement sont soumises à de fortes contraintes budgétaires ou temporelles, elles peuvent choisir de donner la priorité à d’autres activités de test plutôt qu’à des tests de résistance.

Il est important de noter que même dans ces scénarios, d’autres formes de tests, tels que les tests fonctionnels, les tests d’utilisation ou les tests de sécurité, doivent toujours être effectués pour garantir la qualité et la fiabilité globales du logiciel. La décision d’exclure les simulations de crise doit être prise sur la base d’une évaluation complète des risques et d’une compréhension des exigences spécifiques du projet, des contraintes et des impacts potentiels de l’absence de simulations de crise.

 

3. Qui est impliqué dans les tests de résistance des logiciels ?

qui doit être impliqué dans les outils d'automatisation des tests logiciels et la planification de ceux-ci

Les tests de stress dans les tests de logiciels sont généralement effectués par les ingénieurs et les développeurs de logiciels au cours du processus de développement. Ils effectuent des tests de résistance lors de la création d’applications logicielles et de systèmes d’exploitation, lors des mises à jour de systèmes et des changements d’infrastructure. Parfois, les ingénieurs chargés des tests et les responsables des tests peuvent collaborer avec les développeurs pour concevoir des plans de test qui évaluent tous les aspects importants du logiciel.

 

4. Objectifs des tests de résistance des logiciels

tests de charge

L’objectif des tests de résistance est de s’assurer qu’un système logiciel peut supporter les contraintes auxquelles il pourrait être soumis. Les principaux objectifs des tests de résistance sont les suivants :

 

– Déterminer les limites du système :

 

Les tests de stress permettent d’identifier les points de rupture du système logiciel en le soumettant à des conditions extrêmes. Cela permet d’établir des seuils de performance et de déterminer la capacité du système.

 

– Évaluer la stabilité du système :

 

Les tests de stress révèlent comment le logiciel se comporte sous des charges élevées ou dans des conditions défavorables, ce qui permet de détecter les pannes potentielles, les fuites de mémoire ou la dégradation des performances. Cela garantit la stabilité et la résilience du système.

 

– Optimiser les performances :

 

En analysant les mesures de performance obtenues lors des tests de stress, les développeurs peuvent identifier les domaines à améliorer et optimiser les performances du système. Il s’agit notamment d’optimiser le code, d’améliorer la gestion des ressources ou de renforcer l’évolutivité.

 

– Améliorer l’expérience de l’utilisateur :

 

Les tests de stress permettent aux organisations de fournir des logiciels qui répondent aux attentes des utilisateurs, même dans des circonstances difficiles. Les tests de stress contribuent à une expérience utilisateur globalement positive en identifiant et en résolvant les problèmes potentiels avant le déploiement.

 

Les avantages des tests de résistance

Les tests de stress peuvent aider les développeurs à évaluer les performances du système et à vérifier son comportement dans des conditions extrêmes. Voici une liste de quelques-uns des principaux avantages des tests de résistance :

 

1. Identifier les goulets d’étranglement

 

Les tests de stress permettent d’identifier les goulets d’étranglement et les limites d’un système logiciel soumis à des charges extrêmes ou à des conditions stressantes. Il permet de détecter rapidement les problèmes susceptibles d’affecter la stabilité, la réactivité ou l’évolutivité du système.

 

2. Garantir la fiabilité et la robustesse

 

En soumettant le logiciel à des scénarios de stress élevé, les tests de stress garantissent que le système reste fiable et robuste, même en cas de forte charge d’utilisateurs ou de conditions défavorables. Il permet de découvrir les bogues, les fuites de mémoire, les contraintes de ressources et d’autres vulnérabilités susceptibles d’entraîner des défaillances ou des pannes du système.

 

3. Valider l’évolutivité

 

Les tests de stress permettent de valider l’évolutivité d’un système logiciel en déterminant sa capacité à gérer des charges de travail accrues. Il permet d’évaluer si le système peut évoluer efficacement, en veillant à ce qu’il puisse accueillir un nombre croissant d’utilisateurs ou de transactions sans compromettre les performances.

 

4. Améliorer les performances

 

Les tests de stress fournissent des informations précieuses sur les caractéristiques de performance du logiciel. En identifiant les goulets d’étranglement, les inefficacités et les points à améliorer, les tests de résistance permettent d’optimiser les performances du logiciel, ce qui se traduit par un système plus rapide et plus réactif.

 

5. Réduction des temps d’arrêt et renforcement de la sécurité

 

Les tests de stress permettent de prévenir les défaillances, les pannes et les temps d’arrêt des systèmes en identifiant et en traitant de manière proactive les problèmes liés aux performances. Il peut également être utilisé pour s’assurer que les défaillances du système n’entraînent pas de graves problèmes de sécurité.

 

Les défis des tests de résistance

Comparaison des tests UAT avec les tests de régression et autres

Les tests de résistance ne sont pas sans poser de problèmes. Voici une liste des principales limites des tests de résistance dans le domaine de l’ingénierie logicielle :

 

1. Des processus d’essai compliqués

 

Les développeurs et les ingénieurs de test qui effectuent des tests de résistance manuels peuvent trouver que les processus manuels sont compliqués et prennent beaucoup de temps. Cela signifie que les tests de résistance manuels sont coûteux et font appel à des ressources externes. L’automatisation des tests de logiciels est un moyen d’éviter ce problème.

 

2. Exigences élevées en matière de connaissance des scripts

 

Les développeurs doivent avoir une bonne connaissance des scripts afin de mettre en œuvre des scénarios de test dans le cadre des tests de résistance. C’est pourquoi les tests sont généralement effectués par des développeurs et des ingénieurs logiciels qui ont une connaissance approfondie du code.

 

3. Coût des outils de simulation de crise

 

Pour effectuer les tests de résistance, la plupart des développeurs utiliseront un logiciel de test de résistance qui est généralement sous licence. Cela peut coûter assez cher sur une base mensuelle ou annuelle, et même si les développeurs utilisent des logiciels libres, ils peuvent avoir à payer un outil de test de charge sous licence pour mettre en place l’environnement de test de stress.

 

Les caractéristiques des tests de résistance

Beta Testing - Qu'est-ce que c'est, les types, les processus, les approches, les outils, vs. Alpha testing et plus encore !

Les tests de stress se distinguent des autres types de tests de logiciels par les caractéristiques suivantes :

 

1. Accent mis sur les conditions extrêmes

 

Les tests de stress consistent à soumettre le système logiciel à des conditions extrêmes, telles qu’une forte charge d’utilisateurs, un traitement intensif des données ou une congestion du réseau. Contrairement à d’autres types de tests, les tests de résistance visent à pousser le système au-delà de ses limites opérationnelles normales afin d’identifier les problèmes de performance et les vulnérabilités.

 

2. Reproduire des scénarios du monde réel

 

Les tests de stress visent à reproduire des scénarios réels dans lesquels le système peut être confronté à une forte demande de la part des utilisateurs, à des pics de trafic ou à des conditions défavorables. Il s’agit de créer des scénarios de test qui simulent ces situations avec précision, afin de s’assurer que le logiciel peut les gérer efficacement.

 

3. Identifie les goulets d’étranglement en matière de performance

 

L’un des principaux objectifs des tests de résistance est d’identifier les goulets d’étranglement dans le système logiciel. Il permet d’identifier les problèmes liés à l’utilisation des ressources, aux fuites de mémoire, aux algorithmes inefficaces, aux performances de la base de données ou à la latence du réseau, qui peuvent entraver les performances du système en cas de stress.

 

4. Messages d’erreur appropriés

 

L’objectif des tests de résistance est d’identifier les défaillances et les goulets d’étranglement du système afin de corriger le code du logiciel avant son lancement. Lorsque des erreurs surviennent, il est important que des messages d’erreur appropriés indiquent la cause de l’erreur pour permettre aux développeurs d’effectuer des réparations.

 

Qu’est-ce qui est testé dans les tests de résistance ?

Les tests de stress sont utilisés dans l’ingénierie logicielle pour tester le fonctionnement d’un système sous des pressions supplémentaires. Les tests de stress sont utilisés pour tester les performances, l’évolutivité, la stabilité et d’autres paramètres.

 

1. Performances du système

 

Les tests de stress évaluent les performances globales du système logiciel dans des conditions extrêmes, en mesurant des facteurs tels que le temps de réponse, le débit, la latence et l’utilisation des ressources. Il vise à identifier les goulets d’étranglement en matière de performances et à évaluer la capacité du système à gérer des charges de travail élevées.

 

2. L’évolutivité

 

Les tests de stress permettent d’examiner l’évolutivité du logiciel en testant sa capacité à gérer des charges d’utilisateurs et des volumes de transactions accrus. Il vérifie si le système peut évoluer efficacement à la hausse ou à la baisse sans compromettre les performances ou la stabilité.

 

3. Utilisation des ressources

 

Les tests de stress évaluent l’utilisation des ressources du logiciel, telles que l’unité centrale, la mémoire, les entrées/sorties de disque, la bande passante du réseau et les performances de la base de données, dans des scénarios de stress élevé. Il permet d’identifier les goulets d’étranglement ou la gestion inefficace des ressources qui peuvent avoir un impact sur les performances du système.

 

4. Temps de réponse et de latence

 

Les tests de stress mesurent le temps de réponse et la latence du système à différents niveaux de charge. Elle vise à garantir que le logiciel reste réactif et répond en temps voulu aux demandes des utilisateurs, même dans des conditions de stress élevé.

 

5. Répartition de la charge

 

Les tests de stress examinent les mécanismes d’équilibrage de la charge du logiciel afin de répartir efficacement la charge de travail sur plusieurs serveurs ou composants. Il vérifie si les algorithmes d’équilibrage de la charge fonctionnent comme prévu et garantit une utilisation optimale des ressources.

 

6. Intégrité et cohérence des données

 

Les tests de stress vérifient l’intégrité et la cohérence du traitement et du stockage des données dans des conditions de stress. Il garantit que le logiciel traite, stocke et récupère les données avec précision, sans corruption ni incohérence.

 

7. La sécurité en situation de stress

 

Les tests de résistance peuvent inclure des scénarios liés à la sécurité afin d’évaluer la résistance du logiciel aux attaques dans des conditions de stress élevé. Il vise à identifier les vulnérabilités ou les faiblesses susceptibles d’être exploitées lorsque le système est soumis à des contraintes.

IS YOUR COMPANY IN NEED OF

ENTERPRISE LEVEL

TASK-AGNOSTIC SOFTWARE AUTOMATION?

 

Types de tests de résistance

Qu'est-ce qu'un test de charge, un test d'application mobile et un test ad hoc ?

Il existe de nombreux types de tests de résistance, chacun d’entre eux étant utilisé pour mesurer différents paramètres et vérifier différents éléments d’un système logiciel. Il s’agit notamment de :

 

1. Tests de résistance distribués

 

Dans les systèmes client-serveur distribués, les tests de résistance sont effectués sur plusieurs clients à partir du serveur. Les tests de stress sont distribués aux clients de stress et le serveur suit l’état de chaque client, garantissant une communication et un échange de données corrects.

 

2. Tests de résistance des applications

 

Ce type de test de résistance se concentre sur l’identification des défauts liés au verrouillage des données, au blocage, aux problèmes de réseau et aux goulets d’étranglement au sein d’une application. Il vise à découvrir les vulnérabilités qui affectent les fonctionnalités et les performances de l’application.

 

3. Tests de résistance transactionnels

 

Les tests de résistance transactionnels consistent à tester une ou plusieurs transactions entre plusieurs applications. Son objectif est d’affiner et d’optimiser le système en analysant les performances, l’évolutivité et la fiabilité des transactions au sein de l’écosystème applicatif.

 

4. Tests de résistance systémique

 

Les tests de résistance systémiques sont effectués sur plusieurs systèmes fonctionnant sur le même serveur. Il vise à déceler les défauts lorsque le traitement des données d’une application risque d’entraver ou de bloquer une autre application. Ce test valide la capacité du système à gérer des processus simultanés et à prévenir les conflits de données.

 

5. Tests de résistance exploratoires

 

Ce type de test de résistance consiste à tester le système avec des paramètres ou des conditions inhabituels qui ont peu de chances de se produire dans un scénario réel. Il vise à découvrir des défauts et des vulnérabilités dans des scénarios inattendus, tels qu’un volume élevé de connexions simultanées d’utilisateurs, l’activation simultanée d’analyseurs de virus ou des pannes de base de données lors de l’accès à un site web.

 

6. Tests de résistance du réseau

 

Les tests de résistance du réseau évaluent les performances et la stabilité du système dans diverses conditions de réseau, telles qu’une latence élevée, une perte de paquets ou une bande passante limitée. Il garantit que le système peut gérer la congestion du réseau et les conditions défavorables du réseau sans dégradation significative des performances.

 

Le processus de test de résistance

Qu'est-ce que les tests unitaires ?

Pour effectuer un test de résistance, suivez les étapes ci-dessous :

 

Étape 1 : Planifier la simulation de crise

 

Identifier les objectifs et les buts de la simulation de crise, et définir les indicateurs de performance et les seuils à mesurer. Déterminer les scénarios de stress et les modèles de charge de travail à simuler et identifier l’environnement et l’infrastructure cibles pour les tests de stress.

 

Étape 2 : Créer des scripts d’automatisation

 

Développer ou configurer des scripts d’automatisation pour simuler les scénarios de stress souhaités. Il s’agit de concevoir des cas de test qui représentent différentes conditions de stress et différents niveaux de charge, de mettre en place des données de test et de configurer l’environnement de test pour le test de stress. S’assurer que les scripts d’automatisation reflètent correctement les scénarios de stress prévus.

 

Étape 3 : Exécuter les scripts de test

 

Préparer l’environnement de test et l’infrastructure pour les tests de résistance et exécuter les scripts d’automatisation pour simuler les scénarios de résistance à l’aide de l’automatisation des processus robotiques. Contrôler et mesurer les paramètres de performance du système pendant le test de résistance. À la fin de chaque test, générer des journaux, des rapports et des données en vue d’une analyse ultérieure.

 

Étape 4 : Analyser les résultats

 

Examinez les mesures et les paramètres de performance recueillis au cours des tests de résistance et identifiez les goulets d’étranglement, les défaillances ou les anomalies du système. Comparer les performances observées avec les mesures et les seuils de performance prédéfinis, et enfin analyser les causes profondes de tout problème de performance et identifier les domaines à améliorer.

 

Étape 5 : Optimisez votre logiciel

 

Sur la base de l’analyse des résultats des tests de résistance, hiérarchiser et traiter les problèmes de performance identifiés. Optimiser les performances du système en apportant les modifications nécessaires au code, les ajustements de configuration ou les améliorations de l’infrastructure. Vous pouvez également réexécuter les tests de résistance pour valider l’efficacité des optimisations.

 

Types d’erreurs et de bogues détectés lors des tests de résistance des logiciels

zaptest-runtime-error.png

Les tests de stress effectués dans le cadre de l’assurance qualité et du développement permettent d’identifier de nombreux types de bogues et d’erreurs logicielles. Découvrez ci-dessous les types de bogues que vous pouvez détecter grâce aux tests de résistance.

 

1. Fuites de mémoire

 

Les tests de stress peuvent révéler des fuites de mémoire, lorsque le logiciel ne libère pas correctement les ressources mémoire. Ces fuites peuvent entraîner une dégradation des performances, une instabilité du système, voire des pannes lors de tests de stress prolongés.

 

2. Bogues liés à la simultanéité

 

Les tests de stress peuvent révéler des bogues liés à la concurrence, tels que des conditions de course, où plusieurs threads ou processus accèdent simultanément à des ressources partagées, ce qui entraîne des résultats incohérents ou incorrects, des corruptions de données ou des pannes de système.

 

3. Défaillances du réseau

 

Les tests de stress peuvent révéler des vulnérabilités liées à la communication réseau, telles que la perte de paquets, les problèmes de latence ou de connectivité. Ces erreurs peuvent affecter la capacité du système à gérer un trafic réseau élevé et peuvent entraîner une dégradation des performances ou des échecs de transmission des données.

4. Erreurs dans la base de données

 

Les tests de stress peuvent révéler des problèmes liés aux performances et à l’intégrité de la base de données, notamment la lenteur d’exécution des requêtes, les blocages, la corruption des données ou la mauvaise gestion des transactions. Ces erreurs peuvent avoir une incidence sur les performances et la fiabilité du système dans son ensemble.

 

5. Vulnérabilités en matière de sécurité

 

Les tests de stress peuvent révéler des vulnérabilités en matière de sécurité, telles que les vulnérabilités par déni de service (DoS), où le système ne répond plus ou tombe en panne en cas d’attaques réseau à forte intensité de stress. Il peut également révéler des faiblesses en matière d’authentification ou d’autorisation, des violations de données ou des problèmes d’escalade des privilèges.

 

Types de résultats des tests de résistance

tests de charge

Les développeurs reçoivent différents types de résultats des tests de résistance, chacun d’entre eux pouvant informer le processus de développement de différentes manières. Ces résultats peuvent comprendre

 

1. Mesures de performance

 

Les tests de stress fournissent aux développeurs des mesures de performance telles que le temps de réponse, le débit, la latence et l’utilisation des ressources. Ces mesures permettent d’évaluer les performances du système dans des conditions de stress et d’identifier les domaines qui nécessitent une optimisation ou une amélioration.

 

2. Journaux de débogage

 

Les tests de stress génèrent des journaux et des informations de débogage qui peuvent s’avérer très utiles pour les développeurs. Ces journaux enregistrent les événements critiques, les messages d’erreur et les traces de pile, ce qui facilite l’identification et la résolution des problèmes. Les développeurs peuvent analyser ces journaux afin de mieux comprendre le comportement du système en situation de stress et de déboguer les problèmes éventuels.

 

3. Rapports d’erreur

 

Les tests de stress génèrent des rapports d’erreurs et d’échecs qui mettent en évidence tous les problèmes rencontrés au cours du processus de test. Ces rapports fournissent des détails sur les erreurs spécifiques, leur fréquence et leur impact sur les performances du système. Les développeurs peuvent utiliser ces informations pour diagnostiquer et corriger les erreurs identifiées.

 

Paramètres communs des tests de résistance

Qu'est-ce que les tests unitaires ?

Les développeurs utilisent différentes mesures pour évaluer les performances d’un système lors des tests de résistance. Ces mesures aident les développeurs à évaluer si le système répond ou non aux normes attendues.

 

1. Évolutivité et mesures de performance

 

Voici quelques exemples de mesures d’évolutivité et de performance :

 

– Pages par seconde :

Nombre de pages demandées par seconde par l’application

– Débit :

Taille des données des réponses par seconde

– Tours :

Le nombre de fois où les scénarios de test sont planifiés par rapport au nombre de fois où le client a exécuté les scénarios de test.

 

2. Mesures de la réponse de l’application

 

Les mesures de la réponse de l’application sont les suivantes :

– Temps de réponse :

Le temps moyen de récupération d’une image ou d’une page

– Durée de la page :

Le temps nécessaire pour récupérer toutes les informations d’une page

 

3. Mesures des défaillances

Les mesures d’échec sont les suivantes :

– Échec des connexions :

Le nombre d’échecs de connexions refusées par le client

– Rondes ratées :

Le nombre de tirs qui échouent

– Touches manquées :

Le nombre de tentatives échouées par le système, par exemple, les liens brisés.

 

Cas de test pour les tests de résistance

types d'essais de performance

Les cas de test sont soigneusement élaborés dans les tests de stress afin d’appliquer des charges extrêmes, des charges de travail lourdes ou des paramètres inhabituels au système. Ils visent à pousser le système jusqu’à ses limites et à évaluer ses performances sous une contrainte maximale. Les cas de test impliquent généralement une combinaison d’une forte concurrence entre les utilisateurs, de gros volumes de données et de transactions complexes afin de simuler des scénarios réels qui pourraient potentiellement submerger le système.

 

1. Que sont les cas de test dans les tests de résistance ?

 

Les cas de test dans les tests de résistance sont des scénarios ou des situations spécifiques qui sont conçus pour simuler des conditions de stress élevé et évaluer la performance et la stabilité du système logiciel dans de telles circonstances. Ces scénarios décrivent les étapes, les données d’entrée et les résultats attendus pour la réalisation des tests de résistance.

Les cas de test utilisés dans les tests de stress comprennent souvent des variations dans les modèles de charge de travail, les niveaux de charge et les facteurs de stress. Ils couvrent un large éventail de scénarios de stress, tels que des pics soudains d’activité des utilisateurs, l’accès simultané à des ressources critiques, des charges lourdes prolongées ou des opérations d’entrée/sortie de données excessives. En testant ces scénarios, les développeurs peuvent identifier les goulets d’étranglement en matière de performances, les limitations de ressources, les problèmes d’évolutivité et d’autres vulnérabilités du système.

 

2. Exemples de cas de test dans les tests de résistance

 

La lecture d’exemples de cas de tests de résistance peut aider à illustrer ce qu’est un cas de test et comment il guide le processus de test de résistance.

 

Exemple de charge d’utilisateurs simultanés

Objectif : évaluer les performances et l’évolutivité du système pour un nombre élevé d’utilisateurs simultanés : Évaluer les performances et l’évolutivité du système en présence d’un grand nombre d’utilisateurs simultanés.

Étapes du scénario de test :

1. Simulez un scénario dans lequel 1000 utilisateurs accèdent simultanément au système.
2. Chaque utilisateur effectue une série d’actions typiques, telles que se connecter, parcourir les produits, ajouter des articles au panier et passer à la caisse.
3. Contrôlez le temps de réponse pour chaque action de l’utilisateur.
4. Mesurer le débit du système (nombre de transactions réussies par seconde) et calculer le temps de réponse moyen.
5. Veiller à ce que le système maintienne un temps de réponse acceptable et gère la charge des utilisateurs simultanés sans dégradation significative des performances ni erreurs.

 

Exemple de volume de données

Objectif : évaluer les performances et la stabilité du système lors du traitement d’un grand volume de données : Évaluer les performances et la stabilité du système lors du traitement d’un grand volume de données.

Étapes du scénario de test :

1. Préparez un ensemble de données contenant une quantité importante de données (par exemple, 1 million d’enregistrements).
2. Simuler un scénario dans lequel le système traite l’ensemble des données en une seule opération ou transaction.
3. Surveiller l’utilisation des ressources du système (CPU, mémoire, E/S disque) pendant le traitement des données.
4. Mesurer le temps écoulé pour que le système termine l’opération de traitement des données.
5. Vérifier que le système termine l’opération dans un délai acceptable et sans épuiser les ressources critiques.

 

Exemples de tests de résistance

Tests de résistance au stress - Types, processus, outils, listes de contrôle, etc.

Un exemple de test de résistance dans le cadre d’un test de logiciel peut vous aider à comprendre ce qu’est un test de résistance et comment il fonctionne.

 

1. Exemple d’essai de charge de pointe

 

Objectif : évaluer les performances et la stabilité du système dans des conditions de charge maximale : Évaluer les performances et la stabilité du système dans des conditions de charge maximale.

Scénario de test :

1. Simulez un scénario dans lequel le système subit une augmentation soudaine de l’activité des utilisateurs, par exemple lors d’une vente flash.
2. Augmenter progressivement la charge des utilisateurs, en partant d’une charge de base et en augmentant graduellement jusqu’à la charge de pointe prévue.
3. Contrôler le temps de réponse, le débit et l’utilisation des ressources du système pendant le pic de charge.
4. Mesurer la capacité du système à gérer l’augmentation de la charge et s’assurer qu’il maintient des temps de réponse et des performances acceptables.
5. Poursuivre la surveillance pendant une période prolongée afin d’évaluer la stabilité et la résilience du système dans des conditions de charge de pointe soutenues.

Résultat escompté :

– Le système doit supporter la charge maximale sans dégradation significative des performances ni erreurs.
– Le temps de réponse pour les actions critiques de l’utilisateur doit rester dans des seuils acceptables.
– Le débit du système doit pouvoir répondre à la demande accrue des utilisateurs sans atteindre un point de saturation.
– L’utilisation des ressources (CPU, mémoire, bande passante du réseau) doit être contrôlée pour s’assurer qu’elle reste dans des limites acceptables.

 

2. Exemple de test de résistance à l’épuisement des ressources

 

Objectif : Déterminer le comportement et les performances du système lorsque les ressources critiques sont poussées à leurs limites.

Scénario de test :

1. Simuler un scénario dans lequel le système est confronté à des opérations à forte intensité de ressources ou à des conditions de forte demande.
2. Solliciter le système en exécutant une série de tâches qui consomment une part importante des ressources du système, telles que des calculs complexes ou des opérations à forte intensité de données.
3. Surveiller l’utilisation des ressources du système (CPU, mémoire, espace disque) pendant les tâches gourmandes en ressources.
4. Évaluer le temps de réponse du système, sa capacité à traiter les erreurs et sa stabilité dans des conditions d’épuisement des ressources.
5. Observez si le système se rétablit avec élégance une fois les tâches gourmandes en ressources terminées ou si des effets persistants persistent.

Résultat escompté :

– Le système doit faire preuve de résilience et de stabilité, même dans le cadre d’opérations à forte intensité de ressources.
– L’utilisation des ressources doit être contrôlée pour s’assurer qu’elle reste dans les limites acceptables et éviter l’épuisement des ressources.
– Le système doit gérer l’épuisement des ressources avec élégance, en évitant les pannes, la corruption des données ou l’instabilité prolongée du système.
– Des mécanismes de récupération doivent être observés pour garantir que le système se rétablit et reprend son fonctionnement normal une fois que les tâches à forte intensité de ressources sont terminées.

 

7 erreurs et pièges dans la mise en œuvre

tests de résistance des logiciels

défis - tests de charge

Si vous envisagez d’entreprendre des tests de résistance des logiciels, il est important de connaître les pièges les plus courants auxquels les développeurs sont confrontés afin d’éviter de commettre ces erreurs vous-même.

 

1. Planification inadéquate des tests

L’absence de planification et de définition claire des objectifs, du champ d’application et des scénarios des tests de résistance peut entraîner des tests incomplets ou inefficaces. L’absence de planification adéquate peut conduire à des occasions manquées d’identifier des problèmes de performance critiques.

 

2. Environnement de test insuffisant

L’utilisation d’un environnement de test inadéquat qui ne reproduit pas fidèlement l’environnement de production peut donner des résultats trompeurs ou inexacts. Un environnement inadapté peut ne pas permettre de découvrir les goulets d’étranglement ou les problèmes de performance qui surviennent spécifiquement dans la configuration de production.

 

3. Négliger les charges de travail réalistes

L’utilisation de charges de travail irréalistes ou inadéquates pendant les tests de résistance peut conduire à des évaluations inexactes des performances. Le fait de ne pas reproduire des scénarios réels, le comportement des utilisateurs ou les volumes de données peut permettre de passer à côté de problèmes de performance qui pourraient survenir dans des conditions d’utilisation réelles.

 

4. Absence de suivi et d’analyse

Négliger la surveillance et l’analyse des paramètres du système pendant les tests de résistance peut limiter l’efficacité du processus de test. Sans une collecte et une analyse complètes des données, il devient difficile d’identifier les goulets d’étranglement en matière de performances, les limitations de ressources ou les domaines nécessitant une optimisation.

 

5. Ignorer les exigences non fonctionnelles

Négliger les exigences non fonctionnelles, telles que les seuils de temps de réponse ou les objectifs de débit, lors des tests de résistance peut conduire à négliger les contraintes de performance critiques. Le non-respect des exigences non fonctionnelles peut entraîner l’insatisfaction des utilisateurs, une mauvaise expérience utilisateur, voire des défaillances du système dans des conditions extrêmes.

 

6. Données d’essai inadéquates

L’utilisation de données de test insuffisantes ou irréalistes peut nuire à l’efficacité des tests de résistance. Les données d’essai doivent refléter fidèlement les volumes, la variété et la complexité des données attendues, afin de garantir une évaluation adéquate des performances du système et l’identification des problèmes potentiels.

 

7. Manque de collaboration et de communication

Une collaboration et une communication insuffisantes entre les parties prenantes impliquées dans les tests de résistance peuvent entraîner des malentendus, des retards dans la résolution des problèmes ou des occasions manquées d’amélioration. Il est essentiel de disposer de canaux de communication et de collaboration clairs entre les développeurs, les testeurs et les autres parties prenantes concernées afin de garantir un processus de test de résistance efficace et sans heurts.

IS YOUR COMPANY IN NEED OF

ENTERPRISE LEVEL

TASK-AGNOSTIC SOFTWARE AUTOMATION?

 

Meilleures pratiques en matière de tests de résistance

ingénierie logicielle

Qu'est-ce qu'un test de charge, un test d'application mobile et un test ad hoc ?

Les meilleures pratiques en matière de simulation de crise font référence à un ensemble de lignes directrices et d’approches qui contribuent à garantir l’efficacité, la précision et la fiabilité des efforts de simulation de crise. En suivant les meilleures pratiques, les organisations peuvent obtenir des informations précieuses sur le comportement de leur système logiciel dans des conditions de stress élevé, atténuer les risques, améliorer les performances et accroître la satisfaction des utilisateurs.

 

1. Définir des objectifs clairs

Définir clairement les objectifs et les buts de l’effort de simulation de crise. Identifier les mesures de performance spécifiques, les exigences non fonctionnelles et les domaines d’intérêt afin de garantir un processus de test ciblé et efficace.

 

2. Répliquer fidèlement l’environnement de production

Créer un environnement de test qui reproduit fidèlement l’environnement de production, y compris le matériel, les logiciels, les configurations de réseau et les volumes de données. Cela permet d’assurer une simulation précise des conditions réelles et de faciliter des évaluations de performance plus fiables.

 

3. Utiliser des charges de travail réalistes

Utiliser des charges de travail et des modèles d’utilisation réalistes qui reproduisent fidèlement le comportement réel des utilisateurs. Tenez compte de facteurs tels que les utilisateurs simultanés, les taux de transaction, les volumes de données et les scénarios de charge maximale. Des charges de travail réalistes donnent une idée plus précise des performances et de l’évolutivité du système.

 

4. Affinez vos processus de test

Traiter les tests de résistance comme un processus itératif. Analysez les résultats des tests, identifiez les points à améliorer et affinez les scénarios de test et les charges de travail au fur et à mesure des tests. Répéter continuellement le processus de test de résistance pour valider l’efficacité des optimisations et assurer la performance continue du système.

 

5. Classer par ordre de priorité en fonction de l’impact

Sur la base des problèmes de performance identifiés, établir un ordre de priorité pour les corrections et optimisations qui auront le plus grand impact. S’attaquer d’abord aux goulets d’étranglement critiques et aux limites de performance pour garantir des améliorations immédiates et un système plus stable.

 

De quoi avez-vous besoin pour commencer à effectuer des tests de résistance ?

article sur les tests boîte grise - outils, approches, comparaison avec les tests boîte blanche et boîte noire, outils boîte grise gratuits et d'entreprise.

Pour commencer les tests de résistance, les développeurs doivent créer un plan de test, rassembler des données de test et s’assurer que tous les développeurs participant aux tests de résistance sont informés des processus, des outils et des objectifs des tests.

 

1. Des objectifs et un plan de test clairs

Avant de commencer les tests de résistance, vous devez définir clairement les objectifs et les processus que vous utiliserez dans le cadre de ces tests. Définir clairement les buts et les objectifs de l’effort de simulation de crise et élaborer un plan de test complet décrivant le champ d’application, les scénarios de test et les exigences en matière de données de test.

 

2. Un environnement de test

Mettre en place un environnement de test qui reproduit fidèlement l’environnement de production en termes de matériel, de logiciels et de configurations de réseau. Vous devrez également préparer des données de test pertinentes et représentatives qui seront utilisées au cours du processus de test de résistance.

 

3. Technologie et outils

Décidez des outils que vous allez utiliser pour automatiser le processus de test ou pour contrôler et analyser les résultats de vos tests. Vous pouvez utiliser des outils pour surveiller et collecter des mesures de performance pendant les tests de stress et utiliser le logiciel de test de stress RAM pour effectuer des tests de stress et des tests de performance.

 

Tests de résistance manuels ou automatisés ?

 

Les organisations peuvent choisir entre des tests manuels et des tests de résistance automatisés, ou adopter une approche hybride qui combine des éléments des deux. Les tests de stress manuels impliquent que des testeurs humains simulent manuellement des scénarios de stress élevé et observent le comportement du système, tandis que les tests de stress automatisés utilisent des outils d’hyperautomatisation spécialisés et des logiciels de tests de stress pour processeurs afin d’automatiser le processus de test.

1. Avantages des tests de résistance manuels :

 

– Flexibilité :

Les tests manuels permettent aux testeurs d’adapter et d’explorer différents scénarios de stress en temps réel, offrant ainsi la flexibilité nécessaire pour découvrir des problèmes uniques ou des cas limites.

– Simulation du monde réel :

Les tests manuels peuvent imiter plus précisément le comportement réel des utilisateurs, ce qui permet aux testeurs de reproduire des schémas et des scénarios d’utilisation complexes.

– Le rapport coût-efficacité :

Les tests de résistance manuels peuvent être plus rentables pour les petits projets aux budgets limités, car ils ne nécessitent pas d’installation d’automatisation ou d’investissement dans des outils importants.

 

2. Inconvénients des tests de résistance manuels :

 

– Le temps est compté:

Les tests de résistance manuels peuvent prendre beaucoup de temps, en particulier pour les grands systèmes ou les scénarios de résistance complexes, car les testeurs humains doivent simuler et surveiller les tests.

– Extensibilité limitée :

Les tests manuels peuvent ne pas s’adapter à l’augmentation du nombre d’utilisateurs simultanés ou des facteurs de stress, ce qui rend difficile la réalisation de scénarios à forte charge.

– Risque d’erreur humaine :

Les tests manuels sont sujets à des erreurs humaines, telles qu’une exécution incohérente des tests ou une observation subjective, qui peuvent avoir un impact sur la précision et la fiabilité des résultats.

3. Avantages des tests de résistance automatisés :

 

– Efficacité accrue :

Les tests de résistance automatisés permettent d’exécuter un grand nombre de tests de résistance avec une intervention humaine minimale, ce qui permet d’économiser du temps et des efforts par rapport aux tests manuels.

– Évolutivité :

Les outils automatisés peuvent générer et simuler des scénarios à forte charge, ce qui permet aux testeurs d’évaluer les performances du système dans des conditions extrêmes qu’il serait difficile de réaliser manuellement.

– Répétable et cohérent :

Les tests automatisés garantissent une exécution cohérente et éliminent la variabilité introduite par les testeurs humains, ce qui se traduit par des résultats plus fiables et reproductibles.

4. Inconvénients des tests de résistance automatisés :

 

– Configuration initiale et courbe d’apprentissage :

La mise en place et la configuration d’outils automatisés de tests de résistance peuvent nécessiter un investissement initial important en temps et en ressources. Les testeurs peuvent avoir besoin d’apprendre des langages de script ou des outils spécialisés.

– Adaptabilité limitée :

Les tests de résistance automatisés peuvent avoir du mal à s’adapter à des scénarios imprévus ou à des schémas d’utilisation complexes qui requièrent l’intuition et la prise de décision de l’homme.

– Considérations relatives aux coûts :

Les outils et l’infrastructure de tests de résistance automatisés peuvent être coûteux, en particulier pour les organisations ayant des budgets limités ou des projets de moindre envergure.

Dissiper la confusion : les tests de résistance

vs tests de charge

La frontière entre le cadre d'automatisation et l'outil de test d'automatisation

Les tests de stress et les tests de charge sont deux activités essentielles dans le domaine des tests de logiciels, axés sur l’évaluation des performances du système. Bien qu’elles présentent des similitudes et qu’elles soient souvent utilisées conjointement, il existe des différences marquées entre les deux approches. Il est essentiel de comprendre ces différences pour que les organisations puissent évaluer et optimiser efficacement leurs systèmes logiciels.

 

1. Qu’est-ce qu’un test de charge ?

Les tests de charge se concentrent sur l’évaluation de la performance et du comportement d’un système sous des charges d’utilisateurs anticipées et attendues. Il s’agit de simuler le nombre prévu d’utilisateurs et leurs interactions correspondantes avec le système afin d’évaluer son temps de réponse, son débit et l’utilisation des ressources.

L’objectif des tests de charge est de déterminer comment le système fonctionne dans des conditions d’utilisation normales et de pointe, afin de s’assurer qu’il peut gérer la charge de travail prévue sans dégradation des performances ni défaillance.

 

2. Tests de résistance des logiciels et tests de charge

 

La meilleure façon de comprendre la différence entre les tests de stress et les tests de charge est de considérer les différences entre ces deux types de tests de logiciels.

 

– Objet :

Les tests de stress visent à identifier les vulnérabilités et les points de défaillance du système dans des conditions extrêmes, tandis que les tests de charge évaluent les performances du système en fonction de la charge attendue des utilisateurs.

– Intensité :

Les tests de stress poussent le système au-delà de ses limites, tandis que les tests de charge simulent des scénarios d’utilisation du monde réel dans le respect des paramètres prévus.

– Variation du scénario :

Les tests de stress comprennent souvent des scénarios plus extrêmes et inhabituels qui ont peu de chances de se produire dans le cadre d’une utilisation régulière, tandis que les tests de charge se concentrent sur des scénarios représentatifs basés sur le comportement anticipé de l’utilisateur.

– Identification des risques :

Les tests de stress permettent de découvrir les problèmes critiques susceptibles d’entraîner une défaillance du système ou des pannes, tandis que les tests de charge permettent principalement d’évaluer les goulets d’étranglement en matière de performances et les limitations de ressources.

– Environnement de test :

Les tests de stress impliquent généralement des environnements contrôlés et simulés pour créer des conditions extrêmes, tandis que les tests de charge visent à reproduire l’environnement de production aussi fidèlement que possible.

– Durée du test :

Les tests de stress sont généralement de courte durée et se concentrent sur des situations de stress élevé, tandis que les tests de charge peuvent s’étendre sur des périodes plus longues afin d’évaluer la stabilité des performances au fil du temps.

 

5 meilleurs outils, programmes et logiciels de simulation de crise

 

L’utilisation d’un programme de simulation de crise pour automatiser les éléments de la simulation de crise, surveiller les résultats de vos tests et mettre en œuvre la RPA pour reproduire des charges extrêmes est un moyen efficace de rationaliser la simulation de crise. Jetons un coup d’œil à quelques-uns des meilleurs logiciels de test de stress gratuits et destinés aux entreprises, disponibles aujourd’hui.

 

1. ZAPTEST

ZAPTEST crée des éditions gratuites et des éditions d’entreprise de son logiciel de test de stress automatisé pour PC. ZAPTEST est l’un des meilleurs logiciels de test de stress sur le marché qui permet aux développeurs et aux testeurs d’automatiser tous les types de tests de logiciels, y compris les tests de stress. Son édition Entreprise comprend des licences illimitées, un expert ZAP travaillant aux côtés de l’équipe du client, une fonctionnalité RPA de pointe sans coût supplémentaire – c’est vraiment la solution unique pour l’automatisation de toutes les tâches, de tous les appareils et de tous les navigateurs.

 

2. Charge lourde

 

HeavyLoad est un autre programme de test de stress gratuit qui peut être utilisé pour exécuter des cas de test de stress sous Windows et Mac OS. HeavyLoad peut effectuer des tests de stress sur le CPU, le GPU et la mémoire de votre ordinateur. Il peut être combiné à d’autres systèmes logiciels pour tester sous contrainte un programme ou une configuration matérielle particulière.

 

3. LoadTracer

 

LoadTracer est un exemple de logiciel gratuit de test de stress pour Mac et Windows qui peut être utilisé pour effectuer des tests de stress, des tests de charge et des tests d’endurance sur des applications web. Facile à utiliser et compatible avec tout type de navigateur, il permet de produire des graphiques et des rapports simples sur un grand nombre de paramètres.

 

4. Température du cœur

 

Core Temp est l’un des meilleurs logiciels de test de stress du processeur sur le marché aujourd’hui. Il s’agit d’un programme de test de stress du processeur qui surveille la température de chaque cœur de chaque processeur de l’ordinateur, avec une prise en charge de la personnalisation et de l’extensibilité. Si vous cherchez un logiciel de test de stress du processeur qui soit gratuit, c’est celui qu’il vous faut essayer.

 

5. GPU-Z

 

Comme son nom l’indique, GPU-Z est un logiciel gratuit de test de stress du GPU qui prend en charge le système d’exploitation Windows et peut tester les cartes graphiques et les périphériques NVIDIA, AMD, ATI et Intel. Vous pouvez également utiliser ce programme pour sauvegarder votre carte graphique GPU.

 

Liste de contrôle des tests de résistance, conseils,

et astuces

Liste de contrôle des tests logiciels

Avant de commencer l’épreuve d’effort, lisez cette liste de conseils et de rappels pour vous assurer que vous êtes prêt à effectuer l’épreuve d’effort avant de commencer.

 

1. Contrôler les indicateurs de performance

Contrôler les mesures de performance tout au long des tests de résistance. Mettre en œuvre des mécanismes de surveillance robustes pour capturer les mesures de performance pertinentes telles que le temps de réponse, le débit, l’utilisation des ressources et les taux d’erreur pendant les tests de résistance.

 

2. Ouvrir les canaux de communication

Favoriser la collaboration et la communication ouverte entre les équipes de développement, de test et d’exploitation afin d’assurer une compréhension globale des problèmes de performance et de faciliter la résolution efficace des problèmes.

 

3. Tout documenter

Documenter le processus de test de résistance, y compris les plans de test, les scénarios, les résultats et les recommandations. Préparer des rapports complets résumant les résultats des tests et les communiquer aux parties prenantes.

 

4. Utiliser la technologie

Tenez-vous au courant des avancées en matière de méthodologies, d’outils et de bonnes pratiques pour vous assurer que vous utilisez les techniques les plus récentes et que vous maximisez la valeur des tests de résistance. Les logiciels de simulation de crise peuvent vous aider à automatiser ces tests et à en contrôler les résultats de manière plus efficace.

 

5. Apprendre de ses erreurs

Qu’il s’agisse de tests de stress, de tests de charge ou d’autres types de tests de logiciels, il est toujours important de tirer les leçons du passé. Tirer continuellement les leçons des expériences précédentes en matière de tests de résistance et les intégrer dans les futurs efforts de test afin d’améliorer l’efficacité des tests de résistance.

 

Conclusion

Dans le domaine de l’ingénierie logicielle, les tests de résistance jouent un rôle essentiel pour garantir la robustesse, la stabilité et la performance des systèmes logiciels. En soumettant un système à des conditions extrêmes, les tests de résistance permettent d’identifier ses limites, de découvrir les goulets d’étranglement et de révéler les points de défaillance potentiels. Il fournit aux développeurs des informations précieuses sur le comportement du système dans des scénarios de stress élevé, ce qui leur permet d’optimiser les performances, de renforcer l’évolutivité et d’améliorer l’expérience globale de l’utilisateur.

Les développeurs doivent donner la priorité aux tests de résistance, car ils permettent d’identifier les problèmes de performance critiques susceptibles d’entraîner des défaillances du système, des pannes ou le mécontentement des utilisateurs. En effectuant des tests de stress de manière proactive, les développeurs peuvent résoudre ces problèmes avant qu’ils n’aient un impact sur l’utilisation réelle, en s’assurant que leur logiciel peut faire face à des pics inattendus de trafic, de volume de données ou de demandes de ressources. Les tests de stress permettent également aux développeurs d’affiner leur logiciel, d’optimiser les performances du système et d’offrir une expérience utilisateur fiable et transparente.

Download post as PDF

Alex Zap Chernyak

Alex Zap Chernyak

Founder and CEO of ZAPTEST, with 20 years of experience in Software Automation for Testing + RPA processes, and application development. Read Alex Zap Chernyak's full executive profile on Forbes.

Get PDF-file of this post