fbpx

Get your 6-month No-Cost Opt-Out offer for Unlimited Software Automation?

 

Les tests alpha sont l’un des nombreux types de tests de logiciels que les entreprises et les développeurs indépendants peuvent utiliser pour examiner leur code. L’efficacité de votre stratégie de test alpha peut être un facteur significatif de la réussite d’un programme – il est donc important que vous sachiez exactement comment elle fonctionne et quels sont les avantages qu’elle procure souvent. C’est la seule façon de garantir une mise en œuvre réussie et de s’assurer que les développeurs et les testeurs disposent d’un produit stable et efficace.

La compréhension des tests alpha et de leurs nombreuses composantes, y compris les outils utilisés par les équipes de test pour les faciliter, aide les développeurs à construire une application plus solide. Ces tests peuvent sembler compliqués à première vue, mais ils s’intègrent naturellement et facilement dans toute approche d’assurance qualité. Dans cet article, nous examinons de près les tests alpha et la manière dont ils peuvent aider tout projet de codage. Il s’agit notamment de savoir comment les testeurs peuvent relever les défis qui se présentent à eux et quelles sont les étapes habituelles de ce processus.

 

Table des matières

Qu’est-ce que l’alpha-test dans le domaine des tests et de l’ingénierie logicielle ?

checklist uat, outils de test d'applications web, automatisation et plus encore

Les tests alpha sont une forme de tests d’acceptation, c’est-à-dire qu’ils visent à évaluer les performances du programme et à déterminer si les fonctionnalités sont suffisamment solides pour satisfaire les utilisateurs finaux et leurs exigences. Cela se produit assez tôt dans les tests et toujours avant la phase de test bêta. Dans de nombreux cas, il peut même commencer pendant le développement ; ces contrôles impliquent généralement deux “phases” de test distinctes avec des paramètres, des membres du personnel et des priorités de test différents.

Lorsqu’ils procèdent à ces examens, les testeurs disposent généralement d’une liste de contrôle des problèmes ou des composants qu’ils doivent examiner. Ils peuvent rechercher des bogues courants et effectuer des tests de base pour vérifier que les fonctions essentielles de l’application fonctionnent comme prévu.

Si l’équipe identifie des problèmes majeurs ou mineurs dans le programme, elle transmet ces résultats aux développeurs, qui commencent rapidement à travailler sur les moyens de résoudre ces problèmes à temps pour la publication.

 

1. Quand et pourquoi faut-il procéder à des tests alpha ?

Avantages de la mise en place d'un centre d'excellence en matière de tests. Les tests de performance sont-ils différents des tests fonctionnels ?

Le moment exact où une entreprise a recours aux tests alpha varie généralement en fonction de l’application ; les tests peuvent même commencer alors que les développeurs sont encore en train d’apporter les dernières touches au logiciel. De nombreux programmes ont une phase bêta publique ou semi-publique, ouverte aux utilisateurs externes. Dans ce cas, les tests alpha sont effectués à la dernière étape des tests internes.

C’est généralement lorsque la demande est complète à 60 %. Les tests alpha sont essentiels en raison de leur capacité à identifier les bogues et les problèmes qui ont un impact sur l’expérience de l’utilisateur final, influençant ainsi la réception du programme.

 

2. Quand il n’est pas nécessaire d’effectuer des tests alpha

Avantages de la mise en place d'un centre d'excellence en matière de tests. Les tests de performance sont-ils différents des tests fonctionnels ?

Dans certaines situations, il peut être intéressant de sauter l’étape du test alpha, mais un certain nombre de facteurs peuvent influer sur ce choix. Par exemple, l’entreprise peut disposer d’un temps et de ressources limités, ce qui l’empêche d’allonger considérablement le cycle de test, même si cela peut avoir des conséquences à plus long terme.

L’équipe chargée des tests peut également avoir pleinement confiance dans l’état d’avancement de ses tests – même en l’absence d’un calendrier formel de tests alpha, les vérifications effectuées par les testeurs peuvent déjà couvrir chaque catégorie.

Cependant, les tests alpha valent presque toujours le temps et les efforts qu’ils requièrent.

 

3. Clarifier certaines confusions :

Tests alpha et tests bêta

Tests alpha et tests bêta

Bien qu’ils présentent de nombreuses similitudes, il est important de faire la distinction entre les tests alpha et les tests bêta.

 

Qu’est-ce que le bêta-test ?

Avantages de la mise en place d'un centre d'excellence en matière de tests. Les tests de performance sont-ils différents des tests fonctionnels ?

Le bêta-test est l’occasion pour de vrais utilisateurs finaux d’examiner le produit et d’en comprendre le fonctionnement – les bêta-testeurs fournissant aux développeurs de nombreux commentaires sur leur expérience. Elle se déroule entièrement dans un environnement réel, montrant comment le programme s’adapte à ces paramètres et gère l’interaction avec le public visé.

Les perspectives externes sont essentielles lors des tests, car les membres de l’équipe interne peuvent ne pas être en mesure de détecter certains types de problèmes ou d’inefficacités liés au style de développement unique de l’entreprise.

 

Tests alpha et bêta (différences et similitudes)

différences et similitudes entre les tests alpha et bêta

Ces deux approches présentent un certain nombre de similitudes et de différences. Les tests alpha et bêta peuvent offrir le plus d’avantages lorsqu’ils sont utilisés ensemble, car il s’agit dans les deux cas de tests d’acceptation par l’utilisateur. L’objectif principal de chaque méthode est d’identifier les problèmes présents dans le logiciel qui peuvent affecter les utilisateurs et leur plaisir à utiliser le logiciel.

La différence la plus importante réside peut-être dans les testeurs eux-mêmes. En effet, les bêta-testeurs sont généralement les utilisateurs finaux ou n’ont aucun lien avec les développeurs, ce qui leur permet d’avoir une vision nouvelle du logiciel.

Une autre distinction essentielle est l’objet de ces tests. Les tests alpha portent généralement sur la convivialité et la fonctionnalité globales d’une application, tandis que les tests bêta mettent davantage l’accent sur la stabilité, la fiabilité et la sécurité. Ces vérifications consistent à voir comment le programme gère les entrées attendues et inattendues, ce qui signifie qu’une personne ne connaissant pas le logiciel et ne connaissant pas son fonctionnement peut apporter une aide plus importante.

Le retour d’information des tests alpha permet souvent aux développeurs de modifier le programme avant sa sortie, tandis que les erreurs découvertes lors des tests bêta devront peut-être attendre les versions et mises à jour futures.

 

Les tests alpha sont effectués par…

par qui les tests alpha sont-ils effectués ?

– Les développeurs internes pendant qu’ils travaillent sur le produit – ce qui leur permet d’aborder les problèmes avant même le début du cycle de test formel.

– Les testeurs AQ internes qui examinent le programme dans un environnement de test pour vérifier son fonctionnement et la réaction des utilisateurs.

– Les testeurs externes qui, selon l’application, peuvent effectuer des tests alpha pour fournir un retour d’information qui peut refléter avec précision l’expérience de l’utilisateur.

 

Avantages des tests alpha

avantages des tests alpha

Les avantages des tests alpha sont les suivants

 

1. Une meilleure compréhension

 

L’avantage le plus important des tests alpha est peut-être leur capacité à donner aux développeurs et aux testeurs une vision beaucoup plus approfondie de l’application. Cela leur permet de voir comment tout s’imbrique, par exemple si toutes les fonctionnalités du logiciel fonctionnent comme prévu et comment les utilisateurs finaux pourraient s’engager dans le programme au moment de sa sortie.

 

2. Délai de livraison plus rapide

 

Les tests alpha permettent à l’équipe de repérer les erreurs avant la publication et de travailler sur des correctifs préventifs qui garantissent que les utilisateurs ne rencontreront jamais ces mêmes problèmes. Des tests alpha complets et approfondis permettent à l’entreprise de publier ce programme beaucoup plus tôt et avec une plus grande confiance dans sa facilité d’utilisation – ce qui pourrait également réduire le besoin de mises à jour d’urgence.

 

3. Des logiciels de meilleure qualité

 

Ces contrôles couvrent à la fois les tests “boîte blanche” et “boîte noire”, ce qui permet d’avoir une vue d’ensemble de l’application et des améliorations que les développeurs pourraient y apporter pour garantir le succès de l’opération. Plus l’équipe utilise de tests, plus elle peut corriger d’erreurs avant la publication, ce qui se traduit par une meilleure expérience pour les utilisateurs, qui rencontrent moins de problèmes.

 

4. Économiser de l’argent

 

Les tests alpha sont une forme d’assurance qualité très rentable car ils permettent de détecter les erreurs dès le début du développement ; les corriger plus tard peut s’avérer coûteux. Par exemple, cela peut même nécessiter une version entièrement nouvelle du logiciel, ce qui coûte plus cher que la simple correction du problème dans le cadre du développement ou de l’assurance qualité.

 

Les défis de l’alpha-test

défis - tests de charge

Les équipes doivent également tenir compte de divers défis dans le cadre des tests alpha, tels que

 

1. Ne reflète pas l’expérience de l’utilisateur

 

Bien que les testeurs alpha s’efforcent de reproduire la manière dont les utilisateurs utilisent le logiciel pour un grand nombre de leurs vérifications, ils peuvent encore manquer certaines erreurs en raison de leur familiarité avec l’application. C’est pourquoi les tests bêta sont d’autant plus importants que ces vérifications se font entièrement du point de vue unique de l’utilisateur.

 

2. Longue durée du cycle d’essai

 

Ces tests accélèrent considérablement le développement, mais représentent souvent un investissement en temps important en raison de la nécessité d’une assurance qualité approfondie. La combinaison des techniques de boîte noire et de boîte blanche est un processus de longue haleine, et les programmes comportant un plus grand nombre de fonctionnalités nécessiteront probablement des vérifications plus approfondies.

 

3. Délais des projets

 

Dans le même ordre d’idées, les projets de logiciels ont généralement des échéances fixes que les développeurs ne peuvent pas modifier pour un certain nombre de raisons. Cela signifie qu’ils peuvent ne pas être en mesure de mettre en œuvre tous les changements avant la publication, même après une stratégie de test alpha approfondie – le produit peut encore présenter des défauts lorsque la date limite est dépassée.

 

4. Ne teste pas tout

 

Les tests alpha se concentrent principalement sur la fonctionnalité générale du programme, plutôt que sur des considérations relatives à la sécurité et à la stabilité, qui relèvent davantage des tests bêta. Compte tenu du temps que ces cycles de test peuvent prendre, leur portée peut être assez limitée, en particulier pour les grands projets de logiciels dont les tests prennent encore plus de temps.

 

Caractéristiques des tests alpha

liste de contrôle des processus de test des logiciels

Les principales caractéristiques d’une stratégie de test alpha réussie sont les suivantes :

 

1. Fiable

 

Les tests effectués par l’équipe doivent fournir un retour d’information utile aux développeurs, qui sont alors en mesure de résoudre les problèmes. Cela signifie également que l’erreur doit pouvoir être répétée, le testeur devant montrer exactement comment reproduire et étudier les problèmes de codage.

 

2. Rapide

 

Le temps est une ressource précieuse dans tout projet logiciel – et les tests alpha en occupent généralement une grande partie. C’est pourquoi les tests alpha doivent, dans la mesure du possible, trouver un équilibre entre la profondeur et la rapidité, afin de s’assurer qu’ils couvrent tous les cas de figure et toutes les fonctionnalités du logiciel.

 

3. Complet

 

Les tests alpha donnent la priorité à la facilité d’utilisation et à la fonctionnalité ; il est important que le personnel chargé de l’assurance qualité garantisse une couverture maximale (voire complète) des tests pour ces paramètres. L’exécution d’une série complète de tests est le seul moyen de garantir que le logiciel possède toutes les fonctionnalités prévues dans le cahier des charges.

 

4. Isolé

 

Bien que les tests alpha ne se déroulent pas dans un environnement réel, une suite de tests isolée présente tout de même des avantages. Cela permet aux testeurs de travailler sur les fonctions individuelles d’un programme (comme la base de données) sans que ces changements n’affectent d’autres composants, ce qui fait gagner beaucoup de temps à l’équipe.

 

Objectifs des tests alpha

objectifs des tests alpha

Les objectifs généraux des tests alpha sont les suivants :

 

1. Résolution des problèmes logiciels

 

L’un des principaux objectifs des tests alpha est de construire un meilleur produit que les clients sont prêts à payer ou simplement à utiliser. Les nombreux contrôles individuels qu’elle couvre visent tous à découvrir les problèmes ou les bogues que les utilisateurs pourraient rencontrer. Avec les tests alpha, l’équipe a la possibilité de corriger ces erreurs avant la publication.

 

2. Compléter les tests bêta

 

Dans le domaine de l’ingénierie logicielle, les tests alpha et bêta fonctionnent mieux ensemble et les entreprises peuvent s’en servir pour s’assurer qu’elles couvrent tous les aspects possibles de l’application. Des tests alpha complets facilitent les tests bêta et permettent à ces deux types de tests d’avoir une plus grande couverture. Cela permet à la stratégie de test globale d’atteindre son plein potentiel et aux développeurs d’avoir l’esprit tranquille.

 

3. Rendre le produit plus efficace

 

Bien que l’objectif des tests alpha soit de corriger les erreurs d’une application, ils peuvent également mettre en évidence des inefficacités qui contribuent négativement à l’expérience de l’utilisateur. Cela permet également aux développeurs et aux testeurs de savoir où concentrer leurs efforts lors des prochains cycles de test en illustrant les composants les plus complexes, y compris ceux qui sont les plus susceptibles de rencontrer des problèmes à l’avenir.

 

Plus précisément, qu’est-ce que nous testons dans le cadre d’un test alpha ?

dissiper certaines confusions dans l'automatisation des tests de logiciels

Voici les paramètres spécifiques que les testeurs alpha utilisent pour effectuer leurs vérifications :

 

1. Fonctionnalité

 

Les tests alpha portent principalement sur la fonctionnalité globale d’une application, c’est-à-dire sur le fait de savoir si les fonctionnalités fonctionnent de manière isolée et en conjonction les unes avec les autres. Cela peut impliquer de nombreux cas de test – avec des détails complets sur les points de défaillance possibles afin de garantir une large couverture qui valide les fonctions clés du logiciel. Ces tests se recoupent largement avec les tests fonctionnels, qui visent également à s’assurer que les fonctionnalités du programme fonctionnent pour les utilisateurs.

 

2. Facilité d’utilisation

 

Ces tests portent également sur la facilité d’utilisation de l’application. Il s’agit de la facilité avec laquelle un utilisateur peut naviguer dans le programme, par exemple le degré d’intuitivité de la conception et la qualité de la signalisation des fonctions prioritaires. Pour ces contrôles, un testeur joue le rôle d’un utilisateur pour voir comment une personne ne connaissant pas le logiciel pourrait l’utiliser. Les tests alpha permettent de déterminer si l’interface est trop compliquée visuellement, par exemple.

 

3. La performance

 

Dans le cadre de l’examen des fonctionnalités du logiciel, les tests alpha vérifient également les problèmes de performance, notamment si le programme a du mal à fonctionner sur certains appareils et systèmes d’exploitation. Les testeurs ont une idée approximative des paramètres de réussite, ce qui leur permet de voir si l’application utilise une quantité acceptable de mémoire vive et d’unité centrale. Cela peut même inclure des tests de stress et de charge pour vérifier que le programme fonctionne bien dans différentes conditions.

 

4. La stabilité

 

Bien qu’il s’agisse plutôt d’un test bêta, il peut néanmoins constituer un élément essentiel de votre série de tests alpha et contribuer à valider encore davantage les fonctionnalités de l’application. Ces tests consistent à pousser une application de différentes manières pour voir comment elle réagit.

Si le programme se bloque, par exemple, cela signifie qu’il y a des problèmes graves qui nécessitent une attention particulière ; en toutes circonstances, il est impératif que l’équipe corrige les logiciels instables.

 

Types de tests alpha

checklist uat, outils de test d'applications web, automatisation et plus encore

Les principaux types de tests alpha sont les suivants :

 

1. Test de fumée

 

Les tests de fumée s’apparentent à des tests de fonctionnalité et mettent l’accent sur la nécessité d’une fonctionnalité de base pour l’ensemble du logiciel et de ses nombreuses fonctionnalités. Les testeurs effectuent ces vérifications chaque fois que les développeurs ajoutent une nouvelle fonctionnalité à la version actuelle, que ce soit au cours du développement ou des mises à jour ultérieures. Il s’agit généralement de tests rapides et minimaux qui offrent une large couverture.

 

2. Test d’intégrité

 

Les tests d’intégrité sont similaires et vérifient le fonctionnement du logiciel après la première série de corrections de bogues ; il est parfois possible que d’autres fonctionnalités soient cassées par inadvertance. Ces tests permettent de s’assurer que les corrections fonctionnent et n’entraînent pas d’autres erreurs.

Si les modifications apportées par les développeurs parviennent à résoudre les problèmes d’un programme, cela signifie qu’il passe le test de bon sens.

 

3. Tests d’intégration

 

Les tests d’intégration combinent plusieurs modules logiciels et les examinent en tant que groupe, en montrant comment les principaux composants de l’application fonctionnent en tandem. Il est important de vérifier que ces interactions peuvent se produire sans problème de stabilité. Il peut également examiner la compatibilité de l’application avec d’autres programmes et types de fichiers et la manière dont ils s’intègrent.

 

4. Tests de l’interface utilisateur

 

Les tests d’interface utilisateur examinent l’interface utilisateur et la manière dont elle contribue à l’expérience globale de l’utilisateur. Par exemple, la conception doit être attrayante et tout le texte doit être facile à lire ; il s’agit là de facteurs assez subjectifs, mais qui n’en demeurent pas moins essentiels.

Les testeurs doivent également examiner la manière dont le programme guide les utilisateurs à travers ses fonctionnalités à l’aide de didacticiels.

 

5. Test de régression

 

IS YOUR COMPANY IN NEED OF

ENTERPRISE LEVEL

TASK-AGNOSTIC SOFTWARE AUTOMATION?

Les tests de régression sont similaires aux tests d’intégrité et réexécutent les anciens cas de test pour les versions mises à jour d’un programme ; cela permet aux testeurs de vérifier que leur travail est couronné de succès. Ces contrôles sont très détaillés et font souvent régresser même les plus petits composants de l’application pour voir s’ils fonctionnent encore ; ils sont beaucoup plus complets que les tests de bon sens.

 

Processus de test alpha

Voici un guide étape par étape pour mener à bien des tests alpha :

 

1. La planification

 

La première étape de toute stratégie de test consiste à déterminer la portée et l’approche générale de ces contrôles, y compris les tests spécifiques que l’équipe souhaite mettre en œuvre. Il s’agit notamment de compiler un plan de test ainsi que les différents cas de test liés à la fonctionnalité du logiciel.

 

2. La préparation

 

Après la planification initiale, l’équipe se prépare à commencer les contrôles en installant le logiciel et en créant l’environnement de test pour compléter ces tests. Ils peuvent également commencer à compiler des scripts de test pour faciliter une stratégie d’automatisation ; par exemple, l’hyperautomatisation pourrait rendre les tests plus efficaces.

 

3. Exécution

 

Une fois les préparatifs terminés, l’équipe peut exécuter les tests alpha pour se faire une idée précise de l’état de l’application, en enregistrant les résultats et les mesures pour évaluer les éventuels problèmes. En fonction des délais, l’équipe chargée des tests peut être amenée à donner la priorité à certains contrôles plutôt qu’à d’autres.

 

4. L’évaluation

 

Une fois les contrôles terminés, l’équipe d’assurance qualité examine les résultats et commence à tirer des conclusions sur le logiciel, par exemple s’il sera prêt pour la date de sortie. À ce stade, ils peuvent également commencer à faire part de leurs commentaires aux développeurs, qui commencent à préparer les corrections de bogues.

 

5. Rapports

 

L’équipe chargée des tests rédige également un rapport formel qui fournit des informations complètes sur les tests et les résultats obtenus, y compris la comparaison avec les résultats escomptés. Ce rapport évalue également la qualité des contrôles effectués par l’équipe et fournit des données sur la couverture des tests.

 

6. Fixation

 

Après avoir signalé leurs défauts et leurs recommandations générales à l’équipe de développement, les testeurs peuvent également être amenés à revérifier le logiciel pour voir si les corrections apportées ont porté leurs fruits. Les deux équipes commencent alors à préparer le programme pour les tests bêta, qui constituent généralement l’étape suivante du processus d’assurance qualité.

 

Phases de l’essai alpha

Il y a deux phases principales de tests alpha :

 

1. Première phase

 

Pour la première phase du test alpha, les ingénieurs logiciels sont chargés de déboguer l’application et d’utiliser les résultats pour mieux comprendre leur propre logiciel et le rendre encore meilleur. Ces préoccupations pourraient être beaucoup plus larges que les futurs tests alpha, et concerner davantage les cas où l’application se bloque au démarrage ou ne parvient pas à s’installer sur les machines.

Il ne s’agit que d’un examen sommaire qui ne comprend pas de cas de test détaillés ni d’inspections approfondies de chaque fonctionnalité. Les tests alpha préliminaires permettent de s’assurer que le programme est en état d’être vérifié ultérieurement.

 

2. Deuxième phase

 

En revanche, la deuxième phase des tests alpha est effectuée par l’équipe interne d’assurance qualité et adopte une approche plus approfondie, avec des cas de test complets qui décrivent chaque vérification.

Les testeurs alpha effectuent un plus grand nombre de tests, qu’ils utilisent pour déterminer si l’application est prête à être publiée ou à faire l’objet d’une nouvelle série de tests. Ils examinent également la qualité réelle du logiciel et incluent cette information dans leur rapport, fournissant ainsi un retour d’information complet aux développeurs. Cette partie du processus prend généralement beaucoup plus de temps que la phase initiale de test alpha.

 

Critères d’entrée pour les tests alpha

Qu'est-ce qu'un test de charge, un test d'application mobile et un test ad hoc ?

Les conditions d’entrée habituelles auxquelles ces tests doivent répondre sont les suivantes :

 

1. Exigences détaillées

 

Ces tests nécessitent une spécification des exigences commerciales (BRS) ou une spécification des exigences logicielles (SRS) qui définit la portée du projet, ainsi que l’objectif final de ces tests. Ce dernier comprend des données complètes sur le logiciel et les attentes de l’entreprise, ce qui permet aux testeurs de mieux comprendre le programme.

 

2. Cas de test approfondis

 

Des scénarios de test détaillés aident les testeurs et les développeurs à comprendre les tests à venir et ce que l’équipe attend d’eux en termes de résultats. L’équipe chargée de l’assurance qualité suit ces cas de test pour chaque vérification afin de s’assurer qu’elle met en œuvre les protocoles de test corrects à chaque étape du processus.

 

3. Une équipe de test bien informée

 

L’équipe doit avoir une bonne compréhension du logiciel afin de fournir un retour d’information approprié – elle doit également savoir comment l’aborder du point de vue de l’utilisateur final. Leur expérience de l’application leur permet de tester rapidement sans sacrifier la qualité de ces contrôles.

 

4. Environnement d’essai stable

 

Les testeurs ont mis en place un environnement de test stable pour rationaliser leurs examens, en montrant comment l’application fonctionne de manière isolée sans aucun effet indésirable. Les membres de l’équipe disposent ainsi d’un point de référence clair, illustrant les performances du programme d’une manière qui reproduit l’environnement de production.

 

5. Un outil de gestion des tests

 

De nombreuses suites de tests utilisent un outil capable d’enregistrer automatiquement les défauts, éventuellement par le biais de l’automatisation des processus robotiques ou d’une autre méthode similaire. Ces applications tierces permettent également aux utilisateurs de télécharger et de compiler des cas de test, ce qui les aide à accéder facilement à ces informations lorsque cela est nécessaire pour enregistrer les résultats de chaque test.

 

6. Matrice de traçabilité

 

La mise en place d’une matrice de traçabilité permet à l’équipe d’assurance qualité d’affecter chaque exigence de conception de l’application au cas de test correspondant. Cela permet d’accroître la responsabilité dans l’ensemble du processus de test tout en fournissant des statistiques précises sur la couverture et les relations entre les caractéristiques.

 

Critères de sortie pour les tests alpha

Qu'est-ce que les tests unitaires ?

Voici les conditions que les tests doivent remplir pour compléter le processus :

 

1. Achèvement des tests alpha

 

Si tous les tests alpha sont terminés et présentent des résultats détaillés que l’équipe peut livrer ou compiler dans un rapport, il est possible qu’il reste encore plusieurs étapes à franchir avant de clore ce cycle de test. Cependant, terminer ces tests est souvent une première étape importante.

 

2. Couverture complète des cas de test

 

Pour vérifier que les tests sont effectivement complets, l’équipe doit vérifier les cas de test et voir dans quelle mesure leur couverture est complète. S’il existe des lacunes dans les cas ou dans l’approche générale des testeurs, il se peut qu’ils doivent répéter certaines vérifications.

 

3. S’assurer que le programme est complet

 

Si ces tests révèlent que des fonctionnalités supplémentaires sont nécessaires pour répondre aux exigences de la conception, les testeurs doivent y remédier. Toutefois, les tests peuvent se terminer s’il apparaît que l’application dispose de toutes les fonctions nécessaires pour satisfaire les parties prenantes et les clients.

 

4. Vérification de la remise des rapports

 

Les rapports de test finaux indiquent l’état actuel du logiciel et la manière dont les développeurs peuvent l’améliorer. En s’assurant que les rapports parviennent aux développeurs, l’étape suivante de l’assurance qualité peut commencer ; ces rapports sont essentiels à la réussite de la publication.

 

5. Le nouveau test est terminé

 

Les rapports des tests alpha peuvent nécessiter de nouvelles modifications de l’application, ce qui entraîne à son tour de nouveaux tests alpha. L’équipe chargée de l’assurance qualité doit s’assurer que les changements apportés par les développeurs ont permis de résoudre ces problèmes sans avoir d’autres conséquences, ce qui permet d’obtenir un meilleur produit.

 

6. La signature finale

 

À l’issue de tout processus de test, l’équipe chargée de l’assurance qualité (en particulier le chef de projet) est également responsable de l’élaboration d’un document d’approbation de l’assurance qualité. Cela permet d’informer les parties prenantes et les autres membres importants du personnel que les tests alpha sont maintenant terminés.

 

Types de résultats des tests alpha

avantages de la mise en place d'un centre d'excellence en matière de tests (TCoE)

L’équipe chargée des tests alpha reçoit plusieurs résultats de ces vérifications, tels que

 

1. Résultats des tests

 

Les tests alpha génèrent de nombreuses données sur le programme et son état actuel, y compris les résultats réels des tests et leur comparaison avec les résultats escomptés par l’équipe d’assurance qualité. Il s’agit généralement de cas de test qu’une application de test externe pourrait remplir automatiquement avec le résultat de chaque vérification ; les spécificités varient selon les nombreux tests.

 

2. Journaux d’essai

 

Ces examens approfondis produisent également des journaux internes dans le logiciel, fournissant de nombreuses informations qu’un membre de l’équipe peut interpréter. Par exemple, les journaux peuvent montrer des signes de stress sur l’application, ou même imprimer des messages d’erreur et des avertissements détaillés. Ces journaux peuvent également indiquer des lignes de code spécifiques – ce type de retour d’information est particulièrement utile pour les développeurs.

 

3. Rapports d’essais

 

Les développeurs finissent par dévoiler un rapport de test complet qui détaille chaque vérification et son résultat ; il s’agit peut-être du résultat le plus important, car ils l’utilisent pour améliorer l’application. Les rapports de test compilent les données susmentionnées dans un format lisible et facilement compréhensible. Ils mettent en évidence les problèmes rencontrés par le logiciel et donnent éventuellement des suggestions sur la manière dont les développeurs peuvent les résoudre.

 

Paramètres courants des tests alpha

tests de charge

Les testeurs utilisent un certain nombre de mesures et de valeurs spécifiques lorsqu’ils effectuent des tests alpha :

 

1. Taux de couverture des tests

 

Le taux de couverture des tests indique l’efficacité avec laquelle les cas de test de l’équipe couvrent les différentes fonctionnalités de l’application, illustrant ainsi l’adéquation de l’assurance qualité. Une couverture d’au moins 60 % est essentielle, mais la plupart des organisations recommandent une couverture de 70 à 80 %, car une couverture totale est difficile à atteindre.

 

2. Score sur l’échelle de convivialité du système

 

L’échelle d’utilisabilité des systèmes tente de quantifier les éléments subjectifs de l’utilisabilité et vérifie la complexité de l’application, y compris la qualité de l’intégration de ses fonctionnalités. Il s’agit généralement d’un questionnaire dont le résultat est une note SUS sur 100.

 

3. Nombre de tests réussis

 

Cette mesure donne à l’équipe chargée des tests une idée de l’état de santé du logiciel, ainsi que de son aptitude à être diffusé publiquement ou à être testé en version bêta. Le fait de savoir combien de contrôles une application peut passer – sous la forme d’un nombre, d’une fraction ou d’un pourcentage – aide les testeurs à déterminer les composants qui ont besoin d’un soutien supplémentaire.

 

4. Temps de réponse maximal

 

Les testeurs alpha étudient généralement le temps de réponse d’un programme, c’est-à-dire le temps qu’il faut à l’application pour répondre à la demande d’un utilisateur. Une fois ces vérifications effectuées, l’équipe examine le temps de réponse maximal possible pour déterminer s’il est trop long pour les utilisateurs.

 

5. Densité des défauts

 

Il s’agit de la quantité moyenne de bogues ou d’autres problèmes présents dans l’application par module individuel. L’objectif de l’établissement de la densité de défauts est similaire au nombre de tests réussis, indiquant l’état d’une application logicielle et si elle est prête à être diffusée.

 

6. Durée totale du test

 

Le temps en général est une mesure particulièrement importante pour les tests alpha, car cette étape peut prendre plus de temps que d’autres processus d’assurance qualité. Les membres de l’équipe doivent s’efforcer de réduire ce paramètre dans la mesure du possible afin d’accroître leur efficacité et de surmonter les goulets d’étranglement en matière de tests.

 

Types d’erreurs et de bogues détectés

par le biais d’un test alpha

zaptest-runtime-error.png

Voici les principaux problèmes que les tests alpha peuvent aider à détecter :

 

1. Caractéristiques inopérantes

 

Axé sur la fonctionnalité, le test alpha permet souvent de découvrir des problèmes liés aux fonctionnalités de l’application et à la manière dont l’utilisateur peut interagir avec elles. Si une fonction clé ne fonctionne pas, l’équipe de développement doit y remédier dès que possible.

 

2. Crash du système

 

Selon la gravité de l’erreur, le programme entier peut se bloquer en réponse à une entrée inattendue. Les bogues peuvent même entraîner des retards dans la publication du logiciel, le temps que les développeurs s’efforcent d’éviter que ces pannes ne se reproduisent.

 

3. Erreurs de frappe

 

L’évaluation de la facilité d’utilisation du programme comprend la vérification des éléments de conception afin de s’assurer que tout est satisfaisant pour les utilisateurs finaux. Même une coquille mineure peut influencer leur opinion sur le logiciel, c’est pourquoi les testeurs alpha doivent vérifier qu’il n’y en a pas avant la publication.

 

4. Incompatibilité matérielle

 

Les tests alpha permettent également de vérifier si une application est compatible avec les plates-formes prévues, telles que les différents systèmes d’exploitation. Les développeurs doivent résoudre les problèmes d’incompatibilité inattendus afin de permettre à un plus grand nombre d’utilisateurs d’accéder à leurs applications.

 

5. Fuites de mémoire

 

Un programme instable se manifeste généralement peu de temps après le début des tests alpha, utilisant potentiellement une plus grande partie de la mémoire vive de l’appareil, ce qui ralentit le programme. La correction de cette erreur permet à l’application de devenir beaucoup plus stable pour les futurs utilisateurs.

 

6. Indexation incorrecte de la base de données

 

La base de données du logiciel peut rencontrer un certain nombre de problèmes, tels que des blocages et des dysfonctionnements de l’index – ce qui signifie que le logiciel ne peut pas répondre aux demandes de l’utilisateur. Cela ralentit considérablement la base de données, ce qui augmente le temps de réponse maximal.

 

Exemples de tests alpha

poste d'automatisation des tests de logiciels

Voici trois exemples de tests alpha pour diverses applications :

 

1. Logiciel de gestion de la relation client

 

Les logiciels de gestion de la relation client comprennent des informations complètes sur les clients et les partenaires commerciaux, qu’ils stockent généralement dans une base de données. Les testeurs alpha peuvent l’examiner pour s’assurer qu’il fournit les bonnes données, même en cas de forte charge et avec un temps de réponse adéquat.

Les testeurs vérifient également comment cette application réagit à la création – et même à la suppression – de nouvelles entrées.

 

2. Boutique de commerce électronique

 

Les sites web et les applications web nécessitent également d’importants tests alpha. Dans ce cas, les membres de l’équipe chargée de l’assurance qualité parcourent le site en long et en large et s’assurent que toutes les fonctions fonctionnent, y compris le paiement.

S’il y a des erreurs majeures ou même mineures tout au long du processus, les utilisateurs risquent d’abandonner leur panier ; il est donc essentiel que les testeurs informent les développeurs de ces problèmes.

 

3. Jeu vidéo

 

Les jeux vidéo sont une autre forme de logiciel qui nécessite de longs tests alpha. Le personnel d’assurance qualité interne parcourt chaque niveau à plusieurs reprises, en effectuant des actions attendues et inattendues pour tester la façon dont l’application réagit.

Par exemple, les personnages IA peuvent être incapables de se déplacer dans leur environnement, les textures peuvent ne pas s’afficher correctement et le jeu peut se bloquer en cas d’utilisation d’une carte graphique non prise en charge.

 

Tests alpha manuels ou automatisés ?

vision par ordinateur pour les tests de logiciels

L’automatisation est souvent une approche intéressante à adopter lors de la réalisation de tests alpha, car elle permet à l’équipe de gagner du temps et de l’argent. Cette stratégie limite la prévalence de l’erreur humaine et garantit la cohérence et la précision de chaque test. La vitesse accrue de l’automatisation améliore également la couverture globale, ce qui permet aux testeurs d’inspecter davantage de fonctions.

Les entreprises peuvent mettre en œuvre l’automatisation des processus robotisés afin d’accroître les avantages ; cette méthode fait appel à des robots logiciels intelligents qui permettent de personnaliser davantage les tests.

Cependant, dans certaines situations, les tests manuels sont plus appropriés ; les tests alpha impliquent généralement l’examen de questions subjectives de convivialité que la plupart des approches automatisées ne peuvent pas prendre en compte. Certaines applications utilisent la vision par ordinateur pour simuler un point de vue humain et évaluer un certain nombre de problèmes de conception d’une manière similaire à celle des utilisateurs finaux.

Dans de nombreux cas, l’efficacité de l’automatisation peut dépendre des caractéristiques spécifiques du programme de test tiers choisi par l’équipe.

 

Meilleures pratiques pour les tests alpha

article sur les tests boîte grise - outils, approches, comparaison avec les tests boîte blanche et boîte noire, outils boîte grise gratuits et d'entreprise.

Voici quelques-unes des meilleures pratiques à suivre par les testeurs alpha :

 

1. S’adapter aux forces des testeurs

 

IS YOUR COMPANY IN NEED OF

ENTERPRISE LEVEL

TASK-AGNOSTIC SOFTWARE AUTOMATION?

Les chefs d’équipe doivent attribuer des contrôles spécifiques sur la base des compétences individuelles des testeurs. Cela permet de s’assurer que ce sont les personnes les plus familières avec les tests d’utilisabilité qui effectuent ces examens, par exemple. En adoptant cette approche, les organisations peuvent améliorer leurs processus de tests alpha, car les testeurs expérimentés sont en mesure d’identifier un plus grand nombre de problèmes affectant le programme.

 

2. Mettre en œuvre l’automatisation à bon escient

 

L’automatisation des tests de logiciels offre de nombreux avantages évidents, quelle que soit la forme spécifique qu’elle prend, et peut effectivement révolutionner l’étape des tests alpha. Toutefois, les entreprises doivent l’utiliser intelligemment, car certains contrôles nécessitent une perspective humaine. L’équipe doit examiner ses propres tests pour décider lesquels bénéficieraient d’une automatisation ou d’un test manuel.

 

3. Création d’une matrice de traçabilité

 

Les alpha testeurs intègrent souvent une matrice de traçabilité dans leur stratégie de test afin d’examiner les liens et les relations entre les différentes vérifications. Elle comprend également l’état d’avancement des travaux et une documentation détaillée sur l’approche globale de l’équipe en matière d’assurance de la qualité. Grâce à une matrice de traçabilité, les testeurs peuvent également concentrer leur attention sur les erreurs qu’ils découvrent.

 

4. Utilisation de différents modèles de matériel

 

Même avec le même système d’exploitation, différents types de matériel et d’architecture peuvent entrer en conflit avec le programme. Cela peut entraîner des pannes et d’autres problèmes graves susceptibles de limiter l’audience du logiciel. Le fait de tester cette application sur plusieurs machines et appareils permet de mettre en évidence les problèmes de compatibilité, ce qui permet aux développeurs de les résoudre avant la publication.

 

5. Effectuer des examens internes des tests

 

Il est essentiel que les entreprises s’assurent que leurs processus de test alpha des logiciels sont robustes et capables de couvrir facilement les principales caractéristiques de chaque programme qu’elles examinent. C’est pourquoi les équipes de test doivent s’engager à améliorer continuellement leur approche – peut-être en mettant l’accent sur une couverture de test élevée afin d’éviter les lacunes dans leur stratégie

.

De quoi avez-vous besoin pour commencer les tests alpha ?

Liste de contrôle des tests logiciels

Voici les principaux prérequis des testeurs alpha avant qu’ils ne commencent leurs vérifications :

 

1. Des testeurs compétents

 

Les tests alpha sont présents dans divers types de développement de logiciels – et les différents programmes nécessitent généralement une série de vérifications sur mesure. Il est essentiel que les entreprises disposent d’équipes d’assurance qualité familiarisées avec les grands principes des tests alpha et capables de vérifier rapidement les applications pour garantir une couverture élevée. Si les nouveaux testeurs peuvent encore apporter beaucoup au processus d’AQ, les membres du personnel qualifiés améliorent généralement encore plus l’approche de l’équipe.

 

2. Planification globale

 

La planification est au cœur de toute stratégie de test alpha réussie, car elle aide l’équipe à budgétiser le temps et les fonds nécessaires à la vérification d’une application. Les développeurs devraient également disposer d’un délai suffisant pour résoudre de nombreux problèmes avant la publication. Les cas de test détaillés sont particulièrement importants car ils permettent d’illustrer les contrôles spécifiques que l’équipe utilisera et la manière dont ils peuvent satisfaire les exigences typiques de l’utilisateur final.

 

3. Logiciel d’automatisation

 

Si une entreprise souhaite automatiser ses tests alpha, une application tierce lui permet d’exécuter plus de tests en moins de temps. Bien qu’il soit tout à fait possible de tester des applications sans ce logiciel, il est souvent vital de garantir une couverture de test élevée dans les délais impartis.

Des options gratuites et payantes sont disponibles, et chacune d’entre elles possède ses propres caractéristiques qui lui permettent de s’adapter au large spectre des tests de logiciels.

 

4. Environnement d’essai stable

 

Un environnement de test sécurisé et stable permet aux membres de l’équipe d’examiner de près le logiciel, à l’abri de toute influence extérieure. Cet environnement ressemble beaucoup à un environnement d’utilisateur final réel, mais il fonctionne comme un bac à sable permettant aux testeurs et aux développeurs de simuler des cas réalistes. Les environnements de test permettent à l’équipe de modifier le logiciel sans impact sur la version réelle, ce qui est encore plus utile pour vérifier les mises à jour de l’application.

 

7 erreurs et pièges dans la mise en œuvre des tests alpha

Comparaison des tests UAT avec les tests de régression et autres

Les principales erreurs que les testeurs alpha doivent éviter sont les suivantes :

 

1. Mauvaise programmation

 

La durée des tests alpha dépend généralement de la complexité du logiciel et il est essentiel que l’équipe chargée de l’assurance qualité planifie en conséquence. Sans une bonne planification, les testeurs risquent de ne pas pouvoir effectuer tous leurs examens avant la fin de cette étape.

 

2. Manque d’adaptabilité

 

Les testeurs doivent se préparer à l’éventualité que le logiciel ait besoin de changements importants pour satisfaire ses utilisateurs – ils doivent être flexibles à chaque test. Par exemple, si l’équipe découvre que ses cas de test sont inadéquats, elle doit les mettre à jour et les exécuter à nouveau.

 

3. Couverture insuffisante

 

Les tests alpha donnent la priorité à la facilité d’utilisation et à la fonctionnalité, ce qui signifie que les cas de test doivent englober entièrement ces parties de l’application. Si l’équipe ne peut pas tester toutes les fonctionnalités de l’application de manière suffisamment approfondie avant la date limite ou la date de sortie de l’entreprise, elle risque de passer à côté de problèmes logiciels graves.

 

4. Automatisation inadéquate

 

Si l’équipe chargée de l’assurance qualité ne met pas correctement en œuvre un logiciel d’automatisation tiers, cela affecte considérablement les tests et leur validité. Une dépendance excessive à l’égard de l’automatisation pourrait les amener à ne pas remarquer de graves problèmes de conception et d’utilisation – seuls certains programmes d’automatisation peuvent s’adapter à une perspective humaine.

 

5. Pas de test bêta

 

Bien que le test alpha soit particulièrement approfondi, il ne teste pas tous les aspects du logiciel ; le test bêta est souvent nécessaire pour assurer une couverture plus large. L’ajout de tests bêta à la stratégie de l’équipe lui montre également comment le public est susceptible d’utiliser son logiciel.

 

6. Négliger les tests de régression

 

Les tests de régression sont essentiels lors des tests alpha de certaines fonctions, en particulier lorsqu’il s’agit de les comparer à des itérations antérieures. Sans ces contrôles, les testeurs sont moins à même de comprendre la raison des nouvelles erreurs et ne peuvent donc pas offrir un retour d’information fiable sur la manière d’y remédier.

 

7. Utilisation de données incompatibles

 

Les données fictives sont essentielles pour un certain nombre de tests alpha, en particulier pour vérifier le fonctionnement de la base de données – de nombreuses équipes de test la remplissent sans s’assurer qu’elle reflète les entrées de l’utilisateur. Seuls des ensembles de données réalistes tenant compte de scénarios pratiques permettent de tester de manière fiable le fonctionnement interne de l’application.

 

5 meilleurs outils de test alpha

les meilleurs outils gratuits et d'entreprise pour l'automatisation des tests logiciels et de la RPA

 

Voici cinq des outils de test alpha les plus efficaces, gratuits ou payants :

 

1. ZAPTEST éditions Free & Enterprise

Les éditions Free et Enterprise de ZAPTEST offrent toutes deux d’énormes capacités de test – y compris l’automatisation complète pour les plateformes web, de bureau et mobiles. ZAPTEST utilise également l’hyperautomatisation, ce qui permet aux organisations d’optimiser intelligemment leur stratégie de test alpha tout au long du processus.

Pour encore plus d’avantages, ce programme met en œuvre la vision par ordinateur, la conversion de documents et l’hébergement de dispositifs dans le nuage. Avec ZAPTEST à la disposition de votre organisation, il est possible d’obtenir un retour sur investissement allant jusqu’à 10 fois.

 

2. Test Lambda

 

LambdaTest est une solution basée sur le cloud qui vise à accélérer le développement sans rogner sur les coûts – elle permet aux testeurs d’examiner la fonctionnalité d’une application sur différents systèmes d’exploitation et navigateurs.

Ce programme de test utilise principalement des scripts Selenium et donne la priorité aux tests sur navigateur, ce qui pourrait limiter sa fonctionnalité pour les utilisateurs, mais il est également capable d’inspecter de près les applications Android et iOS. Toutefois, les utilisateurs signalent également que le logiciel est cher pour son créneau et qu’il offre des options d’automatisation limitées.

 

3. BrowserStack

 

BrowserStack est une autre option qui s’appuie fortement sur des services en nuage. Il comprend un catalogue d’appareils réels qui aide les utilisateurs à exécuter des tests alpha sur plus de 3 000 machines différentes. Il dispose également de journaux complets qui peuvent rationaliser les processus d’enregistrement des défauts et de correction des bogues.

Cette application s’applique principalement aux applications web et mobiles, bien que la couverture qu’elle offre à travers ces programmes soit très utile. La courbe d’apprentissage de BrowserStack est également assez raide, ce qui la rend potentiellement impraticable pour les débutants.

 

4. Témoignage Tricentis

 

Tricentis dispose de plateformes distinctes d’automatisation et de gestion des tests pour une couverture plus large – l’une ou l’autre option est capable d’offrir des tests de bout en bout sur différents appareils et systèmes. Grâce à l’automatisation alimentée par l’IA, Testim est une application efficace qui utilise la compatibilité Agile complète pour optimiser encore davantage les phases de test alpha.

Malgré cette fonctionnalité et l’interface utilisateur intuitive, il n’y a aucun moyen d’annuler certaines actions de test et il y a peu de fonctions de rapport sur l’accessibilité au niveau du script.

 

5. TestRail

 

La plateforme TestRail fonctionne entièrement dans le navigateur pour plus de commodité, ce qui la rend plus adaptable aux exigences actuelles de l’équipe de test. Les listes de tâches intégrées facilitent l’attribution du travail et l’application permet également aux responsables de prévoir avec précision leur charge de travail à venir.

En outre, les rapports du logiciel aident l’équipe à identifier les problèmes liés aux plans de test. Cependant, cette fonction prend généralement beaucoup de temps avec des suites de tests plus importantes et la plateforme elle-même peut parfois être lente.

 

Liste de contrôle, conseils et astuces pour les tests alpha

Qu'est-ce que les tests unitaires ?

Voici d’autres conseils que toute équipe devrait garder à l’esprit tout au long des tests alpha :

 

1. Tester une série de systèmes

 

Quelle que soit la plateforme à laquelle est destinée une application logicielle, il peut y avoir un certain nombre de systèmes et de dispositifs que les utilisateurs finaux peuvent utiliser pour y accéder. Cela signifie que les testeurs doivent examiner la compatibilité du programme sur de nombreuses machines afin de garantir le plus grand nombre possible d’utilisateurs.

 

2. Hiérarchiser judicieusement les composants

 

Certains composants ou caractéristiques peuvent nécessiter plus d’attention que d’autres. Par exemple, ils peuvent interagir avec d’autres fonctions et contribuer de manière significative à la charge globale d’une application. Les équipes doivent trouver un équilibre entre l’étendue et la profondeur qui permette de comprendre la complexité des principaux éléments d’un programme.

 

3. Définir les objectifs des tests

 

Même une équipe d’assurance qualité expérimentée a besoin de se concentrer clairement sur son objectif pour garantir une suite de tests réussie. Les testeurs disposent ainsi d’une structure et de priorités qui les guident lors de chaque contrôle. Une documentation complète est un moyen de s’assurer que l’équipe sait quelle approche adopter.

 

4. Examiner attentivement l’automatisation

 

Si la gestion du temps est primordiale tout au long des tests alpha, l’équipe ne peut pas précipiter le processus de sélection du logiciel d’automatisation. Ils doivent étudier toutes les options disponibles – y compris les applications gratuites et payantes – avant de prendre une décision, car chaque plateforme possède des caractéristiques différentes qui aident l’équipe de manière unique.

 

5. Encourager la communication

 

Les tests alpha sont un processus délicat qui nécessite une collaboration totale entre les testeurs et les développeurs, surtout si les premiers trouvent un problème dans le logiciel. Les chefs d’équipe doivent s’efforcer d’éviter les silos d’information et doivent développer des stratégies de reporting inclusives pour permettre aux testeurs d’informer plus facilement les développeurs de toute erreur.

 

6. Garder le point de vue de l’utilisateur final

 

Bien que les tests bêta se concentrent davantage sur l’expérience de l’utilisateur, les tests alpha doivent toujours garder cela à l’esprit lors de chaque vérification. Il peut y avoir de graves problèmes d’utilisabilité qu’une dépendance excessive à l’égard de l’automatisation et des tests en boîte blanche ne peut pas résoudre – bon nombre de ces vérifications doivent tenir compte de l’utilisateur.

 

Conclusion

types d'essais de performance

Le succès de la stratégie de test alpha d’une entreprise dépend fortement de la manière dont elle la met en œuvre, notamment de la façon dont l’équipe aborde l’automatisation. Les tests alpha doivent constituer une part importante du processus d’assurance qualité d’une entreprise, car c’est le moyen le plus efficace d’identifier les problèmes majeurs et mineurs qui affectent une application.

Les logiciels de test tiers peuvent optimiser encore davantage les tests alpha en termes de rapidité et de couverture. ZAPTEST est une plateforme de test particulièrement utile qui offre beaucoup aux utilisateurs dans ses versions Free et Enterprise, en proposant des fonctionnalités innovantes qui peuvent bénéficier à toute équipe de test.

Download post as PDF

Alex Zap Chernyak

Alex Zap Chernyak

Founder and CEO of ZAPTEST, with 20 years of experience in Software Automation for Testing + RPA processes, and application development. Read Alex Zap Chernyak's full executive profile on Forbes.

Get PDF-file of this post