fbpx

Get your 6-month No-Cost Opt-Out offer for Unlimited Software Automation?

Que vous codiez des logiciels pour les membres de votre propre entreprise ou pour une large base de clients, la mise en place de pratiques et de cadres de test corrects, qu’ils soient manuels, automatisés ou hybrides, permet d’obtenir une qualité logicielle constante, une meilleure réputation et une plus grande efficacité.

Selon l’entreprise pour laquelle vous travaillez, une grande partie des tests se fait sous la forme de tests manuels.

Découvrez ce qu’est un test manuel, ce que les entreprises testent à l’aide de tests manuels, ainsi qu’une série d’autres informations importantes sur les processus de test de logiciels.

 

Table des matières

Qu’est-ce qu’un test manuel ?

dissiper certaines confusions dans l'automatisation des tests de logiciels

Le test manuel est un type de test de logiciel dans lequel un cas de test est exécuté manuellement par le testeur sans l’aide d’aucun outil automatisé.

Les entreprises utilisent les tests manuels pour identifier les bogues ou les problèmes dans leurs logiciels. Bien que certains décrivent cette méthode comme une forme simple ou primitive de test, elle permet en fin de compte d’établir la fonctionnalité d’un programme sans nécessiter l’utilisation d’outils de test tiers.

Toutes les formes de tests de logiciels comportent des aspects manuels, car certaines fonctionnalités d’une application sont tout simplement impossibles à tester sans une intervention manuelle.

 

1. Quand devez-vous effectuer des tests manuels ?

 

Les développeurs utilisent les tests manuels à plusieurs stades, le premier étant celui du développement des fonctionnalités de base.

Lorsque la fonctionnalité de base du logiciel est en cours de développement, les développeurs de logiciels vérifient que chaque partie du programme fonctionne manuellement, car cela est plus rapide que de créer des cas de test pour des parties relativement simples du code.

Les tests manuels sont également fréquents aux derniers stades du développement, lorsque l’interface utilisateur d’un programme a été créée. Le test de l’interface utilisateur consiste à voir comment un utilisateur réel réagit à la façon dont les menus sont conçus et dont le système fonctionne.

Étant donné qu’il s’agit de données qualitatives et d’opinions personnelles plutôt que de mesures quantitatives pures, les tests manuels sont l’option idéale pour obtenir un meilleur aperçu du produit.

 

2. Quand il n’est pas nécessaire de faire des tests manuels

 

Il existe quelques cas où l’utilisation de tests manuels prendrait beaucoup plus de temps et d’efforts que nécessaire, le premier étant celui des tests de bases de données.

Les bases de données gèrent de grandes quantités de données et leur saisie manuelle prendrait beaucoup de temps et serait inefficace pour une organisation.

Dans ce cas, l’utilisation de systèmes automatisés est idéale, car ils peuvent traiter de grandes quantités de données en un temps limité.

Les tests manuels sont également moins utiles dans des domaines tels que les tests de charge, où un développeur effectue des tests pour voir comment son logiciel gère des charges importantes d’utilisateurs.

C’est souvent le cas pour les applications en ligne et les programmes avec serveurs qui nécessitent une évaluation approfondie. La réalisation de tests manuels nécessiterait que de nombreuses personnes accèdent à une application en même temps, ce qui peut entraîner des coûts de main-d’œuvre importants pour un service qui peut être réalisé par un système de test logiciel automatisé à un coût beaucoup plus faible.

 

3. Qui est impliqué dans les tests manuels ?

 

Les membres du personnel impliqués dans les tests manuels dépendent de la nature de l’entreprise dans laquelle vous travaillez.

 

Certaines des personnes impliquées dans le processus de test manuel, en plus du type d’équipe de développement dans lequel ces rôles se retrouvent :

 

– Développeur :

 

Un développeur est impliqué en permanence dans le processus, testant la fonctionnalité de base du logiciel et apportant des mises à jour au code en fonction des commentaires des testeurs d’assurance qualité.

Les développeurs effectuent un grand nombre de tests manuels, car ils sont chargés de faire fonctionner les modules à un niveau élevé dès les premières étapes du développement du logiciel.

 

– Testeur AQ

 

Présents dans des équipes plus importantes, les testeurs AQ réalisent exclusivement des tests pour le compte d’une entreprise et veillent à ce que l’application fonctionne conformément aux attentes du client.

Un testeur AQ est principalement important pour les phases de test, d’intégration et de maintenance du développement, prenant en charge les tests manuels des développeurs eux-mêmes qui testent tout au long de la mise en œuvre.

 

– Responsable AQ

 

Dans les plus grandes entreprises de développement, les responsables de l’assurance qualité affectent les testeurs à des tâches et à des domaines spécifiques du projet.

Ils sont également chargés de dresser une liste des tâches à accomplir et de lire les rapports d’essai. Ceci est particulièrement important pour les tests manuels, car la satisfaction du personnel peut donner de bien meilleurs résultats.

 

Que testons-nous avec les tests manuels ?

 

Les tests manuels examinent différents aspects du logiciel, chacun d’entre eux étant plus performant grâce aux défis spécifiques qu’ils posent.

 

Voici quelques-unes des principales caractéristiques pour lesquelles il est avantageux d’utiliser des tests manuels, en plus des raisons pour lesquelles les tests manuels se développent ici :

 

1. Fonctionnalité de base

 

L’une des premières parties du processus de test des logiciels consiste à examiner les fonctionnalités de base d’un logiciel.

À ce stade, un développeur ou un testeur examine l’un des modules fonctionnels du code et évalue s’il fonctionne comme prévu. En raison de la petite taille de ces modules, il vaut la peine de se concentrer sur les tests manuels, car l’automatisation prendrait trop de temps.

Par exemple, dans le cas d’un logiciel de base de données, les testeurs introduisent un élément de données dans la fonction et connaissent déjà le résultat attendu.

Si les deux correspondent, le test est réussi. Les tests effectués à ce stade du processus constituent une base solide pour le reste du travail de l’entreprise.

 

2. Conception de l’interface utilisateur

 

L’interface utilisateur désigne l’interface d’un logiciel, c’est-à-dire les menus, les boutons et l’interactivité mis à la disposition de l’utilisateur.

Le test de l’interface utilisateur se concentre à la fois sur le fonctionnement de l’interface et sur le confort de l’utilisateur, notamment sur la possibilité pour l’utilisateur d’interagir avec toutes les fonctionnalités et sur l’aspect esthétique des menus.

Les tests manuels sont une nécessité à ce stade, car les informations qualitatives telles que l’aspect des interfaces ne sont pas du ressort d’un programme automatisé.

 

3. Test de pénétration

 

Le test de pénétration consiste à tester un logiciel afin de déterminer la facilité avec laquelle un tiers peut y accéder par des moyens illégitimes.

L’automatisation des logiciels consiste à suivre quelques étapes spécifiques et à compléter les processus qui font déjà partie de l’application plutôt que d’explorer de nouveaux domaines, ce qui est indispensable pour les tests de sécurité.

Par exemple, une entreprise peut engager un hacker éthique pour évaluer son logiciel et rechercher toute possibilité pour une partie malveillante d’accéder aux données des utilisateurs.

Cet aspect est de plus en plus important depuis que le GDPR a été promulgué en tant que partie intégrante de la loi dans toute l’Europe.

 

4. Essais exploratoires

 

Les tests exploratoires sont des tests qui ne doivent être effectués qu’une ou deux fois. Leur nom vient du fait qu’ils font partie de l'”exploration” du logiciel à la recherche de caractéristiques ou de bogues inattendus.

Les tests manuels conviennent mieux dans ce cas, car il faut du temps pour écrire le code d’un cas de test, alors qu’une personne entrant manuellement dans le logiciel et l’examinant prendrait moins de temps.

C’est le cas, par exemple, lorsqu’un développeur souhaite vérifier si une certaine fonctionnalité est intégrée correctement, un seul test permettant de vérifier que les données se déplacent correctement dans le programme.

 

Cycle de vie des tests manuels

 

Le cycle de vie des tests manuels comporte plusieurs étapes, les tests manuels étant utilisés pour examiner un large éventail d’aspects d’un logiciel.

 

Voici quelques-unes des étapes du cycle de vie des tests manuels :

 

– Planification

 

Planifiez une série de tests, ce qui implique d’évaluer les exigences de l’application, les tests spécifiques à réaliser et la version sur laquelle vous testez le logiciel.

Cette étape consiste à rédiger les cas de test qu’un testeur manuel devra réaliser et à créer un environnement de test. Soyez minutieux afin d’éviter que les testeurs manuels n’effectuent accidentellement les tests de différentes manières.

 

– Test :

 

Complétez les tests. Il s’agit de passer en revue les cas de test plusieurs fois pour obtenir des données cohérentes et de noter toutes les informations obtenues.

Si vous vous écartez du cas de test, notez comment et pourquoi. La variation est plus fréquente dans les tests de bout en bout, mais tous les tests manuels peuvent connaître des différences dans la façon de travailler d’un testeur.

 

– Analyse :

 

Analysez tous les résultats que vous avez reçus des tests. Il s’agit notamment d’identifier les erreurs dans le logiciel et les causes potentielles des problèmes.

Allez au-delà de la simple fonctionnalité et intégrez des informations qualitatives telles que la conception de l’application.

Les informations qualitatives se développent particulièrement dans les tests manuels, les testeurs générant des données descriptives qui informent les développeurs d’ajustements infimes qui améliorent considérablement l’expérience d’une personne avec une application.

 

– Mise en œuvre :

 

Utiliser les rapports précédents pour mettre en œuvre une série de changements. Ce processus peut être long en fonction des changements, les développeurs expérimentant avec le code pour apporter une solution aux bogues qui existaient dans les versions précédentes.

Lors des tests manuels, les développeurs bénéficient d’un avantage supplémentaire en discutant de tous les changements avec un testeur. Cela permet aux deux parties de bien comprendre ce qui doit être ajusté et comment il peut l’être, qu’il s’agisse d’une modification fonctionnelle ou conceptuelle.

 

– Redémarrer la planification :

 

Pendant que les développeurs mettent au point un correctif pour les problèmes rencontrés lors des tests précédents, planifiez la prochaine série de tests. Il s’agit notamment de tester les dernières mises à jour et de tenter de recréer les bogues présents dans la dernière version.

L’existence de ce cycle constant de tests signifie que le logiciel est toujours amélioré et jamais statique. Les tests manuels peuvent donner l’impression de prendre beaucoup de temps, mais la flexibilité et la continuité qu’ils offrent avec des tests répétés permettent un retour sur investissement significatif.

 

Avantages des tests manuels

 

L’utilisation de tests manuels dans une entreprise de développement de logiciels présente de nombreux avantages, allant de la qualité du logiciel lui-même à la manière dont le projet affecte les finances de l’entreprise.

 

Voici quelques-uns des avantages de l’utilisation des tests manuels dans une entreprise :

 

1. Une plus grande flexibilité

 

Pour réaliser l’automatisation des tests, il faut qu’un analyste AQ entre dans un logiciel et code un scénario de test, qui suit un ensemble précis d’étapes à chaque fois.

Bien que cela soit parfois bénéfique, un testeur humain peut passer par un processus et remarquer quelque chose qui n’est pas à sa place avant d’enquêter et sans avoir à modifier une ligne de code.

Cela augmente considérablement la flexibilité de vos tests et vous permet de découvrir des problèmes dans votre programme qui seraient autrement passés inaperçus, ce qui vous donne une plus grande possibilité de les résoudre.

 

2. Informations qualitatives

 

Les informations qualitatives font référence à des informations qui décrivent quelque chose, et c’est un type d’information que les testeurs humains peuvent offrir à une équipe de développeurs.

Un testeur manuel peut faire savoir à l’entreprise si un certain menu semble “lourd” et expliquer pourquoi, alors qu’un programme d’automatisation ne serait pas en mesure d’offrir cette information à un développeur.

Cela signifie qu’en intégrant des tests manuels dans leurs flux de travail, les entreprises peuvent améliorer de manière significative la qualité de l’application, alors qu’elles auraient du mal à le faire si elles utilisaient exclusivement l’automatisation des tests dans leurs processus.

 

3. Pas de limitation par l’environnement

 

Les tests d’automatisation reposent sur l’utilisation d’une plateforme existante, dont certaines ont des limites relativement strictes.

Les limites auxquelles sont confrontées certaines plateformes (mais pas toutes) comprennent l’impossibilité de travailler avec des plateformes telles que Linux, l’impossibilité de travailler avec un certain langage de codage et l’impossibilité de traiter un nombre déterminé de tâches.

Lorsque vous travaillez avec des personnes dans le cadre de vos processus de test, ces limites disparaissent effectivement. Vous n’êtes limité que par les compétences de vos testeurs manuels et non par des problèmes techniques.

Cela vous permet de créer une stratégie de test qui examine un programme de manière plus approfondie sans avoir à faire de compromis.

 

4. Permet de tester la convivialité

 

Le test d’utilisabilité est le type de test qui permet d’évaluer si un logiciel est “utilisable”, y compris la façon dont il se présente et se sent pour l’utilisateur final.

Ce type de test ne se limite pas à évaluer littéralement si une fonction peut être utilisée, mais examine si quelqu’un choisirait de l’utiliser plutôt que des produits concurrents.

La mise en œuvre de tests manuels de convivialité permet aux entreprises d’avoir une meilleure vision et de procéder à des ajustements qui rendent l’application plus compétitive, ce que l’automatisation ne peut pas offrir aux équipes de développement.

 

Les défis des tests manuels

 

Comme pour tout type de processus en tant que développeur, l’utilisation des tests manuels en tant qu’outil d’assurance qualité présente quelques difficultés.

En étant conscient de ces défis, vous pouvez adapter la technique que vous utilisez lorsque vous testez un logiciel manuellement, en évitant que ces questions ne causent de graves problèmes et en augmentant la qualité du programme à la fin du processus.

 

Voici quelques-uns des principaux défis auxquels les entreprises sont confrontées lorsqu’elles utilisent des tests manuels :

 

1. Niveaux de compétence des testeurs

 

Le premier défi majeur à relever est le niveau de compétence requis de tous les testeurs manuels d’une équipe.

Avec des testeurs manuels talentueux, les entreprises en retirent un avantage certain : elles détectent les bogues plus rapidement et ont la certitude que leur logiciel fonctionne comme prévu. Les meilleures entreprises sont toujours à la recherche de testeurs manuels qui sont à la pointe du progrès pour garantir un meilleur niveau de performance.

En tant que testeur, cherchez toujours à apprendre et à développer ces compétences. L’amélioration des compétences signifie que vous apportez plus de valeur à une entreprise, les tests manuels permettant de trouver plus de bogues et d’améliorer l’expérience des utilisateurs. Les meilleurs tests manuels sont réalisés par des testeurs qui ont passé du temps à perfectionner leur art.

 

2. Coût des tests

 

Les tests manuels sont un processus courant pour les entreprises de toutes tailles, mais selon la manière dont ils sont utilisés, les coûts peuvent s’accumuler.

Par exemple, une entreprise qui dispose de plusieurs membres du personnel de test hautement qualifiés peut dépenser beaucoup d’argent si des tests répétés ont lieu, car vous payez en fait le temps de toutes les personnes présentes. Ce problème se pose moins dans les processus de test automatisés.

En effet, plus vous passez de temps à planifier les tests que vous réalisez et l’ordre dans lequel vous les réalisez, moins il y a de risques que les coûts de personnel augmentent parce que des personnes réalisent des tests qui ne sont pas nécessaires.

 

3. Consommation de temps

 

Les ordinateurs sont plus rapides que les hommes pour toutes sortes de choses, qu’il s’agisse de planifier un coup d’échecs, d’investir de l’argent en bourse ou même simplement d’appuyer sur un bouton après qu’il ait changé de couleur. Le même concept s’applique aux tests, les utilisateurs prenant le temps de lire toutes les informations et de naviguer dans les menus.

Les tests manuels peuvent donc prendre beaucoup plus de temps que l’automatisation des tests. Pour y remédier, il convient d’utiliser une combinaison de tests manuels et automatisés, de retirer les tâches subalternes aux testeurs manuels et de les utiliser là où l’expertise est nécessaire. La simplification des processus est également idéale pour les tests manuels, car elle permet d’éliminer le plus grand nombre d’étapes possible.

 

4. Risque d’erreurs

 

Les gens font des erreurs. C’est naturel, qu’il s’agisse de compléter les étapes d’un test dans le mauvais ordre ou de noter les résultats de manière inexacte à cause d’un mauvais clic. Cependant, ces erreurs peuvent poser de sérieux problèmes quant à la précision d’un régime de test de logiciel.

Les testeurs manuels qui sont plus fatigués ou blasés d’avoir accompli la même tâche à plusieurs reprises sont plus susceptibles de commettre des erreurs que les autres. Il convient donc d’utiliser l’automatisation pour éviter cela dans la mesure du possible ou de donner aux testeurs des pauses régulières de leur écran, ce qui leur permet de rester plus attentifs à ce qui se passe.

Les responsables peuvent également envisager de gérer la charge de travail afin d’empêcher les personnes de s’épuiser et d’avoir des problèmes.

 

Caractéristiques des tests manuels

 

Les tests manuels doivent présenter quelques caractéristiques majeures. Ils définissent ce qu’est un test manuel et sont des caractéristiques importantes que vous pouvez prendre en compte lors de la conception de vos tests.

 

Découvrez quelques-unes des principales caractéristiques des tests manuels et ce qu’elles signifient dans un environnement de test actif :

 

1. Cas de test optimisés

 

Dans les tests manuels, les cas de test sont très optimisés. Il s’agit des instructions qu’un testeur manuel doit suivre avant d’effectuer un test. Un niveau élevé d’optimisation permet à l’équipe de test de gagner du temps et d’économiser des ressources en effectuant moins de tâches.

Dans la mesure du possible, cherchez toujours à limiter la taille d’un scénario de test afin d’exploiter au mieux les ressources disponibles.

 

2. Des indicateurs plus compréhensibles

 

Les meilleurs tests manuels ont des mesures plus compréhensibles. Lorsque l’automatisation des tests génère constamment des statistiques et des informations complexes, les informations que ces mesures peuvent fournir ne valent pas le temps qu’il faudrait à un testeur manuel pour les compléter ou les calculer.

En revanche, les tests manuels impliquent des mesures beaucoup plus simples, faciles à générer et dont l’analyse ultérieure prend moins de temps.

 

3. Rapports intelligents

 

Les tests manuels donnent lieu à des rapports plus intelligents de la part de l’équipe chargée des tests. Les tests automatisés génèrent leurs propres rapports à la fin du processus, ce qui tend à conduire à des rapports ayant tous le même format.

Les testeurs humains sont beaucoup plus flexibles et peuvent créer leurs propres rapports, en ajoutant toute information qu’ils jugent utile à l’équipe de développement, le cas échéant.

 

4. Répétition des stratégies

 

Les stratégies de réexécution font référence à la manière dont une équipe de test exécute les tests encore et encore, en recueillant des données à partir des cas répétés d’exécution des tâches.

Les tests manuels signifient que les stratégies de réexécution sont beaucoup plus souples, les testeurs pouvant effectuer davantage de tests s’ils pensent qu’il y a quelque chose de plus à étudier.

IS YOUR COMPANY IN NEED OF

ENTERPRISE LEVEL

TASK-AGNOSTIC SOFTWARE AUTOMATION?

Certains tests manuels encouragent aussi activement la variance des actions effectuées par l’utilisateur, ce qui permet d’obtenir des données sur un plus large éventail de comportements. Cela permet de générer davantage de données sur le logiciel et d’élaborer des stratégies de mise à jour plus cohérentes pour l’avenir.

 

Types de tests manuels

 

Les entreprises utilisent trois types de tests manuels différents, dont la différence est dictée par le niveau d’accès des testeurs. Chaque type est utile dans son propre contexte.

 

Les principaux types de tests manuels sont les suivants

 

1. Tests en boîte blanche

 

Le test en boîte blanche est une forme de test qui implique que les testeurs puissent voir l’ensemble du code source et de la documentation de conception d’un logiciel.

Ce niveau d’accès plus élevé signifie que le testeur est en mesure de voir tous les aspects individuels du code et la manière dont ils affectent le fonctionnement du logiciel. Cette méthode est idéale pour les premières étapes du processus de développement, car les développeurs peuvent examiner leur propre code manuellement, le comparer aux cas de test et trouver facilement la zone qui pose des problèmes importants avant de corriger les bogues existants.

 

2. Tests de la boîte noire

 

Les tests en boîte noire font référence à une forme de test où les testeurs ne peuvent pas voir ce qui se passe derrière l’interface utilisateur. Cela signifie qu’il n’y a aucun accès au code ou à la documentation de conception, et que les testeurs abordent le logiciel avec un manque total de connaissances.

Les testeurs manuels utilisent cette approche dans les dernières phases du processus de développement, car les tests d’acceptation par l’utilisateur et les tests de bout en bout requièrent le point de vue d’un utilisateur final plutôt que celui d’une personne impliquée dans le processus de développement.

 

3. Tests de la boîte grise

 

Les tests en boîte grise sont une combinaison entre les tests en boîte noire et en boîte blanche et exigent que le testeur soit en mesure de voir une partie de la documentation et du code source. Cela permet de voir les causes potentielles d’un problème tout en limitant les informations, ce qui facilite le traitement des données.

Utiliser des tests manuels en boîte grise à mi-parcours du processus de développement, en fournissant aux testeurs des informations supplémentaires, mais en les obligeant à se fier à leur propre intuition pour une grande partie des fonctionnalités, afin de s’assurer qu’un utilisateur final puisse comprendre les systèmes.

 

Dissiper la confusion – Tests manuels et tests d’automatisation

 

Les tests de logiciels comportent deux disciplines différentes : les tests manuels et les tests d’automatisation. Bien qu’elles aient toutes deux la même fonction, il s’agit de disciplines distinctes que les entreprises utilisent pour examiner leurs progiciels.

Lisez la suite pour en savoir plus sur ce que sont les tests d’automatisation, la différence entre les tests d’automatisation et les tests manuels, et quand utiliser chacun des deux types de tests dans vos processus d’assurance qualité des logiciels.

 

1. Qu’est-ce que le test d’automatisation ?

 

Le test d’automatisation est le processus par lequel un testeur utilise un outil tiers pour automatiser un logiciel, en examinant le logiciel lorsqu’il exécute de manière répétée le même processus afin de s’assurer qu’il fonctionne à un niveau suffisamment élevé pour une organisation. Le principal avantage de l’automatisation des tests est qu’il s’agit d’un processus beaucoup plus rapide, en particulier lorsqu’il s’agit d’effectuer des tâches subalternes telles que la saisie de données.

Il s’agit par exemple de tester une base de données pour s’assurer qu’elle traite correctement toutes les informations, de saisir des milliers de données dans le logiciel en l’espace de quelques instants et d’évaluer les résultats par la suite.

Les entreprises utilisent principalement les tests d’automatisation pour les tâches importantes et hautement répétitives. Un système automatisé ne commettra pas d’erreurs mineures, telles que la saisie d’une information erronée ou un clic sur le mauvais lien.

Les principaux logiciels qui utilisent cette méthode sont les serveurs en direct et les bases de données, car ils gèrent un grand nombre d’informations et des charges d’utilisateurs élevées, ce qui nécessite une forme de test capable de répondre aux exigences.

 

2. Quelle est la différence entre les tests manuels et les tests automatisés ?

 

La principale différence entre les tests manuels et automatisés est la méthode de réalisation.

Un test manuel repose entièrement sur un être humain pour réaliser le test, en suivant le cas de test jusqu’à son terme et en notant ensuite toute information.

Dans le cas des tests automatisés, un programme informatique est chargé de compléter les cas de test après qu’ils ont été initialement rédigés par un analyste d’assurance qualité.

Certaines plateformes de tests automatisés génèrent également leurs propres rapports pour les utilisateurs, ce qui limite le temps que quelqu’un doit consacrer à la collecte de toutes les données de l’expérience. Au lieu de cela, ils peuvent consacrer leur temps à la création d’un correctif pour les problèmes que présente le progiciel.

 

3. Conclusion : Tests manuels et tests automatisés

 

Il existe des différences fondamentales entre les tests manuels et les tests automatisés, les deux concepts reposant sur des bases totalement différentes pour fonctionner correctement.

Cependant, ils peuvent travailler en étroite collaboration sur de nombreux projets de développement. En utilisant des tests automatisés pour certaines des tâches les plus lourdes et en appliquant des techniques de test manuel pour celles qui demandent plus de souplesse, vous pouvez accélérer considérablement vos processus de test.

L’une des plus grandes idées fausses sur les tests est qu’il s’agit d’un choix binaire, mais cela ne pourrait pas être plus éloigné de la vérité pour une équipe d’assurance qualité efficace.

 

Démystifier 5 mythes sur les tests manuels

 

Les tests manuels font l’objet de quelques mythes qui incitent les gens à suivre des méthodes moins idéales et rendent l’obtention de résultats plus compliquée qu’elle ne devrait l’être.

 

Cinq grands mythes entourent les tests manuels :

 

1. Les essais sont le seul service responsable de la qualité des produits

 

La qualité des produits est le rôle de l’ensemble de l’entreprise, et pas seulement de l’équipe chargée de l’assurance qualité.

Les tests de logiciels ont pour but d’éliminer les bogues dans la mesure du possible, ce qui signifie que beaucoup de gens considèrent que la correction et la localisation des bogues relèvent de la seule responsabilité de l’équipe d’assurance qualité. Au contraire, les développeurs eux-mêmes sont responsables de l’écriture du code, tandis que l’équipe de gestion est responsable de l’organisation du développement.

Chaque personne jouant un rôle dans une entreprise a une part de responsabilité dans la création d’un produit d’un niveau suffisamment élevé, plutôt que de compter sur une équipe de test pour trouver tous les problèmes et expédier un produit le plus rapidement possible par la suite.

 

2. Les tests manuels n’ont plus d’importance

 

Avec l’essor de l’IA et l’automatisation de plus en plus courante des processus robotiques, certains pensent que les tests manuels n’ont plus d’importance dans le développement de logiciels. Les entreprises constatent que l’automatisation est relativement bon marché et choisissent de s’engager dans cette voie chaque fois que cela est possible.

Les tests manuels restent l’un des outils les plus importants pour une entreprise grâce à leur utilité en matière de tests E2E, de boîte noire et d’interface graphique. En mettant en œuvre des tests manuels, les entreprises découvrent des problèmes logiciels que l’automatisation n’aurait pas détectés, améliorant ainsi leur produit au-delà des gains potentiels qu’elles pourraient obtenir grâce à l’automatisation seule.

 

3. C’est pour les personnes qui ne savent pas coder

 

L’un des principaux postulats de certains est que les personnes qui ne savent pas coder choisissent de tester à la place.

Or, c’est loin d’être le cas. La maîtrise du code est indispensable dans de nombreuses fonctions de test, les tests en boîte grise et blanche reposant sur la lecture du code et la compréhension de la manière dont il peut contribuer aux bogues présents dans le progiciel.

En supposant que seules les personnes qui ne savent pas coder sont impliquées dans les tests, vous vous limitez potentiellement à avoir un niveau inférieur de personnel de test dans votre équipe. Si vous êtes un testeur, envisagez de suivre un cours de codage pour améliorer vos normes.

 

4. Vous pouvez créer des logiciels exempts de bogues

 

Certaines personnes entrent dans le secteur des tests manuels en pensant qu’une équipe d’assurance qualité peut trouver chaque bogue dans un logiciel et aider l’équipe de développement à le résoudre.

En théorie, cela devrait conduire à un produit qui ne présente aucun bogue et qui satisfait pleinement le client. C’est bien sûr l’objectif final idéal pour les tests de logiciels, mais c’est rarement possible.

Même les logiciels les plus perfectionnés des plus grandes entreprises de la planète sont livrés avec des bogues, et même si l’objectif doit être de réduire le nombre de bogues autant que possible, il n’y a pas de mal à ce que quelques problèmes mineurs fassent leur apparition dans la version finale. C’est pour cette raison qu’il est important de procéder à des tests et à des développements manuels après la publication.

 

5. Les tests n’apportent aucune valeur ajoutée

 

L’un des plus grands mythes entourant toute forme de test de logiciel est qu’il n’apporte aucune valeur ajoutée au logiciel. Cependant, les clients considèrent toujours la qualité comme l’un des aspects les plus importants de l’application, et les programmes bogués ou de mauvaise qualité perdent immédiatement leurs utilisateurs, qui cherchent d’autres solutions.

Un produit impeccable a beaucoup plus de valeur pour une entreprise qu’un produit qui ne fonctionne pas correctement, et des tests efficaces sont au cœur de ce travail. Les tests haut de gamme permettent d’obtenir des résultats significatifs lorsque les entreprises choisissent d’investir correctement.

En résumé, une stratégie hybride de tests manuels et automatisés donnera toujours de meilleurs résultats que l’une ou l’autre de ces stratégies lorsqu’elle est utilisée exclusivement.

 

De quoi avez-vous besoin pour commencer à tester manuellement ?

 

Il y a quelques éléments dont vous avez besoin pour démarrer le processus de test manuel, et le fait d’avoir toutes ces fonctionnalités à votre disposition rend les tests non seulement plus faciles, mais aussi possibles.

 

Voici quelques-uns des éléments dont vous avez besoin pour commencer à effectuer des tests manuels :

 

1. Le logiciel

 

La première chose dont un testeur a besoin pour réaliser un test de logiciel est le logiciel lui-même. Après tout, les tests manuels sont effectivement impossibles s’il n’y a rien à tester.

Un test de logiciel efficace implique l’utilisation de l’itération la plus récente du logiciel, car elle contient tout le code source correspondant aux besoins de l’utilisateur et constitue une représentation plus juste du produit tel qu’il est.

Si possible, compilez l’application entièrement nouvelle afin d’obtenir la vision la plus précise possible du logiciel.

 

2. Exigences en matière de logiciels

 

Un testeur doit avoir accès aux exigences du logiciel. Il ne s’agit pas du matériel ou du système d’exploitation dont le paquet a besoin, mais plutôt de la description du logiciel sur lequel le développeur travaille.

Le fait de disposer d’exigences logicielles plus détaillées au cours de la phase de test signifie que le personnel chargé de l’assurance qualité recherche toutes les caractéristiques importantes dès le départ, note les problèmes rencontrés dans le logiciel et recommande des ajustements.

Sans cela, un testeur travaille sans aucune orientation et ne sait pas si les informations qu’il fournit sont réellement utiles à l’équipe de développement.

 

3. Matériel informatique approprié

 

Les tests de logiciels nécessitent un matériel qui réponde aux besoins du programme qu’il exécute.

Par exemple, si un testeur recherche des bogues ou des problèmes dans un nouveau jeu vidéo qui nécessite un matériel avancé et qu’il ne dispose que d’un PC bas de gamme, il ne sera pas en mesure de tester le logiciel correctement.

Le problème se pose moins pour les petites applications ou les outils web. Assurez-vous que le matériel que vous utilisez correspond aux besoins du logiciel avant de commencer les tests, en choisissant le matériel après avoir consulté l’équipe de développement sur les exigences du logiciel.

 

Processus de test manuel

 

Le processus de test manuel comporte plusieurs étapes, chacune jouant un rôle dans l’évaluation précise de votre programme.

 

Ces étapes sont les suivantes :

 

1. Analyser les besoins

 

La première étape du processus de test manuel consiste à analyser les exigences de l’application. Il s’agit des exigences spécifiques énumérées dans le cahier des charges de l’application, de certaines caractéristiques du document de conception et de toute autre partie du programme que vous vous attendez à voir (comme les exigences légales).

En les analysant dès le début du processus, vous savez ce que vous testez lorsque vous examinez le logiciel.

 

2. Créer un plan de test

 

Une fois que vous savez ce qui doit être testé, créez un plan de test. Cela implique de savoir quelles fonctionnalités vous testez, comment vous les testez exactement et à quel moment du processus vous terminez ces tests.

En créant un plan de test, vous vous assurez que tous les tests nécessaires sont prêts à l’avance et que vous ne manquez aucune fonctionnalité par accident.

Cela facilite également la gestion des effectifs, car vous savez combien de testeurs manuels vous avez besoin et à quel moment.

 

3. Rédiger des cas de test

 

Commencer à rédiger des cas de test pour le logiciel. Un scénario de test est un ensemble d’événements que vous réalisez lorsque vous testez le logiciel, en les suivant rigoureusement à chaque fois pour vous assurer que le test est équitable.

Pensez au test manuel spécifique sur lequel vous travaillez dans chaque cas et incluez autant de détails que possible, car cela réduit le risque que quelqu’un s’écarte du plan initial.

 

4. Examinez vos dossiers

 

Après avoir rédigé tous vos cas de test, passez par un processus de révision approfondi. Il s’agit de remettre les cas de test à un membre du personnel d’encadrement, de préférence un responsable de l’assurance qualité.

En impliquant une tierce partie dans le processus de relecture, vous augmentez la qualité des cas de test en éliminant toutes les erreurs qui pourraient s’y trouver. Le responsable peut suggérer des améliorations qui rendront vos tests manuels plus efficaces et vous aideront à trouver des problèmes dans l’application.

Assurez-vous que chaque cas de test est vérifié avant d’exécuter les tests.

 

5. Exécuter les tests manuels

 

Une fois qu’un responsable a confirmé un cas de test, il faut commencer à exécuter les tests. Suivez-les dans l’ordre que vous avez établi au tout début du processus afin de vous assurer que vous effectuez chaque test et que les personnes effectuent les tests lentement et avec soin.

Si les tests sont toujours corrects, vous gagnerez beaucoup de temps en évitant de faire des erreurs dans certaines exécutions et de devoir revenir en arrière pour vérifier à nouveau si les résultats sont exacts.

Enregistrez les informations au fur et à mesure afin de réduire le risque d’oublier des informations clés.

 

6. Signaler tout bogue

 

Une fois les tests manuels terminés et les éventuels bogues détectés, il convient d’établir un rapport.

Il s’agit de rédiger un rapport à l’intention de l’équipe de développement, dans lequel sont énumérés tous les bogues, l’endroit où vous les avez trouvés et les mesures que vous avez prises pour les recréer. Incluez toutes les données que vous générez dans vos tests.

Dans le cadre de tests plus qualitatifs, discutez en détail de la conception de l’application, des problèmes que vous avez rencontrés et des solutions possibles pour rendre l’application plus conviviale.

N’oubliez pas que c’est à ce stade que les tests manuels se distinguent vraiment de l’automatisation, car les testeurs manuels peuvent fournir des informations qualitatives que l’automatisation ne peut souvent pas fournir.

 

Meilleures pratiques pour les tests manuels

 

Les meilleures pratiques font référence à certains éléments communs à tous les types de tests manuels qui contribuent à améliorer les normes d’un processus de test. Le respect des meilleures pratiques permet en fin de compte de disposer d’un test de haute qualité dont les résultats sont précis et fiables.

 

Voici quelques bonnes pratiques à garder à l’esprit lors du processus de test manuel :

 

1. Se concentrer sur la clarté

 

Il est indispensable de mettre l’accent sur la clarté tout au long du processus de test manuel.

Le fait d’être aussi clair que possible réduit le risque de mauvaise communication entre les services et les professionnels, ce qui permet aux personnes de se concentrer sur les bons aspects du logiciel. Ceci est particulièrement important pour les tests manuels, car il y a plus de place pour l’interprétation des instructions.

Il s’agit notamment de rédiger un scénario de test clair que le testeur doit suivre, de noter les résultats d’une manière simple et compréhensible et d’aider tous les membres de l’organisation à comprendre les exigences de l’application.

 

2. Procéder à un examen continu

 

Passez en revue toutes les étapes du processus de test aussi souvent que possible.

Un processus de révision efficace implique de prêter attention à la manière dont les membres du personnel travaillent, d’examiner les cas de test pour vérifier qu’ils fonctionnent toujours comme prévu et d’examiner le logiciel lui-même pour s’assurer que des progrès sont accomplis.

En gardant un œil sur la qualité de chaque aspect du processus, vous vous assurez que les normes ne dérapent pas et que vous obtenez un niveau de production suffisamment élevé du début à la fin.

 

3. Ne vous contentez pas de rechercher des bogues

 

Certains pensent que l’objectif principal des tests de logiciels est de trouver des bogues, mais c’est loin d’être le cas. Le processus consiste également à s’assurer que l’application est performante, qu’elle fonctionne de manière prévisible et qu’elle est confortable pour l’utilisateur.

Cette facilité d’utilisation est en fait l’objectif principal des tests manuels, car elle est presque “impossible à quantifier”.

Si vous trouvez des bogues en suivant votre scénario de test, incluez-les dans votre rapport, mais le fait de vous acharner à trouver des bogues qui ne sont pas pertinents pour le test peut perturber les développeurs et mettre le processus en retard par rapport à la position attendue.

 

Types de résultats d’un test manuel

 

Il existe différents types de résultats que vous pouvez obtenir à partir d’un test manuel, chacun d’entre eux offrant un aperçu unique de la manière dont une application fonctionne.

 

Les types de résultats que vous pouvez obtenir à partir des tests manuels sont les suivants :

 

1. Registre des défauts

 

Un journal des défauts est une liste ou un document contenant tous les problèmes rencontrés par un logiciel lors d’un test. Plus le journal des défauts est long, plus il y a de problèmes qui nécessitent des correctifs dans le logiciel.

Les testeurs manuels s’acquittent de cette tâche pour les aspects plus qualitatifs du programme, car les plateformes d’automatisation ne sont pas en mesure de se forger une opinion sur la qualité d’un logiciel et se contentent de générer des métriques.

 

2. Données qualitatives

 

Il s’agit du retour d’information verbal et écrit qu’un testeur manuel présente à l’équipe de développement, généralement après avoir effectué une série de tests tels qu’un test d’acceptation par l’utilisateur.

L’UAT vise à s’assurer que l’utilisateur moyen appréciera le logiciel et l’utilisera comme prévu, ce qui signifie que l’objectif est différent par rapport à des aspects tels que les tests de fonctionnalités.

Les données qualitatives se présentent sous la forme d’une discussion avec le développeur ou d’un rapport écrit détaillé.

 

3. Messages d’erreur

 

Les messages d’erreur sont de courtes chaînes de texte qui indiquent si une erreur s’est produite dans un logiciel et, le cas échéant, la nature du problème.

La plupart des développeurs rédigent un système complet qui décrit la nature et la cause d’un problème, en utilisant des codes d’erreur pour circonscrire le problème. En notant les messages d’erreur dans le logiciel, le développeur connaît immédiatement la cause du problème qui s’est produit et sait quelles mesures il peut prendre pour le résoudre.

 

Exemples de tests manuels

 

Il existe quelques exemples de tests manuels à prendre en compte pour en savoir plus sur le processus de test manuel. Chacun d’entre eux est une discipline de test spécifique qui intervient à un moment précis du cycle de développement, offrant aux développeurs une meilleure compréhension et des conseils sur la manière d’améliorer leur produit.

 

Voici quelques exemples de formats de tests manuels :

 

1. Tests unitaires

 

Les tests unitaires consistent à s’assurer que chaque unité d’un logiciel fonctionne comme prévu. Une unité, ou module, désigne une fonction unique qui est codée indépendamment avant d’être compilée dans un logiciel plus vaste à la fin du processus.

Dans une base de données, par exemple, on peut tester une fonction “TRI” pour s’assurer qu’elle organise correctement les données avant de l’intégrer dans un ensemble plus vaste.

Le principal avantage des tests unitaires est qu’ils permettent de s’assurer que tous les systèmes fonctionnent correctement de manière autonome, les problèmes qui surviennent à un stade ultérieur étant liés à la manière dont toutes les fonctions s’intègrent les unes aux autres.

L’exécution manuelle de ces tests est tout aussi importante, car elle permet de gagner du temps qui serait consacré à la codification de cas de test d’automatisation complexes.

 

2. Essais de bout en bout

 

Les tests de bout en bout consistent à tester l’ensemble d’une application, depuis le moment où vous ouvrez le logiciel pour la première fois jusqu’à la réalisation de toutes les fonctions qu’il contient.

Un bon exemple de test de bout en bout est celui d’une application mobile qui calcule le montant de l’impôt que vous gagnez : un testeur télécharge l’application et passe par toutes les fonctions pour obtenir le calcul final. Le testeur note les problèmes qu’il a rencontrés et les transmet aux développeurs.

Les développeurs ont tout intérêt à ce que cette forme de test soit principalement réalisée par des testeurs manuels, car c’est l’occasion de voir comment toutes les unités du logiciel fonctionnent ensemble, cette phase de test tardive permettant de s’assurer que l’application fonctionne correctement lorsqu’elle est assemblée.

Les tests de bout en bout diffèrent des tests d’acceptation par l’utilisateur, car il s’agit avant tout d’un processus interne, contrairement aux tests d’acceptation par l’utilisateur, qui sont tournés vers le public.

 

3. Test d’acceptation par l’utilisateur

 

Le test d’acceptation par l’utilisateur est l’étape finale du processus de test des logiciels et consiste à s’assurer que le produit convient à la clientèle visée. Il s’agit notamment de permettre aux clients potentiels d’accéder à l’application afin qu’ils puissent l’utiliser et fournir un retour d’information.

L’un des exemples les plus courants de tests d’acceptation par l’utilisateur dans le développement de logiciels modernes est celui des tests alpha et bêta des jeux vidéo, au cours desquels les joueurs jouent au jeu et signalent les problèmes qu’ils rencontrent.

Le principal avantage des tests d’acceptation par l’utilisateur est qu’ils permettent d’obtenir un point de vue externe sur votre produit plutôt que de s’appuyer sur le point de vue de personnes ayant joué un rôle actif dans la création du produit, ce qui élimine tout risque de biais affectant les tests. Les tests manuels sont une nécessité, car un système automatisé ne peut pas reproduire avec précision les sentiments des clients.

 

Types d’erreurs et de bogues détectés par les tests manuels et non détectés par les tests automatisés

 

Les tests manuels permettent de détecter toutes sortes de bogues, d’erreurs et de problèmes, tout comme les tests automatisés. Cependant, il existe des problèmes dans les logiciels que les tests manuels excellent à découvrir alors que l’automatisation n’y parviendrait pas.

 

Les principaux types d’erreurs et de bogues dans les tests manuels sont les suivants :

 

1. Mauvais déroulement des opérations

 

Le terme “flux de travail” désigne le chemin que suit un utilisateur pour arriver à un point précis de l’application et achever un processus. Même si certains flux de travail ne posent pas de problème technique, ils peuvent néanmoins être problématiques, car leur cheminement n’est pas toujours logique pour un profane.

Dans ce cas, un testeur manuel informera le développeur des problèmes de conception et recommandera des changements, ce qui aidera les utilisateurs à se sentir plus à l’aise et plus familiers avec une application d’une manière que les systèmes automatisés ne réaliseraient pas.

 

2. Problèmes graphiques

 

Les applications web fonctionnent sur toute une série d’appareils, la résolution et la taille des écrans variant constamment en fonction du téléphone, de la tablette ou de l’écran dont dispose l’utilisateur.

Dans une application mal optimisée, cela peut conduire à un étirement des ressources et à une détérioration de leur aspect sur les appareils les moins utilisés, les outils d’automatisation se contentant de suivre les menus sans s’en apercevoir.

En mettant en œuvre une série de dispositifs, les testeurs manuels peuvent trouver des défauts graphiques qui, une fois corrigés, permettent aux utilisateurs d’avoir une meilleure expérience du progiciel.

 

3. Liens inexacts

 

Certains sites web ou applications sont reliés aux sites web des médias sociaux par une série de boutons et de liens intégrés. Toutefois, il se peut que ces liens ne renvoient pas toujours au bon endroit en raison d’une faute de frappe ou d’une erreur dans le processus de développement, ce qu’un système automatisé ne trouvera pas nécessairement.

Des liens renvoyant au mauvais endroit peuvent être source de confusion et nuire considérablement à la rétention. Les testeurs manuels examinent tous les liens d’un programme et s’assurent qu’ils mènent au bon endroit, aidant ainsi les utilisateurs finaux à se rendre là où ils veulent aller plutôt que d’être induits en erreur par un problème.

 

Mesures courantes pour les tests manuels

 

IS YOUR COMPANY IN NEED OF

ENTERPRISE LEVEL

TASK-AGNOSTIC SOFTWARE AUTOMATION?

Les métriques sont des valeurs numériques simples et mesurables qui indiquent quelque chose à la fin d’un test. Ces éléments sont tous de nature quantitative, ce qui les rend plus faciles à évaluer du point de vue du développeur.

 

Voici quelques-unes des mesures les plus courantes que les testeurs utilisent pour les tests manuels :

 

1. Défauts

 

La mesure des défauts est relativement simple et se réfère au nombre d’erreurs ou de bogues présents dans le logiciel. Un défaut est un cas dans lequel le logiciel ne fonctionne pas comme prévu, qu’il s’agisse de la fonctionnalité du logiciel ou de la manière dont les graphiques fonctionnent. L’analyse des défauts en tant que mesure est relativement simple, un plus grand nombre de défauts constituant un problème plus important pour l’entreprise.

En vérifiant si le nombre de défauts augmente ou diminue d’une itération à l’autre, vous pouvez mieux comprendre si la qualité du logiciel évolue dans la bonne direction au fur et à mesure des mises à jour.

 

2. Défauts par heure de test

 

Les défauts par heure de test reprennent la mesure des défauts et y ajoutent quelques détails, en divisant le nombre de défauts par le nombre d’heures que les testeurs passent sur le logiciel.

Par exemple, un outil web simple comportant cinq défauts et nécessitant deux minutes d’exécution sera plus intéressant qu’un outil comportant dix défauts et utilisé pendant une heure avec la métrique de base.

En effectuant ce calcul supplémentaire, les testeurs manuels se font une meilleure idée de la densité des défauts, en comprenant à quelle fréquence un utilisateur est susceptible de rencontrer un défaut et si cela affecte sérieusement le temps qu’il passe avec l’application.

Il est toujours utile de mettre en balance les défauts et la taille d’une application pour contextualiser les problèmes.

 

3. Pourcentage de cas de test réussis

 

Certains cas de test s’exécutent sur la base d’un simple succès/échec, et cette mesure fournit un pourcentage des cas de test qui réussissent. Plus le pourcentage de cas de test réussis est élevé, plus l’application est performante.

Lorsque c’est possible, essayer d’utiliser le pourcentage du cas de test réussi en fonction de chaque fonctionnalité plutôt qu’en examinant l’ensemble de l’application. Cela permet d’obtenir des informations plus précises sur ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas, ce qui aide les développeurs à apporter des changements là où ils sont nécessaires plutôt que de mener une enquête plus approfondie pour déterminer exactement où se situe le problème. Plus vite vous trouvez la cause d’un problème, mieux c’est.

 

7 erreurs et pièges dans la mise en œuvre de tests manuels

 

Plusieurs erreurs sont courantes dans le secteur des tests de logiciels. Chacune d’entre elles peut conduire à la non-détection de bogues, à des tests plus longs que prévu et à des coûts plus élevés.

 

Voici quelques-unes des principales erreurs et des principaux pièges à éviter lors de la mise en œuvre de tests manuels dans votre travail :

 

1. Corriger le bogue soi-même

 

À certains stades du processus de développement, le développeur est la personne chargée de tester le code et de résoudre le problème. Cela pourrait les amener à essayer de résoudre les problèmes logiciels eux-mêmes, même s’ils ne comprennent peut-être pas entièrement la cause du problème.

Dans la mesure du possible, veillez à ce qu’il y ait une séparation claire entre le testeur et la personne qui code la solution. En faisant cette distinction, vous réduisez le risque de vous concentrer sur la correction de l’erreur spécifique que vous avez trouvée au lieu de prendre en compte le reste du logiciel.

Répartissez toujours le travail si cela est possible afin d’obtenir un plus large éventail d’expertise sur une question.

 

2. La précipitation dans les tests

 

Certains logiciels ont des délais de publication très courts, ce qui peut amener les testeurs à se concentrer sur la réalisation des tests plus rapidement afin d’atteindre la date cible. Il s’agit d’une grave erreur, car elle risque de laisser passer des bogues importants. Les tests manuels peuvent exacerber ce problème, les personnes ressentant la pression et se précipitant activement.

Essayez de prendre autant de temps que possible lorsque vous réalisez des cas de test, en passant soigneusement en revue chaque étape et en notant les données de manière plus approfondie. Même si vous devez retarder légèrement la sortie du produit, il vaut mieux livrer un produit complet qu’un produit que les utilisateurs n’apprécient pas en raison de normes insuffisantes.

 

3. Mauvaise communication

 

La communication au sein d’une équipe est primordiale dans tout projet de développement de logiciel. Les membres de l’équipe doivent obtenir autant d’informations que possible de leurs collègues et les utiliser pour améliorer le produit. Cela s’applique à une conversation constante entre les départements ainsi qu’au sein d’un même département.

Plus l’équipe d’assurance qualité communique efficacement avec les développeurs, plus ces derniers sont guidés dans la création des mises à jour, et tout le monde bénéficie collectivement de la publication d’un produit de très haut niveau.

Les tests manuels permettent une meilleure communication car le testeur a une compréhension complète de l’expérience, ce qui apporte plus de clarté et de détails.

 

4. Essais sans préparation

 

La préparation engendre la perfection, et c’est vrai dans tout le domaine des tests de logiciels. Dans le cas des tests manuels, cela signifie qu’il faut prendre le temps de comprendre le logiciel, d’apprendre le dossier et de créer des scénarios de test qui répondent de manière appropriée à tous ces objectifs.

En prenant votre temps, vos scénarios de test répondent à vos besoins en tant que développeur et vous avez beaucoup plus de chances de trouver tous les bogues les plus importants du système. Cela permet également aux testeurs de lire plus clairement les cas de test et de les exécuter avec une plus grande précision.

 

5. Ignorer son instinct

 

Lorsqu’une entreprise commence à tester manuellement, elle le fait pour plusieurs raisons, notamment parce qu’elle souhaite bénéficier de l’adaptabilité et de l’instinct d’un testeur humain. Lorsque vous testez un logiciel, vous pouvez remarquer que quelque chose semble bizarre bien qu’il ne fasse pas activement partie d’un scénario de test, ce qui vous incite à ne pas apporter de modifications ou à ne pas approfondir vos recherches. C’est une erreur.

Laissez toujours libre cours à votre curiosité et écoutez ce que vous dit votre instinct, car cela vous aidera à trouver les problèmes qu’un scénario de test automatisé ne peut pas résoudre. Les testeurs manuels sont choisis pour leur intelligence et leur expertise ; agir en fonction de ces caractéristiques, c’est tirer le meilleur parti du potentiel d’un test.

 

6. La peur de l’erreur

 

Tout le monde fait des erreurs, quel que soit le travail que l’on accomplit. Cependant, il est préférable de le reconnaître plutôt que de s’engager dans un processus en craignant de commettre une erreur. Cela vous stresse davantage et risque d’entraîner des problèmes au niveau de la performance de vos tests. L’automatisation n’a pas ce problème, les testeurs manuels étant plus sensibles à la pression.

Abordez vos tâches de manière naturelle et si vous commettez une erreur, essayez de la rectifier le plus rapidement possible. Les tests de logiciels sont l’étape à laquelle vous découvrez et corrigez les problèmes, et un problème occasionnel lors des tests ne va pas ruiner le logiciel pour l’utilisateur final tant que vous le corrigez.

 

7. Ne pas prendre de pauses

 

Les tests manuels requièrent une grande attention aux détails pour chaque test, ce qui peut être fatigant pour un testeur. Malgré cela, certains testeurs et certaines entreprises s’efforcent de maintenir les testeurs en activité tout au long de la journée, sans leur accorder de pause en cas de fatigue ou de perte de concentration.

Il s’agit d’une erreur importante. Prévoyez des pauses pour le personnel chargé des tests tout au long de la journée, afin de réduire les risques de problèmes et de garantir la précision des tests. Si vous êtes vous-même testeur, essayez de travailler avec le personnel d’encadrement pour veiller activement à votre santé mentale et à celle des personnes qui vous entourent.

 

Les meilleurs outils de test manuel

 

Lorsque vous effectuez des tests manuels, vous n’avez pas besoin d’effectuer chaque partie du travail seul. Dans certains cas, l’utilisation d’un outil peut être parfaite pour gérer vos tests et rendre le processus aussi fluide que possible. Si vous êtes un testeur et que vous cherchez des moyens d’améliorer vos normes, l’examen des outils pourrait être le point de départ idéal.

 

5 meilleurs outils gratuits de test manuel

 

Lorsque vous commencez à utiliser un nouvel outil de test de logiciels, vous devez vous assurer que vous en avez pour votre argent. Il s’agit du temps que vous investissez dans le logiciel et de l’argent que vous dépensez pour obtenir la licence.

Avec les outils de test manuel gratuits, il est beaucoup plus simple d’en avoir pour son argent et vous n’avez pas de remords d’acheteur en cas d’échec.

 

Voici quelques-uns des meilleurs outils de test manuel gratuits mis à la disposition des équipes d’assurance qualité :

 

1. JIRA

 

JIRA est un outil de documentation pour les tests de logiciels qui permet aux développeurs de créer des tickets pour tout bogue, problème ou correction nécessitant une assistance. Cette plateforme est également dotée d’outils de hiérarchisation, de sorte qu’une équipe de développement peut chercher à trier les problèmes les plus importants en premier lieu lors de l’amélioration de son programme.

 

2. LoadRunner

 

Compatible avec une série d’outils de développement, LoadRunner facilite les tests de performance dans un grand nombre de contextes, en générant des données de test de performance très détaillées. L’outil permet également de catégoriser certaines des principales causes de problèmes de performance pour un développeur qui cherche à améliorer son efficacité.

 

3. SonarQube

 

Prise en charge d’un large éventail de langages de programmation par le biais de tests manuels, suivi des mesures dans le temps afin de réduire la quantité de rapports que les testeurs manuels doivent établir eux-mêmes. Hautement adaptable, il s’intègre efficacement à une série d’applications tierces majeures.

 

4. Trac

 

Développé en Python, Trac est un outil de gestion de projet qui vous fournit l’historique de vos vues, le code et tous les changements afin que vous puissiez voir les modifications apportées entre les tests. Le débogage via Trac utilise également un système de gestion des tickets, ce qui simplifie le processus de recherche d’un problème et de sa résolution pour un utilisateur.

 

5. NUnit

 

Basé sur JUnit, NUnit est un outil entièrement open-source qui prend en charge les tests orientés données et s’intègre efficacement à toute une série de plateformes. Vous avez accès à des données quantitatives même après avoir effectué des tests manuels, ce qui permet aux développeurs de mieux comprendre les problèmes éventuels.

 

5 meilleurs outils gratuits de test d’automatisation

 

Bien que les tests manuels présentent de nombreux avantages, lamise en œuvre de l’automatisation dans vos processus de test est parfois une solution idéale.

Cela vous permet d’éliminer certains des inconvénients liés au fait de se concentrer exclusivement sur les tests manuels, tout en obtenant une bonne vue d’ensemble du logiciel. L’automatisation nécessite quelques outils pour démarrer, et de nombreux développeurs préfèrent utiliser des outils gratuits pour commencer leur travail et se familiariser avec la plateforme.

 

Parmi les meilleurs outils gratuits de test d’automatisation disponibles, on peut citer

 

1. ZAPTEST FREE EDITION

 

ZAPTEST Free Edition est conçu pour aider les testeurs à intégrer l’automatisation dans leur travail, en mettant l’accent sur le fait d’être multiplateforme et d’amener les utilisateurs à mettre en œuvre l’automatisation d’une manière qui soutienne correctement les tests manuels. L’automatisation de toutes les tâches est le principal attrait, tous les aspects du logiciel pouvant être automatisés grâce à l’édition gratuite de ZAPTEST.

 

2. Appium

 

Il s’agit d’un cadre d’automatisation des tests open-source, qui se concentre spécifiquement sur l’automatisation des dispositifs mobiles pour les applications qui fonctionnent sur des boutiques en ligne. Appium fonctionne avec une gamme d’API et de systèmes d’exploitation, notamment iOS, Windows, Mobile, Web et Android.

 

3. Plate-forme Katalon

 

Solution sans code, Katalon aide les testeurs qui n’ont pas d’expérience en matière de codage à réaliser un meilleur travail de test automatisé. Cette plateforme dispose d’une boutique avec une gamme d’extensions, mais cela signifie que pour tirer le meilleur parti du logiciel de test, vous devrez probablement consacrer beaucoup de temps, et éventuellement d’argent, pour l’adapter à vos besoins.

 

4. Robotium

 

Un outil open-source qui cible spécifiquement les tests Android tout en permettant l’acceptation par l’utilisateur et les tests en boîte grise. Bien que cette application réponde à des normes élevées, elle présente certains risques pour les utilisateurs, car les applications multiplateformes doivent toujours être testées sur toutes les autres plates-formes.

 

5. Chargeur

 

Loadster est un outil conçu pour aider les entreprises qui travaillent avec des applications ayant une large base d’utilisateurs. L’utilisation de cet outil permet aux développeurs de se préparer à des pics de trafic plus importants et d’obtenir des performances optimales même si les serveurs de l’entreprise sont soumis à une forte pression. En plus d’aider aux tests manuels, Loadster peut automatiser certaines tâches d’un testeur, comme la remise en charge.

 

Conclusion

 

En conclusion, les tests manuels sont un atout pour toute organisation. Les testeurs peuvent découvrir des problèmes autrement invisibles et fournir un retour d’information détaillé sur une application, ce que l’automatisation ne peut tout simplement pas faire.

Bien que les tests manuels présentent certains inconvénients, les entreprises intelligentes utilisent de plus en plus un système hybride de tests manuels et automatisés, ce qui permet de tenir compte des faiblesses de chacun tout en exploitant les avantages des deux.

Les tests manuels sont l’épine dorsale d’un meilleur développement logiciel et leur utilisation correcte peut faire une grande différence dans vos résultats.

 

FAQ et ressources

 

Les tests manuels peuvent être un sujet complexe, il est donc compréhensible que vous ayez des questions sur leur fonctionnement. Consultez les questions fréquemment posées sur les tests manuels et les ressources dont vous pouvez bénéficier pour apprendre à devenir un meilleur testeur manuel au fil du temps.

 

1. Les meilleurs cours sur l’automatisation des tests manuels

 

– Fondations de l’automatisation des tests” – Udemy

– Cours de formation à l’automatisation des tests” – NobleProg

– Formation aux tests manuels – Royaume-Uni” – The Knowledge Academy

– Tests manuels et automatisés” – IT Talent Hub

 

2. Quelles sont les 5 principales questions d’entretien sur les tests manuels ?

 

– Avez-vous de l’expérience en matière de tests manuels ? – Cette question permet de déterminer si un candidat a beaucoup d’expérience dans les environnements de test.

– Quelle est la différence entre les tests manuels et l’automatisation des tests ? – Détermine si un candidat possède des connaissances techniques de base sur les processus de test.

– Comment avez-vous relevé les défis dans un environnement de test de logiciels ? – Cette question permet d’évaluer les compétences du candidat en matière de résolution de problèmes dans le domaine des tests manuels.

– “Quel est l’outil idéal pour soutenir les tests manuels ?” – Permet de se faire une meilleure idée des flux de travail utilisés par le candidat et de savoir s’ils conviennent à l’entreprise.

– “Êtes-vous à l’aise pour travailler en équipe ?” – Indiquez à l’examinateur si le candidat est capable de travailler au sein d’un groupe plus important.

 

3. Les meilleurs tutoriels Youtube sur les tests manuels

 

– Test manuel (cours complet)” – SDET – Technicien en automatisation de l’assurance qualité

– TUTORIAL TESTING LOGICIEL – Maîtriser les tests logiciels et décrocher un emploi dans le domaine des tests” – Software Testing Mentor

– Qu’est-ce que le test manuel ? | Tutoriel de test manuel pour débutants | Edureka” – edureka !

– “Concepts de tests manuels (fonctionnels)” – Naveen AutomationLabs

– Tutoriels de tests manuels” – Software Testing Academy

 

4. Comment maintenir les tests manuels ?

 

Il y a plusieurs choses que vous pouvez faire pour maintenir les tests manuels, la première étant de vous occuper des testeurs. En plaçant le bien-être au centre des processus de test, vous vous assurez que tout le monde est en état d’être attentif et de donner le meilleur de lui-même.

En outre, il faut s’efforcer de mettre en place de bonnes structures de soutien. Cela implique une surveillance de la part des responsables qui veillent à ce que les tests soient cohérents et produisent des résultats précis dans la mesure du possible.

Il n’y a pas de maintenance mécanique ou automatisée stricte en soi, mais s’occuper des gens est une forme de maintenance de votre test en soi.

Download post as PDF

Alex Zap Chernyak

Alex Zap Chernyak

Founder and CEO of ZAPTEST, with 20 years of experience in Software Automation for Testing + RPA processes, and application development. Read Alex Zap Chernyak's full executive profile on Forbes.

Get PDF-file of this post