fbpx

Get your 6-month No-Cost Opt-Out offer for Unlimited Software Automation?

Le développement de produits logiciels est un marché très encombré. Le succès d’une application dépend en grande partie de la manière dont elle se situe par rapport à des logiciels similaires. De nombreux facteurs déterminants, tels que le prix, les caractéristiques et les performances, incitent les clients potentiels à utiliser un produit plutôt qu’un autre. Les équipes de développement doivent être conscientes de ces différences et utiliser ces connaissances pour améliorer leur propre offre.

Les tests de comparaison vous aident à anticiper ces décisions en évaluant votre produit par rapport à des outils similaires afin de s’assurer qu’il répond aux attentes.

Dans cet article, nous expliquerons ce que sont les tests de comparaison, pourquoi ils sont importants, et nous explorerons certains processus, approches, techniques et outils associés aux tests de comparaison.

 

Table des matières

Qu’est-ce qu’un test de comparaison ?

Tests de comparaison - Types, processus, approche, outils et autres

Le test de comparaison est une technique de test de logiciel qui compare les forces, les faiblesses, les performances et les fonctionnalités de votre logiciel par rapport à d’autres produits sur le marché. Il s’agit d’un moyen d’évaluer le logiciel en cours de développement par rapport à des outils concurrents afin de s’assurer qu’il est suffisamment performant pour être publié.

Si la plupart des tests de comparaison consistent à comparer votre produit à celui de vos concurrents, ils peuvent également consister à comparer deux versions d’un même logiciel. Dans ce cas, les tests de comparaison visent à mettre en évidence les améliorations et les corrections promises ou à déterminer l’impact des mises à jour sur les performances de l’application.

 

Pourquoi les tests de comparaison sont-ils importants ?

Analyse de la valeur limite (BVA) - Types, processus, outils et plus encore !

Les tests de comparaison remplissent de nombreuses fonctions différentes. L’une des raisons les plus importantes de ces types de tests est de comprendre si votre produit répond aux exigences et aux attentes de votre public cible.

Une grande partie des tests de comparaison consiste à déterminer si votre produit peut survivre sur le marché. Même si vous avez une excellente solution qui résout les problèmes du public, l’adoption par les utilisateurs dépend de la façon dont vous pouvez positionner votre produit par rapport aux outils déjà présents sur le marché. Pour battre un produit concurrent, vous devez résoudre les problèmes plus rapidement, à moindre coût ou plus efficacement que les autres outils disponibles sur le marché, ou du moins le faire aussi bien.

 

Avantages des tests de comparaison

Tests dynamiques de logiciels - Types, processus, outils et plus encore !

1. Comprendre les forces et les faiblesses

La comparaison de votre produit avec des produits concurrents vous permet de vous faire une idée des forces et des faiblesses de votre projet. Il existe une infinité d’éléments que vous pouvez comparer, notamment la conception, la convivialité, l’interface utilisateur/UX, la vitesse, les spécifications, le rendement, etc.

Lorsque vous comprenez les points forts et les points faibles de votre produit, vous pouvez exploiter ces informations pour remédier aux faiblesses en améliorant votre produit, en trouvant des moyens de capitaliser sur vos points forts ou en faisant tout ce qui peut permettre à votre projet de se démarquer de la masse.

 

2. Trouver un avantage concurrentiel

Une solide connaissance du marché sur lequel vous envisagez d’introduire votre produit est essentielle, et pas seulement en termes de marketing. Lorsque vous savez ce que vos concurrents font bien et, ce qui est tout aussi important, ce qu’ils doivent améliorer, vous pouvez trouver des poches d’espace intéressantes que vous pouvez transformer en avantage concurrentiel.

Par exemple, après avoir évalué votre produit par rapport à celui de vos concurrents, il peut s’avérer que vous avez une interface utilisateur, des performances ou un ensemble de fonctionnalités bien meilleurs. Dans cette situation, vous pouvez trouver et faire valoir un avantage concurrentiel pour votre produit, qui influencera à la fois l’orientation du développement et la commercialisation de votre application.

 

3. Renforcer votre marketing

Le positionnement est un exercice de marketing stratégique qui vise à comprendre et à influencer l’espace que votre produit occupe dans l’esprit de votre public cible. Dans le contexte d’un produit logiciel, cela peut signifier être le produit le plus rentable, le plus riche en fonctionnalités, le plus fiable, le plus avancé, etc.

Les tests de comparaison vous aideront à comprendre où se situe votre produit par rapport aux offres de vos concurrents. Ce que vous apprenez de ces comparaisons peut être crucial pour votre équipe de marketing, car cela l’aide à savoir comment faire la publicité de votre produit. Il peut également aider les chefs de produit à mettre l’accent sur certaines caractéristiques ou fonctions afin que votre produit s’inscrive mieux dans une stratégie de mise sur le marché efficace.

 

4. Des décisions fondées sur des données

La comparaison de votre produit avec des outils concurrents génère des données précieuses, notamment en termes de performances. L’analyse de ces données vous permet de savoir comment votre produit se situe par rapport aux produits concurrents, mais elle peut également éclairer les décisions que vous prenez au cours du développement, telles que le nombre de ressources à allouer, les fonctionnalités à développer ou à améliorer, la manière de commercialiser votre produit ou les problèmes que votre logiciel peut résoudre pour les utilisateurs potentiels.

 

5. Accroître la satisfaction des utilisateurs

En fin de compte, le succès ou l’échec d’un produit dépend de la façon dont il résout les problèmes de votre public cible. Le cimetière du développement logiciel est rempli de produits intéressants et novateurs, mais qui n’ont pas tenu compte du fait que les utilisateurs n’adoptent que les applications qui leur permettent de gagner du temps, de l’argent ou de faire des choses qu’ils n’auraient pas pu faire autrement avec un produit.

Les tests de comparaison aident les équipes à rester concentrées sur la tâche consistant à apporter de la valeur à leurs utilisateurs en leur offrant une expérience convaincante.

 

Inconvénients des tests de comparaison

Les tests de comparaison ne sont pas une partie de plaisir. En effet, le processus comporte certaines limites qu’il convient de connaître.

Tests alpha et tests bêta

#1. Champ d’application limité

De par leur nature, les tests de comparaison ont une portée limitée. Des comparaisons vraies et précises ne peuvent être faites que pour des questions objectives, telles que les caractéristiques et les fonctionnalités des logiciels. Les comparaisons UI/UX et les comparaisons connexes sont un peu plus difficiles à tester de manière définitive. Les équipes de test doivent être conscientes de ces contraintes et trouver des moyens créatifs pour comprendre pleinement comment la qualité du logiciel se compare à celle d’outils concurrents ou de versions différentes.

 

#2. Suivi des modifications

Les bons développeurs mettent constamment à jour et améliorent leurs logiciels. Si l’amélioration continue et l’innovation sont une bonne chose, cela peut signifier que le logiciel doit subir de multiples tests de comparaison pour tenir compte des modifications apportées à votre logiciel ou aux produits de vos concurrents. Rester à jour est essentiel et demande un certain niveau de coordination.

 

#3. Fonctionnalités gonflées

Les tests de comparaison peuvent amener les équipes à se concentrer trop fortement sur l’offre de leur rival et, ce faisant, à perdre de vue ce qui les rend uniques. S’il est bon de rivaliser avec ses concurrents sur la base des fonctionnalités, cela peut avoir une influence indue sur votre propre produit si vous vous empressez d’ajouter de nouvelles fonctionnalités ou si vous essayez d’éblouir vos concurrents. Dans le pire des cas, cela peut conduire à un gonflement des fonctionnalités ou à des ajouts précipités ou mal pensés.

 

#4. Allocation des ressources

Si l’on consacre trop de temps aux tests de comparaison, on risque de perdre du temps pour d’autres types de tests essentiels. Si l’on ne parvient pas à trouver le bon équilibre entre les différentes techniques de test, les délais de développement peuvent s’allonger ou, pire encore, un produit bogué et truffé de défauts qui ne répond pas aux exigences des clients ou des parties prenantes.

 

#5. Mauvaise mise au point

Un autre domaine dans lequel les équipes doivent veiller à trouver un juste équilibre est celui qui consiste à opposer le marché à vos utilisateurs. Une focalisation excessive sur le marché et sur ce que font les autres développeurs peut vous éloigner de votre public cible, de ses problèmes et de ses points faibles. Ces différences peuvent être assez subtiles, ce qui en fait un piège dans lequel il est facile de tomber.

 

Défis liés à l’efficacité des tests de comparaison

Comparaison des tests UAT avec les tests de régression et autres

La mise en œuvre de tests de comparaison efficaces n’est pas toujours simple. En effet, il existe plusieurs obstacles et défis auxquels vous pouvez être confronté lorsque vous comparez deux logiciels. Examinons quelques-uns de ces défis avant de voir comment vous pouvez surmonter ces points de friction potentiels.

 

#1. Établir des critères objectifs

Certains aspects des tests comparatifs sont très objectifs, comme la présence de caractéristiques spécifiques ou de données de performance telles que la vitesse et la gestion de la charge. Cependant, d’autres aspects sont plus subjectifs et donc plus complexes à mesurer. Par exemple, comparer les flux de l’expérience utilisateur (UX) ou de l’ interface utilisateur (UI) .

Les équipes de test ou les responsables de produits doivent trouver un moyen d’établir des points de référence concrets, dans la mesure du possible, afin que les changements ou les différences puissent être mesurés efficacement.

 

#2. Créer l’environnement de test adéquat

Un test de comparaison précis implique de vérifier les deux versions du logiciel dans un environnement de test identique. Tout écart peut entraîner des résultats non concluants ou trompeurs. Les logiciels doivent être testés sur le même matériel, la même plate-forme et les mêmes systèmes d’exploitation, et utiliser les mêmes logiciels et les mêmes configurations de réseau.

 

#3. Coûts d’automatisation

Vous pouvez adopter une approche manuelle pour comparer les tests, mais cela implique des coûts en termes de temps et d’argent. L’automatisation des tests logiciels est une solution à ces problèmes, mais elle nécessite d’investir dans des outils et des logiciels spécialisés. Les outils d’automatisation des tests logiciels tels que ZAPTEST permettent un retour sur investissement de 10 fois en l’espace d’un an, mais la mise en œuvre et le déploiement d’outils avancés nécessitent de la prévoyance et de la planification.

 

Comment surmonter les difficultés liées aux tests de comparaison ?

Voici quelques conseils et astuces que vous pouvez utiliser pour surmonter les problèmes inhérents aux tests de comparaison.

IS YOUR COMPANY IN NEED OF

ENTERPRISE LEVEL

TASK-AGNOSTIC SOFTWARE AUTOMATION?

  • Privilégier les fonctionnalités objectives (vitesse, capacité, etc.) plutôt que l’esthétique comme le design ou le flux d’utilisateurs.
  • Lorsque vous comparez différentes versions de votre propre logiciel, établissez une base de référence pour vous aider à identifier les régressions résultant d’un nouveau code.
  • Standardisez vos environnements de test pour obtenir des comparaisons précises.
  • Utilisez des outils d’automatisation des tests logiciels comme ZAPTEST pour gagner en rapidité, réduire les coûts et éliminer les erreurs humaines.

 

Quand faut-il procéder à des tests de comparaison ?

dissiper certaines confusions dans l'automatisation des tests de logiciels

Bien que les tests de comparaison soient certainement une bonne pratique, ils ne constituent pas une partie définie du cycle de vie du développement logiciel (SDLC). En tant que tel, il n’appartient pas à une phase particulière, comme la conception, le développement ou les essais. Cela dit, les tests de comparaison peuvent être effectués à tout moment, car les informations recueillies sont très utiles pour aider les équipes à élaborer le meilleur produit possible.

En règle générale, les tests de comparaison sont effectués au début, au milieu et à la fin de la phase de développement du produit. Le processus peut servir de guide pour prendre des décisions et procéder à des ajustements, générer des idées et mettre en évidence les faiblesses potentielles de votre produit.

Examinons les trois étapes différentes pour voir à quoi ressemblent les tests de comparaison à chacune d’entre elles.

 

1. Les premières étapes

La comparaison de votre projet avec des projets concurrents devrait faire partie des premières phases de conception. La compréhension des besoins du marché cible passe par des recherches et des entretiens qui permettent d’identifier leur frustration par rapport aux solutions qui existent déjà sur le marché.

De plus, les exigences UI/UX ou commerciales peuvent évoluer au cours de ces étapes en raison des tests de comparaison. Il est beaucoup plus facile de s’adapter à ces changements au début du cycle de développement.

 

2. Étapes intermédiaires

Les tests de comparaison de niveau intermédiaire se concentrent généralement sur les fonctionnalités de l’application et les éléments de l’interface utilisateur. L’intégration des différents modules fait également l’objet d’un examen.

 

3. Stades tardifs

Les dernières étapes sont propices aux tests de comparaison, les équipes se concentrant sur la qualité des logiciels, la vitesse de traitement et le support matériel.

 

Différents types de tests de comparaison

checklist uat, outils de test d'applications web, automatisation et plus encore

Le test comparatif est un terme générique qui regroupe un grand nombre de techniques différentes de test de logiciels qui sont utilisées pour comparer une version de logiciel à une autre. En règle générale, les tests de comparaison peuvent être divisés en deux grandes catégories : les tests fonctionnels et les tests non fonctionnels.

Examinons les deux types de tests et incluons tout autre type de test utile à la comparaison des logiciels.

Avant d’explorer les tests de comparaison fonctionnels et non fonctionnels, définissons rapidement la différence entre ces deux types de tests.

Les tests fonctionnels permettent de vérifier que le logiciel fonctionne comme prévu ou conformément à ses documents de spécification. Il s’agit de tester les caractéristiques et les fonctions du logiciel pour s’assurer qu’elles fonctionnent correctement. Par exemple, les fonctions de recherche ou de connexion se comportent-elles correctement ?

Les tests non fonctionnels, quant à eux, s’intéressent à la manière dont le logiciel fonctionne réellement. Ce type de test permet de vérifier si le logiciel est rapide, réactif, sûr, stable, etc. Par exemple, comment le logiciel fonctionne-t-il lorsque vous exécutez des fonctions particulières, telles que le téléchargement d’un fichier ?

En d’autres termes, les tests fonctionnels se concentrent sur ce que fait le logiciel, tandis que les tests non fonctionnels se concentrent sur la manière dont le logiciel remplit ses fonctions.

Maintenant que la différence est claire comme de l’eau de roche, réfléchissons à la manière dont cela s’applique aux tests de comparaison.

 

1. Essais fonctionnels

Les tests fonctionnels dans le contexte des tests de comparaison comprennent les éléments suivants :

Test de comparaison des caractéristiques

Le test de comparaison des fonctionnalités est un type de test de logiciel qui permet d’explorer les fonctionnalités d’une application et de voir comment elles se comparent à d’autres produits sur le marché. Il compare non seulement la présence de caractéristiques et de fonctions particulières, mais aussi la manière dont elles sont gérées dans le logiciel.

Voici quelques-uns des éléments à surveiller :

  • Les fonctionnalités fonctionnent-elles comme prévu dans les spécifications et la documentation du projet ?
  • Les fonctionnalités répondent-elles aux attentes des utilisateurs ou des parties prenantes ?
  • Les réalisations produisent-elles les résultats escomptés ?

 

2. Test de régression

Les tests de régression ont leur place dans les tests de comparaison de différentes manières. C’est notamment un moyen utile de voir comment les mises à jour et les modifications affectent les logiciels. Par exemple, si vous créez une nouvelle version de votre logiciel, vous pouvez effectuer une comparaison entre l’ancienne et la nouvelle version.

 

Quelles sont les différentes phases des tests de comparaison ?

avantages des tests alpha et du rpa

Les tests de comparaison peuvent être effectués en plusieurs phases. Les deux impliquent des comparaisons, mais c’est ce par rapport à quoi le logiciel est mesuré qui détermine les différentes approches.

 

#Phase 1 : Comparaison avec des critères et des normes

L’une des meilleures façons d’évaluer votre logiciel est de le comparer aux normes et références du secteur. Voyons comment vous pouvez y parvenir.

1. Normes et critères de recherche

Tout d’abord, vous devez obtenir des données objectives auxquelles vous comparez votre projet. Heureusement, il existe une litanie de normes et de références bien établies qui peuvent vous guider dans la bonne direction. Voici quelques points à surveiller :

  • Les normes industrielles telles que IEEE, ISO et W3C qui définissent les meilleures pratiques, les méthodologies de test et les attributs de qualité.
  • Études de performance et de fonctionnalité
  • Normes internes définies dans les documents et les spécifications de l’entreprise

2. Définir des indicateurs de performance clés

Une fois que vous avez absorbé ces documents, vous pouvez définir les indicateurs clés de performance ou les paramètres qui mesurent les performances, la sécurité, la facilité d’utilisation, la fonctionnalité, etc.

3. Rédiger des cas de test solides

En gardant à l’esprit vos indicateurs clés de performance, rédigez des scénarios de test pour vérifier que votre logiciel répond aux normes internes et externes.

4. Exécuter les tests

Ensuite, exécutez vos scénarios de test et collectez les données. Documentez tout et mettez en évidence les échecs et les réussites.

5. Analyser les résultats

Analysez les résultats de vos tests et planifiez les travaux nécessaires pour remédier aux défaillances ou les améliorer.

 

#Phase 2 : comparaison avec les logiciels existants

Si les normes et les critères de référence du secteur constituent un excellent point de comparaison, il est également important de comparer vos produits avec ceux de vos concurrents, voire avec les versions précédentes de votre logiciel.

Voici comment vous pouvez utiliser cette approche.

1. Définir les besoins

Avant de commencer à comparer quoi que ce soit, vous devez définir ce qui doit être examiné au microscope. Voici quelques points à souligner :

  • Comprendre les caractéristiques et les fonctions souhaitées par votre public cible
  • Réfléchir clairement aux problèmes que votre produit vise à résoudre
  • Donnez la priorité aux fonctionnalités qui vous aideront à commercialiser votre produit et qui correspondent à vos objectifs commerciaux.

2. Décrivez vos concurrents

Ensuite, vous devez savoir quels sont les concurrents avec lesquels vous souhaitez établir une comparaison. Étudier le marché et trouver des concurrents proposant des solutions similaires. Établissez une liste restreinte de concurrents auxquels comparer votre logiciel.

3. Construire une matrice de comparaison

Dressez la liste des caractéristiques et des fonctions que vous souhaitez comparer et représentez-les visuellement à l’aide d’une matrice de comparaison. Évaluez les caractéristiques comparatives de chaque produit.

4. Recherche de produits

Rassemblez autant d’informations que possible sur les produits concurrents présélectionnés. Consultez les avis des professionnels et des clients, ainsi que les documents connexes, et allez sur le site web de l’entreprise pour télécharger des démonstrations, dans la mesure du possible.

5. S’affronter en tête-à-tête

Faites vos recherches et comparez vos produits les uns aux autres. Vous souhaitez examiner la présence ou l’absence de caractéristiques ainsi que leurs performances respectives. Mettez en évidence les points forts et les points faibles, et notez les domaines dans lesquels vous ou vos concurrents avez un avantage.

6. Rapporter les résultats de vos recherches

Enfin, vous devez présenter vos résultats aux investisseurs, aux parties prenantes, aux décideurs, etc. pour voir si vos tests comparatifs devraient modifier l’orientation du développement.

 

Quels sont les éléments comparés dans le cadre des tests de comparaison ?

Beta Testing - Qu'est-ce que c'est, les types, les processus, les approches, les outils, vs. Alpha testing et plus encore !

Toute caractéristique, fonction ou mesure de performance peut faire l’objet d’un test de comparaison. Voici quelques-uns des éléments les plus courants qui sont examinés dans le cadre de tests de comparaison. Encore une fois, la liste n’est pas exhaustive, mais elle est utilisée pour vous donner un aperçu des domaines qui peuvent être comparés et contrastés avec cette méthode de test.

1. Fonctionnalité

L’opérabilité est une mesure de la qualité du fonctionnement de votre logiciel en cours d’exécution. La facilité de mise en œuvre et de maintenance, ainsi que la minimisation des erreurs, sont la marque d’un logiciel hautement opérationnel.

Éléments testables :

  • Facilité d’administration du système
  • Procédures de sauvegarde et de récupération
  • Gestion de la configuration
  • Plans de reprise après sinistre

Comment tester l’opérabilité :

Vous pouvez tester l’opérabilité en procédant comme suit

  • Effectuer des tests d’administration en situation réelle sur les deux systèmes
  • Comparaison de la complexité de l’installation
  • Mesurer les temps de récupération du système
  • Simuler des défaillances matérielles
  • Analyse des fichiers journaux

 

2. Conception

La conception fait référence à l’ensemble des éléments visuels et tactiles du logiciel. Il s’agit de l’aspect et de la convivialité de l’application, ainsi que de la facilité avec laquelle les utilisateurs naviguent dans l’interface et atteignent leurs objectifs au sein de l’application.

Éléments testables :

  • Interface utilisateur (UI)
  • Architecture de l’information
  • Accessibilité
  • Esthétique
  • Efficacité de la mise en page
  • Cohérence

Comment tester la facilité d’utilisation :

Vous pouvez comparer la conception générale de différents logiciels en :

  • Effectuer des tests d’utilisation avec votre public cible
  • Examiner les éléments de l’interface utilisateur les uns par rapport aux autres
  • Cartographie des flux de navigation

 

3. La facilité d’utilisation

La facilité d’utilisation permet d’évaluer la facilité avec laquelle vos utilisateurs ou parties prenantes peuvent effectuer des tâches clés au sein de votre application.

Éléments testables :

  • Efficacité du flux de travail
  • Courbe d’apprentissage
  • Adoption de fonctionnalités
  • Gestion des erreurs
  • Documentation d’aide
  • Embarquement de l’utilisateur
  • Raccourcis clavier

Comment tester la facilité d’utilisation :

Bien que la facilité d’utilisation soit subjective et puisse varier d’un utilisateur à l’autre, il existe des méthodes efficaces pour effectuer des tests de comparaison, comme par exemple

  • Observer les nouveaux utilisateurs des deux systèmes
  • Organiser des sessions de convivialité
  • Rechercher et analyser le retour d’information des utilisateurs
  • Enregistrer le temps et le nombre d’étapes nécessaires à l’exécution de tâches spécifiques

 

IS YOUR COMPANY IN NEED OF

ENTERPRISE LEVEL

TASK-AGNOSTIC SOFTWARE AUTOMATION?

4. Vitesse de traitement

Les tests de vitesse de traitement portent sur la rapidité avec laquelle le logiciel traite les entrées et les instructions. Idéalement, le logiciel doit fonctionner aussi rapidement que possible et ne pas présenter de ralentissements, de blocages, de pannes ou d’autres effets indésirables lors du traitement de l’information.

Éléments testables :

  • Tester les temps de réponse pour les tâches clés
  • Essais de charge
  • Tests de résistance
  • Vitesse de traitement des données
  • Tester l’utilisation de l’unité centrale, de la mémoire, du réseau et des ressources générales

Comment tester la vitesse de traitement :

Le test de la vitesse de traitement implique :

  • Utiliser des outils d’étalonnage pour mesurer des opérations spécifiques
  • Simuler les interactions entre les utilisateurs
  • Comparer la consommation de ressources lors de l’exécution d’une même tâche

 

5. Durée de l’opération

Le temps de fonctionnement fait référence à la capacité du système à effectuer des tâches telles que le démarrage, l’arrêt et l’utilisation efficace des ressources.

Éléments testables :

  • L’heure du lancement
  • Délai d’arrêt
  • Réactivité générale de l’application
  • Temps nécessaire à l’accomplissement des tâches
  • Consommation de ressources inutilisées

Comment tester la durée de fonctionnement :

Vous pouvez mesurer le temps de fonctionnement avec les méthodes suivantes :

  • Heure de lancement et d’arrêt
  • Enregistrer le temps de réponse aux actions de l’utilisateur et le comparer à celui d’autres outils
  • Enregistrer et comparer la réactivité
  • Contrôler l’utilisation des ressources pendant les périodes d’inactivité

 

6. Performance des systèmes de base de données

La comparaison des performances d’un système de base de données peut en dire long sur la manière dont deux logiciels stockeront et transmettront des données et fonctionneront sous contrainte.

Éléments testables :

  • Performance des requêtes dans les bases de données
  • Intégrité des données
  • Complexité du schéma
  • Tolérance aux fautes
  • Évolutivité
  • Mécanismes de sauvegarde/récupération.

Comment comparer les performances des systèmes de bases de données :

Voici quelques-unes des techniques que vous pouvez utiliser pour comparer les performances des bases de données :

  • Exécuter des requêtes de référence sur des ensembles de données similaires
  • Simuler des scénarios tels que la perte de données ou la corruption de la base de données
  • Analyser et comparer les structures des schémas
  • Comparer les besoins de stockage
  • Mesurer les temps de récupération

 

7. Architecture du système

Comparer l’architecture d’un système implique d’explorer la manière dont chaque système est organisé et d’examiner les différents composants, leurs relations, la manière dont ils sont conçus et les environnements dans lesquels ils fonctionnent.

Éléments testables :

  • Dépendances des composants
  • Évolutivité
  • Facilité d’entretien
  • Modularité du système
  • Principes de conception de la sécurité
  • Isolation des fautes

Comment comparer l’architecture d’un système :

Il est possible de comparer l’architecture des systèmes de la manière suivante :

  • Analyser la documentation pertinente du système
  • Examiner la structure des codes respectifs
  • Évaluer les vulnérabilités en matière de sécurité
  • Simuler la défaillance d’un composant

 

8. Installation de l’appareil

Si les outils SaaS basés sur le cloud ont rendu l’installation superflue dans certains scénarios, les applications mobiles et autres logiciels nécessitent toujours une installation. En fait, vous voudrez mesurer des éléments tels que la facilité, la rapidité et la complexité de l’installation d’un logiciel sur votre appareil.

Éléments testables :

  • Facilité d’installation
  • Compatibilité avec les plateformes, les appareils, les navigateurs, etc.
  • Gestion des erreurs
  • Gestion des dépendances
  • Options de configuration du système

Comment comparer l’installation :

  • Exécuter le logiciel sur différentes plates-formes, appareils et navigateurs
  • Comparer les guides d’installation
  • Mesurer les temps d’installation respectifs
  • Recherche d’erreurs de configuration
  • Vérifier les caractéristiques installées

 

9. Compatibilité

Les tests de compatibilité explorent la manière dont le logiciel fonctionne et interagit avec différentes plateformes, appareils, navigateurs et réseaux.

Éléments testables :

  • Système d’exploitation
  • Navigateur
  • Matériel
  • Dispositifs périphériques
  • Points d’intégration des logiciels (middleware, API, webhooks, HTML call-backs)

Comment comparer la compatibilité :

  • Exécuter le logiciel sur différents systèmes d’exploitation et navigateurs
  • Connecter divers dispositifs matériels
  • Vérifier les problèmes d’incompatibilité
  • Tester l’intégration avec les logiciels concernés

 

10. Matériel pris en charge

Il est essentiel de vérifier et de comparer les performances des logiciels par rapport au matériel pris en charge en raison du large éventail de dispositifs matériels dont disposent vos parties prenantes ou vos utilisateurs.

Éléments testables :

  • Exigences minimales en matière de matériel
  • Spécifications matérielles recommandées
  • Impact du support matériel sur la performance du logiciel

Comment comparer le matériel pris en charge :

Le test du matériel pris en charge peut comporter les éléments suivants :

  • Exécuter le logiciel de différentes configurations matérielles
  • Mesurer les performances respectives
  • Identifiez les spécifications matérielles minimales dont vous avez besoin pour que le logiciel fonctionne correctement.

 

Comparaison des cas d’utilisation des tests de logiciels

Les tests de comparaison se présentent sous différentes formes. Il dispose également de différentes fonctions, en fonction de vos besoins individuels. Examinons cinq scénarios différents dans lesquels vous pourriez avoir recours à des tests de comparaison.

Différentes méthodologies en matière de logiciels et d'assurance qualité

#1. Comparaison de votre logiciel avec le produit de votre concurrent

Ce cas d’utilisation classique de comparaison de logiciels vous permet d’évaluer votre produit par rapport à l’offre de votre concurrent.

Objectifs

Les objectifs sont les suivants :

  • Comprendre les forces et les faiblesses de votre produit
  • Trouver des moyens de différencier votre produit et de répondre aux besoins non satisfaits
  • Établir une base de référence et utiliser les informations pour déterminer les améliorations à apporter en priorité

Méthodes

  • Comparaison des caractéristiques
  • Évaluation de l’interface utilisateur/UX
  • Mesure des performances, telles que la vitesse, l’utilisation de la mémoire, l’utilisation des ressources
  • Explorer les vulnérabilités en matière de sécurité

 

#2. Comparer les nouvelles et les anciennes versions de votre logiciel

Les tests de comparaison sont également un excellent moyen de comprendre l’impact des mises à jour, des améliorations et des modifications sur votre logiciel.

Objectifs

  • S’assurer que les nouvelles fonctionnalités fonctionnent comme prévu
  • Vérifier si les bogues ou les défauts ont été corrigés
  • Déterminer si les améliorations ont eu un impact sur les performances

 

Méthodes

  • Examiner les tâches clés et mesurer les temps de performance
  • Vérifier l’utilisation de la mémoire
  • Fournir au logiciel des données d’entrée et vérifier l’exactitude des données de sortie
  • Observer les résultats des tests utilisateurs pour l’UX et les nouvelles fonctionnalités.

 

#3. Comparer différentes approches de conception ou de mise en œuvre

Les tests de comparaison peuvent également être effectués à un niveau plus granulaire. Vous pouvez également utiliser cette technique pour comparer les différentes approches des caractéristiques afin de déterminer lesquelles sont les meilleures.

Objectifs

Évaluer les différentes caractéristiques et apporter une approche objective et fondée sur des données à la prise de décision.

Méthodes

  • Comparez différentes conceptions d’interface utilisateur et effectuez des tests A/B pour déterminer celle qui suscite le plus d’engagement.
  • Comparer différentes architectures ou algorithmes pour tester la vitesse et la qualité des performances
  • Comparer les structures des bases de données en termes de performance et de sécurité.

 

#4. Comparer les performances sur différentes plates-formes et appareils

Les tests de comparaison peuvent également porter sur la manière dont votre logiciel fonctionne sur différentes plateformes et différents appareils.

Objectifs

Compte tenu du grand nombre d’environnements potentiels dans lesquels votre logiciel sera exécuté, vous devez veiller à la fois à la compatibilité et à l’homogénéité des performances.

Méthodes

  • Tester une application web sur différents navigateurs
  • Découvrez comment votre logiciel fonctionne sur différents systèmes d’exploitation
  • Explorer les différentes configurations matérielles et leur impact sur les performances et la facilité d’utilisation des logiciels.

 

#5. Comparer les résultats en utilisant différents ensembles de données

Les logiciels complexes doivent accepter une grande variété de données. Les tests de comparaison permettent d’évaluer la manière dont votre application traite les données et les entrées.

Objectifs

Veiller à ce que le logiciel soit stable et sûr lorsqu’il traite des données d’entrée et des cas limites.

Méthodes

  • Tester une fonction de recherche avec de nouvelles entrées
  • Envoyer délibérément au logiciel des données non valides pour voir s’il envoie les messages d’erreur appropriés.
  • Vérifier le traitement des données avec une variété d’entrées.

 

Outils de test de comparaison

ZAPTEST RPA + Test Automation suite

Comme vous pouvez le constater, les tests de comparaison impliquent un large éventail de techniques et d’approches logicielles différentes. Presque tous les domaines des tests de logiciels peuvent être évoqués afin de comparer les performances d’une application à celles d’un outil concurrent ou d’une version antérieure.

C’est pourquoi le meilleur outil de test de comparaison doit être polyvalent, hautement personnalisable et offrir un large éventail d’options de test. ZAPTEST est la solution idéale en raison de ses capacités de test multiplateforme, de sa puissance de test visuel et de ses superbes outils RPA qui peuvent vous aider à automatiser de grandes quantités de tests.

ZAPTEST permet aux utilisateurs de créer facilement des cas de test, d’exécuter des tests en parallèle sur plusieurs environnements et appareils, de générer des informations alimentées par l’IA, de produire des rapports et de documenter leurs tests. De plus, les puissantes capacités RPA de ces outils vous permettent d’automatiser la préparation des données, de rationaliser les rapports et d’effectuer des tests en continu, tout en réduisant la nécessité d’effectuer des tests manuels, longs, coûteux et sources d’erreurs.

Téléchargez dès aujourd’hui le logiciel d’ automatisation des tests logiciels + RPA de ZAPTEST !

 

Dernières réflexions

Le test de comparaison est une méthode de test utile qui vous aide à mesurer votre logiciel par rapport à des outils concurrents ou à des versions antérieures. C’est un excellent moyen de comprendre comment les caractéristiques et les performances de votre solution se comparent à celles des outils concurrents, afin de comprendre votre position sur le marché. Bien qu’il ne remplace pas les autres types de tests, il constitue un élément important d’une approche globale des tests.

Download post as PDF

Alex Zap Chernyak

Alex Zap Chernyak

Founder and CEO of ZAPTEST, with 20 years of experience in Software Automation for Testing + RPA processes, and application development. Read Alex Zap Chernyak's full executive profile on Forbes.

Get PDF-file of this post