fbpx

Get your 6-month No-Cost Opt-Out offer for Unlimited Software Automation?

La quatrième révolution industrielle représente la période actuelle d’une augmentation drastique de la technologie et d’un monde interconnecté. Il est donc essentiel de comprendre où en sont les technologies spécifiques aujourd’hui et où elles pourraient être dans quelques années, car les progrès technologiques ne cesseront probablement jamais.En particulier, la pertinence de l’automatisation des processus robotiques à l’échelle mondiale est une discipline commerciale qu’il est de plus en plus difficile d’ignorer. Comme pratiquement tous les secteurs d’activité sont à la recherche du meilleur outil pour réduire les coûts et améliorer l’efficacité en automatisant leurs processus, les RPA ont changé le mode de fonctionnement des organisations. Nombreux sont ceux qui perçoivent l’automatisation des processus robotiques comme un robot physique courant dans un bureau et accomplissant des tâches en un temps record, mais ce n’est pas le cas. Au contraire, si la RPA est un robot, elle fonctionne à partir de logiciels déjà établis.

Table des matières

Qu’est-ce que l’automatisation robotique des processus (RPA) ?

L’automatisation robotique des processus (RPA) est un outil logiciel utilisé pour accomplir des tâches structurées et répétitives sans intervention humaine. De nombreuses entreprises utilisent la RPA pour remplacer les humains dans l’exécution de tâches banales et répétitives telles que le transfert de données. L’utilisation de la RPA ou de “bots” pour imiter des tâches axées sur l’entreprise a une incidence positive sur l’efficacité, la productivité et l’environnement de travail des entreprises. Par exemple, avec une mise en œuvre réussie de la RPA, les humains n’ont plus besoin de rassembler les données relatives à la paie, ce qui leur permet d’utiliser leurs capacités pour quelque chose de plus important.

Un peu d’histoire sur l’évolution de la RPA

hyperautomatisation, automatisation robotique des processus (RPA)

 

L’idée d’utiliser la technologie automatisée pour accroître l’efficacité des processus n’est pas nouvelle, puisqu’elle remonte à l’ère industrielle où l’on essayait d’améliorer la productivité de la fabrication. Cependant, les tentatives d’utilisation de bots pour améliorer les processus ont commencé, de manière presque synonyme, avec l’introduction du World Wide Web en 1989, avec le screen scraping. Le grattage d’écran est le processus consistant à trouver, extraire et copier des données de l’internet dans un autre but. À l’époque, si une entreprise souhaitait mettre en œuvre le raclage d’écran, cela nécessitait des connaissances approfondies en programmation, et la technologie d’automatisation dépendait de l’homme.

Le manque d’accès à la technologie automatisée a encouragé le développement de logiciels de gestion des processus plus innovants et adaptables pour améliorer les relations avec les clients, les coûts opérationnels et la gestion des flux de travail. L’ère des années 90, marquée par la réingénierie des logiciels d’automatisation, a fait que les entreprises ont eu besoin de technologies de gestion des processus meilleures et plus rapides face à un marché hyperconcurrentiel. Avec le bouleversement de la mise en œuvre par les entreprises de technologies automatisées dans leurs processus, les perspectives sur les systèmes de gestion des processus ont changé. Dans les années 2000, les entreprises recherchent l’efficacité maximale plutôt que l’efficience, c’est-à-dire l’exactitude des calculs et la fiabilité du traitement de l’information.

L’émergence de la RPA commence ici ; l’entrée du monde dans le 21e siècle. L’automatisation des processus robotiques s’inspire de ses prédécesseurs, en faisant du screen scraping et en automatisant le flux de travail pour exécuter des tâches, du début à la fin, sans intervention humaine. La décennie suivante, marquée par le début de l’internet des objets (IoT) vers 2009, représente la prolifération des avancées technologiques et un monde connecté par la technologie. La transformation technologique radicale du monde nous amène à la quatrième révolution de l’automatisation, qui a impliqué une reconnaissance générale de la RPA, l’année 2016 ayant marqué une flambée des ventes de services et d’outils d’automatisation des processus robotiques et l’incorporation d’outils d’intelligence artificielle (IA) dans les systèmes RPA.

Avantages de la RPA

 

 

Les avantages de l’automatisation des processus robotiques (RPA) sont considérables.

1. Maximiser l’efficacité opérationnelle

L’efficacité opérationnelle fait référence au temps, aux coûts et aux ressources humaines précédemment utilisés pour accomplir une tâche. Pour qu’une organisation soit compétitive dans son secteur, il est devenu presque impossible de réussir sans un logiciel axé sur les données pour rationaliser ses processus. L’une des principales raisons de l’intensification de la concurrence dans pratiquement tous les secteurs est la mise en place de robots chargés d’accomplir des tâches fastidieuses 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Grâce à la mise en œuvre réussie d’un logiciel RPA, les employés qui, à l’origine, consacraient un temps précieux à des tâches manuelles peuvent utiliser leur temps à des activités plus productives et stimulantes. Non seulement la RPA permet aux employés d’utiliser leur expertise pour des tâches plus importantes, mais elle crée un environnement de travail plus agréable.

2. Facile à mettre en œuvre et à configurer

Le logiciel RPA est étonnamment rapide et facile à mettre en œuvre dans le système informatique actuel d’un utilisateur. Les logiciels RPA automatisent en interagissant avec l’interface existante, ce qui signifie qu’ils ne nécessitent pas d’équipement externe ou coûteux pour fonctionner. En outre, le processus de configuration ne nécessite aucune connaissance en programmation. Par exemple, de nombreux logiciels RPA permettent aux utilisateurs de “glisser-déposer” le code déjà généré pour l’automatisation souhaitée.

3. Mise en œuvre rapide

Le processus complet de mise en œuvre et d’intégration d’un logiciel RPA dépend de la complexité du flux de travail de l’utilisateur. La mise en œuvre complète de la plupart des systèmes prend entre une et six semaines. Toutefois, pour les utilisateurs nécessitant une automatisation complexe, le processus de mise en œuvre peut prendre jusqu’à douze semaines.

4. Maintenir la conformité de l’industrie

Dans de nombreux secteurs où les logiciels RPA sont configurés pour accomplir la tâche souhaitée, les utilisateurs signalent une meilleure conformité aux règles et réglementations. Puisque l’objectif du logiciel RPA est d’accomplir des tâches structurées, fondées sur des règles et exemptes d’erreurs, il devient un outil d’audit puissant et précis.Lorsqu’un utilisateur met en œuvre un logiciel RPA, il configure le robot pour qu’il exécute une tâche et peut également le programmer pour qu’il accomplisse des tâches conformément aux règles de conformité de son secteur.

5. Améliorer la satisfaction des clients

De la même manière, le logiciel RPA peut accroître la conformité du secteur ; il peut également améliorer la qualité de service d’une entreprise. L’élimination des erreurs humaines permet d’obtenir des résultats précis, ce qui peut améliorer considérablement la continuité du service, les relations avec les clients et la durée des prestations.

6. Les robots logiciels sont non perturbateurs

Les logiciels RPA, ou robots logiciels, travaillent de manière indépendante sur les logiciels existants des utilisateurs. En d’autres termes, cela signifie que les bots agissent comme un centre de contrôle et de gestion, capable de s’attaquer à de multiples tâches sans interférer avec les logiciels existants – il s’agit plutôt d’un ajout. En tant que centre de contrôle fonctionnant avec l’interface actuelle d’un utilisateur, le logiciel RPA peut créer un écosystème de machines en se connectant et en communiquant avec le logiciel d’origine d’un utilisateur.Les ordinateurs actuels peuvent ainsi fonctionner comme ils l’ont fait jusqu’à présent, tandis que le logiciel RPA sert de ligne de communication pour relier plusieurs sources indépendantes, ce qui permet un flux constant d’informations sans interférer avec d’autres programmes.

7. Analyse des données pour identifier les faiblesses

Qu’est-ce qu’un logiciel RPA ? Il peut mettre en évidence les défaillances du système technique d’un utilisateur en montrant des modèles grâce à l’analyse des données. Grâce aux données agrégées par le logiciel RPA, les entreprises peuvent identifier et corriger les points à améliorer dans leur système actuel et leurs ressources humaines.

8. Sécurité accrue des données

Les utilisateurs peuvent bénéficier d’une sécurité accrue des données grâce à une mise en œuvre adéquate du logiciel RPA. La RPA peut améliorer la sécurité des données en limitant la nécessité pour les humains d’interagir avec des données sensibles. Les bonnes performances sont liées à la sophistication du développement de l’APR. Le degré de sophistication nécessaire des logiciels d’une entreprise dépend de ses besoins. Pourtant, les entreprises qui souhaitent réduire les risques au maximum ont besoin de fonds adéquats et, souvent, d’un corps professionnel de ressources humaines orientées vers la technologie.

Les défis de l’automatisation des processus robotiques

 

 

Les avantages des services d’automatisation des processus robotiques sont considérables, si bien qu’il semble presque insensé pour une entreprise de rester à l’écart de l’automatisation RPA. Mais même la technologie RPA, comme toute solution qui se présente comme une panacée, a ses défis, ses inconvénients et ses limites.

Défi 1 : Les limites de l’automatisation

L’automatisation RPA, dans sa forme la plus simple, est un logiciel qu’un utilisateur configure pour imiter des activités de la même manière qu’un humain. Aussi complexe que soit le logiciel RPA, il ne peut que reproduire des tâches structurées et fondées sur des règles. Cette limite d’automatisation des outils RPA signifie que le logiciel robot RPA ne peut pas s’adapter aux changements ou apprendre de ses erreurs sans l’aide des humains qui le reprogramment pour agir en conséquence.Toutefois, les approches actuelles en matière de logiciels d’automatisation cherchent à fournir une évolutivité encore plus grande en ajoutant des outils intelligents aux bots, ce qui leur permet de reconnaître les changements, d’agir en fonction de ces changements et d’apprendre de leurs erreurs.

Défi 2 : Les avantages manquent de tangibilité

S’il existe des preuves concrètes des avantages de la RPA, comme la mesure des coûts et des erreurs, certains des avantages mentionnés ci-dessus ne sont pas tangibles. Par exemple, il est sous-entendu qu’en mettant en œuvre des bots pour accomplir des tâches qui étaient à l’origine accomplies par les ressources humaines d’une entreprise, les employés ont plus de temps pour se concentrer sur d’autres tâches. Toutefois, l’avantage déclaré de la RPA, à savoir l’augmentation de la productivité des bureaux, repose sur des mesures du temps, des coûts et des erreurs plutôt que sur des mesures complètes de la productivité.

Défi 3 : Remplacement humain

La crainte que les robots rendent les ressources humaines inutilisables est véritablement le principal obstacle à la mise en œuvre de la RPA et à l’acceptation des robots logiciels par les entreprises. Il est raisonnable de craindre que les robots logiciels remplacent les emplois humains, notamment en raison de la capacité des logiciels d’automatisation à accomplir les tâches humaines plus rapidement et avec plus de cohérence. De plus, les progrès du logiciel RPA impliquent une augmentation de la technologie d’automatisation intelligente, ce qui signifie qu’il peut apprendre de son expérience, un inconvénient humain qui n’existait pas dans l’automatisation RPA simple.

Défi 4 : Acceptation des TI

En général, la structure organisationnelle sépare les secteurs commerciaux et informatiques en différents départements au sein d’une organisation. Cependant, la mise en œuvre d’un logiciel RPA brouille les responsabilités précédemment établies de ces départements, car c’est souvent l’entreprise qui lance et configure le logiciel RPA sans l’aide du département informatique. Le rôle de l’entreprise dans la mise en œuvre et la configuration de son logiciel de robot est de s’assurer que les tâches automatisées correspondent à la vision de l’entreprise. Toutefois, pour maintenir les capacités du logiciel RPA axées sur les solutions, le service informatique reste responsable des aspects d’une technologie automatisée tels que la gouvernance, la sécurité, etc.La convergence de ces départements auparavant distincts pose des défis à la structure d’une organisation, car elle exige un partage des responsabilités et une communication entre eux.

Défi 5 : Manque de capacité

L’automatisation RPA, dans sa forme la plus simple, manque de capacité analytique en raison de l’absence de capacité cognitive des robots logiciels. Toutefois, comme indiqué ci-dessus, les progrès du métier intègrent des outils intelligents, comme l’intelligence artificielle (IA), pour améliorer les capacités cognitives du logiciel, ce qui se traduit par une autre ressource précieuse pour le processus décisionnel d’une entreprise.

Défi 6 : Ne convient pas à tous

Les logiciels RPA ne sont pas adaptés à l’infrastructure technologique actuelle de toutes les organisations ni à tous les processus métier. Pour certaines entreprises, le déploiement d’outils RPA ne fournira pas de solutions optimales ; leur infrastructure repose sur une technologie plus ancienne. Gartner suggère une Feuille de route de l’automatisation des entreprises (EAR) pour aider les organisations à éviter de perdre du temps et de l’argent en donnant la priorité à la RPA alors qu’il existe une autre solution plus optimale. Il est important de connaître les limites des logiciels RPA sur les processus liés à l’entreprise. Par exemple, les organisations ne devraient pas investir dans des logiciels robotisés pour automatiser les données non structurées. Un autre aspect à prendre en compte, qui n’est pas nécessairement une limite à la RPA mais qui est essentiel pour qu’une organisation puisse décider de la meilleure solution, est de savoir si la tâche à automatiser est structurellement faible. Bien que la RPA puisse automatiser des tâches dont les performances ne sont pas optimales, elle n’est peut-être pas la solution ; une entreprise doit plutôt améliorer le processus opérationnel avant d’investir dans d’autres équipements.

Défi 7 : Changements organisationnels

Nous avons abordé ci-dessus un changement organisationnel qui pose des difficultés à une entreprise qui met en œuvre des outils RPA : la relation entre l’entreprise et l’informatique. Une autre difficulté que rencontrent les organisations est d’obtenir le soutien général de l’entreprise. Alors que les anciens systèmes d’automatisation basés sur les TI fonctionnaient sur l’ensemble de la structure organisationnelle, nécessitant l’acceptation des personnes concernées, l’automatisation robotique ne nécessite pas d’approbation générale. Au contraire, des départements distincts peuvent mettre en œuvre des outils d’automatisation RPA dans leur secteur sans communiquer ce changement aux autres. Cependant, l’incapacité à obtenir un soutien global peut entraîner des conflits liés aux croyances, aux responsabilités et au contrôle d’un individu.

Comment fonctionne l’automatisation robotique des processus (RPA) ?

 

 

Il existe deux réponses possibles à la question : comment fonctionne l’automatisation robotique des processus (RPA) ? La première est la préparation de l’exécution d’un robot logiciel, et la seconde les étapes suivies par le logiciel RPA pour accomplir une tâche.

Étapes de la mise en œuvre de la RPA

L’intégration de la RPA dans l’infrastructure d’une entité se fait en quatre étapes principales.

1. Sélection et approbation

La phase d’identification consiste à sélectionner les processus à automatiser. Les processus RPA appropriés sont structurés, immuables, fondés sur des règles et comportent un nombre élevé de transactions. Cependant, il est possible d’automatiser les tâches basées sur des règles même si elles ne nécessitent pas un nombre élevé de transactions par seconde.

2. Conception du développeur

La phase de conception de la RPA consiste à décider quels sont les outils logiciels les plus optimaux pour les activités identifiées de l’utilisateur. Par exemple, si un utilisateur souhaite utiliser l’automatisation RPA pour la paie, il doit prendre en compte le coût, la qualité, les fonctionnalités et le temps nécessaires à la mise en œuvre d’un logiciel robot pour cette tâche. En tenant compte de ces facteurs, un utilisateur peut constater que les outils RPA pour la paie ne donneront pas un résultat optimal par rapport aux autres solutions existantes. D’autres actions à envisager au cours de cette phase consistent à relever les défis communs de l’APR, à identifier les résultats à court et à long terme, et à établir les rôles et les responsabilités des personnes impliquées.

3. Scripts, construction, test

La troisième étape de l’exécution de la RPA consiste à créer et à réécrire des scripts pour les outils d’automatisation choisis lors de la phase de conception. En fonction de la tâche souhaitée, la phase d’écriture du script nécessite quelques connaissances en matière de configuration et de programmation. En outre, c’est généralement à l’informatique ou à un développeur RPA qu’il incombe d’écrire les configurations. L’interface de chaque outil est unique. Par exemple, certaines peuvent nécessiter peu ou pas de code, tandis que d’autres nécessitent un nouveau script. Les autres actions requises au cours de cette étape consistent à créer une zone où les outils RPA pourront être construits, testés et déployés.

4. Exécuter

Une fois chaque étape franchie, il est temps d’exécuter les outils d’automatisation. Il est essentiel de surveiller les robots logiciels pour détecter les défauts et de disposer d’un corps professionnel de ressources humaines ayant une connaissance approfondie de cette technologie.De nombreuses organisations devraient envisager d’engager une aide externe pour leur processus de déploiement de la RPA et mettre en place une équipe qualifiée pour surveiller le logiciel au stade de l’exécution.

Les étapes de la RPA en mouvement

les étapes de RPA

 

Il est utile d’avoir une idée générale de la manière dont les outils d’automatisation robotique des processus (RPA) accomplissent les tâches et interagissent avec d’autres systèmes. La technologie d’automatisation RPA dispose d’une interface permettant à l’utilisateur de voir ce que fait le robot et s’il est actif.L’automatisation des processus RPA permet de réaliser une tâche en quatre étapes. Pour expliquer ces étapes, prenons l’exemple de l’automatisation des courriels.

1. Collection

Le logiciel du robot collecte les pièces jointes dans la boîte aux lettres électronique de l’utilisateur.

2. Transfert

Le logiciel d’automatisation RPA prend les données de la boîte de réception et les transfère dans un autre document, comme Excel.

3. Générer

Le logiciel du robot génère un rapport à partir des données de la feuille de calcul qu’il copie dans son système en ligne désigné.

4. Confirmez

L’outil d’automatisation RPA informe les utilisateurs qu’il a terminé la tâche.

Meilleures pratiques pour l’automatisation des processus robotiques

 

 

En pratique, la RPA est un outil puissant pour pratiquement tous les secteurs d’activité, qui permet de réduire les coûts, d’éliminer les erreurs, de respecter la conformité et de gagner du temps. Cependant, de nombreuses entreprises ne parviennent pas à mettre correctement en œuvre le logiciel RPA dans leur système, car elles tentent d’utiliser le RPA pour traiter des problèmes dont elles n’ont jamais été capables au départ. En outre, il arrive que des entreprises investissent dans des outils RPA pour constater ensuite que les résultats ne sont pas optimaux ou que le RPA n’est pas la meilleure solution une fois qu’il est trop tard. Heureusement, il existe cinq pratiques pour guider les entreprises vers une automatisation robotique des processus réussie afin d’éviter cela.

1. Établir un personnage pour le développeur

Un persona est un personnage fictif qui peut représenter adéquatement les besoins et les visions d’une entreprise au développeur RPA. La fonction des outils RPA étant personnalisable, les organisations doivent éviter de dépendre uniquement des connaissances et des compétences d’un développeur professionnel. N’importe quel développeur peut programmer et créer des scripts pour automatiser une tâche, mais la RPA n’est pas “taille unique”, alors évitez de vous reposer exclusivement sur un développeur.

2. Établir tous les domaines de la gouvernance

Les organisations qui ont implémenté avec succès les services d’automatisation des processus robotiques dans leur infrastructure ont mis en place un organe directeur pour garantir un retour sur investissement (ROI) optimal. Il existe de nombreuses façons de mettre en place un organe directeur, par exemple en créant un centre d’excellence (COE), un comité ou un individu, mais le facteur important est la façon dont il régit les processus RPA. Par exemple, le comité ou la personne doit être responsable de l’approbation de l’automatisation d’un processus et de la validation du script avant son exécution. En outre, l’organe directeur doit soutenir la vision du projet RPA de l’organisation. Pour constituer une équipe, Gartner recommande de commencer par le propriétaire de l’entreprise et un membre du service informatique. Les membres supplémentaires pourraient inclure un validateur de sécurité, une personne des RH et un représentant de la gestion des données. Dans l’ensemble, l’équipe RPA d’une entreprise doit être composée de personnes ayant des compétences et des responsabilités variées, applicables au projet RPA de l’entreprise. En outre, la mise en place d’un organe directeur ouvre davantage de possibilités pour la mise en œuvre à grande échelle de la RPA au sein d’une organisation en s’attaquant au problème de la RPA qui oblige les responsabilités commerciales et informatiques à fusionner. Les activités sur lesquelles le comité devrait agir sont les suivantes :

IS YOUR COMPANY IN NEED OF

ENTERPRISE LEVEL

TASK-AGNOSTIC SOFTWARE AUTOMATION?

  • La gestion des scripts, l’indice de connectivité dans un système, la réutilisation du code objet et la protection de toute propriété intellectuelle utile.
  • Gestion de la demande – “La RPA ne doit pas être la réponse par défaut”.
  • Voir le soutien adéquat pour le projet RPA, c’est-à-dire les compétences, les consultants, les serveurs et les logiciels disponibles.
  • Travailler avec les BPO et SCC existants.
  • Planifiez comment et quand communiquer la mise en œuvre de la RPA à l’ensemble de l’entreprise.
  • Soyez au courant des dernières tendances en matière d’automatisation.

3. Feuille de route d’automatisation de l’entreprise (EAR)

Comme nous l’avons brièvement mentionné ci-dessus, Gartner recommande de créer une feuille de route pour la mise en œuvre de la RPA, car c’est elle qui déterminera la réussite du projet. La feuille de route prévoit de limiter les risques en sélectionnant les processus appropriés, en envisageant d’autres logiciels d’automatisation, en faisant appel à une aide extérieure, en tenant compte des convictions de l’entreprise, des mesures à prendre en cas d’arrêt soudain de la RPA, des objectifs, etc.Par exemple, une interface de programmation d’applications (API) déjà établie pourrait produire de meilleurs résultats que l’utilisation de la RPA pour émuler une tâche. Une autre possibilité est qu’une organisation souhaite moderniser ses systèmes mais n’a pas installé d’API. Dans ce cas, Gartner suggère d’évaluer les coûts à long terme de la RPA par rapport à l’ajout d’API. Un RAE peut aider les organisations à définir des attentes réalistes quant aux capacités de la RPA afin de prendre des décisions stratégiques pour garantir des résultats optimaux. L’importance de cette période de pré-discussion est absolue, car les entreprises dotées de systèmes plus anciens risquent de constater que leur technologie n’est pas suffisamment mature pour rendre la RPA réalisable. Il s’agit également de démystifier les idées reçues selon lesquelles la RPA est une panacée ou une ressource que les personnes ayant peu ou pas de connaissances techniques peuvent utiliser pour automatiser tout ce qu’elles veulent.Globalement, les critères d’automatisation des tâches avec RPA sont ceux qui :

  • Avoir un nombre élevé de transactions
  • Avoir accès au transfert d’informations vers plusieurs systèmes
  • sont stables et immuables
  • sont simples, c’est-à-dire qu’elles ne nécessitent pas de jugement, de créativité, etc.
  • sont fondées sur des règles et structurées
  • Souvent victimes d’erreurs humaines
  • Assurera un retour sur investissement optimal
  • Sont répétitifs
  • Cela se fait depuis longtemps
  • Ne nécessitent pas d’intervention humaine
  • sont structurés et traitent des données numériques

4. Tester et valider les scripts

Une organisation ne devrait pas poursuivre le projet sans l’effort combiné des professionnels de l’informatique, des professionnels de l’entreprise et des sources externes validant le cadre RPA. Si le processus de test et de validation des scripts RPA est vital pour garantir le bon fonctionnement des robots logiciels, il est également essentiel de valider les limites d’accès du robot. Par exemple, si l’activité du robot logiciel est indiscernable de celle d’un humain, le script doit être revu. Une autre question qui nécessitera une refonte est celle de savoir si le robot s’engage dans une activité qui va au-delà de sa tâche prévue, comme l’accès à des données sensibles sans rapport avec son objectif. Le processus de test et de validation de la RPA est simple, puisqu’il ne s’agit que de cocher un processus une fois que le bot l’a passé avec succès – ce sont les processus :

  • Validation fonctionnelle

Le robot logiciel fonctionne-t-il comme il est censé le faire ? Est-ce qu’il circule correctement dans les autres systèmes ?

  • Validation architecturale

Le logiciel RPA dispose-t-il des applications, des outils d’assistance, des configurations, des auditeurs et de l’infrastructure nécessaires ?

  • Validation de la mise en œuvre

Est-il prêt à assumer les tâches importantes de l’organisation ?

  • Validation de l’identité

Le robot logiciel possède-t-il une identité unique qui le distingue d’un humain ?

  • Validation de l’accès aux données

Le robot logiciel peut-il accéder à des données qui ne sont pas nécessaires à sa tâche ? Par exemple, existe-t-il un registre de toutes les activités effectuées par le robot ?

  • Validation supplémentaire

La validation supplémentaire désigne tout autre aspect critique nécessaire au bon fonctionnement du robot logiciel. En outre, toute validation supplémentaire devrait porter sur les risques éventuels de fuite de données et de fraude – si le comité ne l’a pas déjà fait.

Test des scripts RPA

Gartner recommande une approche à trois niveaux pour tester les scripts RPA : tests d’acceptation par les utilisateurs, tests d’intégration du système et tests unitaires. Le premier test est un test unitaire effectué par le développeur, puis un test d’intégration du système pour s’assurer que le bot est interopérable avec le système actuel. Enfin, c’est au propriétaire ou à l’utilisateur de tester et d’accepter le script RPA.En général, un robot logiciel qui réussit les tests à trois niveaux signifie qu’il se comporte de manière gracieuse en suivant les exceptions et en validant d’autres unités de calcul avec un minimum d’intervention humaine. En outre, le logiciel RPA doit offrir un retour sur investissement suffisamment élevé pour comparer les avantages du RPA.

5. Utilisation de la RPA avec l’intelligence artificielle (IA)

La quatrième révolution industrielle, ou industrie 4.0, représente la période actuelle de présence généralisée des technologies avancées et des outils d’automatisation dans les entreprises. Il est devenu évident que lorsque les entreprises et les organisations appliquent l’apprentissage automatique (ML) et l’IA aux logiciels RPA, elles bénéficient d’une fonctionnalité accrue et d’une amélioration de l’automatisation de leurs processus d’entreprise, par rapport au RPA seul. L’incorporation du ML et de l’IA pour améliorer les avantages du processus d’automatisation robotique aide en outre à relever les défis industriels communs tels que la prise de décision, l’identification de modèles et l’analyse des données. En d’autres termes, l’ajout de l’apprentissage automatique et de l’intelligence artificielle a fait passer l’automatisation d’une approche axée sur les données à une approche décisionnelle pour les processus d’entreprise.

Alors que les processus commerciaux utilisent lentement le ML et l’IA avec leurs systèmes RPA, cette tendance à l’automatisation intelligente indique l’essor actuel de l’hyperautomatisation, une discipline pour les entreprises qui identifie, examine et automatise tous les processus capables d’être automatisés.

L’objectif premier d’Hyperautomation est de poursuivre sa croissance sans entrave.L’hyperautomatisation est la prochaine étape des pratiques mieux automatisées, définie par la combinaison de la RPA, des logiciels BMP intelligents, de l’IA, de l’apprentissage automatique et des analyses IoT. En outre, Gartner explique que, puisque la plupart des entreprises utilisent des systèmes basés sur les données qui sont dépassés par rapport à la technologie actuelle disponible, l’hyperautomatisation est la prochaine phase numérique pour les entreprises afin d’augmenter la résilience, l’évolutivité et de réduire les coûts. En conséquence, Gartner prévoit que cette discipline atteindra un marché de 596,6 milliards de dollars en 2022.

Pourquoi l’automatisation robotique des processus (RPA) est-elle une technologie perturbatrice ?

 

 

Dans le monde des affaires, les technologies perturbatrices sont des technologies innovantes qui commencent au bas de l’échelle mais qui s’infiltrent rapidement sur le marché et modifient complètement le mode de fonctionnement d’une entreprise. La RPA est véritablement une technologie perturbatrice. Elle a complètement changé la façon dont les entreprises gèrent leurs processus commerciaux, à tel point qu’il est presque impossible pour une entreprise d’éviter les sociétés RPA si elle veut avoir une chance de rivaliser avec ses concurrents.

En dehors de la théorie commerciale, une technologie perturbatrice est une technologie innovante qui modifie le mode de fonctionnement des individus et des autres industries. La RPA, en tant que perturbateur, a eu un impact sur les trois : individus, industries et entreprises. L’impact de l’APR sur l’individu s’est traduit par des résultats tant positifs que négatifs. Par exemple, la RPA a eu un effet positif sur les comptables en améliorant l’efficacité et la qualité de la charge de travail et des rapports des comptables. En outre, ces comptables ont également connu un changement de routine puisque la RPA a rendu les tâches banales, comme la collecte de données, plus rapides et plus faciles.

Dans le même temps, cependant, la RPA a perturbé le confort de certains individus et suscité des craintes quant à la possibilité que des robots logiciels prennent les emplois des gens. La principale façon dont la RPA perturbe les organisations est de modifier les rôles de la direction, du secteur commercial et de l’informatique. Dans l’ensemble, ce perturbateur a une incidence sur le nombre de travailleurs, le moment où ils travaillent et la nécessité d’employer des travailleurs qualifiés pour les logiciels RPA. L’impact sur les organisations entraîne une augmentation de la demande de travailleurs qualifiés en technologie et réduit les coûts d’emploi des travailleurs actuels.

Pour quelles industries la RPA est-elle idéale ?

 

 

Le secteur bancaire et financier ayant été l’un des premiers à mettre en œuvre la RPA dans ses systèmes, d’autres secteurs comme les assurances, l’industrie manufacturière, les services publics, les soins de santé et les télécommunications l’ont adoptée avec succès. Si pratiquement tous les secteurs d’activité cherchant à automatiser ou à imiter des activités humaines à des fins de rapidité et de précision sont susceptibles de bénéficier de logiciels robotisés, les cas montrent que la RPA est la force principale de ces six secteurs.

Industrie 1:
Banque et finance

En 2016, une grande banque a employé son premier robot pour accroître l’efficacité des services de faillite et d’atténuation des pertes. Depuis le début de la mise en œuvre, la banque a augmenté son programme pour inclure 22 robots au total, bien qu’elle ait limité leur utilisation aux tâches et aux méta-robots. En fin de compte, l’entreprise a constaté une transformation grâce à la RPA dans quelques domaines clés : les opérations de transactions en devises étrangères, les opérations de paiements mondiaux, les opérations de service à la clientèle liées aux litiges relatifs aux prêts hypothécaires et aux cartes de crédit, et le service des véhicules et des prêts hypothécaires.De l’idée à l’exécution, la mise en œuvre de la RPA dans les processus de la banque a pris environ dix-huit mois, et depuis lors, la société a déjà constaté des améliorations en termes de cohérence, de rapidité et de précision dans chaque domaine où la RPA a été mise en œuvre. La banque a réussi à atteindre 95 % des avantages visés dans le cadre du budget initial, et a réduit le temps moyen nécessaire pour traiter les dossiers de vingt minutes à quatre minutes. Ils ont également pu réduire de 15 % le temps d’appel de leur service clientèle, ce qui a également permis de réduire les heures supplémentaires des employés. Compte tenu des avantages qu’elle a tirés de la RPA, la société financière a continué à investir et à déployer de nouvelles technologies RPA, notamment des techniques plus avancées.

Industrie 2:
L’assurance à PZU

Une grande compagnie d’assurance polonaise comptant des millions de clients a également mis en œuvre très tôt la technologie RPA. Lorsque la compagnie d’assurance a eu du mal à personnaliser et à améliorer l’expérience de ses clients, elle s’est tournée vers les entreprises de RPA pour obtenir de l’aide. Dans le cas de cette entreprise, la résolution de son problème rendait les services d’automatisation des processus robotiques idéaux, car l’entreprise disposait des ressources humaines nécessaires pour fournir un service client personnalisé, mais pas du temps nécessaire. L’entreprise a donc d’abord identifié les processus à automatiser : le support back-office et le support front-office. Sa première installation de RPA a résolu ses problèmes de temps, permettant aux employés d’augmenter leurs performances et leur attention, ce qui a conduit à une meilleure satisfaction des clients.Puis, comme la RPA s’est avérée fructueuse, l’entreprise a vu de nombreuses possibilités d’automatiser d’autres tâches, précisément parce qu’il s’agit d’une entreprise du secteur des assurances. En général, les entités du secteur de l’assurance ont beaucoup de processus identiques qui se prêtent parfaitement à l’automatisation. Par exemple, la plupart des compagnies d’assurance effectuent les tâches suivantes : traitement des demandes d’indemnisation, vente, souscription et audit.L’assureur a vu des possibilités d’automatisation dans son système d’indemnisation, dans le traitement des accidents, dans toutes les données, dans la facturation, dans l’historique des clients et dans l’analyse préliminaire pour les demandes d’indemnisation pour dommages à la voiture, le paiement des dommages à la voiture et les demandes d’indemnisation pour accouchement. En développant ses processus d’automatisation, la compagnie d’assurance a éliminé les erreurs humaines et obtenu une précision de 100 % dans les tâches répétitives telles que la saisie de données. Malheureusement, une erreur courante que les industries commettent après une mise en œuvre réussie de la RPA consiste à négliger le robot logiciel, en croyant qu’il tirera des avantages durables de ses tâches automatisées. L’une des façons dont l’entreprise a vu une croissance et des résultats continus grâce au RPA a été de se concentrer sur l’expansion. En d’autres termes, une fois que ces entreprises ont constaté les avantages de l’automatisation, elles ont continué à étendre le logiciel RPA à d’autres tâches.

Industrie 3:
Fabrication dans une entreprise de fabrication

L’utilisation de la RPA pour les industries manufacturières est exhaustive, car la plupart des tâches sont répétitives, structurées et basées sur des règles. Par exemple, au niveau de base, les industries manufacturières peuvent automatiser la nomenclature et les ventes. L’avancement des logiciels RPA pour automatiser les tâches de fabrication comprend le traitement des commandes, les paiements, les courriels, la sélection des fournisseurs, l’état des expéditions et l’offre et la demande. L’ensemble de la chaîne d’approvisionnement d’une industrie manufacturière s’avère optimale pour la RPA.

3.1 Traitement des commandes et paiements

Avant qu’une entreprise manufacturière n’automatise son traitement des commandes et des paiements, elle s’appuyait sur un registre papier des transactions et sur des personnes pour confirmer les commandes et sélectionner les produits. Avec la mise en place réussie de la RPA, le robot logiciel sélectionne les produits, enregistre les transactions et notifie à l’utilisateur une commande terminée plus rapidement qu’un humain.La confirmation d’un vendeur impliquait un travail fastidieux de la part d’une entreprise de fabrication pour acheter des marchandises. La RPA modifie la charge de travail et le temps utilisé pour finaliser une transaction avec un fournisseur, la seule intervention humaine nécessaire se situant lors des interactions physiques.

3.2 Gestion de l’inventaire

En tant qu’entreprise de fabrication, la tenue d’une liste actuelle et complète de ses stocks est la tâche la plus ancienne et la plus simple effectuée par l’entreprise. Auparavant, ces chiffres devaient être saisis manuellement sur un ordinateur, un papier ou un autre support. Désormais, non seulement les niveaux d’inventaire de l’entreprise sont précis et à jour, mais avec le temps, le robot logiciel accumule un historique des stocks. L’outil d’automatisation fournit à l’entreprise des analyses prévisionnelles de son inventaire avec des données historiques.

3.3 Autres tâches à automatiser

Une entreprise de fabrication utilise des humains pour répondre aux demandes de renseignements des clients concernant leur emballage. L’automatisation des demandes des clients par l’envoi automatique d’e-mails de confirmation, la vérification du statut et la réponse aux clients libère les ressources humaines de la vérification manuelle du statut des commandes et améliore la satisfaction des clients. Une fois qu’une industrie a automatisé l’ensemble de sa chaîne d’approvisionnement, les seules interventions humaines requises sont celles qui nécessitent un jugement et une connexion humaine. Par exemple, les entreprises RPA ne peuvent pas entretenir les relations avec les clients par des interactions en face à face. Dans l’ensemble, grâce à l’installation réussie de la RPA, les entreprises manufacturières tirent profit de la réduction des coûts salariaux et de l’amélioration de l’efficacité et de la précision opérationnelles globales.

Industrie 4:
Ressources humaines

Une autre étude de cas provient d’une grande entreprise qui a commencé à voir les avantages potentiels de la RPA dans son département des ressources humaines. L’entreprise avait vu comment la RPA avait bénéficié au secteur financier, et s’est rendu compte que certaines de ces mêmes tâches manuelles prenaient du temps et de l’énergie aux employés des RH. La tâche manuelle que l’entreprise souhaitait automatiser consistait à combiner les données relatives aux employés provenant de différents systèmes RH en une source unique. Auparavant, les employés devaient combiner ces informations eux-mêmes, en utilisant une feuille de calcul Excel pour vérifier manuellement les informations, et le processus pouvait prendre jusqu’à 45 minutes. Une fois que le département RH a mis en œuvre le programme pilote RPA, la nouvelle technologie a non seulement pu éliminer la tâche manuelle, mais elle a également permis des mises à jour plus fréquentes des informations sur les employés. Bien entendu, l’entreprise a continué à évaluer comment la technologie RPA pourrait aider d’autres domaines de son département RH, notamment les chatbots qui peuvent interagir avec les nouveaux candidats à un emploi ou filtrer les CV et les candidatures. Des entreprises similaires ont commencé à suivre l’exemple de cette société en utilisant leurs propres systèmes RPA pour envoyer des offres d’emploi aux candidats, vérifier des ensembles de données et même faciliter l’inscription des nouveaux employés à un régime de santé.

Industrie 5:
Soins de santé

Comme les entreprises et les compagnies d’assurance, le secteur des soins de santé s’occupe de la facturation, des réclamations et des demandes de renseignements des patients. Une société néerlandaise opérant dans le secteur de la santé et de la nutrition a adopté la RPA pour automatiser ses processus opérationnels. La première phase de mise en œuvre de l’entreprise néerlandaise de soins de santé a consisté à automatiser les tâches financières. Mais l’entreprise a d’abord dû repenser le processus d’automatisation afin de limiter l’intervention humaine, car elle ne voulait pas que le robot logiciel accomplisse une étape pour ensuite la transmettre à un employé. Après le succès de la première phase, l’entreprise a programmé d’autres bots RPA afin d’augmenter le nombre de tâches. Ainsi, de juillet 2016 à août 2016, l’entreprise a réussi à automatiser 25 tâches, soit 89 % de ses fonctions manuelles. Les avantages de la RPA pour l’entreprise ont permis de réduire le temps consacré aux tâches financières de deux semaines à trois jours. En outre, l’entreprise a amélioré la précision, la conformité, les heures de travail disponibles et le retour sur investissement. Outre cette société néerlandaise, les possibilités offertes par la RPA aux industries opérant dans le secteur des soins de santé sont des activités telles que la facturation, l’accélération des demandes et des paiements, la validation précise de l’assurance maladie des patients et la rationalisation des paiements des patients.

Industrie 6: Télécommunications

Dans un autre exemple, un fournisseur de télécommunications britannique a utilisé la RPA pour faire évoluer ses processus de back-office, rendant les tâches plus fiables, plus efficaces et plus précises. En 2004, cette entreprise de télécommunications a réduit son travail de back-office en Inde par le biais de l’externalisation des processus d’affaires (BPO). Toutefois, la croissance de l’entreprise a rapidement entraîné des problèmes opérationnels et de dépenses liés au BPO. L’entreprise a donc décidé de s’attaquer à ce problème avec la RPA. Toutefois, le cas de cette entreprise est unique car elle a choisi de mettre en œuvre le RPA sans l’aide d’une société externe de logiciels RPA. La société de télécommunications a identifié la tâche de back-office qu’elle souhaitait automatiser et a mis en œuvre avec succès le logiciel robot pour automatiser environ 35 % de ses activités de back-office. Grâce au succès de la RPA, l’entreprise s’est développée en augmentant le nombre de transactions automatisées à environ 400/500 000 par mois. En conséquence, l’entreprise de télécommunications a constaté une augmentation de la précision, de la productivité et de la satisfaction des clients, ainsi qu’une diminution des coûts opérationnels. D’une manière générale, le secteur des télécommunications peut mettre en œuvre la RPA dans des processus tels que les échanges de cartes SIM, les commandes et les vérifications de crédit afin d’améliorer les délais d’exécution, la flexibilité et l’efficacité.

Quels types de processus se prêtent à l’automatisation robotique des processus ?

 

 

Toute entreprise, société ou organisation souhaitant automatiser ses processus doit comprendre quels processus la RPA peut et ne peut pas automatiser. Cependant, même en connaissant les processus potentiellement automatisés, il est toujours difficile de s’assurer que les utilisateurs choisissent des stratégies appropriées. De plus, le fait de ne pas choisir les processus à automatiser entraîne des pertes financières, des résultats non optimaux et la possibilité d’investir dans une mauvaise solution. Discutons donc des types de processus qui se prêtent le mieux à l’automatisation robotique des processus.

1. Processus basés sur des règles

Les tâches fondées sur des règles sont simples ; il ne peut s’agir de processus nécessitant un jugement ou une interprétation humaine. Les logiciels robotiques ne peuvent pas comprendre les déclarations ambiguës. La tâche doit donc être logique, avec peu ou pas de changements ou d’exceptions. Par exemple, le long processus de copier et coller des données est fortement basé sur des règles, car le processus est très simple, ce qui le rend facilement programmable.

2. Nombre élevé de transactions répétitives

L’objectif de la RPA est d’automatiser de nombreuses tâches plus rapidement et avec plus de précision qu’un humain. S’il est possible d’automatiser des processus qui sont généralement effectués tous les deux mois, se concentrer sur les transactions à fort volume garantit des performances optimales et les plus grands avantages. Par exemple, le dossier de la chaîne d’approvisionnement et de la demande d’une entreprise de fabrication est en constante évolution, ce qui nécessite des mises à jour fréquentes de son dossier de chaîne d’approvisionnement. Une tâche de la chaîne d’approvisionnement est également répétitive et généralement effectuée plusieurs fois par jour, ce qui en fait une tâche appropriée qui bénéficierait de la RPA.

3. Mature

Une tâche mature est un processus qui existe depuis un certain temps, c’est donc un processus connu de la plupart des travailleurs. Cela signifie également que le processus est probablement achevé de la même manière à chaque fois.

4. Coût facile à identifier

Si une organisation peut calculer le coût actuel encouru pour accomplir une tâche, il est plus facile de comparer ce coût aux avantages potentiels de l’automatisation. En d’autres termes, un travail qui, historiquement, nécessite huit heures de ressources humaines est facilement quantifiable, ce qui permet aux entreprises de comparer le coût du matériel et de la mise en œuvre de la RPA moins la croissance prévue.

5. Structuré

Les processus adaptés à l’automatisation sont clairement définis et utilisent des données structurées. Les données structurées sont des chiffres et des valeurs quantitatives, comme une base de données contenant des adresses et des numéros de cartes de crédit.

6. Transactionnel

Les processus transactionnels sont ceux qui sont fréquemment soumis à l’erreur humaine. Par exemple, une organisation qui met à jour ses commandes de vente est une tâche transactionnelle parfaite pour l’automatisation. Les tâches transactionnelles sont hiérarchiquement inférieures aux autres processus du monde de l’entreprise, mais elles exigent néanmoins le plus grand soin, ce qui les rend parfaites pour l’automatisation.

7. Peu ou pas d’exceptions

Ces tâches signifient généralement qu’un robot peut mener à bien des processus avec un minimum d’exceptions. L’exception est le cas où le robot logiciel doit réagir à quelque chose d’inattendu. Malheureusement, si la technologie d’automatisation peut gérer les exceptions, elle ne peut pas en accepter beaucoup.

8. Non complexe

Les logiciels RPA ne peuvent pas gérer des tâches complexes, comme le retour subjectif, sans ajouter l’apprentissage automatique, l’IA ou d’autres outils intelligents. Cependant, comme les processus adaptés à la RPA sont fondés sur des règles, répétitifs et structurés, les tâches nécessitant une plus grande complexité ne seraient probablement pas à l’ordre du jour d’une organisation.

9. Accès multi-systèmes

L’un des avantages du logiciel RPA est que, lorsque le robot se connecte au système actuel d’une organisation, il crée un écosystème de technologies interconnectées. En d’autres termes, les processus qui accèdent à de nombreux systèmes différents offrent des avantages optimaux, car ces tâches entraînent généralement des erreurs humaines et des résultats incohérents.

Pourquoi se focaliser actuellement sur l’automatisation des processus robotiques ?

 

Automatisation des processus robotiques - pourquoi est-elle importante ?

 

Depuis l’émergence du World Wide Web, l’automatisation des flux de travail est devenue pertinente dans les entreprises, les organisations et les sociétés. L’introduction de l’automatisation des processus robotiques a changé le mode de fonctionnement des entreprises et est devenue un outil permettant aux entreprises de surpasser leurs concurrents.

Cependant, si l’APR a été lancée dans les années 2000, ce n’est qu’en 2017 que la popularité de l’APR a augmenté, marquant ainsi le point de l’APR comme technologie disruptive. Alors que le monde est entré dans l’industrie 4.0, de nouvelles avancées dans les capacités des technologies RPA ont soutenu la popularité des logiciels d’automatisation sur le marché. Les industries souhaitent disposer de technologies d’automatisation plus performantes et plus rapides pour faire progresser leurs processus d’année en année. Ainsi, l’accent mis actuellement sur les entreprises RPA sera toujours prédominant, à moins qu’un nouveau perturbateur ne vienne secouer le marché. Mais, pour que de nombreux secteurs réussissent, ils doivent savoir où en était la RPA, ce qu’elle est aujourd’hui et où elle va. En suivant
les tendances technologiques 2022 de Gartner
l’hyperautomatisation est la prochaine phase de l’automatisation, car le monde se concentre actuellement sur les données, la cybersécurité, l’IA, les outils d’intelligence, les systèmes autonomes et l’IA générative.

IA et RPA – Comprendre les différences et les points communs

 

 

L’IA opérait autrefois dans un secteur complètement différent de celui de la RPA, mais elle est de plus en plus souvent mise en œuvre dans les logiciels de RPA pour améliorer les capacités du robot logiciel. L’intelligence artificielle est une technologie avancée capable de prédire, d’apprendre et de comprendre les processus cognitifs humains. Lorsque la RPA se combine à l’IA, elle améliore encore les avantages des logiciels d’automatisation tout en ajoutant d’autres analyses pour accroître la satisfaction des clients, la sécurité, la précision, et bien plus encore.

La RPA n’est pas intelligente en soi, ce qui signifie qu’elle ne peut pas comprendre les processus complexes qui nécessitent un jugement ou une interprétation. Bien que l’IA ne fournisse pas nécessairement des informations susceptibles d’aider à la prise de décision, car les processus appropriés doivent encore être bien définis et matures, elle fonctionne comme un amplificateur de bénéfices, permettant d’optimiser encore davantage les performances.

RPA et automatisation intelligente – Comprendre les différences et les points communs

 

 

Alors que l’automatisation robotique des processus (RPA) est un outil logiciel utilisé pour effectuer des tâches répétitives sans intervention humaine, l’automatisation intelligente (IA) combine l’intelligence artificielle (IA) et l’apprentissage automatique avec la RPA. Ces ressources combinées aident les entreprises à réduire les coûts, à accroître la productivité et la précision, à réduire les délais d’exécution et à répondre aux demandes. Elle nécessite de multiples machines et outils automatisés pour atteindre le résultat souhaité en ajoutant l’aspect “intelligence” pour aider les gens à prendre les bonnes décisions sans s’appuyer uniquement sur la raison, la prudence et l’analyse prédictive.

L’avenir de la RPA : Hyperautomatisation et automatisation intelligente des processus

 

IS YOUR COMPANY IN NEED OF

ENTERPRISE LEVEL

TASK-AGNOSTIC SOFTWARE AUTOMATION?

 

L’avenir de la RPA est l’hyperautomatisation et l’automatisation intelligente des processus. Si l’approche orientée processus de la RPA a enduré des erreurs systématiques, sans la composante mécanique de la RPA, des outils plus avancés et plus complexes n’existeraient pas. Gartner a inventé le concept d’hyperautomatisation, cette discipline étant l’une de ses “Top Strategic Technology Trends” pour 2022. En détail,
Gartner
L’objectif de Gartner est d’aider à optimiser et à accélérer la croissance des organisations grâce à des solutions numérisées.

L’automatisation intelligente (IA) combine l’intelligence artificielle (IA) et l’apprentissage automatique avec la RPA pour aider les entreprises à réduire leurs coûts, à augmenter leur productivité et leur précision, à réduire le délai d’exécution et à répondre aux demandes.

Alors que l’hyperautomatisation pousse l’IA un peu plus loin en tant que méthode globale grâce à l’apprentissage automatique, à l’IA et à d’autres logiciels qui exploitent tous les processus de manière plus intelligente et plus efficace. La principale différence est que l’hyperautomatisation intègre l’IA et la RPA pour créer des systèmes complexes et cognitifs permettant d’automatiser les tâches.

Le succès d’une hyperautomatisation dépend de l’IA et du ML pour construire des amas de données répliquées, autrement appelés “jumeaux numériques”. Le succès dépend également de l’interopérabilité du matériel, ce qui nécessite de construire un écosystème technologique par le biais de machines qui peuvent “s’adapter aux changements de matériel avec une intervention minimale de l’utilisateur”, appelé
Plug-and-Play
(PnP).À mesure que les données deviennent plus complètes, le réseau connecté et les outils intelligents d’un système d’hyperautomatisation apprennent d’eux-mêmes, ce qui le rend progressivement autorégulateur et automatique.

RPA et informatique cognitive

 

 

Nombreux sont ceux qui confondent l’informatique cognitive avec l’intelligence artificielle (IA) en raison de sa conception. Cependant, l’informatique cognitive est en fait une sous-catégorie de l’IA. En outre, l’informatique cognitive peut améliorer la technologie RPA car elle peut traiter de grandes quantités de données, ce qui peut aider les organisations à prendre des décisions basées sur les données. Si l’IA améliore les avantages de la RPA de la même manière, contrairement à l’IA, l’informatique cognitive nécessite toujours une intervention humaine. En outre, elle peut s’adapter au changement mais ne peut pas fournir une solution aux décideurs comme l’IA. La RPA, avec l’aide de l’informatique cognitive, peut aider les décideurs à mieux comprendre et à voir des modèles à partir de grandes quantités d’informations à travers des données structurées et non structurées.

L’impact : Présent et futur de la RPA sur l’emploi : Où la RPA remplace déjà les humains et où elle ne les remplace pas (encore)

 

 

Comme nous le savons, la mise en œuvre réussie de la technologie RPA nécessite une modification des rôles et des responsabilités au sein de la structure d’une organisation. Mais comment les capacités et les performances actuelles de la RPA peuvent-elles remplacer les humains ?La RPA remplace déjà les humains dans l’accomplissement de tâches banales et répétitives, ce qui libère un temps précieux que les employés peuvent consacrer à des tâches plus créatives, intellectuelles et essentielles. Ainsi, à l’heure actuelle, la RPA remplace des emplois humains comme la saisie de données et l’audit.

Les robots logiciels peuvent également limiter la quantité de travail exigée d’un employé en configurant le logiciel pour qu’il agisse davantage comme un assistant que comme un remplaçant d’un processus. Mais, encore une fois, cela est vrai pour les systèmes d’automatisation intelligents actuels, notamment pour les tâches qui requièrent les capacités hautement techniques et les compétences sociales et humaines d’un travailleur. Toutefois, de nombreuses entreprises disposent de systèmes d’automatisation incapables d’automatiser des processus complexes, cognitifs et évolutifs, de sorte que la RPA en tant que remplacement complet de la main-d’œuvre humaine est encore à venir.

L’avenir de la RPA pourrait automatiser la plupart des processus commerciaux, ce qui pourrait à terme remplacer de nombreux emplois humains. Par conséquent, à mesure que les robots logiciels deviennent de plus en plus intelligents, les niveaux d’anxiété des humains augmentent également. De nombreux analystes technologiques et commerciaux prédisent qu’à mesure que les logiciels d’automatisation progresseront vers une technologie intelligente et autonome capable de prendre des décisions fondées sur le jugement, de nombreux emplois ne nécessiteront plus l’intervention de l’homme. Par exemple, le Journal of Strategic Information Systems 29 a noté que certains spécialistes prévoient que l’automatisation remplacera 47 % des emplois américains d’ici 2033. De plus, comme la RPA est de plus en plus associée à l’IA et à d’autres outils intelligents, les humains ne seront pas en mesure de rivaliser avec les robots logiciels, faisant de l’automatisation par l’IA le meilleur choix pour de nombreuses organisations.

Si, à l’avenir, l’automatisation intelligente remplacera probablement la plupart des humains, quels emplois remplacera-t-elle ? En gros, tous les emplois susceptibles d’être automatisés seront complètement remplacés par des logiciels robotisés. Par exemple, de nombreux processus réalisés par Ressources humaines (RH) sont capables d’être automatisées, et la nécessité pour les humains d’accomplir ces tâches pourrait devenir obsolète. Cependant, les RH nécessitent des compétences sociales et des émotions humaines, un facteur que les robots logiciels pourraient contribuer à améliorer mais pas nécessairement à remplacer complètement.

Comment la RPA supplante l’externalisation

 

 

Le principal secteur perturbé par la technologie RPA est celui de l’externalisation des processus métier (BPO). Autrefois, il était courant que les sociétés, les entreprises et les commerces externalisent les processus de front et de back-office dans d’autres pays afin de bénéficier de coûts de main-d’œuvre moins élevés et d’une plus grande efficacité.La RPA supplante complètement les prestataires de services d’externalisation et de BPO, car les processus administratifs à fort volume sont précisément les tâches que les logiciels RPA sont conçus pour accomplir. En outre, de nombreuses entreprises qui externalisent leur back-office et leurs processus de bout en bout continuent de subir des coûts plus élevés en raison de l’augmentation des salaires dans les autres pays.

L’utilisation de logiciels robotisés pour automatiser ces processus réduit considérablement les coûts liés à l’externalisation des ressources humaines, alors pourquoi les entreprises n’investiraient-elles pas dans la RPA ? Si les fournisseurs de BPO sont largement dépassés par la croissance du marché de la RPA, les fournisseurs de services peuvent intégrer la RPA dans leur modèle pour éviter que cela ne se produise.

Impact global de l’APR sur la société

impact de la RPA sur la société

Lorsque quelqu’un mentionne l’automatisation des processus robotiques, beaucoup d’individus imaginent un robot physique programmé pour faire quelque chose afin de remplacer les processus effectués par les humains. Mais comme beaucoup le découvrent, la RPA n’est pas un véritable robot, mais un logiciel programmable utilisé pour accomplir des tâches répétitives et structurées plus rapidement et avec plus de précision que ce qui est humainement possible.

Dans l’ensemble, l’impact de la RPA sur la société est principalement positif, car elle permet aux employés de consacrer plus de temps à des tâches utiles plutôt qu’à des tâches banales de copier-coller. Alors que le monde entrait dans la quatrième révolution industrielle, la crainte de voir les robots prendre le pouvoir, un scénario dépeint principalement dans les films hollywoodiens, est devenue courante. En particulier, avec la RPA, de nombreux employés craignaient que les robots d’automatisation ne les remplacent, mais, pour la plupart, ce n’était pas le cas. En d’autres termes, de nombreuses organisations ayant mis en œuvre avec succès la RPA ont constaté que l’automatisation favorise une main-d’œuvre plus productive, soit en soulageant les employés des processus fastidieux, soit en leur permettant d’accomplir les procédures plus rapidement grâce à un assistant robot. Toutefois, à mesure que la RPA devient de plus en plus intelligente, son impact positif global sur la société pourrait changer si elle fait courir à certains emplois le risque de devenir obsolètes.

Exemple pratique de RPA

Il existe de nombreuses histoires de réussite d’organisations qui ont mis en œuvre des services d’automatisation des processus robotiques dans leur système actuel. Par exemple, Société de construction de LeedsAu Royaume-Uni, un fournisseur de services financiers dans le domaine des prêts hypothécaires, de l’épargne et de la planification de la vie, quinze robots automatisent des milliers de tâches sur des milliers d’applications. L’entreprise attribue l’utilisation de la RPA pour traiter les transactions, mettre à jour les comptes des membres et automatiser les courriels comme une ressource essentielle qui l’a aidée pendant la pandémie. RPA a fourni une solution à la Leeds Building Society pour répondre et suivre les demandes de ses membres qui augmentent rapidement. Selon l’entreprise, la RPA a permis de réduire le temps perdu à traiter les demandes complexes des clients et de diminuer les temps d’attente au téléphone, ce qui a permis d’accroître la satisfaction des clients et de respecter les délais de paiement des prêts hypothécaires.

Comment se lancer dans la RPA

 

Le processus de mise en œuvre d’un projet RPA comporte trois étapes : La preuve de concept (PoC), le pilote et le test.

1. Faites un PoC

La première étape d’un projet RPA consiste à développer un PoC, c’est-à-dire un moyen de démontrer que l’automatisation des processus souhaités par l’utilisateur est réalisable. Pour s’assurer que la RPA est la meilleure solution qui se traduira par des avantages optimaux, les utilisateurs doivent identifier les cas à automatiser et quantifier les prévisions d’avantages comme le retour sur investissement, les coûts, les économies et la conformité.En outre, un PoC doit contenir un plan sur le fournisseur de logiciel RPA qui représente le mieux les processus identifiés de l’utilisateur. Par exemple, certains fournisseurs se spécialisent uniquement dans les logiciels RPA, tandis que d’autres peuvent fournir plusieurs produits en plus du RPA, et d’autres encore sont des fournisseurs de services informatiques ou BPO qui utilisent des plateformes RPA.Enfin, un PoC devrait reconsidérer l’organisation interne, comme la création d’un centre d’excellence (COE) à partir des ressources humaines des départements commerciaux et informatiques pour superviser le projet.

2. Pilote

La phase pilote est la phase de conception, de construction et de test d’un projet RPA. Cette phase est celle de la programmation, de la configuration et de l’installation du projet. Par exemple, si une entreprise enregistre des données sur papier, elle doit les transférer sur un support électronique. À moins qu’une entité ne fasse appel à une ressource externe pour l’installation, cette phase nécessite généralement la collaboration du CE et du fabricant ou du fournisseur de services RPA.

3. Test

Si le robot logiciel fonctionne comme prévu, l’installation du RPA est terminée. Cependant, l’utilisateur doit continuer à développer et à mettre à jour la technologie d’automatisation pour s’assurer que le robot fournit des résultats optimaux.Le PoC est l’étape la plus cruciale de tout parcours RPA, car ne pas planifier en conséquence peut entraîner une perte de temps et d’argent. Malheureusement, l’une des principales raisons pour lesquelles la plupart des implémentations RPA échouent est que l’utilisateur tente d’automatiser un processus qui n’a jamais été prévu pour l’automatisation des processus robotiques.

FAQs

L’automatisation robotique des processus est un outil puissant pour automatiser les processus d’entreprise en réduisant les coûts opérationnels et les erreurs humaines.

Qu’est-ce que le RPA (Robotic Process Automation) ?

Pour définir la RPA, il s’agit d’un outil qui se concentre sur le flux continu et l’efficacité en émulant l’activité humaine comme l’enregistrement d’écran et le grattage. Cependant, la RPA va un peu plus loin que ces simples processus d’entreprise, car elle n’est pas intrusive lorsqu’elle est installée dans le système actuel de l’utilisateur et elle est programmable pour accomplir des tâches structurées et répétitives avec peu ou pas d’intervention humaine.

Avantages de l’automatisation des processus robotiques

Les avantages de la RPA sont une efficacité opérationnelle maximale, une mise en œuvre rapide et simple, des configurations permettant aux industries de rester conformes, l’amélioration de la satisfaction des clients, la suppression des tâches fastidieuses pour les travailleurs et l’augmentation de la sécurité des données.

Technologies d’automatisation des processus robotiques

Les différents types de technologies RPA sont les suivants :

  • Données – Les robots logiciels de données peuvent effectuer des transferts de données, des cryptages et des encodages de fichiers.
  • Intégration – Les robots logiciels basés sur l’intégration peuvent accéder à des éléments de diverses applications et les modifier.
  • Processus – Les logiciels basés sur des processus peuvent reconnaître des changements, des événements ou des déclencheurs pour s’engager dans leur processus programmé.

Où l’automatisation des processus robotiques est-elle utilisée ?

Pratiquement toutes les industries qui bénéficieraient de l’automatisation des tâches peuvent utiliser l’automatisation des processus par la robotique. Mais actuellement, les domaines concernés par l’utilisation de la RPA sont les suivants :

  • Service à la clientèle
  • Traitement des commandes
  • Secteurs financiers
  • Fabrication de la chaîne d’approvisionnement
  • Ventes
  • Technologies de l’information (IT)
  • Ressources humaines (RH)
  • Développement de produits
  • Règles de conformité de l’industrie

Comment fonctionne l’automatisation des processus robotiques

Le flux de travail de RPA suit quatre étapes : collecte, transfert, génération et confirmation. Par exemple, dans le cas de l’entrée et de la sortie de données, un robot logiciel saisit les données, les transfère à une autre application, génère un rapport et en informe l’utilisateur.

Comment mettre en œuvre l’automatisation des processus robotiques

Le processus de mise en œuvre réussie de la RPA comporte au moins trois phases : Preuve du concept (PoC), pilote et test. L’étape du PoC consiste à sélectionner les processus à automatiser, à les approuver et à restructurer l’organisation interne. La phase pilote est l’étape de développement, de conception, de scénarisation et de construction de la mise en œuvre de la RPA. À ce stade, tous les outils, compléments et ressources d’un système RPA doivent être soigneusement examinés et mis en œuvre. Enfin, la dernière étape consiste à tester le logiciel pour s’assurer que le robot fonctionne comme souhaité.

Taille du marché de l’automatisation des processus robotiques

Selon
Statista
en 2022, la taille actuelle du marché de la RPA est de 3,7 milliards de dollars américains.

Comment apprendre l’automatisation des processus robotiques

Devenir un développeur RPA nécessite une formation longue et complète pour apprendre et maîtriser la programmation du logiciel du robot automatisé. En outre, la sphère RPA est en constante évolution, de sorte que les connaissances nécessaires ne cessent jamais.

Meilleurs livres sur l’automatisation des processus robotiques

En ce qui concerne les livres sur l’APR, il est important de se rappeler que le secteur connaît des changements et des avancées fréquents, de sorte que les ressources imprimées peuvent avoir du mal à fournir aux lecteurs des informations actualisées. Cependant, il existe toujours d’excellents livres sur l’automatisation des processus robotiques. Voici donc cinq excellents livres sur l’automatisation des processus robotiques :

  • “Automatisation des processus robotiques et cognitifs : La prochaine phase” par Mary C. Lacity et Leslie P. Wilcocks
  • “Automatisation des flux de travail avec Microsoft Power Automate : Réaliser la transformation numérique par l’automatisation des activités avec un codage minimal” par Aaron Guilmette
  • “The Care and Feeding of Bots : Un manuel du propriétaire pour l’automatisation des processus robotiques” par Christopher Surdak
  • “The Robotic Process Automation Handbook : Un guide pour la mise en œuvre de systèmes RPA” par Tom Taulli
  • “AUTOMATION INTELLIGENTE : Apprenez à exploiter l’intelligence artificielle pour stimuler les affaires et rendre notre monde plus humain” par Pascal Bornet.

Les meilleurs cours en ligne sur l’automatisation des processus robotiques

Le meilleur cours en ligne sur l’automatisation des processus robotiques vient de
EdX
. Pour toute personne cherchant à comprendre la RPA à son niveau de base, ce cours d’introduction peut être un démarrage utile qui peut vous aider à développer de nouvelles compétences comme l’utilisation de l’automatisation robotique des processus comme une forme de résolution de problèmes, la conception de plans d’automatisation, apprendre à créer des estimations d’effort pour l’automatisation des processus, et plus encore. Vous bénéficierez de cours virtuels avec des instructeurs qui sont des leaders dans le domaine de la programmation et de l’apprentissage automatique.

L’automatisation des processus robotiques est-elle une bonne carrière ?

Oui, l’automatisation des processus robotiques est une bonne carrière. Selon GlassDoorAux États-Unis, le salaire de base annuel moyen d’un développeur RPA est de 80 000 dollars. En outre, le salaire le plus bas déclaré pour un développeur RPA est de 57 000 dollars, tandis que le plus élevé déclaré est de 112 000 dollars.

Et, comme de plus en plus d’entreprises commencent à comprendre le véritable potentiel des avantages de la RPA, les salaires des personnes ayant des compétences en RPA ne font qu’augmenter.

Documents de recherche sur l’automatisation des processus robotiques

Pour plus d’informations sur tout ce qui concerne la RPA, voici quelques documents de recherche précieux :

Meilleures certifications en automatisation des processus robotiques (RPA)

Les meilleures certifications RPA proviennent de
Microsoft
Il s’agit d’un certificat d’entrée de gamme que toute personne souhaitant se familiariser avec les logiciels et les outils RPA peut obtenir. Cela permet aux personnes intéressées par la RPA de commencer à comprendre et à travailler avec l’un des meilleurs outils d’automatisation : le logiciel Power Automate de Microsoft. Pour obtenir le certificat, les participants devront passer et réussir un examen qui couvre les sujets et les connaissances de base de l’automatisation des processus d’entreprise avec le logiciel Power Automate, de la création de chatbots avec Power Virtual Agents et de l’analyse des données avec Power BI. Aucune condition préalable n’est requise pour obtenir cette certification, mais vous devrez payer des frais pour l’examen.

Download post as PDF

Alex Zap Chernyak

Alex Zap Chernyak

Founder and CEO of ZAPTEST, with 20 years of experience in Software Automation for Testing + RPA processes, and application development. Read Alex Zap Chernyak's full executive profile on Forbes.

Get PDF-file of this post