fbpx

Get your 6-month No-Cost Opt-Out offer for Unlimited Software Automation?

L’assurance qualité des logiciels est un processus qui aide les équipes de développement à garantir la qualité de leurs logiciels avant leur diffusion. Si l’assurance qualité et les tests présentent de nombreuses similitudes, le contrôle de la qualité (CQ) et les tests de logiciels peuvent être considérés comme des sous-ensembles de l’assurance qualité.

Dans cet article, nous expliquerons ce qu’est le test d’assurance qualité, comment il est lié à d’autres types de tests de logiciels, nous explorerons les différents types de tests d’assurance qualité et nous recommanderons les meilleurs outils pour ce travail.

 

Table des matières

Qu’est-ce qu’un test d’assurance qualité ?

Le test négatif dans les tests de logiciels - Qu'est-ce que c'est, les types, le processus, les approches, les outils, et plus encore !

L’assurance qualité est un élément essentiel du cycle de développement des logiciels (SDLC). Il vise à garantir que l’application logicielle fonctionne aussi bien que possible par le biais de diverses activités, telles que la planification et la conception de stratégies de test, jusqu’à la réalisation de tests, l’évaluation des résultats, et le signalement et la résolution des défauts.

Il est très important de livrer les produits dans les délais et dans le respect du budget. Mais cela ne sert pas à grand-chose si la qualité n’est pas au rendez-vous. Cette situation est au cœur de l’assurance qualité. Il s’agit d’une approche qui vise à s’assurer que les parties prenantes sont satisfaites du produit final en termes de fonctionnalité, de spécifications et d’expérience utilisateur.

 

Objectifs des tests d’assurance qualité

Les tests incrémentaux dans les tests de logiciels - Une plongée profonde dans ce qu'ils sont, les types, les processus, les approches, les outils, et plus encore !

L’assurance qualité des logiciels a plusieurs objectifs. À un niveau élevé, il s’agit de s’assurer qu’une application répond aux exigences du client et à toutes les spécifications définies. Mais qu’est-ce que cela signifie plus concrètement ?

Approfondissons la question en explorant les nombreux objectifs de la qualité et de l’assurance des logiciels.

 

#1. Identifier et résoudre les bogues et les défauts

Les bogues, les défauts, les erreurs et les pépins compromettent à la fois l’expérience de l’utilisateur et la fonctionnalité globale d’un logiciel donné. Les tests d’assurance qualité visent à la fois à découvrir ces problèmes et à s’assurer qu’ils sont résolus.

La détection des bogues et des défauts dès le début du cycle de développement durable permet aux développeurs de résoudre les problèmes tant qu’ils sont gérables.

 

#2. Conformité aux exigences

Chaque logiciel est conçu pour résoudre un problème ou un point sensible. Au cours du développement initial, diverses caractéristiques et fonctions sont proposées pour répondre aux besoins d’un public cible. Les tests d’assurance qualité permettent de s’assurer que ces besoins et ces spécifications sont satisfaits et que le logiciel résout les problèmes pour lesquels il a été conçu.

 

#3. Amélioration de l’expérience utilisateur (UX)

L’expérience utilisateur (UX) est devenue une préoccupation majeure au cours de la dernière décennie. La concurrence entre les développeurs de logiciels étant rude, s’assurer qu’une application est conviviale, intuitive et accessible est un impératif commercial. Les tests d’assurance qualité portent sur la navigation, les interactions avec l’utilisateur, la gestion des erreurs, etc. afin de s’assurer que le marché cible de l’application est satisfait que le logiciel puisse résoudre ses problèmes ou répondre à ses besoins.

 

#4. Valider la stabilité

Même un logiciel bien conçu peut être anéanti par des problèmes de stabilité. Les pannes, les blocages, les comportements inattendus et bien d’autres choses encore frustrent l’utilisateur et sapent sa confiance dans l’application. Les tests d’assurance qualité visent à comprendre comment le logiciel fonctionne dans différentes conditions ou scénarios avant qu’il ne soit diffusé dans la nature.

 

#5. Assurer la compatibilité

Les logiciels modernes doivent être compatibles avec différents systèmes d’exploitation, navigateurs, appareils et configurations matérielles. Ne pas tester ces éventualités peut sérieusement entraver la portée de votre logiciel et son potentiel financier. L’assurance qualité permet de s’assurer que votre solution fonctionne dans différents environnements.

 

#6. Maintenir la compétitivité

Les utilisateurs n’ont que l’embarras du choix face à la multitude de solutions possibles. En effet, dans de nombreuses niches logicielles, la concurrence avec les rivaux est une question de marges de plus en plus fines. Veiller à ce que votre logiciel soit utilisable et stable est essentiel pour répondre aux attentes des utilisateurs et vous assurer une bonne position par rapport à la concurrence.

 

#7. Exploiter les résultats des tests

Les tests d’assurance qualité aident les équipes à générer et à analyser les données nécessaires à l’amélioration des logiciels. Les résultats complets des tests fournissent des indications précieuses sur la qualité d’un logiciel et garantissent une résolution rapide et efficace des problèmes. De plus, cette documentation permet à la direction, aux investisseurs et aux autres parties prenantes de se tenir au courant de l’évolution de la situation.

 

#8. Instaurer la confiance des clients et des parties prenantes

La confiance est un facteur important pour garantir la satisfaction et la fidélisation des clients. Une entreprise qui se forge une réputation de logiciel fiable et de haute qualité peut se démarquer de ses pairs et favoriser une culture de l’excellence.

 

#9. Atténuer les risques

L’assurance qualité ne se limite pas aux versions stables. Il peut également vous protéger contre les différents risques liés au développement de logiciels. Ces risques peuvent aller d’une atteinte à la réputation résultant de versions médiocres ou truffées de bogues à des dommages juridiques ou financiers résultant de constructions inadéquates.

 

#10. Prise de décision fondée sur des données

Les tests d’assurance qualité fournissent aux responsables les matières premières dont ils ont besoin pour prendre des décisions fondées sur des données afin d’améliorer leurs logiciels. Les bonnes données peuvent aider les équipes à comprendre quelles tâches doivent être priorisées, comment optimiser leurs ressources, et même aider à comprendre et à évaluer les risques, tout cela sur la base des résultats de tests rigoureux.

 

Qu’est-ce qu’une stratégie d’assurance qualité ?

Cas d'utilisation de l'automatisation des processus robotiques dans l'assurance et la comptabilité

Une stratégie d’assurance qualité fait partie intégrante du cycle de développement durable. Il s’agit d’un plan qui détaille les processus et les procédures nécessaires à la réalisation de projets logiciels de haute qualité. Un plan stratégique d’AQ solide doit indiquer clairement ce qui est requis à chaque étape du cycle de développement durable.

Examinons les éléments clés d’une stratégie d’assurance qualité.

 

1. Que doit contenir une stratégie d’assurance qualité ?

Une stratégie d’assurance qualité solide nécessite quelques éléments différents. Voici l’essentiel.

Déclaration de mission

Une stratégie d’AQ devrait commencer par une déclaration de mission claire qui expose les buts et les objectifs de la stratégie. Il s’agit d’une partie importante du processus car elle fixe les normes de qualité et permet de s’assurer que votre équipe est rassemblée autour d’objectifs communs.

Critères d’acceptation

Pour s’assurer que tout le monde travaille dans le sens d’une vision commune, une stratégie d’assurance qualité doit définir des critères clairs et mesurables pour l’acceptation d’un logiciel comme étant complet. La définition de ces mesures doit prendre en compte plusieurs facteurs, notamment les exigences, les besoins des utilisateurs et les objectifs généraux de l’entreprise.

Méthodes d’essai

Ces documents doivent également décrire les outils et les méthodes d’essai utilisés au cours du cycle de développement durable. Vous devez énumérer les outils et les méthodes de test manuel et automatisé, ainsi que les techniques et les cadres utilisés pendant les tests.

Rôles des employés

La stratégie d’AQ devrait également explorer le personnel et les rôles impliqués dans l’assurance qualité et préciser les compétences et les responsabilités requises pour répondre aux besoins d’une approche de test moderne et complète.

Défaite du processus de gestion

Une stratégie d’assurance qualité devrait également définir les politiques de l’équipe en matière de signalement, de suivi et de résolution des défauts. Cette section devrait également prévoir des procédures d’escalade en cas de défauts, de bogues et d’autres problèmes survenant au cours des essais.

Retour d’information

Une stratégie d’assurance qualité solide doit également mettre en évidence la manière dont les développeurs reçoivent et intègrent le retour d’information. En particulier, la stratégie devrait contribuer à formaliser le processus afin d’assurer une résolution rapide des problèmes.

CI/CD

Enfin, une stratégie d’assurance qualité devrait être mise en œuvre dans un pipeline d’intégration continue/de livraison continue (CI/CD) afin de permettre l’automatisation des tests de logiciels qui testent le code avant le déploiement.

 

Avantages des tests d’assurance qualité

Avantages des tests d'assurance qualité

L’assurance qualité des logiciels présente de nombreux avantages. Voici quelques-uns des avantages les plus importants pour les équipes de développement.

#1. Amélioration de la qualité des produits

L’un des principaux avantages des tests d’assurance qualité est qu’ils facilitent une approche proactive de la recherche et de la résolution des bogues et des défauts. La découverte de ces erreurs au cours du développement plutôt qu’en cours de production permet d’éviter les retouches et les retards et de réduire l’insatisfaction des clients.

#2. Réduction des coûts de développement

Investir dans des tests d’assurance qualité de qualité peut apporter un excellent retour sur investissement, car la détection et la résolution précoces des bogues et des défauts sont beaucoup moins coûteuses que leur découverte plus tard dans le cycle de développement durable.

#3. Augmenter la productivité

Là encore, en détectant les problèmes le plus tôt possible, l’ensemble du cycle de développement durable devient plus efficace. La réduction des retards et des interruptions permet de rationaliser le processus de développement, ce qui se traduit par des versions plus rapides sans compromis sur la qualité.

#4. Une meilleure sécurité

La sécurité est une préoccupation majeure dans les tests d’assurance qualité. Un solide programme de tests de sécurité permet de trouver et de résoudre les vulnérabilités. Avec l’avènement du GDPR et d’autres réglementations axées sur les données, la protection des données clients est devenue un risque existentiel pour les développeurs.

#5. Conformité aux normes industrielles

De nombreux secteurs, tels que les soins de santé, les banques et les assurances, ont des normes et des réglementations strictes en matière de logiciels. Les tests permettent de s’assurer que le logiciel répond à ces exigences.

#6. Détecter la dette technique

Face à la pression exercée par la mise sur le marché de logiciels, de nombreuses équipes prennent des raccourcis ou font des compromis pour s’assurer de respecter les échéances. Toutefois, cela peut entraîner des retouches ou une augmentation des coûts de maintenance, également connue sous le nom de dette technique. Les tests d’assurance qualité peuvent aider à détecter et à résoudre la dette technique avant qu’elle ne se développe et n’accélère les coûts de maintenance.

 

Quels sont les défis liés aux tests d’assurance qualité ?

défis - tests de charge

Les fantastiques avantages des tests d’assurance qualité énumérés ci-dessus soulignent l’importance de cette discipline. Cette approche n’est toutefois pas sans poser de problèmes. Nous pouvons diviser ces défis en trois catégories : techniques, organisationnelles et individuelles. Nous proposerons ensuite des solutions à ces problèmes.

 

Technique

1. Exigences incomplètes ou imprécises

Des exigences mal communiquées ou inadéquates sont des problèmes courants dans le développement de logiciels. Le document de spécification des exigences (DSI) est un élément essentiel de tout produit. Il s’agit d’un plan qui décrit les besoins et les attentes concernant un produit. Cependant, trop souvent, une mauvaise collecte des exigences signifie que les entrées dans ces documents sont trompeuses et peuvent entraîner une couverture de test inadéquate ou des bogues manqués.

 

2. Limites des ressources

Les budgets de développement serrés peuvent obliger les chefs de produit à faire des économies. Qu’il s’agisse d’un manque de personnel, de spécialistes des tests ou d’un sous-investissement dans les outils logiciels d’automatisation de l’assurance qualité, des ressources limitées peuvent nuire à la qualité du produit final. De plus, si vous exercez une pression excessive sur vos ressources limitées, cela peut avoir d’autres effets négatifs, tels que l’épuisement ou le burnout. Ces scénarios peuvent entraîner une baisse de moral ou des retards.

 

3. Environnements de test inadéquats

Un environnement de test solide est essentiel pour un bon test d’assurance qualité. Cependant, de nombreuses équipes manquent de prévoyance pour donner aux analystes de l’assurance qualité les bons outils pour leur travail. Parmi les situations qui peuvent entraver la réalisation de tests d’assurance qualité de grande qualité, citons le matériel ancien ou dépassé, les cadres de test bogués ou peu fiables, et même les problèmes de réseau.

Chacun de ces problèmes peut provoquer d’énormes frustrations chez les testeurs et entraîner des retards dans le projet.

 

4. Un déficit d’expertise en matière d’assurance qualité et de tests d’automatisation

Les tests d’automatisation de l’assurance qualité sont un excellent moyen de réduire les ressources nécessaires à la réalisation de tests complets. Cependant, trop d’équipes peinent à mettre en œuvre ces outils qui permettent de gagner du temps parce qu’elles n’ont pas accès à l’expertise nécessaire en matière d’automatisation. Bien que de nombreux outils d’automatisation de l’assurance qualité soient conviviaux, la mise en place et la maintenance des tests peuvent s’avérer compliquées pour le personnel non formé.

 

5. Rester à la pointe de la technologie

Le paysage technologique évolue rapidement. Les testeurs doivent se tenir au courant des outils et des méthodologies de pointe pour s’assurer que leurs tests d’assurance qualité sont pointus et efficaces. Toutefois, l’évaluation et la compréhension des nouvelles technologies demandent du temps et des efforts. En outre, l’adoption de ces produits nécessite des investissements qui dépassent les budgets existants.

 

Défis organisationnels

1. Des délais serrés

Les développeurs de logiciels sont soumis à une pression énorme pour respecter des délais serrés. Certaines échéances sont réfléchies et raisonnables, d’autres sont totalement irréalistes. Il y a plusieurs raisons à cela, qui vont des pressions commerciales à la méconnaissance des processus d’essai et, dans certains cas, au simple fait de prendre ses désirs pour des réalités.

Le grand problème ici est que des délais trop serrés ou irréalistes peuvent conduire à des coupes sombres ou à des tests précipités, ce qui finira par compromettre la qualité du logiciel.

 

2. Modification des exigences

L’évolution des exigences, en particulier aux stades avancés du développement, est catastrophique pour l’assurance qualité. Lorsque ces citations se produisent, les testeurs doivent s’ajuster et s’adapter à la volée, les tests doivent être refaits et les calendriers précédemment convenus doivent être redéfinis. Aucune de ces situations n’est souhaitable.

 

3. Mauvaise gestion

Les tests d’assurance qualité en génie logiciel consistent à trouver un équilibre entre la qualité et la rapidité. Atteindre un niveau acceptable pour ces deux critères nécessite une gestion et une délégation solides. Malheureusement, tous les chefs de produit ne sont pas à la hauteur de la tâche, ce qui peut entraîner des retards coûteux, des logiciels mal conçus, voire les deux.

 

4. Collaboration inefficace

Un bon test d’assurance qualité nécessite une solide collaboration entre les développeurs et les testeurs. Malheureusement, de nombreuses équipes manquent de compétences dans ce domaine. Certains problèmes courants sont dus à un manque de compréhension du temps et des efforts nécessaires pour répondre à des normes d’essai acceptables. Les équipes qui existent en silos ou en bulles peuvent facilement passer à côté de bogues ou ne pas avoir une compréhension complète du logiciel.

 

5. Mauvaise communication

Un manque de communication entre les testeurs, les développeurs et les parties prenantes peut avoir des conséquences désastreuses. Lorsque les équipes ne savent pas comment communiquer efficacement, il peut en résulter une ambiguïté dans les tests et la communication des spécifications. Les conséquences en aval sont des malentendus, des remaniements et les périls de l’évolution des exigences.

 

IS YOUR COMPANY IN NEED OF

ENTERPRISE LEVEL

TASK-AGNOSTIC SOFTWARE AUTOMATION?

Défis individuels

1. L’objectivité

Il peut être difficile de rester objectif, surtout lorsqu’il s’agit de tester le travail de ses propres collègues. Même si ce favoritisme est inconscient, il peut entraîner des bogues et des défauts qui ne sont pas contrôlés.

 

2. Tester les biais

Les testeurs sont des êtres humains. En tant que tels, ils sont sujets à des biais cognitifs comme n’importe quel autre travailleur. Ces biais peuvent apparaître à n’importe quel stade du STLC, depuis la conception des cas de test jusqu’à la manière dont les résultats des tests sont analysés et interprétés. De plus, certains testeurs peuvent privilégier certaines perspectives au cours du processus de test, ce qui les conduit à ignorer d’autres questions essentielles.

 

3. Répétition

Enfin, les tests de logiciels sont pleins de tâches répétitives et banales. Lorsque les testeurs répètent des tâches à l’infini, ils peuvent perdre une partie du plaisir qu’ils éprouvent à faire ce travail. Cette situation peut entraîner une augmentation des erreurs humaines, de l’insatisfaction et de l’épuisement professionnel.

 

Comment relever les défis des tests d’assurance qualité ?

Les problèmes énumérés ci-dessus constituent des obstacles majeurs à la réalisation de l’ingénierie de la qualité des logiciels. Heureusement, vous pouvez surmonter ces problèmes grâce à un ensemble de stratégies.

1. Communication claire et concise

La nature collaborative des tests d’assurance qualité signifie que la communication entre les testeurs, les ingénieurs et les parties prenantes est quelque chose que vous devez prendre au sérieux. Établir des lignes de communication ouvertes et s’assurer que toute documentation est claire et facile à comprendre peut contribuer grandement à éliminer l’ambiguïté et la confusion du processus de test d’assurance qualité.

 

2. Établir des boucles de rétroaction

L’établissement de boucles de rétroaction entre les développeurs et les testeurs peut contribuer à apporter de nouveaux niveaux de précision et d’efficacité dans votre code. Lorsque les ingénieurs savent où les problèmes se posent, ils peuvent intégrer ce retour d’information dans leur travail. En effet, une collaboration étroite entre toutes les parties favorise le partage des connaissances et permet d’identifier les problèmes à un stade précoce et de procéder à des améliorations plus rapidement.

 

3. Apprentissage et développement

Il est essentiel de consacrer du temps à l’apprentissage et au développement des ingénieurs et de votre équipe de test d’assurance qualité pour retenir et recycler les meilleurs talents. Lorsque les développeurs ajoutent de nouvelles compétences à leur boîte à outils, cela permet d’améliorer les logiciels. De plus, si vous les encouragez à adopter de nouvelles technologies et méthodologies, ils maintiendront vos tests à jour et pertinents.

 

4. Investir dans des outils d’automatisation

Si les tests manuels et exploratoires restent importants pour une assurance qualité complète, investir dans des outils d’automatisation des tests permet d’économiser du temps et de l’argent et de soulager les testeurs des tâches banales et répétitives. Outils d’automatisation des tests, tels que
ZAPTEST
sont extrêmement sophistiqués, robustes et variés.

De plus, les clients de ZAPTEST Enterprise ont accès à un expert ZAP dédié à plein temps. Cet ajout aide les équipes à combler le manque de compétences en matière d’automatisation, car elles disposent d’une personne qui peut aider à mettre en œuvre et à déployer les outils ZAPTEST sur le lieu de travail, garantissant ainsi des tests de logiciels et d’assurance qualité de pointe.

 

Quelle est la différence entre l’assurance qualité et les tests ?

dissiper certaines confusions dans l'automatisation des tests de logiciels

L’assurance qualité (AQ) et les tests sont deux termes fréquemment utilisés de manière interchangeable dans les cercles de développement de logiciels. Cependant, ils décrivent des choses différentes. En effet, il est important pour vos projets de comprendre la différence entre l’assurance qualité et les tests.

Pour explorer pleinement ces concepts, nous devons penser à trois entités distinctes. Il s’agit de

  • Assurance qualité
  • Contrôle de la qualité
  • Essais

 

1. Assurance de la qualité (AQ)

 

L’assurance qualité est un concept large qui vise à garantir que les bonnes politiques et procédures sont suivies pour assurer la création d’un logiciel de haute qualité. Il s’agit d’un processus proactif qui vise autant à prévenir les bogues qu’à les identifier et à les résoudre.

La mise en place d’une stratégie d’assurance qualité (décrite en détail ci-dessus) constitue un élément essentiel de l’assurance qualité dans le cadre du développement de logiciels.

 

2. Contrôle de la qualité (CQ)

 

Le contrôle de la qualité est une phase connexe mais distincte de l’assurance de la qualité. Alors que l’assurance qualité concerne l’ensemble du cycle de développement durable, le contrôle de la qualité consiste à vérifier l’état final du projet lorsqu’il est proche d’être achevé. Le CQ concerne la mise en œuvre correcte et fidèle de la stratégie globale d’AQ.

Le QC se distingue également par l’attention qu’il porte à l’utilisateur final. Il contribue à garantir une bonne expérience utilisateur en comprenant et en respectant les exigences et les spécifications des utilisateurs. Là où l’AQ est proactive, le CQ est réactif. Dans l’ensemble, l’idée est que le contrôle de qualité est effectué avant que le produit ne parvienne aux utilisateurs et qu’il comprend des éléments tels que l’analyse du produit, les tests, les inspections, les révisions de code, etc.

 

3. Essais

 

Comme indiqué ci-dessus, les tests de logiciels font partie de la mise en œuvre du contrôle de la qualité. Il s’agit de comprendre les spécifications du projet et les exigences du client, de tester le produit par rapport à ces normes et de détecter les bogues et les défauts. Il existe plusieurs types de tests différents et leur mise en œuvre implique un processus assez étendu d’élaboration d’un plan de test, de conception de cas de test, et de signalement et de résolution des défauts.

Comme indiqué ci-dessus, ces trois approches distinctes fonctionnent en harmonie pour parvenir à l’assurance de la qualité. Bien qu’ils soient différents, ils sont motivés par le même objectif : fournir un produit solide que l’entreprise peut soutenir.

 

10 Différents types de tests d’assurance qualité

RPA vs automatisation des tests logiciels - Différences et points communs

Il existe de nombreux types de tests d’assurance qualité que vous devez connaître. Voici une liste de 10 types de tests d’assurance qualité de logiciels qui couvrent la plupart des éventualités que vous devez prendre en compte pour créer des logiciels robustes qui répondent aux attentes des utilisateurs.

 

#1. Tests unitaires

Tests unitaires est un type de test de base qui isole et teste des unités de code individuelles. En général, les tests unitaires commencent dès le début du développement d’un logiciel, l’idée étant de vérifier des composants et des méthodes plus petits, voire des lignes de code uniques, avant de passer à d’autres travaux.

La décomposition d’une application en petits morceaux gérables aide les équipes de produits à comprendre la fonctionnalité globale de leur code et à comprendre comment les changements peuvent affecter les parties connexes.

 

#2. Test des composants

Alors que les tests unitaires se concentrent sur les unités de code, les tests de composants se concentrent sur les composants, ou comme ils sont également appelés, les modules. En effet, ce type de test est également appelé test de module. Une approche de test de composants consiste à tester plusieurs unités en même temps.

Les tests de composants s’intéressent aux aspects fonctionnels de chaque unité, mais ils tentent également de vérifier comment les composants s’intègrent les uns aux autres. Le test de ces interrelations peut aider les équipes à découvrir les défauts à un stade précoce du processus et à remédier aux problèmes en isolant les composants qui posent problème.

 

#3. Tests d’intégration

Tests d’intégration est l’étape logique qui suit les tests unitaires et les tests de composants. Il vise à vérifier comment les modules ou les composants fonctionnent ensemble dans le cadre d’un système unifié. L’intégration combine les composants dans leurs groupes respectifs et vérifie qu’ils répondent aux exigences fonctionnelles.

 

#4. Essais de bout en bout

Tests de bout en bout (E2E) vérifie la fonctionnalité et les performances de l’ensemble d’une application logicielle du début à la fin – ou de bout en bout. Il s’agit ici de déterminer comment un produit se comportera dans un environnement réel. Ce type de test simule des cas d’utilisation réels et des données en direct afin de se faire une idée précise du flux de données et d’informations à travers l’application, de l’entrée à la sortie.

 

#5. Tests de performance

Tests de performance est un moyen éprouvé de tester le fonctionnement d’une application lorsqu’elle est soumise à des contraintes ou à une utilisation intensive. Il teste notamment la vitesse, la stabilité, la réactivité et l’allocation des ressources d’un produit.

Les types de tests de performance les plus courants sont les suivants :


  • Tests de charge
    : Ce type de test consiste à simuler un nombre excessif de transactions ou d’utilisateurs afin de voir comment le logiciel gère la charge supplémentaire.

  • Tests de résistance
    : Identifier les goulets d’étranglement ou les défaillances potentielles en poussant l’application au-delà de ses limites.
  • Tests en volume : Ce type de test utilise de grands volumes de données ou d’utilisateurs simultanés pour voir comment l’application fonctionne.
  • Tests d’endurance : Ce type de test vise à déterminer comment une application fonctionnera lorsqu’elle sera soumise à une charge constante pendant une période prolongée.

 

#6. Tests de régression

Tests de régression Il s’agit de refaire des tests précédemment effectués pour voir comment les changements ou les modifications apportées au logiciel ont affecté la fonctionnalité. Il s’agit d’un élément extrêmement important pour garantir la stabilité et la qualité des applications, car il permet de mettre en évidence les conséquences involontaires des mises à jour. En réutilisant des tests déjà acceptés, les testeurs peuvent rapidement mettre en évidence les problèmes survenus, ce qui permet de les résoudre rapidement.

 

#7. Test d’hygiène

Bien qu’ils ne soient pas aussi complets que les tests de régression,
les tests d’intégrité
est un moyen rapide et utile de trouver des bogues ou des défaillances critiques après des intégrations, des réparations ou des corrections de bogues. Les tests de sécurité peuvent être considérés comme un compromis entre la rapidité et la nature approfondie des tests de régression.

Il existe deux types principaux de tests d’intégrité : Les tests d’intégrité en boîte blanche et les tests d’intégrité en boîte noire.

  • Tests d’intégrité en boîte blanche est un type général de test de logiciel qui implique des tests avec accès au code source de l’application. L’accès au code source leur permet de repérer les parties du code susceptibles de présenter des problèmes et de concentrer leurs tests sur ces parties.
  • Tests d’intégrité en boîte noire implique des testeurs qui n’ont pas accès au code source. Ils se concentrent plutôt sur la fonctionnalité du logiciel et explorent les domaines qui sont des candidats logiques aux défauts.

 

#8. Test du système

Test du système cherche à tester l’application au niveau du système. Ce type de test évalue l’ensemble du système logiciel par rapport à ses exigences et à ses fonctionnalités. Le test du système a lieu après que les modules et les composants individuels ont été mis à l’épreuve. En fait, il s’agit de comprendre comment fonctionne une version entièrement intégrée du logiciel.

 

#9. Essais de fumée

Essais de fumée est un type de test d’intégrité qui recherche les problèmes graves dans une nouvelle version d’un logiciel. Là encore, comme pour les autres types de tests d’intégrité énumérés ci-dessus, il s’agit davantage de vérifier les fonctionnalités de base que de parcourir une liste exhaustive de caractéristiques.

Les tests de fumée, également appelés tests de confiance ou tests de vérification de la construction (BVT), se présentent sous deux formes : manuels et automatisés.

  • Les tests de fumée manuels est l’approche traditionnelle dans laquelle les testeurs effectuent des tests manuels.
  • Les tests de fumée automatisés est une approche de plus en plus populaire où les cas de test sont exécutés automatiquement, ce qui permet d’économiser du temps et de l’argent.

#10. Tests d’acceptation par les utilisateurs

Tests d’acceptation par l’utilisateur (UAT) est l’un des types de tests du cycle de vie de l’assurance qualité. En général, elle est effectuée juste avant que le logiciel ne soit mis à la disposition de l’utilisateur final. Ce type de test consiste à envoyer un produit finalisé à des utilisateurs finaux réels pour vérifier s’il répond aux spécifications et aux attentes. L’UAT peut impliquer des utilisateurs, des clients ou des parties prenantes, et le processus est connu pour sa capacité à détecter les défauts et à réduire les coûts de maintenance.

Bien que cette liste des 10 meilleurs types de tests d’assurance qualité couvre toutes les bases, il est important de se rappeler qu’il existe d’autres méthodes de test qui conviennent à différentes situations. Le choix se fait en fonction des spécifications de chaque logiciel.

 

Méthodes organisationnelles d’assurance qualité

que vous devez connaître

Tests alpha - Qu'est-ce que c'est, les types de tests, le processus, les tests bêta, les outils et plus encore !

Bien que l’objectif des tests d’assurance qualité soit d’obtenir le meilleur produit possible, il existe un certain nombre d’approches et de philosophies. Voici quelques méthodes d’assurance qualité utilisées par des organisations et des responsables de produits du monde entier.

 

1. Gestion de la qualité totale (TQM)

 

La gestion de la qualité totale (TQM) est une philosophie de développement de logiciels qui crée une culture de l’excellence en se concentrant sur.. :

  • Satisfaction des clients
  • Engagement des salariés
  • Amélioration des processus

La gestion de la qualité (TQM) se concentre sur les objectifs typiques de l’assurance qualité, comme la recherche et la résolution des défauts. Cependant, il a une portée plus globale et vise également à créer une culture dans laquelle tous les membres de l’équipe s’investissent dans la mise en place de flux de travail et de processus solides axés sur les meilleures réalisations logicielles.

 

Principes clés de la gestion de la qualité (TQM)

  • Centré sur le client : La gestion de la qualité est axée sur le dépassement des attentes des clients. Cela signifie qu’il faut prendre le temps de bien comprendre ce que veulent les clients et de développer des logiciels qui résolvent leurs problèmes.
  • Implication des employés : La gestion de la qualité implique tous les acteurs du développement, et pas seulement les ingénieurs et les testeurs.
  • Amélioration continue : Un autre aspect important de la gestion de la qualité est la recherche permanente de nouveaux outils, méthodes et processus pour améliorer les logiciels.
  • L’accent mis sur les processus : La gestion de la qualité est fortement axée sur la mise en place de processus solides et éprouvés, tels que les méthodologies agiles comme Scrum et Kanban.

 

2. Assurance de la qualité des processus et des produits (AQP)

L’assurance qualité des processus et des produits (AQP) est une approche globale visant à garantir la qualité des produits logiciels. Au lieu de se contenter de tester le produit final, l’AQP met l’accent sur l’ensemble du cycle de développement du produit.

L’AQPV suit un grand nombre des meilleures pratiques d’assurance qualité en adoptant une approche holistique de la livraison du produit. Cette méthode comprend

  • Élaboration d’une documentation complète sur les normes de développement
  • Réaliser des audits pour tous les processus de développement de logiciels afin de mettre en évidence les faiblesses, goulets d’étranglement et inefficacités potentiels et d’y remédier.
  • Formation et développement complets pour les ingénieurs
  • Utiliser les données et le retour d’information pour améliorer en permanence le processus de développement.

 

3. Essais d’échec

Les tests d’échec, communément appelés tests négatifs, sont une technique d’assurance qualité qui vise à casser le programme en fournissant des entrées non valides, des conditions inattendues, des cas limites, etc. L’objectif de ces méthodes est de découvrir les bogues et les défauts avant que le logiciel ne soit publié.

Types de tests d’assurance qualité de logiciels dans les tests d’échec

Voici quelques types courants de tests d’échec :

  • Partitionnement par équivalence : Cette technique de test consiste à répartir les entrées dans des classes d’équivalence. Ensuite, il ne teste qu’une entrée de chaque classe, ce qui permet théoriquement de réduire le temps de test.
  • Tests de limites : Le test consiste à donner au logiciel des données d’entrée qui se situent en dehors de la plage de valeurs attendues.
  • Détection d’erreurs : Les ingénieurs devinent les erreurs susceptibles de causer des problèmes avec le logiciel et élaborent des cas de test pour explorer ces défauts potentiels.

 

4. Principes clés des tests de défaillance

Voici quelques-uns des principes fondamentaux des tests de défaillance :

  • Pensez comme un pirate informatique : Les tests d’échec encouragent les testeurs à penser comme quelqu’un qui essaierait de casser ou d’exposer les vulnérabilités d’un logiciel. En surchargeant le système ou en tentant d’injecter un code malveillant dans le logiciel, les développeurs peuvent mieux comprendre les faiblesses potentielles de leur produit.
  • Allez au-delà du comportement attendu : De nombreux cas de test vérifient le logiciel par rapport au comportement attendu. Les tests d’échec empruntent des voies moins conventionnelles pour découvrir les cas limites.
  • Casser des choses : Les tests d’échec encouragent les testeurs à casser le logiciel dès le début du développement. Ces fractures ne feront qu’améliorer le logiciel du produit final une fois qu’elles auront été réparées.

Bien entendu, il ne s’agit là que de quelques-unes des méthodes utilisées dans les milieux de l’ingénierie de la qualité des logiciels pour garantir une culture de développement solide.

 

Différentes méthodologies en matière de logiciels et d’assurance qualité

Différentes méthodologies en matière de logiciels et d'assurance qualité

En fonction de la portée du projet, des préférences de l’organisation et des contraintes et exigences du projet, différentes méthodes et cadres sont appropriés. Examinons les trois meilleures méthodes utilisées dans le cadre d’une approche de test d’assurance qualité.

 

#1. Méthode de la cascade

La méthode Waterfall est une approche traditionnelle de développement de logiciels. On dit souvent qu’il suit une “approche séquentielle et par étapes” pour développer des logiciels. En bref, il tire son nom de la chute d’eau car il décrit l’eau qui tombe en cascade d’une hauteur, chaque étape commençant avant la suivante.

Dans un contexte de développement, cela signifie que la collecte des exigences doit se faire avant la conception, puis le développement, puis les tests, et ainsi de suite.

Bien que cette approche soit structurée et disciplinée, elle manque de la flexibilité et de la collaboration intégrée des autres méthodologies. Le plus inquiétant est le risque de voir apparaître des défauts à un stade avancé de la procédure, qui peuvent être coûteux et longs à corriger.

 

#2. Méthodologie agile

Bien que les méthodologies agiles et les tests d’assurance qualité soient des concepts distincts, ils ont des liens entre eux et peuvent bien fonctionner ensemble. Explorons-les individuellement avant de voir comment ils peuvent être utilisés de concert.

 

Méthodologies agiles

  • L’accent est mis sur la fourniture de logiciels en courtes périodes de 1 à 4 semaines, généralement appelées “sprints”. Cette approche itérative contraste fortement avec la méthode Waterfall décrite ci-dessus.
  • Les sprints donnent aux développeurs la possibilité d’obtenir un retour d’information et des idées et d’apprendre de leurs erreurs. Cette approche ouvre la voie à l’amélioration continue.
  • Les équipes agiles sont généralement interfonctionnelles. Ainsi, les ingénieurs, les testeurs, les parties prenantes et les propriétaires de produits travaillent ensemble dans le cadre d’une approche plus holistique du développement de produits.

 

Tests d’assurance qualité dans le cadre de la méthode Agile

  • Les tests continus constituent une part importante de la méthode Agile, avec une forte dépendance à l’égard de tests logiciels fréquents et automatisés tout au long du cycle de développement. Cette approche permet aux équipes de garder un œil sur les défauts et les régressions qui peuvent être introduits en raison de nouvelles caractéristiques ou fonctions.
  • La méthode agile permet également de tester les produits le plus tôt possible dans le cycle de développement. Encore une fois, le principal avantage est de trouver et de résoudre les bogues et les échecs le plus tôt possible et pendant qu’ils sont faciles à corriger.
  • L’approche de l’ingénierie logicielle en matière d’assurance qualité correspond à l’accent mis par Agile sur une collaboration étroite entre les testeurs et les développeurs. Ces boucles de rétroaction éliminent les silos et garantissent que tout le monde tend vers les objectifs d’un logiciel de qualité.

 

#3. DevOps

DevOps est une approche innovante du développement de logiciels qui associe les équipes de développement et d’exploitation. Lorsqu’il est combiné avec les tests d’assurance qualité, un autre silo est brisé par l’ajout de l’équipe d’assurance qualité. Grâce à une meilleure collaboration et à une appropriation partagée des processus de développement de logiciels, les équipes peuvent produire des logiciels de meilleure qualité et plus rapidement.

Voici quelques-unes des principales caractéristiques d’une approche DevOps et AQ :

  • Tests par équipes, similaires à l’approche Agile ci-dessus
  • L’intégration et la livraison continues (CI/CD) signifient que le code est fusionné et testé plusieurs fois par jour, ce qui signifie que le retour d’information est mis en œuvre et que les régressions sont corrigées rapidement.
  • DevOps fait largement appel à l’automatisation des tests logiciels pour les tests logiciels et les tests d’assurance qualité, ce qui garantit des tests plus rapides et plus rentables, libérant ainsi les développeurs pour des tâches à plus forte valeur ajoutée.
  • Les tests et l’amélioration continus sont un autre aspect important de l’approche DevOps qui correspond aux idéaux de l’assurance qualité dans les tests de logiciels.

Comme vous pouvez le constater, une approche d’assurance qualité dans les tests de logiciels peut utiliser n’importe laquelle de ces méthodes. Cependant, pour tirer pleinement parti des tests d’assurance qualité, il faut une équipe d’experts en assurance qualité.
Agile/DevOps
approche.

 

Mise en œuvre d’une stratégie de qualité et d’assurance des logiciels

L'avenir de l'automatisation des processus robotiques dans les soins de santé

Une solide stratégie de test de la qualité des logiciels nécessite une planification minutieuse et réfléchie, ainsi que des choix éclairés concernant l’environnement de test, les cas de test et le logiciel utilisé pour le travail. Dans cette section, nous décrirons la meilleure façon de mettre en œuvre une stratégie de test d’assurance qualité.

IS YOUR COMPANY IN NEED OF

ENTERPRISE LEVEL

TASK-AGNOSTIC SOFTWARE AUTOMATION?

 

#1. Évaluer votre environnement de test

L’environnement de test de votre logiciel est essentiel pour les tests. C’est l’endroit où les applications sont testées et évaluées :

  • Matériel
  • Logiciel
  • Réseau
  • Données d’essai
  • Outils de test

En veillant à ce que votre environnement soit à la hauteur, vous contribuerez grandement à l’obtention de tests d’assurance qualité robustes.

La mise en place d’un environnement de test approprié nécessite de faire des recherches pour comprendre les caractéristiques de votre produit :

  • Caractéristiques
  • Spécifications
  • Dépendances
  • Exigences
  • L’architecture
  • Intégrations

Dans le meilleur des cas, toutes ces informations seront à portée de main grâce à une documentation complète. Une fois que vous aurez rassemblé toutes ces informations, vous serez en mesure de comprendre si votre environnement de test est capable d’effectuer le type de test d’assurance qualité requis avant l’expédition d’une version.

 

#2. Développer des cas de test

Une fois que vous avez la certitude de disposer d’un environnement de test solide, vous devez élaborer vos scénarios de test. L’élaboration de scénarios de test est un processus méthodique. Voici quelques étapes à suivre :

  • Recueillir autant d’informations que possible sur les besoins, les attentes et les spécifications des utilisateurs. Analyser les caractéristiques, les fonctions et les cas limites
  • Construire une matrice de traçabilité et mettre en correspondance chaque caractéristique du produit avec les cas de test désignés. Assurez-vous d’avoir une couverture complète pour tout ce dont vous avez besoin.
  • Si nécessaire, utilisez des modèles de cas de test pour rédiger vos tests.
  • Veillez à ce que vos cas de test soient clairs et concis et à ce qu’il y ait des résultats quantifiables pour évaluer l’acceptation.

 

#3. Déterminez les données de test dont vous avez besoin

Une fois les scénarios de test conçus, il est temps de déterminer les types de données dont vous avez besoin pour valider votre logiciel. Voici quelques données dont vous pourriez avoir besoin :

  • Données valides et non valides
  • Données représentatives
  • Valeurs limites
  • Données relatives aux tests de performance
  • Données relatives aux tests de sécurité

Veillez à ce que toutes vos données soient prêtes avant le test et créez tous les comptes dont vous pourriez avoir besoin pour mettre votre produit à l’épreuve.

 

#4. Choisir le meilleur outil de test AQ

En raison des délais et des budgets serrés, les outils d’automatisation des tests logiciels sont essentiels pour les entreprises qui veulent être compétitives. Il est essentiel de choisir le bon outil d’automatisation des tests. ZAPTEST fournit une suite robuste d’outils de test qui permettent aux équipes d’effectuer des tests simultanés, de valider les interfaces graphiques et les API, et même d’exécuter des bots auto-réparateurs sur plusieurs plates-formes et appareils.

Outils de test sans code, licences illimitées, et
RPA
permettent à ZAPTEST de se démarquer de ses concurrents.

 

#5. Tester et analyser

Une fois que vous avez suivi les étapes 1 à 4, il est temps de passer à la réalisation des tests de logiciels. Après avoir établi un calendrier de test solide, vous devez travailler méthodiquement sur vos cas de test. Un plan de test solide est essentiel pour garantir la couverture. Lorsque vous obtenez des résultats, ajoutez-les à votre plan de test et analysez les résultats. Programmer la correction des bogues et des défauts afin de s’assurer que le logiciel répond aux attentes des parties prenantes.

 

#6. Répéter puis relâcher

Une fois que les tests ont été exécutés et que les bogues et les défauts ont été résolus, il est temps de répéter les tests pour s’assurer de la qualité. Les résultats de votre plan de test doivent être clairs et objectifs. Enfin, vérifiez que vous répondez aux exigences de l’industrie avant d’approuver la publication du produit.

 

Quels sont les rôles impliqués dans les tests d’assurance qualité ?

avantages du rpa

À quoi ressemble une équipe de test d’assurance qualité solide ? Voici un bref aperçu du personnel nécessaire pour effectuer des tests de qualité et d’assurance des logiciels.

 

1. Analyste de la qualité des logiciels

Les analystes de la qualité des logiciels testent les logiciels et aident également les équipes à prévoir les bogues et les défauts qui pourraient survenir à l’avenir sur la base de leur analyse.

2. Ingénieur en automatisation de l’assurance qualité / testeur de l’assurance qualité

Les ingénieurs en automatisation de l’assurance qualité et les testeurs de l’assurance qualité cherchent à identifier les bogues et les défauts avant qu’ils n’atteignent les clients.

3. Architectes d’essai

Les architectes de test jouent un rôle crucial dans les tests d’assurance qualité en construisant et en concevant les tests utilisés pour valider correctement le logiciel.

4. Responsable AQ

Le responsable de l’assurance qualité est un chef d’équipe. Ils supervisent généralement les essais et veillent à ce que les calendriers soient respectés.

5. Responsable AQ

Les responsables AQ assurent la liaison entre l’équipe AQ et les clients. Ils fournissent des rapports, travaillent avec des analystes et évaluent la qualité des produits pour s’assurer qu’ils répondent aux attentes.

 

Quel est le meilleur logiciel d’assurance qualité ?

ZAPTEST RPA + Test Automation suite

Ces dernières années, d’excellents logiciels d’assurance qualité sont apparus sur le marché, offrant des moyens plus rapides et plus rentables de réaliser des tests complets. Examinons quelques-uns des meilleurs outils disponibles sur le marché.

 

1. Le meilleur outil tout-en-un : ZAPTEST

ZAPTEST est un outil d’automatisation des tests leader sur le marché, doté d’outils d’automatisation des tests de qualité. L’intégration de WebDriver, l’exécution parallèle, les tests sans code, les tests en direct et les tests inter-plateformes et inter-applications ne sont que quelques-uns des nombreux avantages de ce logiciel.

C’est l’outil parfait pour les équipes Agile/DevOps et il est livré avec un expert ZAP dédié et des licences illimitées. De plus, il comprend des services de première classe
RPA
et des solutions d’IA innovantes telles que le CoPilote de codage et la technologie de vision par ordinateur (CVT).

ZAPTEST répond à tous vos besoins en matière de logiciels et d’assurance qualité grâce à sa suite de fonctionnalités robustes. En outre, il est convivial, intuitif, rentable et constitue le choix idéal pour les équipes désireuses d’adopter le monde futuriste des
hyperautomatisation
.

 

Outil recommandé pour les tests manuels

TestRail est un solide outil de gestion des cas de test. Le logiciel aide les équipes d’assurance qualité à organiser les tests et à suivre les résultats. En outre, il permet aux équipes de collaborer efficacement, ce qui est un concept fondamental dans les tests d’assurance qualité. Grâce à d’excellents rapports et informations en temps réel, à l’évolutivité et à une interface conviviale, il est facile de comprendre pourquoi il s’agit d’une bonne option pour les équipes qui utilisent des tests manuels.

 

Outil recommandé pour les tests automatisés

Selenium est un outil de test logiciel libre et gratuit, doté de fonctions d’automatisation. Il prend en charge un grand nombre de navigateurs et de plates-formes web, ainsi que des langages tels que Python, Java, JavaScript, C#, Ruby, et bien d’autres encore. Il est flexible, permet de réutiliser les tests et possède une forte communauté d’utilisateurs, ce qui en fait un bon outil pour les tests d’assurance qualité.

 

Outil recommandé pour les tests de performance

New Relic est un bon outil d’assurance qualité et d’automatisation pour les tests de performance. Les tests de charge intégrés, l’analyse des causes profondes, la détection des goulets d’étranglement et les excellents outils de création de rapports en font un bon choix pour les tests de performance axés sur l’assurance qualité.

Bien que chaque outil recommandé soit excellent dans son travail, si vous voulez un outil puissant tout-en-un qui excelle dans les tests manuels, automatisés et de performance, ZAPTEST devrait être votre choix numéro un.

 

Qualité et assurance des logiciels :

Manuel ou automatisé ?

Tests alpha et tests bêta

Les outils d’automatisation des tests ont changé à jamais le monde des tests de logiciels. Les budgets et les délais étant de plus en plus serrés, les tests automatisés ont gagné en popularité. Cependant, y a-t-il encore de la place à la table pour les tests manuels ?

 

1. Le rôle des tests manuels d’assurance qualité

Pendant la majeure partie de l’histoire de l’assurance qualité dans le domaine des tests de logiciels, la plupart des processus ont été exécutés manuellement. Depuis une dizaine d’années, les outils d’automatisation des logiciels se sont multipliés, mais les tests manuels ont toujours leur utilité dans le cadre des tests d’assurance qualité. Voici quelques-uns des domaines dans lesquels il peut être utile :

  • Tests exploratoires
  • Tests de l’expérience utilisateur
  • Test de confirmation

 

2. Les avantages des tests d’automatisation de l’assurance qualité

L’automatisation de l’assurance qualité s’est imposée ces dernières années en raison de sa rapidité, de sa rentabilité, de sa commodité et de l’excellente couverture des tests. Les outils d’assurance qualité et d’automatisation permettent de détecter rapidement les défauts et d’améliorer la précision et la cohérence du processus de test. De plus, ils facilitent les approches d’assurance qualité et de test, comme CI/CD, et aident les équipes à adopter les méthodologies Agile/DevOps.

L’assurance qualité et les tests d’automatisation font tous deux partie d’une approche moderne du développement de logiciels. Si les tests manuels ont toujours leur place, l’automatisation des tests prend peu à peu le relais et gagne en qualité, grâce à des outils assistés par l’IA qui peuvent reproduire les tests de l’expérience utilisateur.

 

Meilleures pratiques en matière de qualité et d’assurance des logiciels

 

L’assurance de la qualité est un domaine complexe avec de nombreux tenants et aboutissants. Cependant, avec une préparation et une sensibilisation adéquates, cela ne doit pas être une corvée. Voici quelques conseils et bonnes pratiques pour vous assurer que vos logiciels sont aussi bons que possible.

 

1. Utilisation de CI/CD

Les tests d’intégration et de livraison continues (CI/CD) sont essentiels pour l’assurance qualité. Comme les développeurs mettent à jour de petites sections de code dans un module centralisé, vous pouvez donner la priorité à l’automatisation des tests pour chaque nouvel ajout. Vous pouvez détecter les bogues à un stade précoce et veiller à ce que les problèmes soient résolus rapidement et efficacement. L’automatisation des tests vous permet de bénéficier de tests cohérents et normalisés dans l’ensemble du pipeline et de vous assurer que les nouvelles fonctionnalités n’altèrent pas les fonctionnalités existantes, ce qui évite les régressions.

 

2. Utiliser une combinaison de tests manuels et automatisés

Les avantages de l’automatisation des tests logiciels sont nombreux
l’automatisation des tests logiciels
Les résultats de l’évaluation de la qualité des logiciels sont très positifs, notamment en termes de réduction des coûts, d’augmentation de la couverture des tests, de gain de temps, de réduction des erreurs humaines et d’amélioration globale de la qualité des logiciels. Ces avantages sont si considérables qu’ils peuvent occulter l’utilité des tests manuels.

Les tests manuels ont toujours leur place dans les tests d’assurance qualité, en particulier lorsqu’il s’agit de trouver des cas limites ou des situations pertinentes pour l’expérience de l’utilisateur. Ainsi, bien que l’automatisation des tests soit devenue si sophistiquée qu’elle peut couvrir la plupart des éventualités, combinez la puissance des deux types de tests si vous disposez d’un temps et d’un budget suffisants.

 

3. Veillez à ce que vos cas de test soient clairs et concis

Évitez de rédiger des scénarios de test avec trop de jargon. Bien que le langage technique soit inévitable dans certains cas, il est préférable de rester clair et concis. Toute confusion ou ambiguïté dans les cas de test peut entraîner l’acceptation ou le rejet de critères de manière incorrecte. Veillez donc à ce que vos objectifs et vos résultats soient faciles à comprendre pour tout le monde et à ce que toutes les étapes que vous incluez soient simples à reproduire.

 

4. La communication est essentielle

L’assurance de la qualité implique des parties prenantes de tous les secteurs de l’entreprise. Veillez donc à ce que les gestionnaires de produits, les clients, les développeurs et toutes les autres parties prenantes soient tenus au courant des progrès, des risques, des résultats, etc. De plus, documentez et suivez tous vos défauts à l’aide d’un système de suivi des bogues et veillez à ce que les parties concernées aient accès au document.

 

5. Prendre de l’avance avec le test du décalage à gauche

Les tests en mode décalé consistent à effectuer les tests le plus tôt possible. Une approche CI/CD est un excellent point de départ, mais vous pouvez mettre en œuvre la philosophie dans l’ensemble du SDLC. Par exemple, les tests d’acceptation par l’utilisateur (UAT) peuvent commencer par des maquettes et des prototypes au lieu de se produire uniquement lorsque le projet est presque achevé. Cela permet de gagner énormément de temps, car il n’est pas nécessaire de retravailler les produits pour les adapter au retour d’information.

Comme le montre ce graphique tiré d’un document de l
document de recherche de l’IMB
montre qu’il est beaucoup moins coûteux de corriger les défauts lors de la conception que lors de la mise en œuvre, des essais ou de la maintenance.


6. Garder la sécurité à l’esprit

Les conséquences d’un logiciel mal sécurisé peuvent être considérables, en particulier si votre application utilise des données sur les clients. Les gestionnaires de produits doivent cultiver une culture de la sécurité le plus tôt possible dans le processus d’assurance qualité. La mise en œuvre d’une analyse statique du code dans vos tests d’assurance qualité est un bon début. Si la formation à la sécurité de votre équipe d’assurance qualité et la collaboration étroite avec les développeurs sont essentielles, il faut savoir que les tests de sécurité prennent beaucoup de temps. C’est donc un excellent candidat à l’automatisation.

 

Dernières réflexions

L’assurance qualité des logiciels est une approche systématique qui garantit que les logiciels sont développés et maintenus conformément aux attentes des clients. L’assurance qualité et les tests vont de pair, car la recherche et la résolution des défauts constituent une part importante de la livraison de versions stables qui résolvent les problèmes des parties prenantes. Bien que les tests d’assurance qualité ne constituent qu’une partie de l’approche globale de l’assurance qualité des logiciels, ils en sont l’un des principaux piliers.

Download post as PDF

Alex Zap Chernyak

Alex Zap Chernyak

Founder and CEO of ZAPTEST, with 20 years of experience in Software Automation for Testing + RPA processes, and application development. Read Alex Zap Chernyak's full executive profile on Forbes.

Get PDF-file of this post