fbpx

Get your 6-month No-Cost Opt-Out offer for Unlimited Software Automation?

Les tests d’intégration sont un aspect essentiel des tests de logiciels qui visent à évaluer l’efficacité de l’intégration de différentes applications.

La plupart des entreprises contemporaines s’appuient chaque jour sur plusieurs modules logiciels différents. L’intégration permet à ces applications de fonctionner ensemble pour améliorer l’efficacité et rationaliser les flux de travail.

Les tests d’intégration sont importants car une intégration harmonieuse est ce qui rend les modules logiciels efficaces. Lorsque chaque module du logiciel est programmé par un développeur différent qui utilise une logique de programmation entièrement différente, il n’y a aucune raison de penser que des modules séparés s’intégreront sans problème dès le départ.

Les tests d’intégration permettent aux spécialistes de l’informatique d’évaluer le bon fonctionnement des différents modules et de mettre en œuvre des changements pour accroître leur efficacité.

Table des matières

Qu’est-ce qu’un test d’intégration ?

Avantages de la mise en place d'un centre d'excellence en matière de tests. Les tests de performance sont-ils différents des tests fonctionnels ?

Le test d’intégration désigne le processus consistant à tester les interfaces entre deux composants ou modules logiciels afin d’évaluer comment les données sont transférées entre eux.

Les stratégies de test d’intégration permettent aux équipes de développement et aux spécialistes informatiques de détecter les défauts susceptibles d’être introduits lors de l’intégration de deux ou plusieurs modules logiciels, ainsi que d’évaluer l’adéquation et la fonction globales des éléments logiciels combinés.

Les tests d’intégration interviennent généralement après les tests unitaires, qui consistent à tester les modules et les unités individuels. Une fois qu’il a été déterminé que chaque unité fonctionne de manière isolée, les tests d’intégration évaluent comment toutes les unités fonctionnent lorsqu’elles sont combinées.

Les tests d’intégration sont un processus incrémentiel, qui nécessite généralement que les testeurs intègrent les modules un par un et effectuent des tests à chaque étape.

Les tests d’intégration dépendent d’une spécification d’interface bien définie entre les composants à tester. Ces tests doivent être automatisés autant que possible pour pouvoir être exécutés fréquemment, afin de détecter les problèmes à un stade précoce avant qu’ils ne deviennent des problèmes complexes dont la résolution demande du temps et des ressources à un stade ultérieur du développement.

Pourquoi effectuer des tests d’intégration ?

Qu'est-ce qu'un test de charge ?

Les tests d’intégration sont un type de test logiciel qui garantit que tous les composants des applications fonctionnent ensemble comme prévu.

L’objectif des tests d’intégration est de vérifier si l’intégration des différents modules et composants d’une application répond ou non aux exigences de l’utilisateur ainsi qu’aux exigences techniques et de performance de l’organisation.

Voici quelques-unes des raisons pour lesquelles les tests d’intégration de systèmes sont monnaie courante aujourd’hui :

– Des développeurs différents utilisent une logique différente lorsqu’ils développent des modules, même pour une même application logicielle. Les tests d’intégration sont le seul moyen de garantir que des modules séparés fonctionnent ensemble comme ils le devraient.

– Lorsque les données passent d’un module à l’autre, la structure de ces données peut changer et certaines valeurs peuvent être supprimées. Cela peut entraîner des problèmes importants dans le fonctionnement des modules.

– Les modules interagissent avec des outils et des API de tiers. Il est important de tester l’intégration pour s’assurer que les données acceptées par l’API ou l’outil tiers sont correctes et que les réponses générées sont également conformes aux attentes.

– Si un développeur déploie des changements sans effectuer de tests unitaires, les tests d’intégration sont essentiels pour évaluer l’efficacité des changements.

En fin de compte, les tests d’intégration sont nécessaires pour garantir que les applications logicielles multi-modules fonctionnent ensemble comme prévu, répondent aux exigences des utilisateurs et respectent les spécifications techniques définies au début d’un projet.

Les avantages des tests d’intégration

Qu'est-ce que les tests unitaires ?

Il y a de nombreux avantages à effectuer des tests d’intégration immédiatement après les tests unitaires des modules logiciels.

Les tests d’intégration peuvent aider les équipes de développement à identifier et à résoudre les problèmes à un stade précoce et à maximiser les performances des applications et la satisfaction des utilisateurs de manière efficace et efficiente.

1. Identifier les problèmes d’intégration entre les modules

Les tests d’intégration constituent le moyen le plus précis et le plus efficace d’identifier les problèmes de communication et d’échange de données entre deux ou plusieurs modules d’une application.

Même si chaque module fonctionne parfaitement de manière isolée, s’ils ne fonctionnent pas harmonieusement ensemble, une application logicielle n’est pas adaptée à son objectif. Cela signifie que les tests d’intégration constituent une étape essentielle du processus de test pour la plupart des équipes logicielles.

2. Plus complet que les tests unitaires

Les tests d’intégration sont plus complets que les tests unitaires car ils permettent de comprendre comment les modules fonctionnent ensemble et séparément.

Les tests unitaires se concentrent sur la plus petite unité de code d’une application, telle qu’une classe ou une méthode, tandis que les tests d’intégration adoptent une approche plus large.

3. Résoudre les bogues rapidement

Les bogues découverts pendant la phase de test d’intégration sont généralement plus faciles à résoudre que les bogues découverts plus tard, pendant les phases de test du système et d’acceptation.

Cela s’explique par le fait que les tests d’intégration portent sur moins de modules à la fois, impliquant moins de variables.
En outre, lorsqu’un bogue est découvert pendant les tests d’intégration, il peut être corrigé alors que les composants sont encore frais dans l’esprit des développeurs et des testeurs.

4. Améliorer la couverture et la fiabilité des tests

Les tests d’intégration améliorent la couverture des tests et apportent un niveau supplémentaire de fiabilité aux modules et aux applications logicielles.

Les tests d’intégration sont capables d’identifier des bogues qui sont plus difficiles à détecter lors des tests unitaires.

Les tests d’intégration permettent également d’identifier les éventuelles lacunes, ou les fonctionnalités manquantes, entre les différents composants logiciels avant les tests du système.

Défis et limites des tests d’intégration

défis des tests de charge

Les tests d’intégration sont une étape essentielle pour la plupart des équipes de développement, mais cela ne signifie pas qu’ils soient parfaits à 100 %. Il s’agit d’un processus complexe qui peut prendre du temps, ce qui signifie qu’il est essentiel de planifier et de coordonner soigneusement les tests d’intégration, en impliquant les départements concernés si nécessaire.

Les tests d’intégration peuvent être particulièrement difficiles lorsqu’on travaille sur des projets agiles, où le développement de plusieurs fonctionnalités à la fois est standard.

Les tests d’intégration peuvent poser de nombreux défis aux équipes logicielles, dont certains sont abordés ci-dessous.

1. Les tests d’intégration sont gourmands en ressources

Les tests d’intégration sont gourmands en ressources. Ils peuvent impliquer l’exécution simultanée de plusieurs tests différents sur plusieurs copies du code ou des données de production.

En outre, il faut veiller à ce que chaque test n’ait pas d’impact négatif sur les performances en soi ou n’interfère pas avec d’autres tests en cours d’exécution dans des threads parallèles. Cette dépendance à l’égard de diverses ressources peut accroître la complexité d’une suite de tests et rendre difficile la reproduction cohérente des résultats dans les étapes ultérieures du développement.

2. Il est difficile d’exécuter

Les tests d’intégration peuvent être un processus complexe, surtout lorsqu’il s’agit de tester l’intégration de nombreux systèmes différents, notamment des bases de données, des plates-formes et des environnements.

En plus d’être gourmands en ressources, les tests d’intégration exigent de l’expérience et des compétences techniques, ainsi qu’une bonne compréhension des buts et objectifs du projet.

Il s’agit de l’un des types de tests les plus intensifs que les équipes logicielles réalisent, notamment lorsqu’elles optent pour des tests d’intégration manuels par opposition à des tests automatisés.

3. Les tests d’intégration prennent du temps

Un autre problème lié aux tests d’intégration manuels est le temps qu’ils prennent.

Les tests manuels sont effectués par incréments, les testeurs ajoutant chaque nouveau module un par un et testant la fonctionnalité et les performances de chaque module à chaque étape du processus de test.

Cela prend du temps, et pour certaines équipes de développement, cela peut donner l’impression qu’elles n’ont pas de temps à perdre, surtout si les premiers tests n’indiquent aucun problème.

4. Les corrections ne sont pas toujours faciles

L’un des défis les plus difficiles auxquels les équipes de développement sont confrontées au cours du processus de test d’intégration est sans doute l’étape de la résolution des problèmes qui surviennent pendant les tests.

Cela peut s’avérer particulièrement difficile lorsque l’on travaille avec des systèmes existants, qui peuvent être très difficiles à intégrer à des applications plus modernes. Des changements réussis garantissent que les deux systèmes fonctionnent correctement en conjonction l’un avec l’autre et que l’influence de l’un des systèmes ne crée pas de problèmes pour l’autre. Atteindre cet objectif n’est pas facile.

Types de tests d’intégration

Qu'est-ce que les tests unitaires ?

Il existe différentes façons d’aborder les tests d’intégration, chacune ayant ses propres avantages et inconvénients. Le type de test d’intégration le plus approprié pour une équipe ou un projet dépend des exigences du projet.

De manière générale, il est possible de séparer les tests d’intégration en deux catégories principales : les tests d’intégration incrémentaux et les tests d’intégration “big bang”.

Les tests d’intégration incrémentaux sont le type de test le plus courant, mais certaines équipes optent pour des tests ” big bang ” lorsqu’elles travaillent sur de petits projets.

1. Tests d’intégration incrémentaux

Les tests d’intégration incrémentaux consistent à tester les modules du logiciel un par un. L’approche incrémentielle est populaire car elle permet aux équipes de développement de tester les défauts par étapes, chacune étant divisée en petites unités. Cela facilite l’identification et la localisation des bogues lorsqu’ils surviennent et accélère le processus de correction des bogues.

Les tests d’intégration incrémentaux utilisent des stubs et des pilotes pour mettre en place la transmission. Il s’agit de programmes dupliqués qui émulent efficacement la communication entre deux modules.

Il existe trois approches différentes des tests d’intégration, chacune d’entre elles étant expliquée ci-dessous : les tests d’intégration descendants, les tests d’intégration ascendants et les tests d’intégration en sandwich.

2. Tests d’intégration “big bang

Les tests d’intégration “big bang” sont un type de tests d’intégration que les équipes logicielles ne peuvent réaliser qu’après le développement de tous les modules individuels.

Lors d’un test big bang, tous les modules sont couplés pour former un seul système logiciel et testés simultanément, contrairement à la structure un par un des tests d’intégration incrémentaux.

Les tests d’intégration de type “big bang” conviennent aux petits systèmes où, en cas de bogue, il y a moins de place pour la confusion quant à l’emplacement et à la cause du bogue.

Le principal inconvénient du big bang des tests d’intégration est que, pendant le déroulement des tests, certaines ressources de l’équipe seront improductives car il faut attendre que tous les modules soient développés avant de pouvoir commencer les tests. Cela signifie que les tests big bang ne sont pas toujours la méthode de test la plus efficace et la plus rapide, même s’ils permettent à certaines équipes de gagner du temps à long terme.

Approches des tests d’intégration incrémentaux

qu'est-ce que l'automatisation des tests logiciels

Il existe trois approches distinctes des tests d’intégration incrémentaux. Chacune de ces approches comporte ses propres avantages et inconvénients, et il est important pour les équipes de développement d’identifier l’approche qui fonctionnera le mieux pour leur projet avant de commencer les tests.

Les approches les plus populaires dans les tests d’intégration incrémentaux sont les tests descendants, les tests ascendants et les tests en sandwich.

Examinons individuellement chacun de ces types de tests d’intégration.

1. Test d’intégration descendant

L’intégration descendante est une approche de test dans laquelle le test d’intégration est effectué du haut de la pile du système à travers chaque couche de l’architecture logicielle. Le flux de contrôle du test se déplace du haut vers le bas, en commençant par l’interface utilisateur (IU) et en terminant par la base de données du logiciel.

Cette méthode de test d’intégration convient aussi bien aux applications web qu’aux architectures logicielles à couches multiples.

L’avantage d’utiliser l’approche de test d’intégration descendante est qu’elle est relativement simple à mettre en œuvre et qu’elle dépend peu des autres parties de votre application.

IS YOUR COMPANY IN NEED OF

ENTERPRISE LEVEL

TASK-AGNOSTIC SOFTWARE AUTOMATION?

L’approche descendante utilise des stubs, qui sont généralement plus faciles à mettre en œuvre que les pilotes. La nature simple et incrémentielle de l’approche descendante permet d’identifier rapidement les erreurs d’interface, bien que certains détracteurs de ce module affirment qu’il en résulte un test inadéquat des modules de niveau inférieur.

2. Tests d’intégration ascendants

 

Les tests d’intégration ascendants sont un processus dans lequel les composants individuels sont testés et intégrés en partant du module le plus bas de l’architecture et en remontant vers le haut.

Les tests d’intégration ascendants permettent aux équipes de commencer les tests lorsque les modules de haut niveau sont encore en cours de développement.

Cette approche est le plus souvent utilisée lorsque les équipes tentent d’intégrer des composants prêts à l’emploi à des produits existants.

Les tests d’intégration ascendants ont un taux de réussite élevé et constituent une forme relativement rapide et efficace de tests d’intégration. Comme les tests d’intégration ascendants testent d’abord les modules inférieurs, les équipes de test peuvent s’assurer que les modèles les plus importants et les plus fondamentaux d’une application fonctionnent bien ensemble avant de passer aux tests des modules de niveau supérieur.

L’un des principaux inconvénients des tests ascendants est qu’il est impossible d’observer les fonctions de niveau système avant que le dernier pilote de test ne soit en place.

3. Test d’intégration sandwich

Les tests d’intégration sandwich sont une méthodologie qui combine les approches des tests descendants et ascendants.

Dans les tests d’intégration en sandwich, un système est séparé en trois couches : une couche intermédiaire, une couche supérieure et une couche inférieure. Les testeurs commencent à tester les modules à partir de la couche intermédiaire et poursuivent vers le haut et vers le bas, en s’assurant que les modules de niveau supérieur et inférieur sont prioritaires. Les tests d’intégration Sandwich utilisent à la fois les stubs et les pilotes pour tester les modules à tous les niveaux.

Les tests d’intégration sandwich sont particulièrement utiles dans le cas de projets à grande échelle qui peuvent être divisés en plusieurs sous-projets, ou pour tester des modules logiciels qui sont eux-mêmes extrêmement volumineux.

Cependant, l’essai en sandwich peut prendre énormément de temps. Cette forme de test ne permet pas non plus de tester les modules qui forment des sous-divisions avant l’intégration finale, ce qui peut causer de graves problèmes si ces modules sont négligés.

Que testons-nous dans les tests d’intégration ?

les étapes de la mise en place d'un système robuste de gestion des données d'essai (TDM)

L’objectif des tests d’intégration est de s’assurer qu’il n’y a pas de problèmes de communication ou de transfert de données entre les différents modules travaillant au sein d’une même application.

Les tests d’intégration sont effectués après les tests unitaires et avant les tests d’acceptation, et ils garantissent que toutes les parties d’un système fonctionnent correctement lorsqu’il est assemblé en un tout cohérent.

Le but des tests d’intégration est de tester :

– Si les modules du logiciel fonctionnent bien lorsque vous les intégrez ensemble

– S’il y a des erreurs d’interface dans l’interface d’un logiciel

– Si les modules sont synchronisés et peuvent fonctionner simultanément sans erreur.

– si une application est vulnérable aux défauts de traitement des exceptions

Comment réaliser des tests d’intégration

La frontière entre le cadre d'automatisation et l'outil de test d'automatisation

Les tests d’intégration sont effectués après les tests unitaires. La méthodologie précise pour réaliser les tests d’intégration dépend de votre choix entre les tests incrémentaux et les tests de type “big bang”, et de l’approche que vous adoptez pour vos tests d’intégration.

1. Les étapes pertinentes de tout test d’intégration sont :

– Préparer un plan de test d’intégration

– Décidez de l’approche que vous allez adopter pour les tests.

– Concevoir des cas de test, des scénarios de test et des scripts de test.

– Déployer les modules choisis ensemble et exécuter vos tests

– Suivre les bogues identifiés et enregistrer les résultats des tests

– Corriger les bogues et mettre en œuvre les changements

– Répétez les étapes ci-dessus jusqu’à ce que vos tests soient terminés.

L’étape la plus complexe de ce processus de test est sans doute la création d’un plan de test d’intégration. Il est essentiel de comprendre ce qu’est un plan de test d’intégration et comment en créer un avant de commencer les tests d’intégration.

2. Créer un plan de test d’intégration

La première étape de l’exécution des tests d’intégration consiste toujours à créer un plan de test d’intégration complet. Un plan de test d’intégration contient des cas de test, des scénarios et des détails sur l’environnement, et décrit comment les tests d’intégration seront effectués.

Un plan de test est clair, détaillé et facile à suivre, détaillant efficacement tous les aspects d’un test d’intégration pour toutes les parties concernées et les intervenants.

Objectif et champ d’application

Le plan de test définit l’objectif et la portée de votre test d’intégration, en indiquant quels composants logiciels vous testez et ce que vous testez.
La plupart des projets de tests d’intégration comportent des sections relativement courtes décrivant l’objectif et la portée, mais celles-ci sont toujours utiles comme outils de référence pour les membres du personnel impliqués dans le processus de test.

Plan de test d’intégration

La section du plan de test de votre document décrit ce que vous testez et comment.

Cette partie de votre plan de test doit détailler les modules que vous testez, et les fonctionnalités spécifiques que vous prévoyez de tester. Il décrit également l’ordre des tests d’intégration si vous utilisez une approche de test incrémentielle.

Le plan de test peut également décrire les livrables de test qui sont nécessaires avant, pendant et après les tests d’intégration. Cette section décrit également les tâches nécessaires aux essais et les besoins environnementaux spécifiques à prendre en compte pendant le processus d’essai.

Spécifications des cas de test d’intégration

Les spécifications des cas de test exposent tous les tests individuels entre les modules et décrivent les spécifications d’entrée, les spécifications de sortie et les besoins environnementaux pour chaque test.

Cette section du plan de test d’intégration doit être claire, concise et sans ambiguïté, afin que les membres du personnel puissent facilement suivre les cas de test définis sans avoir à prendre de décision.

Procédures de test d’intégration

La section des procédures de test du plan de test décrit toutes les procédures que vous utiliserez dans votre test d’intégration, ainsi que l’objectif de chaque procédure et les étapes à suivre.

Avec les spécifications des cas de test et le plan de test, cette section doit aider les parties prenantes et les testeurs à comprendre exactement comment chaque test d’intégration doit être réalisé.

Résultats des tests d’intégration

Laissez un espace à la fin d’un plan de test pour enregistrer les résultats des tests une fois les tests d’intégration terminés.

Pour chaque cas de test décrit précédemment, indiquez la date à laquelle le test a eu lieu et les détails des résultats du test, conformément aux objectifs de chaque test décrit.

Critères d’entrée et de sortie pour les tests d’intégration

Quels types de processus automatiser avec les tests logiciels pour l'interface utilisateur ?

Les critères d’entrée et de sortie des tests d’intégration définissent quand il est possible de commencer les tests d’intégration et quand les tests d’intégration sont complètement terminés.

Critères d’entrée

– Le document du plan de test d’intégration est signé

– Les cas de test d’intégration sont entièrement préparés

– Les données de test ont été créées

– Les tests unitaires de tous les modules sont terminés

– Les défauts critiques et hautement prioritaires ont été corrigés.

– L’environnement de test est prêt pour l’intégration

Critères de sortie

– Tous les tests d’intégration sont terminés

– Tous les défauts critiques et prioritaires ont été fermés

– Le rapport d’essai a été préparé

Cas de test d’intégration

Lorsque vous rédigez un plan de test d’intégration, vous incluez des cas de test d’intégration dans ce document.

Les cas de test d’intégration se concentrent sur l’interface entre deux modules, y compris les liens intégrés et le transfert de données entre les modules ou les systèmes.

1. Qu’est-ce qu’un cas de test d’intégration ?

Un cas de test d’intégration est un ensemble particulier d’instructions qui décrit un test entre deux ou plusieurs modules dans le cadre d’un test d’intégration.

Le scénario de test définit l’objectif de chaque test d’intégration, une description de la manière d’effectuer ce test et les détails du résultat souhaité.

La plupart des projets de tests d’intégration impliquent une longue liste de cas de tests à réaliser sur les différents modules d’une application logicielle.

2. Choses à garder à l’esprit lors de l’écriture de cas de test d’intégration

Lorsque vous rédigez des cas de test d’intégration pour un document de plan de test, tenez compte des conseils suivants :

– Les cas de test d’intégration doivent être écrits du point de vue de l’utilisateur.

– Rédiger des cas de test pour toutes les fonctionnalités de l’interface

– N’oubliez pas les éléments de l’interface utilisateur qui pourraient être affectés par des changements dans une autre partie de votre système.

– Rédiger les cas de test dans un langage clair et facilement compréhensible par l’ensemble de l’équipe de test.

– Garder la documentation pertinente du projet à proximité lors de l’écriture des cas de test

Exemples de tests d’intégration

Les exemples de tests d’intégration sont un moyen efficace d’illustrer les processus impliqués dans un test d’intégration typique.

Vous trouverez ci-dessous deux exemples de tests d’intégration et la manière dont une équipe de test pourrait les aborder.

Premier exemple : Logiciel d’achat en ligne

On demande à une société informatique de créer une application d’achat en ligne pour un site Web qui vend des articles de sport. Les modules codés pour l’application comprennent des modules sur l’enregistrement des utilisateurs, la facturation et les paiements. Après que chaque module a été développé séparément, des tests unitaires sont effectués pour s’assurer que chaque module fonctionne comme il le devrait. Après les tests unitaires, les tests d’intégration ont lieu.

Un plan de test d’intégration est rédigé et contient un certain nombre de cas de test qui décrivent les fonctionnalités à tester et la manière de le faire.

Voici un exemple de cas de test dans ce document :

ID du cas d’essai : 1
Objectif du scénario de test :

Vérifiez le lien d’interface entre les modules de connexion et de caisse.

Description du cas de test :

Saisissez vos données de connexion, ajoutez des articles au panier et passez à la caisse.

Résultat souhaité du scénario de test :

Les articles du panier sont conservés, les paiements sont effectués et la procédure de paiement se termine avec succès.

Une fois que l’équipe de test a exécuté tous les cas de test d’intégration énumérés dans le plan de test, les bogues identifiés ont été corrigés et le rapport de test a été rédigé.

Deuxième exemple : Plate-forme de communication en ligne

Une société informatique est invitée à créer une plateforme de médias sociaux interne pouvant être utilisée pour la communication entre collègues et membres du personnel au sein d’une organisation.

Les modules codés pour l’application comprennent des modules sur l’enregistrement des utilisateurs, la boîte aux lettres et les forums.

IS YOUR COMPANY IN NEED OF

ENTERPRISE LEVEL

TASK-AGNOSTIC SOFTWARE AUTOMATION?

Voici un exemple de cas de test qui pourrait être inclus dans le plan de test d’intégration pour ce projet :

ID du cas d’essai : 1

Objectif du scénario de test :

Testez le lien d’interface entre les modules d’ouverture de session et de boîte aux lettres.

Description du cas de test :

Entrez les informations de connexion et cliquez sur connexion, vérifiez la boîte aux lettres.

Résultat souhaité du scénario de test :

Mailbox dirige l’utilisateur vers sa boîte aux lettres personnelle, où se trouve tout le courrier.

Si le résultat souhaité n’est pas atteint, l’équipe de test signale un défaut qui peut ensuite être corrigé lors du développement avant la fin du rapport de test.

Meilleures pratiques en matière de tests d’intégration

les étapes de RPA et des tests unitaires

Le respect des meilleures pratiques lors de la réalisation des tests d’intégration peut aider les équipes de test à accroître la précision de leurs tests et à garantir qu’aucun défaut grave ou prioritaire ne soit négligé.

1. Déterminer correctement les données d’essai

Il est essentiel que les données de test soient exactes pour créer des scénarios de test pertinents qui pourront être réutilisés à l’avenir.

2. Identifier les unités critiques avant les tests d’intégration

En identifiant les unités les plus critiques de votre application logicielle avant les tests, il est facile de concentrer davantage d’efforts sur les modules critiques, surtout si les ressources sont faibles.

3. Utiliser un outil d’automatisation

L’utilisation d’un logiciel d’automatisation des tests d’intégration permet de gagner du temps et de l’argent et facilite la réalisation de tests d’intégration complets, même avec relativement peu de ressources.

4. Effectuez des tests sur tous les appareils concernés

Si votre logiciel est censé fonctionner sur plusieurs appareils, notamment des PC, des tablettes et des smartphones, effectuez des tests d’intégration approfondis sur tous les appareils avant de signer le logiciel.

Liste de contrôle pour la mise en œuvre des tests d’intégration

Liste de contrôle des tests logiciels

Avant de commencer les tests d’intégration, vérifiez d’abord que vous avez effectué tous les éléments de cette liste de contrôle.

– Créer un environnement de test approprié

– Choisir une méthode d’essai

– Définir la portée des tests

– Rédiger un plan de test complet

– Définir des cas de test détaillés

– Identifier les objectifs et les résultats attendus

– Définir les critères d’entrée et de sortie des tests

– Définir un processus de triage des problèmes à utiliser lorsque des problèmes surviennent.

– Établir un plan de communication entre les équipes

Outils de test d’intégration

Outils de test d'intégration

L’utilisation d’outils de test d’intégration automatisés peut rendre les tests d’intégration plus simples, plus efficaces et moins chronophages, en particulier pour les équipes de test qui sont déjà surchargées.

Les outils de test d’intégration peuvent automatiser une partie ou l’ensemble du processus de test et offrent des fonctionnalités telles que la journalisation et la surveillance automatisées, la création automatisée de cas de test et l’analyse et le rapport des résultats de test.

Les outils d’automatisation des tests d’intégration sont disponibles en ligne gratuitement ou dans le cadre de modèles d’entreprise payants. Les outils de test, qu’ils soient gratuits ou professionnels, présentent des avantages et des limites. Le choix de l’outil le plus adapté à votre organisation dépend en fin de compte des besoins de votre équipe et des ressources dont vous disposez.

1. Outils gratuits de test d’intégration

Des outils gratuits de test d’intégration peuvent être téléchargés en ligne sur le web. Les outils gratuits sont proposés par des éditeurs de logiciels qui souhaitent soit accroître leur visibilité en offrant des applications gratuites, soit gagner de l’argent grâce aux achats in-app.

Voici quelques-uns des avantages d’opter pour des outils de test gratuits :

– S’ils ne sont pas utiles à votre organisation, vous n’avez pas perdu d’argent.

– Des outils gratuits sont disponibles pour vous aider dans presque tous les aspects des tests d’intégration.

Parmi les inconvénients des outils de test d’intégration gratuits, citons les suivants :

– Vous pouvez perdre beaucoup de temps à chercher les meilleurs outils.

– La qualité de la plupart des outils gratuits est difficile à vérifier.

– La plupart des outils gratuits sont limités en termes d’assistance et de capacités.

– Les outils gratuits peuvent comporter des fonctions supplémentaires payantes.

– Les outils gratuits peuvent vous obliger à vous inscrire auprès du vendeur et à accepter de partager vos données.

2. Outils de test d’intégration d’entreprise

Les outils de test d’intégration d’entreprise tels que ZAPTEST constituent une option plus coûteuse, mais ils offrent des fonctions plus avancées, plus puissantes et plus évolutives.

Les outils de test d’intégration d’entreprise offrent des options de personnalisation supérieures et sont soutenus par une assistance professionnelle de la part du fournisseur du logiciel.

Voici quelques-uns des avantages de l’utilisation d’outils de test d’intégration d’entreprise :

– Personnalisez vos fonctionnalités en fonction des besoins et des flux de travail de votre organisation.

– Les logiciels d’entreprise offrent une sécurité des données supérieure

– Plus d’évolutivité incluse dans le logiciel

– Les logiciels d’entreprise offrent une qualité et des performances vérifiables

– Comprend généralement le soutien technique et le dépannage

Les principales limites des logiciels de test d’entreprise sont les suivantes :

– Tous les logiciels d’entreprise ne correspondent pas exactement à ce que vous recherchez… certains outils, comme ZAPTEST, offrent une suite de tests complète avec des options à code faible et à code élevé, tandis que d’autres outils sont loin d’offrir la richesse fonctionnelle requise par une organisation complexe.

– Les logiciels d’entreprise coûtent cher. En outre, contrairement à ZAPTEST, qui offre des licences illimitées pour un prix fixe, la plupart des outils de test d’intégration de niveau entreprise limitent le nombre de licences. Cela signifie qu’à mesure que l’entreprise se développe, les coûts des tests d’intégration augmentent.

3. Quand faut-il utiliser des outils de test d’intégration professionnels ou gratuits ?

Si vous cherchez à savoir si les outils gratuits ou les outils d’entreprise sont les meilleurs choix pour votre organisation, il est important de prendre en compte les besoins de votre équipe et les ressources dont vous disposez.

Suivez les conseils ci-dessous pour prendre la décision qui convient le mieux à votre organisation lorsqu’il s’agit de choisir entre les outils de test d’intégration gratuits et ceux destinés aux entreprises.

– Que peut se permettre votre organisation ? Les outils d’entreprise sont-ils compatibles avec votre budget ?

– Que voulez-vous que les outils de test fassent pour vous, et est-ce que des outils gratuits offrent cette fonctionnalité ?

– Quelle est la capacité de votre équipe, et aura-t-elle besoin d’un soutien technique supplémentaire ?

– Combien une erreur pourrait-elle coûter à votre organisation ?

– Quelle est l’importance de la sécurité des données au sein de votre organisation ?

– Les besoins de votre organisation vont-ils évoluer à l’avenir ?

Si vous n’êtes pas sûr, vous pouvez commencer par essayer des outils de test gratuits avant de passer aux outils d’entreprise plus tard, ou vous pouvez rechercher des outils de test d’entreprise qui offrent des essais gratuits pour tester avant d’acheter. ZAPTEST, par exemple, propose des plans gratuits et payants pour vos besoins en matière de tests d’intégration.

ZAPTEST est une solution d’entreprise pour les tests logiciels automatisés qui peut prendre en charge tous les aspects des tests d’intégration pour votre organisation.

Offrant une fonctionnalité personnalisable qui évolue avec votre entreprise, ZAPTEST est parfait pour les petites, moyennes et grandes entreprises qui souhaitent simplifier les tests d’intégration sans compromettre la qualité. Réservez votre démonstration aujourd’hui pour en savoir plus sur ZAPTEST.

Download post as PDF

Alex Zap Chernyak

Alex Zap Chernyak

Founder and CEO of ZAPTEST, with 20 years of experience in Software Automation for Testing + RPA processes, and application development. Read Alex Zap Chernyak's full executive profile on Forbes.

Get PDF-file of this post