fbpx

Get your 6-month No-Cost Opt-Out offer for Unlimited Software Automation?

 

Dans le monde du développement de logiciels, l’assurance qualité joue un rôle essentiel en garantissant que les applications fonctionnent sans problème dans des conditions variables. Parmi la pléthore de méthodologies de test, le test d’immersion apparaît comme une pratique cruciale qui valide la stabilité, l’endurance et la performance des systèmes logiciels sur des périodes prolongées. En soumettant une application à des charges lourdes et soutenues, les tests d’endurance dévoilent les vulnérabilités cachées et permettent aux développeurs d’affiner leurs créations pour obtenir des performances optimales.

Dans cet article, nous allons explorer la signification des tests d’immersion, comment les mener et quels outils de tests d’immersion peuvent simplifier les tests d’immersion et améliorer l’efficacité de vos tests d’immersion.

 

Table des matières

Qu’est-ce que le “soak testing” ?

Tests de résistance au stress - Types, processus, outils, listes de contrôle, etc.

Le test d’endurance, également appelé test de longévité, est un type de test logiciel non fonctionnel qui évalue le comportement et les performances d’une application dans le cadre d’une utilisation soutenue ou prolongée. Il vise à simuler des scénarios réels dans lesquels le logiciel est soumis à une utilisation continue, à des charges lourdes ou à des périodes de fonctionnement prolongées. L’objectif principal des tests d’endurance est d’identifier les problèmes potentiels liés aux ressources du système, aux fuites de mémoire, à la dégradation des performances et à la stabilité générale sur une période prolongée.

Au cours d’un test d’endurance, l’application est soumise à une charge de travail constante ou à une forte charge d’utilisateurs pendant une période prolongée, allant généralement de plusieurs heures à plusieurs jours. Cette exposition prolongée permet de découvrir des problèmes qui ne seraient pas apparus lors de cycles de test plus courts, tels que les fuites de mémoire, l’épuisement des ressources, la dégradation des performances du système ou les problèmes liés à l’accumulation de données sur le long terme.

L’idée principale des tests d’endurance est de déterminer dans quelle mesure le système peut supporter un stress soutenu, afin de s’assurer qu’il reste stable et qu’il fonctionne de manière fiable, même en cas d’utilisation continue. Il vise à identifier toute dégradation des performances, les fuites de mémoire ou d’autres problèmes liés au système qui pourraient survenir au fil du temps. En soumettant le logiciel à une charge continue, les tests d’endurance donnent un aperçu de son comportement à long terme et permettent d’identifier les goulets d’étranglement ou les vulnérabilités susceptibles d’apparaître au cours de périodes d’exploitation prolongées.

 

Quand devons-nous effectuer des tests d’imprégnation ?

Beta Testing - Qu'est-ce que c'est, les types, les processus, les approches, les outils, vs. Alpha testing et plus encore !

Les tests d’imprégnation sont particulièrement importants pour les applications qui doivent fonctionner en continu, telles que les serveurs web, les systèmes de base de données ou les logiciels déployés dans des environnements critiques où les temps d’arrêt ne sont pas acceptables. Voici d’autres exemples d’occasions où il est important de procéder à des tests d’imprégnation :

 

1. Nouvelles versions de logiciels :

Lorsqu’une nouvelle version d’une application logicielle est développée, des tests d’endurance peuvent être effectués afin d’évaluer sa stabilité et ses performances dans le cadre d’une utilisation prolongée. Elle permet d’identifier tout problème susceptible de survenir après des périodes d’utilisation prolongées, garantissant ainsi que la nouvelle version peut résister à une utilisation réelle.

 

2. Mises à niveau du système :

Lorsque des mises à niveau ou des changements importants sont apportés à l’infrastructure du système sous-jacent, tels que des mises à niveau du système d’exploitation, des migrations de bases de données ou des remplacements de matériel, la réalisation de tests d’endurance permet aux organisations de valider que le système mis à niveau peut gérer une utilisation continue sans effets néfastes sur la stabilité ou les performances de l’application.

 

3. Périodes d’utilisation maximale :

Si l’on s’attend à ce que l’application logicielle soit fortement utilisée pendant des périodes spécifiques, telles que les pics saisonniers, les campagnes promotionnelles ou les pics anticipés d’activité des utilisateurs, il est impératif de procéder à des tests d’imprégnation.

Le meilleur moment pour effectuer des tests d’imprégnation est le week-end, lorsque l’application peut rester opérationnelle en continu pendant de longues périodes, y compris le jour et la nuit. Toutefois, le calendrier spécifique peut varier en fonction des contraintes et des exigences de l’environnement de test.

 

Quand il n’est pas nécessaire d’effectuer des tests d’étanchéité

par qui les tests alpha sont-ils effectués ?

Bien que les tests d’imprégnation soient une pratique utile dans de nombreux scénarios de développement de logiciels, il existe quelques situations dans lesquelles il n’est pas nécessaire ou bénéfique d’effectuer des tests d’imprégnation. Il s’agit notamment de :

 

1. Applications de courte durée :

Si vous développez une application destinée à une utilisation ponctuelle ou à court terme, où les utilisateurs ne sont pas censés interagir avec l’application pendant de longues périodes, il n’est peut-être pas nécessaire de procéder à des tests d’imprégnation. Les tests d’imprégnation sont plus pertinents pour les applications destinées à fonctionner en continu ou pendant une longue période.

 

2. Applications à ressources limitées :

Certaines applications ont des contraintes de ressources limitées, comme les systèmes embarqués ou les applications mobiles légères avec des limitations de mémoire strictes. Dans ce cas, les tests d’imprégnation peuvent ne pas fournir d’informations significatives car les limitations sont déjà connues et largement optimisées. D’autres méthodes de test axées sur les contraintes de ressources peuvent être plus appropriées.

 

3. Contraintes de temps et de budget :

Lorsque les contraintes de temps et de budget sont importantes et que les risques associés à une utilisation prolongée sont relativement faibles, les organisations peuvent décider de donner la priorité à d’autres activités de test plutôt qu’à des tests d’imprégnation. Bien que les tests d’imprégnation fournissent des informations précieuses, leur exécution nécessite du temps, des ressources et une infrastructure supplémentaires.

 

4. Applications stables :

Si une application est en production depuis longtemps et a fait l’objet de tests approfondis et d’une optimisation des performances par le passé, il n’est peut-être pas aussi important de procéder régulièrement à des tests d’endurance. Toutefois, une réévaluation périodique peut s’avérer utile si des changements ou des mises à niveau importants sont introduits.

Il est important que les développeurs évaluent soigneusement la nécessité des tests d’immersion avant de prendre la décision de s’en passer. Même si le “soak testing” n’est pas crucial, d’autres formes de tests de logiciels doivent être effectuées.

 

Qui est impliqué dans les tests d’imprégnation ?

qui doit être impliqué dans les outils d'automatisation des tests logiciels et la planification de ceux-ci

Les tests d’imprégnation sont généralement effectués par des équipes de test de logiciels ou des professionnels de l’assurance qualité (QA) spécialisés dans les tests de performance et l’automatisation des tests. Les testeurs spécialisés dans les tests de performance ou d’endurance sont souvent responsables de la planification, de la conception et de l’exécution des tests d’endurance. Ils ont une connaissance approfondie des méthodologies de test, des mesures de performance et des outils nécessaires à la réalisation de tests approfondis.

Les ingénieurs AQ jouent également un rôle crucial en garantissant la qualité et les performances globales des applications logicielles. Ils collaborent avec les développeurs et les testeurs pour définir les exigences en matière de tests d’absorption, élaborer des plans de test et analyser les résultats des tests. Les ingénieurs AQ peuvent également aider à sélectionner les outils et les technologies appropriés pour mener des tests d’endurance de manière efficace.

 

Qu’est-ce que nous testons dans le cadre d’un “soak testing” ?

Tests alpha et tests bêta

Dans le cadre des tests d’endurance, divers aspects d’une application sont testés afin d’évaluer son comportement et ses performances dans le cadre d’une utilisation prolongée. Les éléments clés qui sont généralement testés lors des tests d’endurance sont la stabilité, la mémoire, les ressources, la restauration du système, etc.

 

1. La stabilité

Le test d’imprégnation vise à déterminer la stabilité de l’application dans le temps. Il évalue si l’application reste opérationnelle sans plantage, gel ou défaillance inattendue au cours d’une utilisation prolongée.

 

2. Fuites de mémoire

L’un des principaux objectifs des tests d’endurance est d’identifier et de traiter les fuites de mémoire. Il s’agit de surveiller l’utilisation de la mémoire de l’application sur une longue période afin de s’assurer qu’il n’y a pas de fuites de mémoire importantes ou de problèmes de consommation de mémoire susceptibles d’entraîner une dégradation des performances ou une instabilité du système.

 

3. Utilisation des ressources

Le test d’endurance évalue la manière dont l’application gère ses ressources, telles que l’utilisation de l’unité centrale, l’espace disque, l’utilisation du réseau ou les connexions à la base de données, lors d’une utilisation prolongée. Il permet de découvrir les goulets d’étranglement ou les inefficacités liés aux ressources qui peuvent avoir un impact sur les performances.

 

4. Dégradation des performances

Les tests d’imprégnation visent à identifier toute dégradation des performances qui se produit au fil du temps. Il mesure et analyse le temps de réponse, le débit et d’autres paramètres de performance de l’application afin de déterminer s’il y a des baisses significatives de performance ou de réactivité lors d’une utilisation prolongée.

 

5. Récupération du système

Les tests d’imprégnation examinent également la capacité de l’application à se remettre de scénarios exceptionnels ou d’interruptions du système. Il valide la capacité de l’application à reprendre un fonctionnement normal et à maintenir sa stabilité après des événements tels que des pannes de réseau, des redémarrages de bases de données ou des redémarrages de serveurs.

 

6. Accumulation de données

Si l’application implique uneaccumulation de données à long terme, les tests d’endurance permettent de s’assurer que le système gère efficacement cette accumulation sans rencontrer de problèmes liés aux données, tels que la dégradation des performances de la base de données, la corruption des données ou la perte de données.

 

Caractéristiques des tests d’imprégnation

checklist uat, outils de test d'applications web, automatisation et plus encore

Il est possible d’utiliser des caractéristiques pour définir un test d’imprégnation, ce qui signifie que ces caractéristiques nous aident à comprendre ce qui sépare les tests d’imprégnation des autres types de tests de logiciels. Vous trouverez ci-dessous une liste des caractéristiques les plus distinctives des tests de performance d’immersion.

 

1. Durée prolongée

Les tests d’imprégnation consistent à soumettre l’application à une utilisation soutenue pendant une période prolongée, allant généralement de plusieurs heures à plusieurs jours. Cette durée prolongée permet de mettre au jour des problèmes qui ne peuvent apparaître qu’au cours d’opérations à long terme. La durée de la plupart des tests d’imprégnation est souvent déterminée par le temps disponible.

 

2. Charge de travail continue

Les tests d’endurance simulent des scénarios réels en soumettant l’application à une charge de travail constante ou importante tout au long de la période de test. Cette charge de travail est conçue pour reproduire les schémas d’utilisation prévus et solliciter le système au fil du temps. Les applications doivent donc fonctionner sans interruption pendant une période prolongée.

 

3. Couverture du scénario

Les tests d’imprégnation doivent couvrir tous les scénarios dont les parties prenantes conviennent qu’ils doivent être couverts. Les tests d’imprégnation visent à reproduire des scénarios d’utilisation réels, y compris les interactions entre les utilisateurs, les entrées du système et le traitement des données. Les scénarios de test sont conçus pour reproduire le comportement attendu des utilisateurs finaux pendant des périodes prolongées d’utilisation de l’application.

 

Stratégies de test d’imbibition

stratégies et outils pour les tests d'absorption (soak testing)

Avant d’effectuer des tests d’immersion, il est important d’établir votre stratégie de test d’immersion en prenant en considération un certain nombre d’aspects de la conception de votre test d’immersion.

Déterminez votre environnement de test en considérant le matériel, les logiciels, la base de données et le système d’exploitation que vous utiliserez pour effectuer votre test d’imprégnation. Rédigez des scénarios de test qui couvrent tous les domaines que vous souhaitez tester et estimez la durée de vos tests d’immersion pour tester correctement les performances.

Il existe également de nombreuses stratégies de test d’imprégnation que vous pouvez utiliser lors de l’exécution du test d’imprégnation, dont certaines sont détaillées ci-dessous.

 

1. Stratégie de charge constante

Dans cette stratégie, une charge de travail ou d’utilisateur constante est appliquée à l’application tout au long du test d’endurance. L’objectif est d’évaluer les performances et le comportement du système dans le cadre d’une utilisation soutenue sans variations significatives de la charge de travail.

 

2. Stratégie de charge progressive

Cette stratégie consiste à augmenter progressivement la charge de travail ou la charge de l’utilisateur sur l’application au cours du test d’imprégnation. Il permet d’identifier les seuils de performance du système et de déterminer comment il gère les niveaux de stress et d’utilisation croissants.

 

3. Stratégie de charge variable

Avec la stratégie de charge variable, la charge de travail ou la charge de l’utilisateur fluctue pendant le test d’imprégnation. Cette approche simule des scénarios réels dans lesquels l’application connaît des niveaux d’utilisation ou de demande variables. Il permet d’évaluer la capacité du système à s’adapter et à gérer des charges de travail dynamiques.

 

4. Analyse de la dégradation des performances

Cette stratégie est axée sur le suivi et l’analyse de la dégradation des performances au fil du temps pendant le test d’imprégnation. Il s’agit de suivre les principales mesures de performance, telles que les temps de réponse ou le débit, afin d’identifier toute détérioration progressive des performances pouvant survenir dans le cadre d’une utilisation soutenue.

 

Dissiper la confusion : les tests d’absorption (soak testing)

vs tests de charge vs tests de stress

dissiper certaines confusions dans l'automatisation des tests de logiciels

Dans le domaine des tests de logiciels, les termes “soak testing”, “load testing” et “stress testing” prêtent souvent à confusion. Bien que ces techniques de test soient apparentées, elles servent des objectifs différents et se concentrent sur des aspects distincts de la performance d’une application.

 

1. Qu’est-ce qu’un test de charge ?

signification du test d'imprégnation

Le test de charge consiste à tester les performances de l’application dans des conditions d’utilisation normales et de pointe prévues ou anticipées. Elle vise à déterminer le comportement et les performances du système lorsqu’il est soumis à des charges de travail ou d’utilisateurs spécifiques. Les tests de charge permettent d’identifier les goulets d’étranglement, les temps de réponse et les mesures de débit à différents niveaux de charge. L’objectif est d’évaluer si l’application peut répondre à la demande attendue des utilisateurs et garantir des performances optimales dans des conditions de charge de travail variables.

 

Quelles sont les différences entre les tests d’endurance et les tests de charge ?

Les principales différences entre les tests d’endurance et les tests de charge sont les suivantes :

Objet :

L’objectif principal des tests d’endurance est d’évaluer la stabilité du système, la gestion de la mémoire, l’utilisation des ressources et la dégradation des performances sur une période prolongée d’utilisation soutenue. Il vise à identifier les problèmes qui peuvent survenir au fil du temps, tels que les fuites de mémoire ou la dégradation des performances. En revanche, les tests de charge visent à évaluer les performances de l’application dans le cadre de charges de travail spécifiques ou de charges d’utilisateurs. Il permet d’identifier les goulets d’étranglement, les temps de réponse et les mesures de débit à différents niveaux de charge.

Durée de l’enquête :

Le test d’imprégnation consiste à soumettre l’application à une période prolongée d’utilisation soutenue, allant généralement de plusieurs heures à plusieurs jours. La durée des tests d’endurance est nettement plus longue que celle des tests de charge, qui se concentrent sur l’évaluation des mesures de performance et du comportement sous des charges spécifiques pendant une durée plus courte. Les tests de charge sont généralement effectués pendant une période spécifique ou jusqu’à ce que des critères de performance prédéfinis soient remplis.

Variation de la charge de travail :

Dans les tests d’endurance, la charge de travail ou la charge de l’utilisateur reste cohérente ou relativement stable pendant toute la durée du test. En revanche, les tests de charge consistent à appliquer différentes charges de travail ou charges d’utilisateurs pour simuler des scénarios réels, y compris des périodes d’utilisation normale et de pointe. L’objectif est de comprendre comment l’application fonctionne sous différents niveaux de charge.

 

2. Qu’est-ce qu’une simulation de crise ?

signification du test d'imprégnation

Les tests de stress consistent à pousser l’application au-delà de ses limites opérationnelles normales afin d’évaluer son comportement dans des conditions extrêmes. Il s’agit de soumettre le système à des charges d’utilisateurs élevées, à des volumes de données excessifs ou à des contraintes de ressources afin d’évaluer sa robustesse, sa stabilité et ses capacités de récupération. Les tests de stress permettent d’identifier les points de rupture de l’application, de mesurer sa résilience en cas de stress intense et de valider sa capacité à se rétablir de manière gracieuse.

 

Quelles sont les différences entre les tests d’endurance et les tests de résistance ?

 

Les principales différences entre les tests d’endurance et les tests de résistance sont les suivantes :

 

Objet :

Le test d’imprégnation vise principalement à évaluer le comportement et les performances du système dans le cadre d’une utilisation soutenue sur une période prolongée. D’autre part, les tests de stress sont conçus pour évaluer le comportement et les performances de l’application dans des conditions extrêmes qui la poussent au-delà de ses limites opérationnelles normales. Il vise à identifier les points de rupture, à mesurer la résilience et à évaluer les capacités de récupération en cas de stress intense.

Conditions d’essai :

Les tests d’imprégnation simulent des scénarios d’utilisation réels dans lesquels l’application est soumise à une utilisation continue. Les tests de stress, quant à eux, créent des conditions extrêmes en soumettant l’application à des charges d’utilisateurs élevées, à des volumes de données excessifs ou à des contraintes de ressources qui vont au-delà des schémas d’utilisation normaux ou prévus.

Variation de la charge :

Dans les tests d’endurance, la charge de travail ou la charge de l’utilisateur reste relativement cohérente ou stable pendant toute la durée du test. En revanche, les tests de résistance consistent généralement à augmenter la charge de travail ou à imposer des conditions extrêmes pour pousser le système à ses limites.

IS YOUR COMPANY IN NEED OF

ENTERPRISE LEVEL

TASK-AGNOSTIC SOFTWARE AUTOMATION?

Intensité :

Les essais d’imprégnation se caractérisent par une période d’essai prolongée et continue sans variations significatives de l’intensité de la charge de travail. Les tests de stress appliquent des conditions intenses et extrêmes qui dépassent les paramètres de fonctionnement normaux de l’application.

Focus :

Les tests d’imprégnation se concentrent généralement sur la stabilité et les performances dans le temps. Si les tests de résistance permettent également d’évaluer les performances dans des conditions extrêmes, ils mettent plus particulièrement l’accent sur les capacités de récupération de l’application. Il évalue la capacité du système à se remettre d’un stress extrême et à revenir à un état stable et fonctionnel.

 

Tests d’absorption manuels ou automatisés

vision par ordinateur pour les tests de logiciels

Lorsqu’il s’agit d’effectuer des tests d’imprégnation, les équipes ont le choix entre des approches de tests manuels et de tests automatisés. Les tests d’endurance manuels impliquent que des testeurs humains exécutent manuellement les scénarios de test et surveillent le comportement de l’application sur une période prolongée. Les tests d’endurance automatisés impliquent l’utilisation d’outils ou de cadres spécialisés pour automatiser l’exécution des scénarios de test et surveiller le comportement de l’application sur une période prolongée. Une grande partie de l’automatisation des tests de logiciels est réalisée grâce à l’automatisation des processus robotiques.

 

Les avantages des tests d’imprégnation manuels sont les suivants

1. La flexibilité :

Les tests manuels permettent aux testeurs de s’adapter rapidement aux changements et d’ajuster les scénarios ou les conditions de test à la volée.

 

2. Compréhension du contexte :

Les testeurs peuvent apporter leur connaissance du domaine et leur expertise pour interpréter les résultats et prendre des décisions éclairées sur la base du comportement observé.

 

3. Le rapport coût-efficacité :

Les tests manuels peuvent être plus rentables pour les projets à petite échelle qui ne nécessitent pas d’infrastructure d’automatisation étendue.

4. Observation en temps réel :

Les testeurs humains peuvent observer et analyser le comportement et les performances de l’application en temps réel, ce qui facilite l’identification de problèmes ou d’anomalies potentiels.

 

Les inconvénients des tests d’imprégnation manuels sont les suivants

1. Le temps est compté :

Les tests manuels peuvent prendre beaucoup de temps, en particulier pour les tests d’endurance de longue durée, car ils reposent sur l’intervention humaine et l’observation.
Risque d’erreur humaine : Les tests manuels sont sujets à des erreurs humaines, telles que des observations manquées ou des incohérences dans l’exécution des scénarios de test, qui peuvent avoir un impact sur la précision des résultats.

 

2. Extensibilité limitée :

Les tests manuels peuvent ne pas convenir aux applications à grande échelle ou aux scénarios qui nécessitent de traiter simultanément un grand nombre de cas de test.

 

3. Ressources intensives :

Les tests d’imprégnation manuels nécessitent des ressources humaines dédiées pendant toute la durée du test, ce qui n’est pas toujours possible.

 

Les avantages de l’automatisation des tests d’imprégnation :

1. Efficacité et gain de temps :

Les tests automatisés réduisent considérablement le temps et les efforts nécessaires à l’exécution des tests d’absorption, car les scénarios de test peuvent être programmés et exécutés automatiquement.

 

2. Cohérence :

L’automatisation garantit une exécution cohérente des cas de test, réduisant le risque d’erreur humaine et fournissant des résultats plus fiables.
Évolutivité : Les tests d’imprégnation automatisés peuvent facilement gérer des applications à grande échelle et des volumes élevés de cas de test simultanément, ce qui permet de réaliser des tests plus complets.

 

3. Contrôle des performances :

Les outils automatisés permettent de surveiller et d’analyser efficacement les paramètres de performance, ce qui facilite l’identification des dégradations ou des anomalies.

 

Les inconvénients de l’automatisation des tests d’absorption :

1. Configuration initiale et entretien :

Les tests d’endurance automatisés nécessitent un investissement initial dans la mise en place de l’infrastructure d’automatisation et dans la maintenance des scripts de test ou des cadres de travail.

 

2. Compréhension limitée du contexte :

Les tests automatisés n’ont pas la connaissance du domaine et la compréhension du contexte qu’apportent les testeurs humains, ce qui peut rendre difficile l’interprétation de certaines nuances comportementales.

 

3. Investissement initial :

La mise en œuvre de tests automatisés peut impliquer des coûts initiaux importants pour l’acquisition d’outils ou de cadres de test appropriés et la formation de l’équipe de test.

 

Types de tests d’imprégnation

Qu'est-ce que les tests unitaires ?

Il existe de nombreux types de tests d’immersion, ce qui signifie que les testeurs doivent choisir le type de test d’immersion qu’ils vont utiliser avant de commencer les tests. Les types de tests d’immersion les plus courants sont énumérés ci-dessous.

 

1. Essai d’imprégnation en continu

Dans ce type de test, l’application est soumise à une charge de travail ou à une utilisation continue pendant une période prolongée, allant généralement de plusieurs heures à plusieurs jours. L’objectif est d’évaluer la stabilité du système, la gestion de la mémoire, l’utilisation des ressources et la dégradation des performances au fil du temps.

 

2. Essai d’imprégnation incrémentielle

Dans un test d’endurance incrémental, la charge de travail ou la charge de l’utilisateur sur l’application est progressivement augmentée au fil du temps. Le test commence par une charge de travail relativement faible, puis l’augmente progressivement afin d’évaluer le comportement et les performances du système sous des niveaux croissants de stress et d’utilisation.

 

3. Essai d’immersion en rafale

Le Burst Soak Testing consiste à soumettre l’application à de courtes périodes de travail à haute intensité suivies de périodes de repos. Ce type de test simule des scénarios dans lesquels l’application connaît des pics soudains d’activité de la part des utilisateurs, ce qui permet aux testeurs d’évaluer la manière dont le système gère et récupère de telles pointes d’utilisation.

 

4. Test d’imprégnation pendant la nuit

Comme son nom l’indique, le test d’imprégnation nocturne est réalisé pendant une nuit entière, généralement de quelques heures à une nuit entière. Ce type de test permet d’identifier les problèmes qui peuvent survenir lorsque l’application est laissée en fonctionnement pendant une période prolongée sans intervention humaine ni surveillance.

 

Ce dont vous avez besoin pour commencer à effectuer des tests d’absorption (soak testing)

types d'essais de performance

Avant de commencer à tester la performance du logiciel, vous devez créer un environnement de test approprié et préparer un plan de test détaillé pour étayer vos tests. Voyons ce qu’il faut préparer avant d’effectuer des tests d’absorption.

 

1. Environnement de test

Mettre en place un environnement de test approprié qui ressemble étroitement à l’environnement de production ou qui représente le scénario d’utilisation prévu. Il s’agit du matériel, des logiciels, des systèmes d’exploitation et des configurations de réseau nécessaires à l’application.

 

2. Plan de test

Élaborer un plan de test complet décrivant les objectifs, la portée, les scénarios de test et les critères de réussite des tests d’imprégnation. Définissez les paramètres spécifiques que vous surveillerez et mesurerez pendant le test, tels que l’utilisation de la mémoire, l’utilisation de l’unité centrale, les temps de réponse et les taux d’erreur.

 

3. Données d’essai

Préparer ou générer les données d’essai nécessaires pour simuler des modèles et des scénarios d’utilisation réalistes. Il peut s’agir de créer des comptes d’utilisateurs types, d’alimenter les bases de données avec des données pertinentes ou de générer des activités d’utilisateurs simulées.

 

4. Outils de test d’imbibition

Identifier et acquérir les outils ou cadres appropriés pour effectuer les tests d’imprégnation. Ces outils de test d’apaisement peuvent comprendre des outils de contrôle des performances, des cadres d’automatisation ou des outils de génération de charge pour simuler des charges d’utilisateurs ou des charges de travail. Ceci est particulièrement important pour les équipes de test qui souhaitent évoluer vers l’hyperautomatisation.

 

5. Scripts de test

Développer ou configurer les scripts de test ou les scénarios qui seront utilisés pour exécuter les tests d’imprégnation. Ces scripts doivent simuler des actions, des interactions ou des transactions typiques de l’utilisateur que l’application est censée gérer pendant le test.

 

Le processus de test d’imprégnation

qu'est-ce que l'automatisation des tests logiciels

Il existe différentes manières d’effectuer un test d’imprégnation, ce qui signifie que le processus varie d’un test à l’autre. Si vous concevez un test d’imprégnation pour votre application ou votre programme, suivez les étapes ci-dessous pour commencer.

 

Étape 1 : Définir les objectifs et le champ d’application

Définir clairement les objectifs et le champ d’application du processus de test d’imprégnation. Déterminez les aspects du comportement, des performances ou de la stabilité de l’application que vous souhaitez évaluer au cours du test. Identifier les domaines spécifiques de préoccupation ou les risques potentiels qui doivent être traités.

 

Étape 2 : Créer des scénarios de test

Élaborer un ensemble de scénarios de test qui représentent des modèles d’utilisation typiques ou des scénarios de charge de travail pour l’application. Tenez compte de facteurs tels que les interactions entre les utilisateurs, les volumes de transactions, la taille des données et les charges d’utilisateurs simultanés. Concevoir les scénarios de manière à simuler une utilisation soutenue sur une longue période.

 

Étape 3 : Mise en place d’un environnement de test

Préparer l’environnement de test de manière à ce qu’il ressemble étroitement à l’environnement de production ou qu’il simule le scénario d’utilisation prévu. Configurer le matériel, les logiciels, les paramètres du réseau et toutes les ressources supplémentaires nécessaires pour le test d’endurance. Veiller à ce que l’environnement soit stable et représentatif des conditions réelles.

 

Étape 4 : Exécuter des tests d’imprégnation

Exécuter le test d’imprégnation en exécutant les scénarios de test prédéfinis pendant la durée souhaitée. Surveiller et collecter des mesures de performance pertinentes telles que l’utilisation de la mémoire, l’utilisation du processeur, les temps de réponse, les taux d’erreur et la consommation des ressources du système. Contrôler en permanence le comportement et les performances de l’application tout au long du test.

 

Étape 5 : Analyser les résultats et rédiger un rapport

Exécuter le test d’imprégnation en exécutant les scénarios de test prédéfinis pendant la durée souhaitée. Surveiller et collecter des mesures de performance pertinentes telles que l’utilisation de la mémoire, l’utilisation de l’unité centrale, les temps de réponse, les taux d’erreur et la consommation des ressources du système. Contrôler en permanence le comportement et les performances de l’application tout au long du test.

 

Meilleures pratiques pour les tests d’imprégnation

Qu'est-ce que les tests unitaires ?

Pour garantir l’efficacité et la pertinence des tests d’immersion, il est important de suivre les meilleures pratiques qui optimisent le processus de test et produisent des résultats précis. Ces meilleures pratiques englobent différents aspects, notamment la planification, l’exécution, le suivi et l’analyse. En adhérant à ces meilleures pratiques, les organisations peuvent identifier les problèmes potentiels, optimiser les performances du système et fournir des produits logiciels robustes et fiables.

 

1. Définir des objectifs clairs

Définir clairement les objectifs du processus de test d’imprégnation. Identifiez les aspects du comportement, des performances ou de la stabilité de l’application que vous souhaitez évaluer et améliorer dans le cadre du test. Cela permettra de bien cibler et d’orienter les efforts de test.

 

2. Utiliser des scénarios de test réalistes

Élaborer des scénarios d’essai réalistes qui reproduisent les schémas d’utilisation réels et les scénarios de charge de travail. Tenez compte de facteurs tels que les interactions entre les utilisateurs, les volumes de transactions, la taille des données et les charges d’utilisateurs simultanés. Les scénarios doivent refléter l’utilisation prévue sur une longue période.

 

3. Reproduire des environnements d’essai réels

Mettez en place un environnement de test qui ressemble étroitement à l’environnement de production ou qui simule le scénario d’utilisation prévu. Veiller à ce que le matériel, les logiciels, les configurations de réseau et les autres éléments pertinents correspondent le plus possible à l’environnement de production.

 

4. Maximiser la durée du test

Effectuer des tests d’imprégnation pendant une durée prolongée afin de simuler une utilisation soutenue. En fonction de l’application et des exigences, cette durée peut aller de quelques heures à plusieurs jours, voire plus. Des durées plus longues permettent de mieux identifier la dégradation des performances ou les problèmes de stabilité au fil du temps.

 

5. Mesurer les paramètres clés

Surveillez et mesurez les principaux paramètres de performance tout au long du test d’endurance, tels que l’utilisation de la mémoire, l’utilisation de l’unité centrale, les temps de réponse, les taux d’erreur et la consommation des ressources du système. Le contrôle continu permet d’identifier les goulets d’étranglement ou les problèmes de performance qui peuvent survenir au cours du test.

 

Types de résultats des tests d’imprégnation

Test et analyse de mutation - Outils, processus, types, et plus encore !

Les résultats obtenus lors de ces tests sont essentiels pour identifier les problèmes, optimiser les performances du système et garantir la fiabilité de l’application. Ces résultats fournissent des indications précieuses sur le comportement du système en cas de stress prolongé.

 

1. Mesures de performance

Les mesures de performance obtenues grâce aux tests d’imprégnation comprennent des mesures du temps nécessaire à l’application pour répondre aux demandes des utilisateurs, ainsi que des taux d’erreur et des débits. Les mesures de performance aident les testeurs à comprendre si une application ou un système répond ou non aux normes exigées par les parties prenantes.

 

2. Journaux et messages d’erreur

Les tests d’imprégnation produisent également des journaux et des messages d’erreur en cas de défaillance de certaines parties du système. Les fichiers journaux générés pendant les tests de savon aideront les testeurs à identifier les messages d’erreur et les avertissements et à déterminer la raison de l’échec de l’application.

 

3. Rapports

À l’issue de ces tests, les testeurs ou les logiciels d’automatisation produiront des rapports détaillés contenant les observations et les notes prises pendant les tests ainsi que des recommandations visant à optimiser les performances et la stabilité de l’application à l’avenir.

 

Exemples de tests d’immersion

L’une des meilleures façons de comprendre ce qu’est un test de performance par immersion et comment il fonctionne est de lire des exemples de tests par immersion, y compris l’objectif et les étapes du test.

 

1. Test d’imprégnation de la base de données

Objectif : évaluer les performances et la stabilité d’un système de base de données en cas d’utilisation prolongée : Évaluer les performances et la stabilité d’un système de base de données en cas d’utilisation prolongée.

Scénario de test :

  • Simulez une charge de travail réaliste en exécutant en continu une combinaison d’opérations de lecture et d’écriture sur la base de données.
  • Augmentez progressivement le nombre d’utilisateurs ou de transactions simultanés afin de reproduire une utilisation soutenue.
  • Surveillez les principales mesures de performance telles que les temps de réponse, le débit et les taux d’erreur.
  • Exécutez le test pendant 72 heures pour évaluer le comportement du système en cas de stress prolongé.

 

2. Test d’imprégnation d’une application web

Objectif : évaluer les performances et la stabilité d’une application web en cas d’utilisation prolongée : Évaluer les performances et la stabilité d’une application web en cas d’utilisation prolongée.

Scénario de test :

  • Simuler une charge d’utilisateurs réaliste en générant continuellement des requêtes HTTP vers l’application web.
  • Variez les types de requêtes (par exemple, GET, POST, PUT) et les scénarios de test pour représenter les différentes interactions des utilisateurs.
  • Augmentez progressivement le nombre d’utilisateurs simultanés ou le nombre de requêtes.
  • Contrôler les principales mesures de performance, notamment les temps de réponse, les temps de chargement des pages et les taux d’erreur.
  • Exécutez le test pendant 48 heures pour évaluer le comportement de l’application pendant une période d’utilisation prolongée.

 

Types d’erreurs et de bogues détectés

par des tests d’imprégnation

Beta Testing - Qu'est-ce que c'est, les types, les processus, les approches, les outils, vs. Alpha testing et plus encore !

Les tests d’imprégnation peuvent aider les développeurs et les testeurs à identifier un grand nombre de types d’erreurs et de bogues. Certaines des erreurs et des bogues les plus courants découverts lors des tests de performance sont décrits ci-dessous.

 

1. Fuites de mémoire

Les tests de saturation permettent d’identifier les fuites de mémoire, qui se produisent lorsqu’un programme ne libère pas la mémoire dont il n’a plus besoin, ce qui entraîne une augmentation continue de la consommation de mémoire au fil du temps. En surveillant l’utilisation de la mémoire pendant le test d’imprégnation, il est possible de détecter toute croissance ou fuite anormale de la mémoire, ce qui permet d’identifier et de résoudre les problèmes liés à la mémoire.

 

2. Erreurs d’utilisation des ressources de la base de données

Les tests d’imprégnation peuvent révéler des erreurs liées à l’utilisation des ressources de la base de données. Il peut s’agir d’une exécution inefficace des requêtes, d’une mauvaise gestion des connexions, d’une indexation inadéquate ou d’une consommation excessive de ressources par la base de données. En soumettant l’application à une utilisation soutenue et en surveillant les mesures de performance de la base de données, les tests d’endurance peuvent mettre en évidence les problèmes liés à la gestion des ressources de la base de données et orienter les efforts d’optimisation.

 

3. Détérioration des performances

Le test d’imprégnation est spécifiquement conçu pour évaluer les performances d’une application dans le cadre d’une utilisation prolongée. Il permet d’identifier les problèmes de détérioration des performances, tels que la dégradation progressive des temps de réponse, l’augmentation de la latence ou la réduction du débit lorsque le système est soumis à une charge soutenue. En surveillant les mesures de performance pendant le test, les tests d’endurance permettent de repérer les goulets d’étranglement et d’optimiser les performances.

IS YOUR COMPANY IN NEED OF

ENTERPRISE LEVEL

TASK-AGNOSTIC SOFTWARE AUTOMATION?

 

4. Erreurs de connexion

Au cours de ces tests, des erreurs ou des problèmes de connexion peuvent être identifiés. Ces erreurs peuvent être des dépassements de délai, des échecs de connexion ou des problèmes de connectivité réseau. En simulant des interactions soutenues entre les utilisateurs et en contrôlant la stabilité des connexions réseau, les tests d’endurance permettent de découvrir les problèmes liés à la communication réseau et de remédier aux erreurs de connexion.

 

5. Épuisement des ressources

Les tests d’endurance peuvent mettre en évidence des scénarios dans lesquels l’application épuise les ressources du système telles que l’unité centrale, la mémoire ou l’espace disque au fil du temps. En surveillant l’utilisation des ressources pendant le test, les tests d’endurance permettent de détecter les situations où les demandes de ressources de l’application dépassent la capacité disponible, ce qui entraîne une dégradation des performances ou une instabilité du système.

 

Mesures communes dans les tests d’imprégnation (soak testing)

Les métriques aident les testeurs à juger si une application atteint ou non les normes objectives attendues par les parties prenantes, les utilisateurs et les développeurs. Les mesures de performance courantes contrôlées dans le cadre des tests de performance d’immersion sont détaillées ci-dessous.

 

1. Temps de réponse

Mesure le temps nécessaire à l’application pour répondre aux demandes ou aux actions de l’utilisateur. Le contrôle des temps de réponse permet d’évaluer la réactivité du système et l’expérience de l’utilisateur dans le cadre d’une utilisation soutenue.

 

2. Débit

Indique le nombre de transactions ou de demandes traitées par le système par unité de temps. Le contrôle du débit permet d’évaluer la capacité de l’application à gérer des charges de travail soutenues.

 

3. Taux d’erreur

Trace l’apparition d’erreurs ou de défaillances au cours du test d’imprégnation. Le contrôle des taux d’erreur permet d’identifier les problèmes potentiels de stabilité ou de fiabilité et d’évaluer la robustesse de l’application en cas d’utilisation prolongée.

 

4. Utilisation de l’unité centrale

Mesure le pourcentage de ressources CPU utilisées par l’application. Le contrôle de l’utilisation de l’unité centrale permet d’identifier les goulets d’étranglement ou les inefficacités dans l’exécution du code qui peuvent avoir un impact sur les performances de l’application en cas de charge soutenue.

 

5. Utilisation de la mémoire

Surveille la consommation de mémoire de l’application au fil du temps. Le suivi de l’utilisation de la mémoire permet d’identifier les fuites de mémoire, la consommation excessive de mémoire ou la gestion inefficace de la mémoire qui peuvent entraîner une dégradation des performances ou une instabilité.

 

6. Largeur de bande du réseau

Mesure l’utilisation de la bande passante du réseau par l’application. La surveillance de la bande passante du réseau permet d’identifier les problèmes potentiels liés à la communication du réseau, tels que la congestion ou une capacité de réseau inadéquate.

 

Imprégner les cas de test

poste d'automatisation des tests de logiciels

Dans le cadre des tests d’endurance et d’autres types de tests de logiciels, les scénarios de test jouent un rôle crucial dans l’évaluation systématique des performances, de la stabilité et de la résilience d’une application dans le cadre d’une utilisation prolongée. Les cas de test décrivent des scénarios spécifiques, des actions et des résultats attendus pour valider le comportement de l’application sur une période prolongée. Pour rédiger des scénarios de test d’absorption efficaces, il faut tenir compte de divers facteurs et comprendre les résultats souhaités.

 

1. Que sont les cas de test dans le cadre du soak testing ?

Les cas de test sont des instructions détaillées qui définissent les étapes à exécuter, les données à utiliser et les résultats attendus lorsqu’une application est soumise à une utilisation prolongée. Ces cas de test sont conçus pour valider des aspects spécifiques de la performance, de la stabilité, de la gestion des ressources ou d’autres paramètres pertinents de l’application.

 

2. Comment rédiger des cas de test d’apaisement

L’écriture de cas de test d’apaisement implique :

  • Identifier les objectifs des tests et définir clairement le champ d’application de la phase de test
  • Définir des scénarios de test sur la base de ces objectifs
  • Déterminer les données de test que vous devrez utiliser pendant les tests d’imprégnation
  • Spécification des étapes de test pour chaque phase du test d’imprégnation
  • Allouer suffisamment de temps pour effectuer des tests d’imprégnation prolongés
  • Exécution de tests d’imprégnation et suivi des résultats
  • documenter les résultats de chaque test d’imprégnation afin de les évaluer objectivement
  • Analyser les résultats des tests et comparer les résultats attendus aux résultats obtenus

 

3. Exemples de cas de test d’apaisement

Un scénario de test conçu pour simuler une utilisation soutenue de l’application sur une période de 48 heures peut comporter les étapes suivantes :

  • Démarrer l’application.
  • Contrôler et enregistrer l’utilisation initiale de la mémoire.
  • Effectuer une série d’actions dans l’application de manière répétée pendant la durée du test.
  • Mesurer et enregistrer périodiquement l’utilisation de la mémoire à des intervalles prédéfinis (par exemple, toutes les heures).
  • Comparez l’utilisation de la mémoire à chaque intervalle à l’utilisation initiale de la mémoire.
  • Si l’utilisation de la mémoire augmente constamment au-delà d’un seuil acceptable, signalez-la comme une fuite de mémoire.

 

Un scénario de test conçu pour évaluer la stabilité des connexions à la base de données au cours d’un test d’imprégnation peut comporter les étapes suivantes :

  • Démarrez l’application et établissez la connexion à la base de données.
  • Effectuer une série d’opérations sur la base de données de manière répétée pendant la durée du test.
  • Surveiller l’état de la connexion et enregistrer les erreurs de connexion ou les défaillances rencontrées.
  • Se reconnecter automatiquement à la base de données en cas d’échec de la connexion.
  • Mesurer la fréquence et la durée des erreurs de connexion ou des interruptions.
  • Si les erreurs de connexion dépassent un seuil acceptable ou si le temps de reconnexion est excessif, signalez le problème comme un problème de stabilité.

 

5 meilleurs outils, programmes et logiciels de test d’étanchéité

Les outils de test d’imprégnation sont des applications logicielles ou des cadres spécifiquement conçus pour faciliter et automatiser le processus de réalisation des tests d’imprégnation.

Ces outils offrent une gamme de fonctionnalités permettant de simuler une utilisation soutenue, de surveiller le comportement du système et d’analyser les mesures de performance pendant la phase de test. Ils contribuent à rationaliser le processus de test d’imprégnation en automatisant les tâches répétitives, en permettant une collecte efficace des données et en offrant des capacités avancées de rapport et d’analyse.

Examinons quelques-uns des meilleurs outils de test d’absorption actuellement disponibles pour les entreprises et les équipes de test de logiciels de toutes tailles.

 

1. ZAPTEST

ZAPTEST est un outil de test de logiciels disponible en version gratuite et en version entreprise. ZAPTEST peut automatiser de nombreux types de tests de logiciels, y compris les tests d’endurance, les tests de stress et les tests de performance, en utilisant la RPA et d’autres technologies. ZAPTEST est facile à utiliser et complet, et la version gratuite de ZAPTEST est une excellente introduction aux outils de test d’absorption.

 

2. Apache JMeter

Apache JMeter est un outil de test de performance largement utilisé, développé en JAVA, et l’un des meilleurs outils de test d’absorption. En tant que logiciel libre et indépendant de toute plateforme, il permet de réaliser des tests de performance complets. En outre, JMeter peut s’intégrer à Selenium, ce qui le rend également adapté aux tests unitaires.

 

3. OpenSTA

OpenSTA, abréviation de Open System Testing Architecture, est un outil open-source conçu pour les tests de charge HTTP et HTTPS avec des capacités de mesure de la performance. Développé en C++ par CYRANO, il supporte spécifiquement les systèmes d’exploitation Microsoft Windows.

 

4. Apparence

Appvance est un outil d’automatisation qui couvre les tests fonctionnels, de performance et de sécurité, entre autres. Alimenté par l’IA, il fournit un tableau de bord virtuel et des analyses en temps réel pour une vision complète des tests. Il s’agit de l’un des outils de test d’imprégnation les plus utiles sur le marché aujourd’hui.

 

5. LoadRunner

LoadRunner est un outil de test de performance puissant qui excelle sur le marché. Il prend en charge non seulement les tests de performance, mais aussi les tests unitaires et d’intégration. LoadRunner offre la possibilité d’intégrer des scripts de JMeter et Selenium grâce à une bibliothèque d’interfaces. Bien qu’il ne soit pas gratuit, une version d’essai permet un nombre limité d’utilisateurs.

 

Liste de contrôle, conseils et astuces pour les tests de trempage

Liste de contrôle des tests logiciels

Si vous êtes sur le point de commencer des tests d’imprégnation, assurez-vous d’avoir tout ce dont vous avez besoin avant de commencer les tests. Cela signifie que vous devez avoir une idée claire de ce que vous testez, des scénarios de test détaillés, un environnement de test réaliste et les bons outils de test d’immersion.

 

1. Créer un plan détaillé de tests d’imprégnation

Planifier et programmer le test d’imprégnation de manière à disposer de suffisamment de temps pour une période de test prolongée. Définir des objectifs spécifiques et des critères de réussite pour le test d’imprégnation et préparer un environnement de test complet qui ressemble étroitement à l’environnement de production.

 

2. Utiliser les bons outils

S’assurer que le matériel et les ressources d’infrastructure sont capables de gérer la charge prévue. Utilisez des outils de test automatisés pour simuler des scénarios d’utilisation réalistes et générer de la charge et téléchargez des logiciels de test gratuits pour rationaliser le processus.

 

3. Recueillir des données en permanence

Surveillez les ressources du système pendant le test d’endurance pour identifier les fuites de mémoire, les fuites de ressources ou d’autres problèmes susceptibles d’avoir une incidence sur les opérations de longue durée. Mesurer les indicateurs clés de performance (ICP) tels que le temps de réponse, le débit et l’utilisation des ressources, et mettre en œuvre des mécanismes de journalisation et de suivi des erreurs afin de saisir et d’analyser toute erreur ou exception survenant au cours du test.

 

4. Rationaliser les processus

Collaborer avec les développeurs, les administrateurs de système et les autres parties prenantes pour aborder et résoudre les problèmes identifiés et garantir des opérations rationalisées à tout moment. Répétez périodiquement le test d’imprégnation pour valider les performances et la stabilité du système après la mise en œuvre de correctifs ou de mises à jour.

7 erreurs et pièges à éviter

la mise en œuvre de tests d’imprégnation (soak tests)

Comparaison des tests UAT avec les tests de régression et autres

Il existe de nombreux pièges et erreurs que les testeurs peuvent commettre lors d’un soak test, ce qui signifie qu’il est important d’être conscient de ces défis pour les éviter soi-même. Vous trouverez ci-dessous une liste des 7 erreurs les plus courantes commises par les testeurs lors des tests d’imprégnation.

 

1. Planification insuffisante

Si l’on n’alloue pas suffisamment de temps ou si l’on ne dispose pas d’un calendrier bien défini pour le test d’imprégnation, il peut en résulter des tests bâclés ou une couverture inadéquate.

 

2. Environnement de test imprécis

La création d’un environnement de test qui ne reflète pas fidèlement l’environnement de production peut conduire à des résultats de test irréalistes et à des problèmes de performance non détectés.

 

3. Négliger le matériel

Ne pas s’assurer que le matériel et les ressources de l’infrastructure peuvent supporter la charge prévue peut entraîner des goulets d’étranglement inattendus et des résultats de test peu fiables.

 

4. Absence de contrôle approprié

Le fait de ne pas surveiller et mesurer les indicateurs de performance clés pendant le test d’imprégnation peut entraîner un manque de compréhension du comportement du système et des occasions manquées d’identifier la dégradation de la performance.

 

5. Ne pas tenir compte des fuites

Le fait de ne pas surveiller activement les fuites de ressources ou de mémoire pendant le test d’imprégnation peut entraîner des problèmes de fonctionnement à long terme et dégrader les performances du système au fil du temps.

 

6. Suivi inadéquat des erreurs

Si l’on néglige de mettre en œuvre des mécanismes robustes de suivi et d’enregistrement des erreurs, il peut être difficile d’identifier et de diagnostiquer les problèmes qui surviennent pendant le test d’imprégnation.

 

7. Absence de réaction aux résultats des tests d’imprégnation

Se contenter d’exécuter le test d’imprégnation sans analyser les résultats et agir en conséquence peut compromettre l’objectif du test. Il est essentiel d’examiner les résultats, d’identifier les tendances en matière de performance et d’aborder tout problème ou toute recommandation d’amélioration.

 

Conclusion

Les tests d’imprégnation jouent un rôle crucial pour garantir la fiabilité, la stabilité et les performances des applications logicielles en cas d’utilisation prolongée. Il permet aux organisations d’évaluer le comportement de l’application sur une période prolongée, de découvrir des bogues ou des erreurs cachés et d’optimiser les performances et la stabilité.

Qu’ils soient effectués manuellement ou automatisés à l’aide d’outils spécialisés, les tests d’endurance sont une partie essentielle du processus de test, car ils fournissent des informations précieuses sur l’endurance et la résilience d’une application.

Download post as PDF

Alex Zap Chernyak

Alex Zap Chernyak

Founder and CEO of ZAPTEST, with 20 years of experience in Software Automation for Testing + RPA processes, and application development. Read Alex Zap Chernyak's full executive profile on Forbes.

Get PDF-file of this post