fbpx

Get your 6-month No-Cost Opt-Out offer for Unlimited Software Automation?

 

Lorsque vous travaillez dans le domaine des tests de logiciels, il existe des dizaines de méthodes de test différentes à prendre en compte.

Les tests de logiciels aident les développeurs à éliminer toutes les failles qui pourraient exister dans un progiciel afin qu’ils puissent livrer un produit qui réponde aux besoins et aux attentes de toutes les parties prenantes. L’utilisation de la bonne solution de test vous permet d’acquérir toutes les connaissances dont vous avez besoin, mais le choix d’un test correct peut prendre du temps.

Le test de la boîte grise est l’une des formes de test les plus polyvalentes à la disposition des testeurs, car il permet d’obtenir de nombreuses informations sans nécessiter de ressources excessives.

Découvrez ce qu’est le test de la boîte grise, les spécificités de son fonctionnement et les raisons pour lesquelles les entreprises utilisent cette méthode de test.

 

Table des matières

Qu’est-ce que le test de la boîte grise ?

dissiper certaines confusions dans l'automatisation des tests de logiciels

Les tests en boîte grise sont une forme de test qui combine les tests en boîte blanche et les tests en boîte noire, en utilisant une compréhension partielle de la conception sous-jacente et de la manière dont le système est mis en œuvre.

Cette combinaison signifie que le testeur sait en partie ce qui se passe en arrière-plan sans connaître entièrement le code, ce qui lui permet de mieux comprendre les causes potentielles des problèmes dans le logiciel lorsqu’ils surviennent.

La réalisation des tests en boîte grise relève de la responsabilité des testeurs, une équipe d’assurance qualité travaillant indépendamment de l’équipe de développement sur le projet.

 

1. Quand et pourquoi faut-il faire des tests de boîte grise dans les tests de logiciels ?

 

À plusieurs reprises, les entreprises ont recours à des tests en boîte grise dans le cadre du processus de développement.

Par exemple, lorsqu’une application doit interagir avec un outil tiers pour fonctionner correctement, les testeurs n’ont pas accès au code source qui fait partie du logiciel externe. Il s’agit d’une restriction forcée de l’accès des testeurs d’assurance qualité, qui fait des tests une boîte grise sans qu’ils aient le choix.

 

2. Quand il n’est pas nécessaire d’effectuer des tests de la boîte grise

 

Il y a deux moments dans le processus de test où les tests en boîte grise ne sont pas nécessaires, le premier étant au début du processus de développement.

Les tests fonctionnels ont lieu lorsque les développeurs testent initialement leur code pour s’assurer qu’il accomplit ses tâches les plus élémentaires, en toute transparence. Comme il n’y a pas de code ou de documentation cachés au testeur, il ne s’agit pas de tests en boîte grise.

Un autre cas où il n’est pas nécessaire d’effectuer des tests en boîte grise est celui des tests effectués à la toute fin du développement, lorsque le produit est complet. C’est le cas lorsque vous demandez à l’utilisateur final de vous aider à effectuer les tests. Ce type de test est également appelé “test bêta” ou “test de bout en bout“.

Les utilisateurs testent l’application sans avoir accès au code ou aux documents de conception, et prennent le logiciel pour ce qu’il est. Il s’agit d’une forme de test de la boîte noire, car le processus est totalement opaque.

 

3. Qui est impliqué dans le test de la boîte grise ?

qui est impliqué dans les tests de logiciels

Plusieurs personnes et rôles sont impliqués dans les tests de la boîte grise, certains des rôles les plus importants dans le processus étant les suivants :

 

– Responsable AQ :

Un responsable AQ, ou responsable de l’assurance qualité, est un membre du personnel qui, dans le cadre du processus de développement de logiciels, est chargé d’assigner des tâches à l’équipe chargée des tests.

Il s’agit notamment de créer des rotations, d’examiner les rapports et de gérer les conflits qui surviennent au sein de l’équipe.

 

– Testeur :

Un testeur est un professionnel responsable de la réalisation des cas de test qui font partie du processus de test de la boîte grise.

Cela nécessite une grande attention aux détails lors de la rédaction des rapports et de l’exécution répétée de cas de test précis.

 

– Développeur :

Les développeurs sont les professionnels chargés de créer le code et de l’ajuster en fonction des résultats des tests de la boîte grise.

Bien qu’ils ne soient pas nécessairement impliqués dans les tests eux-mêmes, ils reçoivent les communications des testeurs concernant les résultats.

 

– Analyste AQ :

Le rôle d’analyste AQ est courant dans les processus de test qui utilisent beaucoup d’automatisation. Un analyste rédige le code des cas de test pour les tests automatiques et analyse les données que les tests renvoient à la fin du processus.

 

Avantages des tests de la boîte grise

types d'essais de performance

L’utilisation de tests en boîte grise présente quelques avantages majeurs lors de l’examen d’un logiciel. En tirant parti de ces avantages, vous améliorez la qualité de votre application au fil du temps.

 

Voici quelques-unes des raisons pour lesquelles les entreprises ont recours à cette forme de test :

 

1. La connaissance des mécanismes internes permet de concevoir des tests

 

L’un des principaux avantages de l’utilisation des tests en boîte grise sur le lieu de travail réside dans le fait que vous connaissez certains des mécanismes internes de l’application. Il s’agit de comprendre ce que fait chacune des fonctions et de savoir quels sont les modules prêts à l’emploi par rapport au code écrit sur mesure pour certaines autres fonctions.

En connaissant la fonctionnalité interne, un testeur comprend mieux ce qu’il teste et peut cibler ces tests sur la conception de l’application. Les entreprises reçoivent des résultats plus précis qui représentent correctement le logiciel.

 

2. Résolution instantanée des problèmes

 

Dans certains cas, lorsqu’un problème survient lors d’un test et que le testeur a accès au code à l’origine du problème, une solution instantanée peut être trouvée.

Cela va à l’encontre d’une méthodologie de test en boîte noire, dans laquelle les testeurs ne peuvent voir aucun des codes qui se trouvent dans les coulisses du logiciel qu’ils examinent. En voyant le code, les testeurs ayant une grande expérience du développement peuvent indiquer aux développeurs la nature exacte du problème et la manière dont une future mise à jour pourra le résoudre.

Les tests de la boîte grise permettent d’économiser beaucoup de temps qui serait autrement consacré à l’étude des problèmes et aident les entreprises à utiliser leur temps de manière plus efficace.

 

3. Séparation des testeurs et des développeurs

 

L’utilisation de tests en boîte grise laisse une séparation claire entre les développeurs de l’application et les personnes qui testent le logiciel.

En effet, la réalisation de tests en boîte grise repose sur le fait que les testeurs n’ont pas une connaissance préalable du fonctionnement du logiciel, la distance entre les deux devenant une nécessité pour obtenir des résultats de tests plus précis et non biaisés.

Dans les scénarios de boîte grise, les testeurs font partie d’une équipe complètement différente de celle des développeurs, offrant des informations précises sans qu’aucun point de vue existant n’affecte leurs résultats.

Les développeurs en bénéficient également, car ils ont une vision plus critique de leur travail, ce qui les aide à améliorer à la fois l’application existante et leurs compétences pour l’avenir.

 

Les défis du test de la boîte grise

défis des tests de charge

L’utilisation de tests en boîte grise dans votre travail de développement présente quelques inconvénients majeurs.

En comprenant ces inconvénients et en vous efforçant de les atténuer dans la mesure du possible, vous augmentez la qualité globale de votre travail à la fin de l’étape d’assurance qualité.

 

Les principaux inconvénients des tests de la boîte grise sont les suivants :

 

1. Possibilité que le code ne soit pas vu

 

Le test de la boîte grise signifie que certains aspects du code sont cachés au testeur, ce qui, en cas de problème lors du test, peut entraîner d’autres problèmes.

Si le code n’est pas visible, les membres du personnel impliqués dans les tests ont du mal à guider leurs tests pour tirer le meilleur parti de l’application et perdent l’avantage de voir immédiatement la cause d’un problème.

Le processus de correction des bogues devient plus obscur, ce qui entraîne la nécessité de délais de mise à jour plus longs et la difficulté pour les entreprises de trouver les problèmes dans leur code.

Les produits finis peuvent être plus défectueux et de moins bonne qualité en raison de ce code invisible.

 

2. Les tests peuvent être imprécis si les opérations échouent

 

Des tests précis sont indispensables dans toute forme de test de logiciel, un degré de précision plus élevé orientant les équipes vers des mises à jour qu’elles pourront effectuer dans les versions futures, tout en aidant l’équipe de développement à être plus confiante dans ses produits.

Cette précision diminue lorsque les opérations échouent dans les tests en boîte grise. S’ils n’ont pas accès au code, les testeurs reçoivent simplement un message “Opération échouée” de la part du logiciel, ce qui les empêche de donner leur avis sur la manière dont il fonctionne.

Pour obtenir des mesures bénéfiques, les développeurs doivent corriger le logiciel avant l’étape suivante des tests. Sinon, tout ce qu’un testeur peut faire, c’est déclarer que la fonctionnalité ne fonctionne pas dans sa forme actuelle.

 

3. Difficultés avec les systèmes distribués

 

Les systèmes distribués font référence à des systèmes logiciels hébergés à plusieurs endroits différents, ou reposant sur des caractéristiques telles que des données et des services de traitement hébergés dans le nuage.

Cela rend les tests extrêmement difficiles, car une grande partie du logiciel est cachée derrière un organisme tiers, les testeurs recevant simplement une sortie d’un processus inconnu.

Lorsque des problèmes surviennent avec un logiciel qui utilise des systèmes tiers, il peut être difficile de déterminer si le problème vient de l’application elle-même, de la fonctionnalité tierce ou de la façon dont les deux s’intègrent, en particulier lorsqu’un testeur ne peut pas voir le code tel qu’il fonctionne.

 

Caractéristiques des tests de la boîte grise

Les tests de la boîte grise présentent quelques caractéristiques communes, dont la reconnaissance vous aidera à élaborer une stratégie pour votre organisation.

Parmi les principaux exemples de caractéristiques des tests de la boîte grise, ainsi que la manière dont ces caractéristiques constituent des éléments importants du processus de test de la boîte grise, on peut citer les suivants :

 

– Augmentation de la couverture :

L’accès à une partie du code source permet d’améliorer la couverture des tests, les détails supplémentaires permettant une détection plus précise des bogues.

 

– Flux de données :

De nombreux tests de la boîte grise mettent l’accent sur le flux de données et sur la compréhension de la manière dont les informations circulent dans un système.

 

– Non-algorithmique :

Les tests en boîte grise ne fonctionnent pas lors de l’examen des algorithmes, car il s’agit d’un autre niveau d’obscurcissement du code.

 

Que testons-nous dans les tests de la boîte grise ?

Avantages de la mise en place d'un centre d'excellence en matière de tests. Les tests de performance sont-ils différents des tests fonctionnels ?

Chaque type de test est plus efficace lorsqu’il cible des parties spécifiques du logiciel en question. Il en va de même pour les tests de la boîte grise, la méthodologie étant plus utile dans certaines parties spécifiques d’une application.

 

Voici quelques exemples de ce que les testeurs évaluent lorsqu’ils réalisent des tests en boîte grise :

 

1. Sécurité des applications

 

Les tests de la boîte grise sont idéaux pour les tests de pénétration qui examinent la sécurité d’une application. Les testeurs peuvent voir tout le code et rechercher des vulnérabilités potentielles au cours du processus.

Les hackers éthiques sont des testeurs idéaux pour les tests de sécurité des applications, car ils reconnaissent les faiblesses et les défauts potentiels des logiciels plus naturellement que ceux qui n’ont pas d’expérience en matière de violation de la sécurité des logiciels.

 

2. Test de la base de données

 

De nombreuses entreprises utilisent les tests en boîte grise pour tester les bases de données, car il est possible de suivre les données à travers chaque sous-fonction du logiciel.

Les testeurs peuvent voir toutes les modifications apportées par le logiciel et évaluer si elles sont correctes.

Il s’agit d’une mise en œuvre utile des tests en boîte grise, car les tests de bases de données sont prévisibles par nature, les entreprises utilisant les bases de données pour organiser les informations existantes plutôt que pour générer de nouvelles données.

 

3. Applications web

 

Les applications web bénéficient de l’utilisation des tests de la boîte grise en raison de la polyvalence de la méthode de test.

Les tests “boîte grise” peuvent être utilisés pour tester la sécurité, la base de données, l’intégration, l’interface utilisateur et le navigateur, qui sont tous des aspects essentiels des applications web.

Il n’est pas nécessaire de changer de méthodologie de test en cours de route, ce qui vous permet de bénéficier d’un plus grand niveau de continuité.

 

Pour dissiper une certaine confusion :

Tests boîte grise vs boîte blanche vs boîte noire

Comparaison des tests UAT avec les tests de régression et autres

Le test de la boîte grise est une forme de test qui s’apparente à la fois au test de la boîte blanche et à celui de la boîte noire, ce qui signifie qu’il existe un grand potentiel de confusion entre ces méthodologies.

Découvrez ce que sont les tests “boîte blanche” et “boîte noire” et certaines des différences fondamentales entre ces tests et les tests “boîte grise” dans le développement de logiciels :

 

1. Qu’est-ce que le test de la boîte blanche ?

 

Le test en boîte blanche est une forme de test d’application qui fournit au testeur des informations complètes sur l’application.

Il s’agit notamment d’avoir un accès complet au code source et à tous les documents de conception du logiciel, ce qui permet au testeur de mieux comprendre le fonctionnement du logiciel.

Les testeurs utilisent cette compréhension pour voir davantage de problèmes présents dans l’application, ce qui leur permet d’avoir une vision plus précise de la façon dont l’application fonctionne pour les utilisateurs.

Un exemple de test en boîte blanche consiste à observer le flux d’une entrée de données spécifique à travers une application pour voir où se situe un problème dans les processus de l’application, plutôt que de simplement voir s’il y a un problème ou non.

Il y a quelques moments dans les processus de développement où les entreprises utilisent des tests en boîte blanche.

Le premier d’entre eux est le test d’unité, qui évalue si chaque morceau de code ou module d’un logiciel fait le travail que le développeur attend de lui.

Les tests unitaires aident les testeurs à trouver la majorité des problèmes dans une application, car ils examinent toutes les fonctionnalités de l’application.

Les tests en boîte blanche sont également utiles pour détecter les fuites de mémoire. En examinant l’ensemble du code en détail, un analyste de l’assurance qualité trouve les endroits où l’application utilise la mémoire de l’appareil et les zones potentielles où elle en utilise beaucoup trop.

Cela permet à l’application de fonctionner plus rapidement et plus efficacement dans les itérations futures, car la fuite de mémoire reçoit un correctif dès que possible.

 

Quelles sont les différences entre les tests boîte grise et boîte blanche ?

 

Il existe quelques différences majeures entre les tests “boîte blanche” et “boîte grise”, la première étant le niveau d’information auquel une personne a accès.

Les tests en boîte blanche ont un accès complet au code source et aux documents de conception du programme, tandis que les tests en boîte grise n’ont qu’un accès partiel à certaines de ces informations, principalement aux documents de conception.

Ce changement signifie qu’il y a également une différence dans les personnes qui effectuent les tests, les développeurs étant principalement responsables des tests de la boîte blanche.

Les tests de la boîte grise, en revanche, relèvent de la responsabilité d’une équipe d’assurance qualité, car les testeurs ne peuvent pas avoir une connaissance intime du code.

Les tests en boîte grise prennent également moins de temps que les tests en boîte blanche. Les tests en boîte blanche sont effectués de bout en bout et examinent à la fois l’aspect utilisateur du logiciel et le code lui-même. Cela prend beaucoup plus de temps et signifie qu’un processus d’essai en boîte grise est une solution beaucoup plus rapide.

La boîte blanche offre toutefois un meilleur potentiel d’automatisation, car les testeurs connaissent le mode de fonctionnement du code interne.

 

2. Qu’est-ce que le test de la boîte noire ?

 

On parle de tests “boîte noire” lorsqu’un testeur examine un logiciel sans avoir la moindre idée de la manière dont le système fonctionne.

Cela signifie qu’ils n’ont accès à aucun code faisant partie de l’application, ni à aucun des documents de conception ou des notes d’information disponibles. Les testeurs disposent simplement d’une liste de fonctionnalités qu’ils testent et d’une série de cas de test à réaliser.

Un exemple de test en boîte noire est le test de bout en bout, dans lequel un testeur reçoit le logiciel complet et teste l’application entière pour s’assurer que la fonctionnalité fonctionne comme elle a été conçue.

La majorité des cas de test idéaux pour les tests en boîte noire sont ceux qui se situent vers la fin d’un processus et qui impliquent les clients et leur point de vue sur un produit, l’absence d’accès au code empêchant tout biais affectant le point de vue de l’utilisateur.

Les entreprises utilisent les tests en boîte noire principalement lorsque tous les tests de fonctionnement d’une application sont terminés. Lorsque tous les tests unitaires et fonctionnels sont terminés, les développeurs comprennent que l’application fonctionne comme ils l’attendent, du moins lorsque tous les modules fonctionnent de manière isolée.

Les tests “boîte noire” garantissent que l’application globale fonctionne comme prévu après avoir été compilée, l’ensemble du code source étant théoriquement déjà en ordre.

 

Quelles sont les différences entre les tests “boîte grise” et “boîte noire” ?

 

La principale différence entre les tests en boîte grise et en boîte noire est le degré d’accès à l’information dont dispose le testeur.

Dans certains cas, un testeur de boîte noire peut aborder l’application sans avoir la moindre connaissance préalable du logiciel, en passant simplement par le processus de test et en utilisant le logiciel comme le ferait un utilisateur standard.

D’autre part, un testeur de boîte grise a accès à certains documents de conception et peut donc comparer ce que l’application est censée faire avec ses performances réelles, fournissant aux développeurs un retour d’information sur les parties spécifiques de l’application qui ne sont pas conformes aux normes.

Une autre différence est le temps nécessaire pour résoudre un problème, les tests de la boîte grise prenant un peu plus de temps.

Croiser la documentation et le code avec la façon dont vous expérimentez l’application peut prendre un certain temps, ce qui est contraire à la façon dont les testeurs de boîte noire travaillent en examinant simplement l’application elle-même ainsi que les problèmes de fonctionnalité. Cette combinaison fait des tests en boîte noire un processus idéal à utiliser à la fin d’un processus de développement, lors de la préparation de la sortie du produit, tandis que les tests en boîte grise fonctionnent mieux lorsque vous êtes dans la phase de développement de l’interface utilisateur et de compilation du développement.

 

3. Conclusion : Tests de la boîte grise, de la boîte blanche et de la boîte noire

 

En conclusion, les tests “boîte blanche”, “boîte grise” et “boîte noire” font tous partie du même spectre, dans lequel le facteur variable est le niveau d’accès dont dispose un testeur tout au long du processus.

Lorsqu’un formulaire de test devient plus “noir”, le test est de plus en plus opaque et l’accès aux informations qui se cachent derrière le logiciel est limité.

Les tests en boîte blanche sont idéaux pour les premières étapes du processus, tandis que les tests en boîte noire excellent pour les étapes telles que les tests de bout en bout, qui examinent l’ensemble de l’application du point de vue de l’utilisateur.

Les tests en boîte grise se situent à mi-chemin entre les deux concepts, aidant à trouver des problèmes au milieu du processus de développement en offrant une meilleure compréhension tout en gardant une partie du code source caché au testeur.

 

Techniques de test de la boîte grise

Qu'est-ce que les tests unitaires ?

Les tests de la boîte grise font appel à un large éventail de techniques, chacune d’entre elles permettant d’améliorer la qualité des tests, de trouver davantage de bogues pour le développeur et d’aboutir à un produit plus complet à la fin du processus.

 

Parmi les techniques de test en boîte grise les plus courantes utilisées par les équipes d’assurance qualité figurent les suivantes :

 

1. Test de la matrice

 

Le test matriciel examine le rapport d’état du projet en cours. Dans certains cas, il s’agit d’un simple état PASS/FAIL, les processus en cours fournissant plus de détails sur leur fonctionnement continu.

Alors que la plupart des tests se concentrent sur les entrées et les sorties d’un morceau de code, les tests matriciels examinent l’état des processus eux-mêmes plutôt que les résultats de ces processus.

L’utilisation de tests matriciels permet de se concentrer davantage sur l’application elle-même, ce qui aide à trouver des bogues et des problèmes même si les résultats semblent corrects.

 

2. Test de régression

 

Les tests de régression permettent de tester le logiciel après une série de mises à jour. Il s’agit de tests fonctionnels et non fonctionnels qui garantissent que l’application continue de fonctionner à un niveau suffisamment élevé lorsque le code est modifié.

Les testeurs qui utilisent les tests de régression ont généralement recours à l’automatisation, car les tests de régression prennent de l’ampleur au fur et à mesure que l’équipe d’assurance qualité trouve de plus en plus de défauts.

Les entreprises qui testent l’interface utilisateur utilisent des tests manuels pour voir comment un utilisateur humain réagit aux changements apportés aux menus, aux boutons et aux options de navigation.

 

3. Test de modèle

 

Le test de modèle est une forme de test qui se concentre sur le respect d’un modèle spécifique dans chaque test effectué par une organisation.

Les équipes de test conçoivent ces tests de manière à cibler chaque fonctionnalité du logiciel, chaque élément de test fournissant à l’entreprise un niveau cohérent d’informations sur le fonctionnement des différentes fonctionnalités.

L’utilisation du test de schéma nécessite parfois de modifier le schéma au fil du temps pour s’assurer de juger chacun des systèmes en jeu, mais une fois que vous avez un schéma qui fonctionne, évitez les déviations afin d’obtenir des résultats plus cohérents.

 

4. Tests de réseaux orthogonaux

 

Le test du réseau orthogonal est principalement une technique de test orientée boîte noire qui se produit lorsque les testeurs utilisent un nombre significatif d’entrées qui est trop important pour tester de manière exhaustive chaque système dans le processus.

Dans ces cas, chaque donnée individuelle fournit un élément d’information unique en raison d’un manque potentiel de corrélation entre des éléments d’information spécifiques. Il s’agit de l’aspect orthogonal du système, des éléments d’information uniques étant utilisés pour fournir le maximum de données tout en déployant un minimum d’efforts.

Le temps consacré aux tests est réduit et vous disposez d’un équilibre idéal de données à fournir à l’équipe de développement.

 

Tests de la boîte grise dans le cycle de vie de l’ingénierie logicielle

Les tests de la boîte grise se situent à un stade spécifique du cycle de vie de l’ingénierie logicielle. Ce cycle de vie est une série complexe d’étapes que les entreprises suivent lors du développement de leurs produits, chaque étape conduisant à un produit de meilleure qualité.

Bien que les tests fassent partie intégrante du processus et soient effectués en permanence, le temps alloué aux tests de la boîte grise est très limité.

Cela se produit après que la fonctionnalité initiale a été complétée et testée par le biais de tests en boîte blanche et avant que le logiciel ne soit prêt pour une diffusion publique, les entreprises préférant effectuer des tests en boîte noire aux derniers stades.

La boîte grise est l’outil idéal pour intégrer des fonctionnalités et s’assurer qu’elles fonctionnent correctement en tandem et indépendamment les unes des autres.

 

Tests manuels ou automatisés de la boîte grise ?

vision par ordinateur pour les tests de logiciels

Comme pour toute forme de test de logiciel, les équipes d’assurance qualité choisissent de réaliser leurs tests manuellement, en faisant appel à des experts, ou automatiquement, ce qui implique de coder une série de cas de test et de les réaliser à plusieurs reprises pour garantir un ensemble de résultats précis.

Découvrez les tests manuels et automatisés, leurs avantages et leurs inconvénients, ainsi que la forme de test qui convient le mieux à une entreprise désireuse de mieux comprendre les problèmes liés à son produit.

 

Test manuel de la boîte grise – Avantages, défis, processus

 

Les tests manuels sont un élément fondamental de nombreux types de tests, y compris les tests en boîte grise.

Ce processus consiste à demander à des testeurs humains d’examiner un logiciel, de vérifier si le logiciel fonctionne comme prévu et de le comparer aux documents de conception préexistants et au code visible afin de vérifier s’il existe des failles évidentes dans ces informations qui pourraient causer des problèmes.

Les cas dans lesquels les tests manuels sont courants comprennent les logiciels plus compliqués qui nécessitent un être humain pour fournir un aperçu qualitatif.

Parmi les autres utilisations, citons les petites entreprises qui cherchent à évaluer en profondeur leurs logiciels, car les petites applications et les progiciels nécessitent relativement peu de ressources pour être évalués par rapport aux programmes plus importants produits par des entreprises plus grandes.

 

1. Avantages des tests manuels de la boîte grise

 

Les tests manuels de la boîte grise présentent plusieurs avantages pour n’importe quel logiciel. En connaissant ces avantages, vous pouvez cibler vos tests en fonction de ceux-ci, découvrir davantage de problèmes dans votre logiciel et améliorer la qualité de votre travail grâce à un meilleur régime de test.

 

Les principaux avantages des tests manuels de la boîte grise sont les suivants :

 

Retour d’information détaillé

 

IS YOUR COMPANY IN NEED OF

ENTERPRISE LEVEL

TASK-AGNOSTIC SOFTWARE AUTOMATION?

Le premier avantage majeur des tests manuels de la boîte grise est que les testeurs humains peuvent fournir un retour d’information important au développeur.

Lors de l’utilisation de tests automatisés, les cas de test sont conçus pour produire régulièrement des mesures très spécifiques qui donnent aux analystes des indications lorsqu’ils ont le temps d’évaluer les données.

La situation est quelque peu différente dans le cas des tests manuels, car un testeur peut fournir un retour d’information plus approfondi sur la caractéristique spécifique qui n’a pas fonctionné et sur les raisons potentielles du problème après l’avoir comparée à la documentation de conception.

L’utilisation d’un retour d’information détaillé guide non seulement les mises à jour des fonctionnalités existantes, mais aussi les nouvelles fonctionnalités potentielles qu’un testeur recommande aux utilisateurs.

 

De meilleures interprétations

 

Les tests automatisés signifient que toute conclusion est une question d’évaluation des données que vous recevez d’un test et de déduction rationnelle de ce que cela signifie pour le logiciel.

Au contraire, les testeurs manuels ont une bien meilleure connaissance du fonctionnement de l’application elle-même.

Ils peuvent comparer le code de la boîte grise à ce qui se passe en temps réel et procéder à une évaluation précise à ce moment-là plutôt que de devoir faire des déductions après coup.

Certaines plateformes d’automatisation peuvent avoir des performances similaires en proposant une fonction de relecture, mais cela nécessite toujours une intervention manuelle.

 

Essais flexibles

 

L’automatisation des tests consiste à coder des cas de test très spécifiques dans une plateforme, ce qui signifie que le logiciel exécute cet ensemble spécifique de tâches encore et encore.

Bien que cette méthode soit idéale pour la répétition, elle présente un défi unique dans la mesure où il n’y a pas de flexibilité dans les tests.

L’utilisation d’un testeur humain est idéale dans ces cas, car elle ajoute plus de flexibilité au processus. Si un testeur humain remarque un problème potentiel qui sort légèrement d’un cas de test étroitement défini, il peut l’examiner et rapporter les résultats à la fin du processus.

Les entreprises bénéficient ainsi d’une couverture plus complète du logiciel, ce qui leur permet de découvrir des bogues, ce qu’un système automatisé ne peut pas faire.

 

2. Défis des tests manuels de la boîte grise

 

Si l’utilisation de tests manuels dans votre processus de développement de logiciels présente de nombreux avantages, elle comporte également plusieurs inconvénients. Ceux-ci varient en fonction de plusieurs facteurs, notamment le logiciel spécifique sur lequel travaille l’entreprise, la taille de l’équipe de développement et le niveau de compétences des membres des équipes de test et de développement.

 

Les principaux défis liés aux tests manuels sont les suivants :

 

Coûts salariaux élevés

 

Les coûts de main-d’œuvre font partie des dépenses les plus importantes d’une entreprise, puisqu’il s’agit de payer pour obtenir le meilleur personnel disponible afin d’améliorer la qualité de son travail.

Comme les tests manuels en boîte grise peuvent prendre beaucoup de temps, l’entreprise doit payer ses testeurs pour qu’ils travaillent tout au long du processus. Pour certaines des applications les plus importantes, cela peut prendre des heures et faire grimper le coût des testeurs manuels.

Les développeurs peuvent tenter d’atténuer ce problème en équilibrant l’automatisation des tests en boîte grise avec les tests manuels ou en réduisant les coûts de la main-d’œuvre horaire, mais cela risque d’entraîner une baisse de la qualité des tests.

 

Erreur humaine

 

Les tests automatisés complètent efficacement des processus simples, en les répétant avec un degré élevé de précision, ce qu’une personne ne peut pas faire.

Les êtres humains commettent des erreurs et des fautes mineures, qui peuvent être dues à n’importe quoi, de l’appui accidentel sur le mauvais bouton à un relâchement de l’attention pendant quelques secondes.

De telles erreurs peuvent conduire à des données inexactes et amener les développeurs à concentrer leur attention sur la mauvaise partie du logiciel, ce qui leur fait perdre un temps précieux et détériore le produit.

Cherchez à résoudre ce problème en effectuant, dans la mesure du possible, des tests en boîte grise répétés afin de vérifier vos résultats au fur et à mesure que les tests se poursuivent.

 

Prend beaucoup de temps

 

Alors que les ordinateurs peuvent accomplir des tâches en un instant, les gens prennent un peu plus de temps.

Cela est dû à des facteurs allant du temps de réaction au simple fait de travailler plus lentement que leur vitesse optimale à certains moments, ce qui ralentit le processus de test.

Un processus de test plus lent signifie que les équipes de développement disposent de moins de temps pour travailler à l’élimination des bogues et des défauts du produit, puisque tout le temps est consacré à trouver les problèmes en premier lieu.

Il n’est pas facile d’y remédier. Une solution possible consiste à mettre en place un régime de test hybride, par exemple en équilibrant les tests manuels et les tests automatisés de la boîte grise.

 

Automatisation des tests en boîte grise – Avantages, défis, processus

Tests de charge automatisés

L’automatisation des tests consiste à utiliser une plateforme d’automatisation pour automatiser certaines parties du processus de test de la boîte grise.

Le processus consiste à demander aux concepteurs de tests de créer une série de cas de test, les analystes AQ ou des professionnels similaires codant ces tests dans les programmes d’automatisation, certains utilisant l’automatisation des processus robotiques comme outil supplémentaire.

Dans ce cas, les analystes AQ comprennent déjà une partie du code ou des documents de conception.

Ce type de test est plus courant pour les logiciels beaucoup plus importants, car les testeurs de la boîte grise n’ont pas le temps de tester minutieusement tous les aspects du processus manuellement.

À l’issue d’un processus automatisé, la plateforme renvoie un rapport à l’analyste de l’assurance qualité, indiquant les défaillances et une série de paramètres importants.

 

1. Avantages des tests automatisés de la boîte grise

 

L’utilisation de tests automatisés en boîte grise dans les processus d’une équipe d’assurance qualité présente quelques avantages évidents.

En se concentrant sur ces avantages et en en tirant le meilleur parti, une entreprise peut accroître l’efficacité de ses tests de la boîte grise et résoudre autant de problèmes que possible à ce stade du flux de travail.

 

Voici quelques-uns des principaux avantages de l’utilisation de l’automatisation dans le cadre de vos tests en boîte grise :

 

Tests rapides

 

Les systèmes automatisés sont conçus pour tester très rapidement, en passant par une série de processus aussi vite que possible. Cet avantage est encore plus évident lors de la réalisation de tests répétés de la boîte grise, car chaque essai individuel prend moins de temps.

Le temps que vous gagnez d’une exécution à l’autre augmente considérablement, et votre entreprise dispose de beaucoup plus de temps pour accomplir des tâches urgentes telles que la mise à jour du logiciel lui-même et la fourniture d’un retour d’information aux clients et aux clients potentiels.

L’accélération des tests est particulièrement utile lorsque l’on travaille après la publication d’une version, car il est indispensable d’apporter des correctifs aux fonctionnalités dès que possible pour améliorer la perception de l’entreprise par les utilisateurs.

 

Des mesures précises

 

Les métriques sont un élément important du fonctionnement des tests de logiciels, car elles fournissent des informations numériques à un testeur pour lui indiquer les problèmes potentiels.

Les ordinateurs et les plateformes d’automatisation offrent des mesures très précises, des éléments tels que les temps de réponse étant mesurés à la milliseconde près.

Grâce à des mesures plus précises, vous pouvez suivre les petits changements dans les performances d’une application, ce qui vous permet de comprendre si une mise à jour a amélioré les performances ou si elle a entraîné une augmentation du temps nécessaire pour les processus de travail standard.

 

Réduction des coûts

 

L’un des coûts les plus importants des tests dans un contexte de développement de logiciels en boîte grise est celui des testeurs en boîte grise eux-mêmes.

L’embauche d’experts en tests de logiciels est coûteuse, en particulier lorsque vous recherchez des testeurs “boîte grise”, qui requièrent une plus grande variété de compétences, afin de fournir les normes les plus élevées possibles à votre organisation.

L’automatisation signifie qu’il y a moins de personnes qui effectuent les tests manuels de la boîte grise, ce qui élimine une grande partie des coûts de personnel du processus.

Les plateformes d’automatisation ont certes un coût, la plupart d’entre elles facturant un abonnement mensuel, mais celui-ci est bien inférieur à celui d’un employé qui ferait le travail à votre place.

 

2. Défis des tests automatisés de la boîte grise

 

L’utilisation de l’automatisation dans vos processus de tests en boîte grise présente de nombreux défis.

Alors que certaines organisations se concentrent sur les avantages, il y a de nombreux avantages à connaître les défis des tests de la boîte grise et à les prendre en compte dans votre travail.

Vous pouvez mettre en œuvre les tests de la boîte grise de manière à éviter les difficultés et à ne pas avoir à vous débattre avec des limitations à l’avenir.

 

Les principaux défis des tests automatisés de la boîte grise sont les suivants :

 

Configuration initiale

 

L’installation initiale est l’un des plus grands défis du processus d’automatisation. Il s’agit du temps nécessaire à la transition vers une nouvelle plateforme de test, y compris l’installation de la plateforme, la formation des utilisateurs à son utilisation et le codage des premiers tests sur le logiciel.

Autant de temps improductif que l’entreprise souhaite limiter autant que possible.

L’utilisation d’un logiciel d’automatisation haut de gamme avec des experts disponibles en cas de besoin est idéale dans ce cas, car vous disposez d’une assistance tierce pour vous assurer que votre automatisation de la boîte grise, et d’autres types de tests en la matière, se déroule sans problème dès le départ.

 

Exigences élevées en matière de compétences

 

Bien que les tests manuels requièrent un haut niveau de compétences, les analystes AQ qui travaillent avec l’automatisation doivent toujours avoir un haut niveau de compétences.

Il s’agit de compétences en matière de codage, qui sont principalement utilisées pour créer des cas de test et lire le code disponible dans le scénario de la boîte grise.

Les développeurs peuvent atténuer ce problème en recrutant spécifiquement des testeurs qui ont une expérience du développement ou qui ont travaillé sur des projets de codage dans le passé. Vous limitez le temps de formation sur le lieu de travail et vous vous assurez que chaque nouvel employé a la capacité de s’adapter aux exigences des tests automatisés en boîte grise.

Certaines entreprises cherchent à utiliser un système d’automatisation sans code pour effectuer des tests en boîte grise, mais cela peut entraîner une perte de flexibilité sur le lieu de travail.

 

Une surveillance constante

 

Les tests automatisés existent en partie pour ne plus dépendre des personnes, les tests manuels impliquant une participation humaine constante dans les processus.

Ce n’est pas le cas de l’automatisation des tests, mais les entreprises doivent tout de même disposer d’un bon niveau de supervision.

La surveillance consiste à examiner les résultats des tests de la boîte grise et à les maintenir pour s’assurer que tout fonctionne toujours comme le développeur l’a prévu.

Les entreprises peuvent contribuer à améliorer le niveau de surveillance disponible de plusieurs manières, l’idéal étant qu’un seul professionnel soit responsable de la surveillance des tests.

Cela conduit à un niveau de spécialisation plus élevé, ce membre du personnel devenant un testeur expert en boîte grise qui travaille avec l’automatisation plus rapidement et plus efficacement.

 

Conclusion : Automatisation des tests manuels ou boîte grise ?

Avantages de la mise en place d'un centre d'excellence en matière de tests. Les tests de performance sont-ils différents des tests fonctionnels ?

En conclusion, les tests manuels en boîte grise et les tests automatisés ont tous deux leur place dans le processus de test des logiciels.

Les petites entreprises et les startups ont intérêt à mettre en œuvre des tests manuels en boîte grise lorsque leur code est relativement petit et gérable, l’automatisation devenant de plus en plus utile au fur et à mesure que les applications se développent et comportent davantage de fonctionnalités.

Cependant, les tests manuels auront toujours leur place grâce au niveau accru de compréhension, de détail et de flexibilité qu’ils offrent aux entreprises.

La solution idéale de boîte grise pour toute entreprise est un modèle hybride, utilisant des tests manuels et automatisés à différents moments pour tenir compte des forces et des faiblesses des deux techniques.

Une approche holistique permet de mettre en évidence un plus grand nombre de problèmes que présente un logiciel, ce qui permet de corriger le logiciel plus efficacement et, en fin de compte, de fournir aux clients un produit de bien meilleure qualité à l’issue du développement.

 

De quoi avez-vous besoin pour commencer le test de la boîte grise ?

Qu'est-ce que les tests unitaires ?

Les entreprises doivent remplir quelques conditions préalables avant d’entamer leur processus de test de la boîte grise. L’existence de ces éléments rend le processus de test possible ou simplifie considérablement les tests de logiciels pour l’équipe chargée de l’assurance qualité, qui dispose de plus d’atouts.

 

Les conditions préalables à la réalisation des tests de la boîte grise sont les suivantes :

 

1. Documents de conception ou code source

 

La première chose dont vous avez besoin pour lancer le processus de test de la boîte grise est la documentation de conception ou le code source. Les testeurs doivent pouvoir accéder à ces informations pour que le test soit considéré comme un test de boîte grise, offrant un aperçu du fonctionnement interne du logiciel lui-même.

Ces informations doivent être aussi pertinentes que possible, par exemple la chaîne de code de la fonction spécifique examinée par le testeur.

Lorsque vous utilisez la boîte grise plutôt que la boîte blanche, vous ne fournissez qu’une partie du code et de la documentation de conception, alors soyez prudent quant au niveau d’accès que vous fournissez.

 

2. Présentation du produit

 

Un briefing de produit ou d’application est un document que les entreprises utilisent pour comprendre pleinement ce qu’un client recherche dans un logiciel. Il définit de manière détaillée les fonctionnalités exactes que le client attend du logiciel, la conception qu’il souhaite et toutes les autres spécifications nécessaires.

La lecture d’un cahier des charges permet à un testeur de boîte grise de rechercher toutes les fonctionnalités souhaitées par un client, de s’assurer qu’elles sont présentes dans le logiciel et de veiller à ce que le produit réponde à tous les objectifs que l’entreprise s’est fixés pour son application.

Certaines entreprises limitent la quantité d’informations que les testeurs de la boîte grise peuvent voir, en fonction des politiques de confidentialité de l’entreprise.

 

3. Objectifs du test

 

Les développeurs et les entreprises ont des objectifs spécifiques lorsqu’ils réalisent des tests, ce que l’on appelle parfois une spécification de test. Ceci est très important dans le processus de test de la boîte grise, car cela signifie que les développeurs peuvent fournir aux testeurs de la boîte grise toutes les bonnes informations, l’équipe d’assurance de la qualité concevant des tests qui correspondent aux objectifs du processus de test.

Dans ce cas, tout le monde travaille plus efficacement, car chacun sait ce qu’il recherche et comment atteindre au mieux ces objectifs.

 

Processus de test de la boîte grise

types d'essais de performance

Les tests de la boîte grise suivent un processus relativement cohérent, avec des étapes claires indiquant les différents stades qu’une entreprise doit franchir pour atteindre ses objectifs en matière de tests.

En suivant le processus de manière claire et cohérente, on obtient des résultats précis et cohérents qui informent les développeurs sur les problèmes éventuels et sur la manière de les résoudre.

 

Les principales étapes d’un test en boîte grise sont les suivantes :

 

1. Détermination des intrants et des extrants

 

La première étape du processus consiste à déterminer les entrées et les sorties que vous attendez de l’application.

Choisissez une entrée qui se situe dans les limites de ce que l’application devrait normalement gérer pour que le test soit équitable et déterminez la sortie que vous attendez de cette entrée.

En effectuant ces prévisions au début du projet, vous savez si quelque chose a mal tourné à la fin des tests.

 

2. Identifier les flux primaires

 

Les flux primaires sont les itinéraires que suivent les données dans un logiciel pour atteindre leur sortie finale.

L’identification du flux principal permet de mieux suivre la manière dont l’information passe par les processus d’un logiciel, d’identifier les zones potentielles de défaillance et de travailler à leur résolution en cas de problème avec le logiciel.

 

3. Identifier les sous-fonctions, avec les intrants et les extrants

 

Les sous-fonctions sont des opérations de base au sein d’un flux primaire. Chaque sous-fonction est alimentée par une autre et alimente la suivante, pour aboutir finalement à un résultat final du logiciel.

Déterminer les données d’entrée de chaque sous-fonction, ainsi que les prévisions de sortie pour chacune d’entre elles.

Le fait de le faire au niveau des sous-fonctions permet de mieux comprendre les problèmes liés aux logiciels.

 

4. Élaborer un scénario de test

 

Un scénario de test fait référence à un ensemble d’événements qui se produisent dans le logiciel et qui permettent de vérifier si l’application fonctionne comme prévu.

Veillez à ce que ce scénario de test en boîte grise examine correctement la partie du logiciel que vous examinez.

Mettez également l’accent sur la cohérence, en veillant à ce que le cas de test soit facile à reproduire afin d’obtenir des résultats plus précis de votre test de la boîte grise.

 

5. Exécuter le cas de test

 

Lancez l’exécution du scénario de test.

Il s’agit de saisir les données d’entrée dans chacune des sous-fonctions et de voir quelles sont les données de sortie, en notant tous les résultats.

Dans les tests automatisés de la boîte grise, le processus d’enregistrement est automatique, les testeurs manuels prenant eux-mêmes note de toutes les entrées et sorties.

Si vous le pouvez, testez toutes les sous-fonctions individuellement avant d’exécuter l’ensemble du flux en une seule fois, afin de vérifier que chaque fonction fonctionne indépendamment.

 

6. Vérifier les résultats

 

Après avoir reçu les données du cas de test, commencez à vérifier ces résultats.

Il s’agit d’examiner les résultats que vous obtenez du logiciel et de les comparer aux résultats que vous attendiez au début du processus.

S’il y a une différence entre les deux, cela indique qu’il pourrait y avoir un bogue dans le logiciel car il ne fonctionne pas comme vous l’aviez prévu au départ.

 

7. Créer un rapport

 

À la fin du processus de test de la boîte grise, créez un rapport sur les résultats du test.

Il s’agit d’un résumé de base des problèmes posés par le logiciel, d’une évaluation des solutions potentielles à ces problèmes et, si possible, de toutes les données générées par les tests.

L’utilisation de cette structure permet de donner une leçon au lecteur avant de fournir toutes les preuves nécessaires, ce qui constitue en fin de compte un document cohérent qui offre de nombreuses orientations.

 

Meilleures pratiques pour les tests “boîte grise” (Greybox)

tests d'api et automatisation

Les meilleures pratiques font référence aux processus, tâches et principes que les employés accomplissent dans le cadre d’un test d’assurance qualité afin d’atteindre les normes les plus élevées possibles.

 

Voici quelques-unes de ces meilleures pratiques pour les équipes d’assurance qualité qui cherchent à améliorer la qualité de leur travail :

 

1. Travailler avec soin

 

Comme pour toute méthode de test, prenez votre temps et travaillez avec soin. Une seule erreur peut invalider un test, c’est pourquoi la lenteur et la constance avec lesquelles vous vous assurez de la précision de votre travail vous font gagner du temps à long terme tout en améliorant la qualité du logiciel. Cela est particulièrement vrai pour les tests en boîte grise, car vous ne savez pas sur quelles parties du code source vous travaillez à un moment donné.

 

2. Communiquer en permanence

 

Il doit y avoir une chaîne de communication constante entre les développeurs et les testeurs de la boîte grise. Cela permet aux développeurs d’avoir un retour d’information instantané sur les bogues découverts par l’équipe de test et aux testeurs de savoir à quoi s’attendre.

Si le bogue fait partie de l’aspect visible de la boîte grise, faites savoir aux développeurs où il se trouve précisément.

 

3. Fixer des limites strictes

 

Lorsque les tests en boîte grise utilisent des limites artificielles en matière d’information, l’entreprise décidant elle-même des informations à fournir aux testeurs, veillez à ce que les limites soient strictes.

Ne donnez à l’équipe d’assurance qualité que les autorisations dont elle a besoin, sinon elle risque de “regarder derrière le rideau” et de voir une partie du code source ou des documents de développement que vous essayez de garder cachés.

 

7 erreurs et pièges dans la mise en œuvre des tests de la boîte grise

poste d'automatisation des tests de logiciels

Avec des centaines de milliers d’applications qui passent par le processus de test chaque année, il y a des erreurs et des pièges dans lesquels les équipes d’assurance qualité tombent.

En les connaissant, vous pourrez les éviter efficacement, ce qui améliorera votre travail et réduira le risque de gaspiller des ressources à cause de mauvaises stratégies de test.

 

Parmi les erreurs et les pièges les plus courants dans les tests de la boîte grise, on peut citer

 

1. Test des systèmes distribués

 

Les tests en boîte grise nécessitent l’accès au code source, et les serveurs distribués utilisent du code provenant d’autres sites. Cela pose des problèmes pour les tests de la boîte grise, car cela signifie qu’il y a des problèmes que les testeurs peuvent ne pas être en mesure de voir.

 

2. Réalisation de tests incohérents

 

Les tests incohérents font référence à une situation dans laquelle un scénario de test varie d’une exécution à l’autre. Cela peut entraîner des résultats inexacts, les développeurs se concentrant alors sur l’amélioration des performances sur la base de mesures erronées.

Faire en sorte que chaque test soit identique, dans la mesure du possible, afin d’accroître la précision et l’exactitude des tests.

 

3. La précipitation dans les tests

 

Si la date de sortie du produit est imminente, les équipes d’assurance qualité peuvent être tentées de précipiter les processus de test de la boîte grise.

Il s’agit toutefois d’un signe de mauvaise planification, auquel il ne faut pas répondre par d’autres mauvaises décisions. Des tests effectués à la hâte entraînent des résultats inexacts et une perte de temps à un stade ultérieur de la phase de développement.

 

4. Ne pas mettre en œuvre conjointement le manuel et l’automatisation

 

Ni les tests manuels ni les tests automatisés ne sont des méthodes parfaites pour les tests en boîte grise.

L’utilisation conjointe de ces deux instruments permet de tenir compte des problèmes propres à chacun d’entre eux et, en fin de compte, de travailler de manière plus efficace.

À tout le moins, envisagez de combiner les deux méthodes pour améliorer les tests.

 

5. Travailler sans outils

 

Les outils de test sont conçus pour faciliter au maximum le travail des testeurs de boîtes grises. Travailler sans outil, c’est limiter inutilement ses propres capacités.

Effectuez des recherches approfondies et acquérez tous les outils susceptibles de faciliter votre développement afin d’accroître l’efficacité et de réduire le risque d’erreurs.

 

6. Mauvaise communication

 

La communication interne entre les départements peut s’avérer difficile, mais une communication aussi claire que possible est indispensable entre les départements de test et de développement.

Une meilleure communication permet aux développeurs de connaître les améliorations à apporter immédiatement et de résoudre les problèmes sans être induits en erreur par une mauvaise communication interne.

 

7. Recherche active de bogues

 

Les tests de la boîte grise ont pour but de trouver les bogues éventuels, mais aussi d’examiner les performances générales du logiciel.

Passer trop de temps à chercher des bogues peut prendre beaucoup de temps et détourner l’attention de l’objectif principal qui est d’améliorer le fonctionnement d’une application.

 

Types de résultats des tests de la boîte grise

avantages de la mise en place d'un centre d'excellence en matière de tests (TCoE)

Les tests de la boîte grise génèrent différents types d’informations à la fin d’un processus. Il ne s’agit pas des résultats du logiciel lui-même, mais plutôt des données que les développeurs peuvent utiliser pour améliorer le logiciel.

 

Les principaux types de sorties sont les suivants :

 

1. Messages de réussite/échec

 

Un simple message PASS/FAIL qui informe le développeur de la réussite ou non de l’opération logicielle.

Ce type de résultat ne donne pas beaucoup d’informations au développeur, mais l’utilisation de tests en boîte grise permet au testeur de voir à quel moment précis le logiciel a échoué et pourquoi, ce qui l’aide à résoudre le problème.

 

2. Les métriques

 

Les métriques font référence à des statistiques simples qui décrivent un événement, comme le temps nécessaire pour accomplir une tâche spécifique à la milliseconde près. Elles sont courantes dans les tests automatisés de la boîte grise, les plates-formes informatiques collectant automatiquement ces informations à un niveau de précision supérieur à celui d’un testeur manuel.

Cette information est utile pour déterminer la performance d’une application.

 

3. Données qualitatives

 

Informations descriptives que vous recevez d’un testeur de boîte grise à partir de son expérience avec le logiciel. Non quantifiable, ce qui rend l’analyse plus difficile, mais permet de mieux comprendre l’expérience de l’utilisateur et rend les clients plus à l’aise avec le logiciel.

 

Exemples de tests de la boîte grise

Tests d'extrémité, outils, qu'est-ce que c'est, types, approches

Dans certains cas, le fait de connaître la théorie qui sous-tend une forme de test n’offre pas suffisamment d’informations et ne permet pas de bien comprendre la situation. Il est essentiel de connaître quelques exemples de tests de la boîte grise pour mieux comprendre le fonctionnement de la méthodologie de test.

Vous trouverez ci-dessous des exemples de tests de la boîte grise qui fournissent plus de détails sur les tests dans le monde réel et sur la manière dont la théorie s’applique aux lieux de travail pratiques.

 

1. Exemple de test de sécurité réussi

 

Une entreprise crée une base de données contenant de nombreuses données personnelles et prévoit des tests de sécurité pour s’assurer que les données des utilisateurs sont protégées.

Un testeur manuel suit le processus, à la recherche de failles potentielles dans le code et de possibilités d’accès à certaines parties de l’application.

Après avoir trouvé une faiblesse, le testeur informe le développeur de l’endroit où se trouve la faiblesse et de la manière dont il l’a exploitée.

Lorsque le logiciel est corrigé, le testeur effectue à nouveau le même test pour s’assurer que le système est sécurisé.

 

2. Exemple de test de base de données ayant échoué

 

Les développeurs qui créent une base de données ont un délai serré pour la publication et doivent tester rapidement.

Les testeurs rassemblent à la hâte quelques cas de test de base et les réalisent rapidement, en commettant des erreurs dans leur exécution, en ne préparant pas les prédictions de sortie et en n’examinant pas les sous-fonctions.

Comme ils ne préparent pas de prévisions de production, ils ne se rendent pas compte des problèmes de production et expédient donc un produit qui ne fonctionne pas correctement.

 

Types d’erreurs et de bogues détectés par le test de la boîte grise

zaptest-runtime-error.png

L’un des principaux objectifs des tests en boîte grise est de détecter les erreurs et les bogues dans un programme, les entreprises cherchant à fournir des applications haut de gamme sur lesquelles leurs clients peuvent compter dans la mesure du possible.

Il existe quelques types spécifiques d’erreurs et de bogues que les testeurs peuvent trouver au cours du processus de test de la boîte grise, chacun d’entre eux pouvant indiquer un problème différent dans le code.

 

IS YOUR COMPANY IN NEED OF

ENTERPRISE LEVEL

TASK-AGNOSTIC SOFTWARE AUTOMATION?

Les types d’erreurs et de bogues détectés lors des tests en boîte grise sont les suivants :

 

1. Défaillance du processus

 

La première forme d’erreur est la défaillance du processus.

Il s’agit du cas où le test ne renvoie aucune forme de résultat et s’arrête tout simplement.

Il existe plusieurs causes potentielles à ces problèmes et, dans l’idéal, un testeur de boîte grise peut déterminer l’origine d’un problème et la manière dont un développeur peut coder une réponse.

 

2. Sortie incorrecte

 

Certaines erreurs dans les tests de la boîte grise se produisent lorsque le résultat d’un processus n’est pas celui que les développeurs avaient prévu.

Il s’agit d’un problème grave dans le cas d’une base de données, par exemple, où il est nécessaire de conserver des informations correctes en toute sécurité.

 

3. Erreurs de sécurité

 

Les erreurs de sécurité surviennent lorsque l’application d’une entreprise n’est pas suffisamment sécurisée et permet à des tiers d’accéder aux informations qu’elle contient.

Les failles de sécurité d’une application peuvent constituer un problème au regard du GDPR et rendre l’application non conforme à une série de réglementations internationales.

 

Mesures communes pour les tests de la boîte grise

tests de charge

Les métriques font référence à des mesures constantes qui examinent un certain événement ou une série d’événements, généralement sous la forme de données quantitatives.

En utilisant des mesures, les testeurs et les équipes d’assurance qualité peuvent examiner le logiciel qui fait l’objet d’un test de boîte grise et voir exactement ce qui ne va pas, que ce soit sous la forme d’un plus grand nombre d’erreurs ou de fonctionnalités qui prennent plus de temps à charger.

 

Voici quelques-unes des mesures les plus courantes que les testeurs d’assurance qualité utilisent lors de l’évaluation d’un logiciel :

 

– Temps de sortie :

Temps nécessaire à l’application pour produire un résultat après le début du test.

 

– Délai de réponse :

Le temps nécessaire au logiciel pour répondre à l’entrée de l’utilisateur, que ce soit sous la forme d’un résultat ou simplement d’un accusé de réception de l’entrée.

 

– Nombre d’erreurs :

Le nombre pur d’erreurs que le logiciel a dans ses processus.

 

– Erreurs par fonction :

Le nombre d’erreurs existantes divisé par le nombre de fonctions du logiciel, utilisé pour établir la densité d’erreurs.

 

Les meilleurs outils de test de la boîte grise

Les tests en boîte grise peuvent s’appuyer sur des outils externes pour améliorer la qualité de votre travail, en automatisant certains processus et en vous aidant à créer une correction pour les bogues que vous trouvez.

Plus l’outil de test utilisé est performant, plus vous découvrirez de problèmes et meilleure sera la qualité de votre produit final, tout en économisant du temps et des ressources tout au long des tests.

Vous trouverez ci-dessous quelques-uns des meilleurs outils de test en boîte grise, ainsi que les avantages et les inconvénients de l’utilisation de chaque plateforme.

 

5 meilleurs outils gratuits de test de la boîte grise

 

Lorsqu’une petite entreprise souhaite commencer à effectuer des tests en boîte grise, il est indispensable de disposer des bons outils, mais il est tout aussi important de les avoir à un prix raisonnable. Chaque centime compte dans une petite entreprise, et il en va de même pour un développeur d’applications, dont les budgets serrés conduisent à des décisions difficiles.

L’utilisation d’outils gratuits de test en boîte grise est parfaite pour l’assurance qualité avec des ressources minimales.

 

Voici quelques-uns des meilleurs outils gratuits de test en boîte grise :

 

1. ZAPTEST FREE EDITION

meilleurs outils d'automatisation des tests logiciels gratuits et pour les entreprises

L’édition gratuite de ZAPTEST offre une expérience d’automatisation de haute qualité à ses utilisateurs, avec une automatisation logicielle complète prenant en charge les tests dès le début du développement.

Grâce à l’exécution parallèle, vous pouvez réaliser plusieurs tests à la fois pour accélérer vos processus, et lorsque vous êtes prêt à passer au niveau supérieur, l’édition Enterprise rend la transition aussi simple que possible. En outre, ZAPTEST propose également une technologie RPA de pointe, sans frais supplémentaires.

C’est le choix idéal pour quelqu’un qui en est à ses premiers essais.

 

2. Appium

 

Outil de test complet conçu pour s’assurer que les applications mobiles sont conformes aux normes, Appium dispose d’une communauté de soutien active mais exécute les tests relativement lentement. Associé à une configuration difficile, ce n’est pas le meilleur outil gratuit pour beaucoup d’entreprises.

 

3. Outils de développement Chrome

 

Google Chrome offre une gamme d’outils de développement pour les applications web, et son intégration dans le navigateur le plus populaire semble incontournable.

Cependant, il se limite à tester les éléments de la boîte, ce qui en fait un outil de test restrictif.

 

4. JUnit

 

JUnit est un framework open-source qui permet aux utilisateurs de réaliser des tests reproductibles à plusieurs reprises en Java, en se limitant à un seul langage.

En soi, cette limite n’est pas un problème, mais l’absence d’une API et d’une interface simples peut décourager les nouveaux testeurs.

 

5. DBUnit

 

DBUnit se concentre sur le soutien des projets axés sur les bases de données, en utilisant des états connus pour vérifier avec précision les résultats et les examiner de manière exhaustive.

Il est parfait pour les bases de données et les applications similaires, mais le manque de prise en charge de l’intégration le rend difficile à utiliser pour les tâches multiplateformes.

 

5 meilleurs outils de test en boîte grise pour les entreprises

 

La croissance d’un développeur s’accompagne d’une augmentation de ses besoins en matière de tests, les grandes entreprises ayant des applications plus importantes et nécessitant par conséquent des suites de tests plus complètes.

Il existe des outils de test en boîte grise pour aider les entreprises dans cette situation, en leur donnant accès à des fonctions avancées dont les développeurs amateurs et à petite échelle n’ont pas forcément besoin.

 

Voici quelques-uns des meilleurs outils de test d’entreprise pour réaliser un test en boîte grise :

 

1. ZAPTEST ÉDITION ENTREPRISE

L’édition Entreprise de ZAPTEST offre des capacités de test plus importantes que la version gratuite, l’un des principaux avantages étant l’accès permanent à un expert ZAP. Un expert ZAP agit comme un conseiller et un membre de votre équipe à distance, en répondant à tous les besoins de votre entreprise en matière de tests.

Les développeurs qui investissent dans l’édition Enterprise de ZAPTEST peuvent voir leur retour sur investissement multiplié par dix grâce aux technologies avancées de vision par ordinateur, à 1SCRIPT, à l’exécution multiplateforme, multiappareil, multi-navigateur et, surtout, à des licences illimitées.

Les licences illimitées, en plus de la technologie de test et de RPA la plus avancée, signifient que les entreprises bénéficient d’un coût fixe, indépendamment de la rapidité et de l’ampleur de leur croissance.

 

2. TestRail

 

Une solution de gestion des cas de test qui vous permet de diviser tous les tests que vous effectuez par cas de test, ce qui permet d’enregistrer les données avec plus de précision.

TestRail n’est cependant pas nécessairement idéal pour les tests en boîte grise, car il peine à trouver un équilibre entre les tests manuels et l’enregistrement automatisé des tests.

 

3. Témoignage

 

Une plateforme de test qui se concentre sur l’offre de tests personnalisés stables, mettant en œuvre à la fois des cas de test codés et des alternatives non codées.

Comme ce service n’est gratuit que pour un nombre déterminé de tests par mois, les grandes organisations peuvent avoir du mal à tirer le meilleur parti de cette plateforme.

 

4. TestRigor

 

TestRigor est une plateforme largement reconnue qui utilise un moteur d’IA pour réaliser les tests, la maintenance des tests par l’IA étant l’une des caractéristiques les plus attrayantes.

Toutefois, le prix à payer est élevé, d’autres plateformes offrant un meilleur retour sur investissement.

 

5. Kobiton

 

Kobiton est une plateforme de test relativement souple en matière de tarification, qui automatise les tests par utilisateur à l’issue d’une période d’essai gratuite.

L’une des préoccupations de certains utilisateurs de Kobiton est le manque relatif de soutien de la part de Kobiton lorsqu’il s’agit de répondre aux questions des testeurs.

 

Quand utiliser les outils de la boîte grise Enterprise ou Freemium ?

Avantages de la mise en place d'un centre d'excellence en matière de tests. Les tests de performance sont-ils différents des tests fonctionnels ?

Les outils de la boîte grise, qu’ils soient d’entreprise ou gratuits, offrent de nombreux avantages à leurs utilisateurs. Idéalement, les entreprises commencent par un produit freemium pour se familiariser avec le processus de test, avant de passer à une édition entreprise au fur et à mesure que leurs besoins augmentent.

Cela introduit un niveau de continuité dans le projet, limitant le nombre de recyclages auxquels le personnel doit se soumettre.

Le point de basculement varie d’une entreprise à l’autre, mais à un certain moment, le retour sur investissement d’un produit d’entreprise devient incontournable.

 

Liste de contrôle, conseils et astuces pour le test de la boîte grise

Liste de contrôle des tests logiciels

La réalisation des tests de la boîte grise est un processus relativement complexe. Le fait de disposer d’une liste de contrôle vous permet de vous assurer que vous avez fait tout ce qu’il fallait lors des tests.

 

Voici quelques-unes des principales caractéristiques d’une liste de contrôle “boîte grise”, ainsi que quelques conseils pour améliorer la qualité de vos tests :

 

1. Une planification minutieuse

 

La planification globale est l’une des premières choses à vérifier lors d’un test, car il est indispensable de planifier absolument tous les aspects d’un test.

Plus vous planifiez, plus vos tests sont structurés, car les gens savent quels tests ils effectuent et quand ils les effectuent.

Cela permet également d’obtenir des données cohérentes, ce qui est idéal pour améliorer les solutions des développeurs.

 

2. Rapports de données instantanés

 

Lorsque vous travaillez sur un processus de test en boîte grise, essayez de rapporter les données instantanément. En créant des rapports dès que possible, vous augmentez la précision de vos processus de reporting car toutes les informations sont encore fraîches dans votre esprit.

C’est particulièrement le cas pour les informations qualitatives, qui doivent être rédigées par le testeur plutôt que simplement stockées sur une plate-forme de test.

 

3. Fixer les responsabilités

 

Tout au long des processus de test, veillez à ce que chaque personne sur le lieu de travail se concentre sur ses responsabilités spécifiques. En définissant ainsi les responsabilités, chacun connaît son rôle sur le lieu de travail et sait comment s’acquitter de ses tâches de manière productive et avec un minimum d’interruptions.

Bien qu’il s’agisse davantage d’un concept de gestion que d’un point de la liste de contrôle des tests, il a un impact majeur sur les résultats.

 

4. Comparaison constante

 

Comparez vos résultats à plusieurs éléments de façon quasi-constante. Les points de comparaison comprennent la documentation de conception initiale, les résultats des tests antérieurs et le calendrier de l’organisation pour l’achèvement du projet.

Le fait de disposer de ces cadres de référence vous permet de savoir comment se déroule le processus de développement du logiciel, quels sont les points à améliorer et les ajustements potentiels à apporter.

 

Conclusion

 

En conclusion, les tests en boîte grise constituent l’une des formes de test les plus polyvalentes qui soient, car ils combinent la fonctionnalité de la boîte blanche avec les limites de biais des tests en boîte noire.

En combinant des méthodes de test manuelles et automatisées dans le cadre de leurs activités en boîte grise, les entreprises peuvent commencer à réduire de manière significative l’impact des bogues sur leurs logiciels en adoptant des correctifs qui conduisent à un meilleur produit.

Le test de la boîte grise est l’outil idéal pour tout développeur, et les conseils ci-dessus vous permettront de l’utiliser correctement.

 

FAQ et ressources

Si vous avez des questions sur les tests de la boîte grise, consultez notre foire aux questions pour en savoir plus et améliorer votre compréhension de ce type de test :

 

1. Les meilleurs cours sur l’automatisation des tests en boîte grise

 

Il y a relativement peu de cours qui ciblent spécifiquement l’automatisation des tests en boîte grise, ces cours généraux sur les tests de logiciels étant un moyen idéal de commencer :

– Software Testing Foundation with Exam”- Offres de formation

– Formation de 6 semaines sur l’essentiel des tests de logiciels” – Futuretrend Technologies Ltd

– Cours sur les tests de logiciels”- Cours Royal

– Tests boîte noire et boîte blanche – Coursera

– Tests de logiciels – Stratégies de boîte noire et tests de boîte blanche” – NPTEL

 

2. Quelles sont les 5 principales questions d’entretien sur le test de la boîte grise ?

 

– Quelle est votre expérience en matière de tests de la boîte grise et comment l’avez-vous trouvée ?

– Pourquoi les entreprises ont-elles recours aux tests de la boîte grise et à quel moment du processus ?

– Comparer les tests de la boîte blanche, de la boîte grise et de la boîte noire

– Quels sont les plus grands défis des tests de la boîte grise et comment les surmonter ?

– Comment fonctionne l’automatisation des tests ?

 

3. Les meilleurs tutoriels YouTube sur le test de la boîte grise

 

– Qu’est-ce que le test de la boîte grise ? Quelles sont les techniques utilisées dans les tests en boîte grise ? Avec des exemples expliqués”- Software Testing Hacks

– Test de la boîte grise | génie logiciel |” – Education 4u

– Tests de la boîte noire, de la boîte blanche et de la boîte grise” – Miracle Education

– Conseils aux nouveaux testeurs AQ manuels – Travailler avec les développeurs + ce que j’ai appris en tant que testeur de logiciels”- Madeline Elaine

– Qu’est-ce que le test de la boîte grise ? (Question d’entretien sur les tests logiciels #54)”- QA Fox

 

4. Comment maintenir les tests de la boîte grise ?

 

La mise à jour des tests de la boîte grise est un processus relativement simple. Pour les tests manuels, il faut s’assurer que les membres du personnel sont bien formés et qu’ils effectuent toujours les mêmes tâches. Pour les tests automatisés, relire l’ensemble du code pour les cas de test et vérifier les résultats, en exerçant une surveillance constante des processus dans la mesure du possible.

 

5. Meilleurs livres sur le test de la boîte grise

 

Cette section contient des articles de journaux ainsi que des livres, afin d’offrir aux testeurs d’assurance qualité les normes les plus élevées possibles en matière d’assistance écrite :

 

– Technique de test d’intégration de logiciels basée sur le message – TanLi M. et al.

– Étude comparative des techniques de test de la boîte blanche, de la boîte noire et de la boîte grise – Ehmer, M., Khan, F.

– Stratégies de test basées sur les FSM en boîte grise” – Petrenko, A.

– Génie logiciel” – Saleh, K.A.

– Conférence internationale sur les applications informatiques 2012 – Kokula Krishna Hari K.

Download post as PDF

Alex Zap Chernyak

Alex Zap Chernyak

Founder and CEO of ZAPTEST, with 20 years of experience in Software Automation for Testing + RPA processes, and application development. Read Alex Zap Chernyak's full executive profile on Forbes.

Get PDF-file of this post