fbpx

Get your 6-month No-Cost Opt-Out offer for Unlimited Software Automation?

Le bêta-test est l’une des formes de test les plus populaires en raison de sa capacité à recueillir un véritable retour d’information de la part des utilisateurs – ce qui permet aux entreprises (et aux développeurs indépendants) d’améliorer considérablement leur code. La stratégie de test bêta d’une organisation peut même être un facteur majeur dans sa capacité à fournir des programmes logiciels fonctionnels. Il est donc essentiel que vous et votre entreprise sachiez comment fonctionne cette technique et comment vous pouvez surmonter les difficultés qu’elle pose et garantir la stabilité du produit.

Comprendre les principes fondamentaux du test bêta, ainsi que les logiciels disponibles qui pourraient aider les testeurs, permet à l’équipe de développement d’apporter toutes les modifications nécessaires avant et même après la publication. Cette méthode va de pair avec les tests alpha, ce qui permet aux développeurs et aux testeurs de couvrir toutes les bases possibles tout au long du processus d’assurance qualité.

Dans cet article, nous examinons comment une approche solide des tests bêta aide les entreprises de logiciels à fournir de meilleurs programmes, ainsi que les étapes spécifiques et les erreurs impliquées.

 

Table des matières

Qu’est-ce que le bêta-test ?

checklist uat, outils de test d'applications web, automatisation et plus encore

Le test bêta est un type d’assurance qualité qui étudie spécifiquement la manière dont les utilisateurs se serviront d’un produit – et qui détermine si le logiciel présente des problèmes qui doivent être corrigés. Il s’agit principalement de testeurs issus du public cible visé, mais aussi d’autres groupes démographiques afin de garantir l’accessibilité de l’expérience utilisateur.

Chaque fonctionnalité est examinée de près pendant les tests bêta ; ces vérifications offrent également une nouvelle perspective, aidant les testeurs à trouver des problèmes que les développeurs risquent de ne pas voir. En fonction de la date de ces tests, l’entreprise peut être en mesure de corriger les problèmes découverts avant la publication du programme.

 

1. Quand et pourquoi faut-il procéder à un test bêta ?

Avantages de la mise en place d'un centre d'excellence en matière de tests. Les tests de performance sont-ils différents des tests fonctionnels ?

Les tests bêta commencent généralement après les tests alpha, mais avant le lancement du produit, en général lorsque l’application est achevée à environ 95 %. Cela signifie que l’expérience des bêta-testeurs est très similaire, voire identique, à celle des utilisateurs finaux – et garantit qu’il n’y a pas de changements majeurs dans la conception du produit avant sa sortie qui pourraient affecter les tests.

Les tests bêta sont l’occasion pour les développeurs d’avoir un regard neuf sur leur travail. Cela est particulièrement utile pour examiner l’expérience de l’utilisateur, notamment la facilité avec laquelle les gens comprennent exactement le fonctionnement du logiciel.

 

2. Quand il n’est pas nécessaire de faire des tests bêta

Avantages de la mise en place d'un centre d'excellence en matière de tests. Les tests de performance sont-ils différents des tests fonctionnels ?

Les entreprises peuvent effectuer leurs tests alpha et d’autres types d’assurance qualité du point de vue de l’utilisateur, ou même utiliser des programmes de test avec vision par ordinateur pour faciliter cette tâche. Cela ne couvre pas tous les angles possibles, mais peut être un substitut efficace si l’organisation manque de temps et d’argent pour mener des tests bêta.

Même dans ces situations, les tests bêta peuvent s’avérer particulièrement utiles et permettre à l’entreprise d’économiser de l’argent à long terme. Rares sont les programmes qui ne bénéficieraient pas d’un test bêta ; il s’agit presque toujours d’un investissement rentable dans le cadre d’une stratégie de test.

 

3. Dissiper certaines confusions : Bêta-test et alpha-test

dissiper certaines confusions dans l'automatisation des tests de logiciels

Bien que ces deux processus soient assez similaires, il est important de connaître les différences entre les tests alpha et bêta dans les tests de logiciels.

 

Qu’est-ce qu’un test alpha ?

 

Le test alpha est une autre forme de test d’acceptation par l’utilisateur qui porte principalement sur une phase antérieure d’un programme afin d’évaluer les problèmes de développement majeurs et mineurs. Il s’agit généralement d’une liste de contrôle des composants et des tests logiciels courants, ce qui permet d’obtenir une couverture complète.

Dans la plupart des cas, c’est l’équipe de test interne de l’entreprise qui s’en charge, ce qui signifie qu’elle connaît bien l’application et son fonctionnement. Par conséquent, la procédure de test peut comporter certains angles morts que seuls les bêta-testeurs peuvent déceler.

 

Tests bêta et tests alpha

 

Les tests alpha et les tests bêta sont tous deux des formes de tests d’acceptation par l’utilisateur, ce qui signifie qu’ils se complètent mutuellement lorsqu’ils sont utilisés ensemble. Chacune de ces approches consiste à rechercher des problèmes dans le logiciel à différents stades de développement, en particulier ceux qui peuvent avoir une incidence sur l’expérience globale de l’utilisateur.

Cependant, le test bêta se concentre sur le test de la boîte noire sans examiner le fonctionnement interne de l’application – le test alpha combine cela avec le test de la boîte blanche pour vérifier le code lui-même.

Une autre différence majeure est que les bêta-testeurs n’ont généralement aucun lien avec le processus de développement ou même avec l’entreprise.

Cette séparation entre le testeur et l’application est nécessaire pour obtenir une perspective externe et impartiale. Les tests bêta portent généralement sur la stabilité, la sécurité et la fiabilité, tandis que les tests alpha se concentrent davantage sur la fonctionnalité générale – mais il peut y avoir des recoupements importants.

Une personne qui découvre le logiciel peut utiliser des données attendues et inattendues pour voir comment elles influencent l’application, ce qui peut la rendre inopérante. Bien que les tests bêta se déroulent généralement avant la sortie officielle du logiciel, les modifications pourraient devoir attendre un correctif de premier jour, voire des semaines après le lancement.

 

4. Qui participe au test bêta ?

qui doit être impliqué dans les outils d'automatisation des tests logiciels et la planification de ceux-ci

– Bêta-testeurs

Ils ne sont généralement pas affiliés à l’entreprise et n’ont aucune connaissance préalable du produit et de la manière dont son code interne s’articule.

 

– Responsables de l’assurance qualité

Ils définissent la stratégie globale d’AQ et sont responsables des méthodes et des contrôles spécifiques utilisés par l’équipe de test.

 

– Testeurs alpha

Ils effectuent leurs vérifications avant le début des tests bêta afin de garantir que les systèmes internes fonctionnent comme prévu et sont prêts pour les futurs testeurs.

 

– Développeurs de logiciels

Ils utilisent les informations fournies par les bêta-testeurs pour remédier aux problèmes le plus rapidement possible, parfois même avant le lancement.

 

Avantages du test bêta

Les avantages des tests bêta dans les tests de logiciels sont les suivants :

 

1. Reflète l’expérience de l’utilisateur

 

Les bêta-testeurs n’ont pas de connaissance intime du logiciel et peuvent être personnellement inexpérimentés en matière de codage – ce qui signifie qu’ils représentent mieux le point de vue de l’utilisateur final.

Les bêta-testeurs peuvent s’engager dans le programme exactement comme le feraient des clients, ce qui permet aux développeurs de voir si leur application communique bien ses caractéristiques aux utilisateurs. Cette étape est cruciale car les développeurs et le personnel interne chargé de l’assurance qualité sont déjà familiarisés avec le fonctionnement et les fonctionnalités de ces applications.

 

2. Augmentation de la couverture des tests

 

Les tests bêta impliquent différentes vérifications que les équipes internes n’exécutent généralement pas, notamment des tests qui examinent les entrées potentielles des utilisateurs. Chaque nouveau test faisant partie de la stratégie d’assurance qualité de l’entreprise ajoute à la couverture globale des tests de chaque application. Ce pourcentage représente le degré d’exhaustivité du processus de test actuel et indique les composants qui pourraient bénéficier d’une plus grande attention ; une couverture de test élevée est toujours l’objectif à atteindre lors du bêta-test d’un logiciel.

 

3. Rentabilité

 

Bien que l’ajout d’un nouveau type de test puisse contribuer de manière significative aux dépenses d’un projet, en particulier s’il est nécessaire d’embaucher du personnel externe, les tests bêta sont très rentables.

La couverture accrue peut même permettre à l’équipe d’économiser beaucoup d’argent par la suite ; les estimations d’IBM indiquent que la résolution de ces problèmes après la publication est jusqu’à 15 fois plus coûteuse. Une stratégie de bêta-test réactive peut aider les équipes à réduire facilement les coûts de correction des bogues.

 

4. Des dispositifs diversifiés

 

Les tests bêta pourraient impliquer l’utilisation des propres appareils du testeur, ce qui aiderait l’équipe à effectuer ces vérifications sur un plus grand nombre de machines. L’application peut avoir du mal à fonctionner sur certaines cartes graphiques ou sans une mémoire suffisante, par exemple, et les tests bêta peuvent révéler ces problèmes.

Selon votre approche, les bêta-testeurs peuvent utiliser une plateforme externe pour effectuer ces tests et même simuler des appareils grâce à des tests inter-navigateurs.

 

Les défis du test bêta

Les tests bêta s’accompagnent également de divers défis, notamment :

 

1. Nécessite des compétences spécifiques

 

Bien que l’objectif soit toujours de simuler l’expérience d’un utilisateur et qu’il ne soit pas nécessaire d’avoir des compétences en codage, l’équipe chargée des tests bêta doit tout de même posséder de solides compétences en matière d’assurance qualité.

Ils doivent être en mesure d’inspecter chaque composant par le biais de méthodes “boîte noire” tout en adoptant l’approche d’un utilisateur final. Cet équilibre est un élément clé de toute approche de test bêta et nécessite généralement un bêta-testeur expérimenté.

 

2. Temps limité

 

Étant donné que les tests bêta ont lieu lorsque le produit est déjà prêt, même des retards mineurs par rapport au calendrier peuvent affecter les testeurs et leur capacité à effectuer des tests approfondis.

Leurs contrôles peuvent même se prolonger jusqu’à la sortie du produit, bien que les développeurs puissent encore apporter des modifications critiques après cette date sous la forme d’un correctif. Les testeurs peuvent ainsi être poussés à effectuer les contrôles rapidement, ce qui risque de limiter leur précision dans le processus.

 

3. Rapports non systématiques

 

Les procédures de rapport pour les tests bêta sont généralement moins approfondies que pour d’autres formes d’assurance qualité, de sorte que les développeurs peuvent prendre plus de temps pour réagir au retour d’information. Il est possible d’atténuer ce problème grâce à des scénarios de test détaillés ou à un logiciel de test bêta qui génère automatiquement un journal complet. Les développeurs ne sont pas non plus présents lors des tests bêta, ce qui peut constituer un obstacle supplémentaire qui influe sur la manière dont ils traitent ces questions.

 

4. Besoins généraux en personnel

 

Le nombre de bêta-testeurs dont une entreprise a besoin dépend principalement de l’échelle du produit – il est possible qu’elle se trompe sur le nombre de testeurs nécessaires en fonction de la portée de son produit. Cela peut conduire à un trop grand nombre de testeurs, à une ponction importante sur les ressources, ou à une difficulté pour les testeurs de couvrir de manière adéquate les composants du logiciel. L’équipe chargée de l’assurance qualité du projet devra examiner attentivement les besoins en personnel pour les tests bêta.

 

Objectifs du test bêta

Les principaux objectifs des tests bêta dans le cadre des tests de logiciels sont les suivants :

 

1. Traitement des bogues

 

Pratiquement toutes les applications rencontrent des problèmes au cours des premières phases de développement, et les tests bêta permettent d’élargir la couverture et de corriger les bogues. Par exemple, les testeurs peuvent émuler les entrées des utilisateurs ou les tentatives délibérées de casser le logiciel en saturant sa base de données, ce que les testeurs alpha peuvent ne pas envisager.

Cela permet à l’équipe d’avoir une plus grande confiance dans le produit et dans sa réception prochaine.

 

2. Améliorer l’expérience de l’utilisateur

 

Les tests bêta sont principalement effectués du point de vue de l’utilisateur et montrent comment les personnes qui ne connaissent pas le logiciel l’abordent. Par exemple, si les testeurs ont du mal à maîtriser les fonctions essentielles d’un programme, les développeurs devront peut-être rationaliser l’interface ou mettre en place de meilleurs didacticiels.

Les développeurs peuvent alors apporter les modifications nécessaires pour que le programme soit accessible à tous les utilisateurs.

 

3. Obtenir un retour d’information honnête

 

Les bêta-testeurs peuvent compiler des évaluations fictives pour le logiciel qu’ils testent, ce qui permet aux développeurs d’obtenir de véritables avis d’utilisateurs ; cela peut aller au-delà des cas de test.

Ces testeurs peuvent donner un retour d’information qui améliore le produit, même s’ils ne correspondent pas à un cas de test. Cela montre également comment le public cible visé par l’équipe réagira à l’application après sa publication.

 

Plus précisément, qu’est-ce qu’on teste dans le cadre d’un test bêta ?

 

Voici les aspects spécifiques d’une application que les bêta-testeurs examinent :

 

1. La stabilité

 

Les bêta-testeurs examinent une application pour déterminer si elle fonctionne bien sur différentes machines – ce qui inclut la facilité avec laquelle il est possible de casser le logiciel ou de faciliter un crash.

Par exemple, une application dépendant d’une base de données peut être confrontée à un “blocage” si elle reçoit trop de demandes ; les tests bêta montrent le nombre de demandes qu’elle peut traiter.

 

2. Fiabilité

 

Ce processus vise à réduire le nombre de bogues présents dans une application afin de la rendre plus fiable pour ses utilisateurs ; le test de fiabilité consiste à limiter la possibilité de défaillance.

Par exemple, le testeur peut utiliser le programme pendant une période prolongée et dresser la liste des problèmes qu’il rencontre, comme un élément visuel qui ne s’affiche pas correctement.

 

3. Fonctionnalité

 

La capacité du logiciel à remplir les fonctions prévues est un autre élément clé du test bêta. Les bêta-testeurs vérifient que chaque composant fonctionne comme prévu et que toutes les fonctionnalités sont intuitives.

Par exemple, si les testeurs ont du mal à utiliser l’argument de vente principal de l’application, les développeurs doivent y remédier immédiatement.

 

4. La sécurité

 

Cette approche consiste également à essayer de casser l’application, notamment en termes de sécurité. Un bêta-testeur peut essayer d’utiliser une porte dérobée pour obtenir des privilèges administratifs afin de mettre en évidence les vulnérabilités existantes. Ils peuvent même vérifier la base de données et son cryptage, car elle peut contenir des informations privées auxquelles aucun utilisateur ne devrait avoir accès.

 

5. Réception

 

La réaction du public à une application est un élément important du processus d’assurance qualité et permet aux développeurs de s’assurer qu’ils sont sur la bonne voie. Les bêta-testeurs donnent leur point de vue honnête sur le programme sous la forme d’un retour d’information général, tout en montrant à l’équipe comment les membres du public sont susceptibles de recevoir le logiciel.

 

Types de tests bêta

liste de contrôle des processus de test des logiciels

Voici les cinq principaux types de tests bêta dans le domaine des logiciels :

 

1. Test bêta ouvert

 

Les tests bêta ouverts sont entièrement accessibles au public, ce qui permet d’élargir l’éventail des perspectives. Il pourrait s’agir d’une approche “opt-in” dans le cadre de laquelle tout utilisateur intéressé pourrait demander à devenir bêta-testeur sur le site web de l’entreprise.

Dans ces cas, les contrôles sont rarement exigeants et peuvent se limiter à l’établissement de rapports de bogues en réponse à des erreurs.

 

2. Test bêta fermé

 

Les tests fermés ne sont ouverts qu’à des groupes privés, tels que la propre sélection de l’entreprise, ce qui permet à l’équipe de mieux contrôler les personnes qui vérifient la candidature. Ils peuvent donner la priorité aux bêta-testeurs qui constituent leur public cible, ce qui leur permet de voir comment différents groupes de personnes sont susceptibles de réagir aux nuances de ce logiciel.

 

3. Bêta-test technique

 

Les bêta-tests techniques examinent des composants spécifiques d’un point de vue technique ; bien que leur objectif soit de représenter les utilisateurs finaux, ces vérifications requièrent davantage d’expertise. Cela est nécessaire pour découvrir des bogues complexes qui peuvent encore avoir un impact sur l’expérience de l’utilisateur, mais qui nécessitent plus qu’un simple coup d’œil pour être détectés ; ces vérifications nécessitent un examen plus approfondi.

 

4. Tests bêta ciblés

 

Certains composants sont plus sensibles aux problèmes que d’autres ; par exemple, la base de données interagit généralement avec de nombreuses fonctionnalités d’une application, de sorte que ses erreurs peuvent affecter l’ensemble du programme. Les tests bêta ciblés portent sur des parties spécifiques du logiciel, ainsi que sur des fonctionnalités individuelles, afin de s’assurer qu’il n’y a pas de problèmes importants.

 

5. Tests bêta après la publication

 

Certains tests bêta ont lieu après la publication de l’application, ce qui permet à l’équipe de détecter les problèmes que les utilisateurs n’ont pas encore remarqués. Un contrôle après publication peut également aider à tester les mises à jour logicielles et les nouvelles fonctionnalités afin de s’assurer que les ajouts sont conformes aux mêmes normes que le reste de l’application.

 

Stratégies pour les tests bêta

Qu'est-ce que les tests unitaires ?

Il existe plusieurs plans et stratégies à mettre en œuvre lors d’un test bêta :

IS YOUR COMPANY IN NEED OF

ENTERPRISE LEVEL

TASK-AGNOSTIC SOFTWARE AUTOMATION?

 

1. Programmer les tests de manière appropriée

 

Comme les tests bêta ont généralement lieu peu de temps avant la sortie du produit, les équipes de test doivent veiller à équilibrer l’étape de l’assurance qualité pour faciliter chaque test qu’elles espèrent mettre en œuvre.

Par exemple, les développeurs doivent informer les testeurs de tout retard dans le projet et les testeurs doivent déterminer quelles sont les vérifications les plus importantes pour tenir compte des délais qui se rapprochent rapidement.

 

2. Se concentrer sur les objectifs des tests

 

Toute stratégie de test dépend d’un objectif clair qui peut facilement motiver chaque testeur. Par exemple, l’équipe peut donner la priorité à un composant spécifique dont dépend l’application.

Les testeurs peuvent viser un certain pourcentage de couverture ou une application qu’ils peuvent utiliser librement pendant une longue période sans rencontrer de bogues.

 

3. Embaucher les bons testeurs

 

Les testeurs qualifiés savent comment aborder un logiciel comme un utilisateur tout en examinant en profondeur l’expérience spécifique du programme, ce qui peut même être nécessaire pour les tests bêta techniques.

Les applications destinées à un large public (telles que les jeux vidéo ou les applications mobiles) pourraient bénéficier davantage de bêtas ouvertes qui reflètent des bases d’utilisateurs diversifiées de tous niveaux de compétence.

 

4. Agir sur le retour d’information des testeurs

 

L’équipe doit répondre rapidement aux bêta-testeurs lorsqu’ils font part de leurs commentaires ; cela permet de maintenir l’engagement des testeurs et permet aux développeurs de commencer à travailler sur la correction des bogues. La rapidité est primordiale à ce stade du développement du programme, car la date de sortie n’est généralement pas très éloignée du début du processus de test bêta.

 

Processus de test bêta

Qu'est-ce que les tests unitaires ?

Voici les six principales étapes du test bêta d’une application :

 

1. Préparer le bêta-test

 

L’équipe doit définir un nombre solide de testeurs correspondant à la portée de l’application, car certaines applications nécessitent plus de 300 bêta-testeurs. Ils doivent également déterminer les types de tests bêta à utiliser et la manière dont ils peuvent compléter la phase de tests alpha.

 

2. Recruter des bêta-testeurs

 

Après avoir défini son approche du test bêta, l’équipe d’assurance qualité doit recruter des testeurs externes en utilisant les canaux qu’elle préfère. Ils peuvent l’annoncer ouvertement sur leurs médias sociaux ou faire appel à une société de test ; ils doivent également veiller à prévoir un budget suffisant pour le temps de recrutement.

 

3. Lancer le programme bêta

 

Une fois que l’application et les testeurs sont prêts à commencer, l’entreprise publie l’application bêta et distribue des invitations aux bêta-testeurs. Les testeurs vérifient le programme au cours d’un long processus qui peut facilement durer plusieurs semaines et notent tout problème ou retour d’information pertinent.

 

4. Recueillir les commentaires des testeurs

 

Une fois les vérifications terminées, les bêta-testeurs donnent leur avis sur le logiciel et des rapports détaillés sur les erreurs qu’ils ont rencontrées. L’équipe peut également s’entretenir avec les bêta-testeurs pour obtenir plus de détails sur les problèmes et leurs causes potentielles.

 

5. Mise à jour de l’application

 

À l’aide des informations obtenues lors de ces contrôles et du retour d’information qui en résulte, les développeurs peuvent commencer à modifier l’application et à corriger les erreurs découvertes. Certains changements peuvent nécessiter d’attendre la fin du lancement pour être corrigés, en raison du calendrier serré qu’impliquent souvent les tests bêta.

 

6. Retester si nécessaire

 

Les testeurs internes vérifient généralement l’application après la phase de correction des bogues pour s’assurer que ces problèmes n’existent plus. L’entreprise pourrait à nouveau faire appel à des bêta-testeurs si le programme fait l’objet d’une mise à jour importante susceptible d’en affecter les fonctionnalités, y compris les nouvelles fonctions.

 

Phases du test bêta

types d'essais de performance

Les tests bêta se déroulent en plusieurs phases ; les phases habituelles sont les suivantes :

 

1. La planification

 

C’est au cours de cette phase que l’équipe interne élabore un document sur les objectifs de son approche générale du test bêta, y compris sur la question de savoir si elle souhaite une version bêta ouverte.

La phase de planification nécessite la contribution de toutes les parties prenantes ; les chefs d’équipe et les dirigeants doivent avoir les mêmes objectifs.

 

2. Le recrutement

 

La phase suivante comprend la sélection et l’intégration des testeurs, ce qui leur permet d’acquérir une compréhension préliminaire de l’application.

Cela doit correspondre aux besoins exacts d’un projet. Par exemple, les applications adaptées à tous les âges devraient faire appel à des testeurs issus de différents groupes d’âge pour vérifier la facilité d’utilisation.

 

3. Essais

 

La phase de test comprend trois volets : la gestion de l’engagement, la gestion du retour d’information et la distribution des résultats. Ces processus consistent à s’assurer de l’engagement des testeurs, à organiser leur retour d’information et à veiller à ce que les développeurs reçoivent les résultats. Les bêta-tests se déroulent généralement en sprints de 1 à 2 semaines, ce qui permet d’assurer une large couverture et de laisser du temps pour les réparations.

 

4. Récapitulation

 

Une fois les tests terminés, les équipes clôturent le cycle de test et se préparent à lancer le produit. Cela peut également inclure la rédaction d’un rapport après action.

 

Critères de participation au test bêta

Qu'est-ce qu'un test de logiciel ?

Les critères généraux d’admission aux tests bêta sont les suivants :

 

1. Équipe d’essai appropriée

 

Une équipe adéquate de bêta-testeurs est sans doute le critère d’entrée le plus important pour ces contrôles, car cela influe sur la manière dont ils s’engagent dans l’application. Par exemple, le test bêta d’un jeu vidéo doit représenter toutes les facettes du public cible, y compris les joueurs amateurs et expérimentés.

 

2. Les tests alpha sont terminés

 

Les tests bêta devraient commencer après que l’équipe interne a terminé les tests alpha, ce qui permet de mettre en évidence la plupart des problèmes liés au logiciel. Toutefois, il subsiste des lacunes en matière d’assurance qualité que seuls les tests bêta et une approche exclusivement fondée sur la boîte noire sont en mesure de combler de manière adéquate.

 

3. Une application prête à l’emploi

 

L’application elle-même doit disposer d’une version bêta fonctionnelle, entièrement mise à jour et comprenant toutes les fonctionnalités. Il doit s’agir d’un environnement de test indépendant dans lequel les erreurs rencontrées par le bêta-testeur n’affectent pas l’ensemble du programme ni les progrès des autres testeurs.

 

4. Bêta-test de logiciels

 

Les testeurs peuvent bénéficier d’un programme qui les aide à effectuer leurs tests bêta ; ce programme peut même mettre en œuvre l’automatisation des processus robotiques pour une plus grande précision à chaque étape. L’équipe interne décide principalement de l’application utilisée par les bêta-testeurs et doit sélectionner avec soin l’option la plus compatible.

 

Critères de sortie du test bêta

Les critères d’achèvement des tests bêta sont les suivants

 

1. Les problèmes découverts sont résolus

 

L’une des conditions essentielles à la clôture de la phase de test bêta est que les développeurs corrigent au mieux tous les problèmes signalés par les testeurs. Une fois que l’équipe a identifié et corrigé les problèmes, les testeurs peuvent terminer leur travail.

 

2. Résumé du test bêta terminé

 

Après avoir terminé leurs vérifications, les bêta-testeurs ont rédigé des résumés de leurs tests ainsi que des problèmes qu’ils ont rencontrés au cours du processus. Ce rapport constitue une ressource utile pour tester les futures versions du produit ou de tout autre logiciel similaire créé par l’entreprise.

 

3. Conclusion de la phase de test

 

L’équipe doit officiellement conclure la phase de test après que les bêta-testeurs ont terminé leurs vérifications ; cela signifie que l’étape d’assurance de la qualité est terminée. Cette signature permet également de s’assurer que l’équipe passe à la mise en production du produit.

 

4. Produit prêt à être expédié

 

De nombreux projets achèvent leur phase de test bêta en livrant le produit, d’autant plus que l’application peut être complète à ce stade. Il est possible que les tests bêta aient lieu après la publication, mais ce n’est généralement le cas qu’en cas de retard du projet.

 

Types de résultats des tests bêta

Les tests bêta produisent plusieurs résultats importants, notamment

 

1. Résultats des tests

 

Les tests bêta fournissent aux testeurs et aux développeurs une quantité importante de données permettant de déterminer si le produit est prêt à être lancé. Si l’équipe d’assurance qualité a déterminé les contrôles spécifiques utilisés par les bêta-testeurs, elle comparera les résultats aux résultats escomptés. Ces résultats peuvent inclure le taux de réussite des tests, la fréquence des accidents et même le score de convivialité du système.

 

2. Journaux d’essai

 

Bien que les bêta-testeurs n’examinent généralement les projets que du point de vue de la boîte noire, leurs actions génèrent toujours des données dans le journal interne du programme. Les développeurs peuvent s’en servir pour isoler les fichiers, les chemins d’accès et même les lignes de code précises qui sont responsables des problèmes qui surviennent. Par exemple, ces journaux peuvent indiquer si le système est soumis à des contraintes importantes.

 

3. Rapports d’essais

 

Ces résultats constituent finalement l’essentiel du résumé du test bêta, qui les combine avec les conclusions et les réflexions spécifiques du testeur sur l’application. Si les bêta-testeurs ont suffisamment d’expérience, ils pourraient proposer des idées sur la manière dont les développeurs peuvent commencer à corriger les bogues des logiciels. Les rapports de test bêta contiennent généralement un aperçu de la fonctionnalité, de la fiabilité, de la sécurité et de la stabilité d’un programme, ainsi que des commentaires généraux des testeurs.

 

Indicateurs de mesure courants pour les tests bêta

poste d'automatisation des tests de logiciels

Presque tous les tests bêta génèrent des mesures uniques, telles que.. :

 

1. Nombre de tests échoués

 

Si l’application échoue à l’un des contrôles, il est utile que les testeurs gardent une trace du nombre de tests auxquels le programme aurait été confronté. Il peut s’agir d’un nombre, mais aussi d’une fraction ou d’un pourcentage du nombre total de tests.

 

2. Pourcentage de couverture des tests

 

Plus la couverture des tests d’une équipe est élevée, plus elle est confiante dans sa capacité à découvrir le plus grand nombre d’erreurs possible. Les bêta-testeurs devraient se concentrer sur les composants logiciels ayant une couverture relative plus faible afin de s’assurer qu’ils fonctionnent exactement comme les développeurs l’ont prévu.

 

3. Satisfaction des clients

 

Les bêta-testeurs peuvent fournir des scores de satisfaction de la clientèle (ou CSAT) – qui permettent de suivre la réaction réelle du testeur au produit, y compris son niveau de satisfaction. Elle prend généralement la forme d’une échelle de 1 à 5, un score inférieur indiquant un mécontentement, tandis que 5 signifie une satisfaction totale.

 

4. Densité de la vulnérabilité en matière de sécurité

 

Lorsqu’ils vérifient la possibilité de problèmes de sécurité, les bêta-testeurs peuvent suivre la densité globale des vulnérabilités dans le programme. Les testeurs et les développeurs ont ainsi une idée précise de la sécurité générale de l’application, y compris des principales failles de sécurité du logiciel.

 

5. Score du promoteur net

 

À l’instar de la satisfaction de la clientèle, le taux de recommandation net (ou NPS) du programme examine comment des groupes d’utilisateurs réels sont susceptibles de réagir à l’application. Il s’agit d’une échelle de 10 points, 9 à 10 correspondant aux “promoteurs”, 7 à 8 aux “passifs”, et tout ce qui est inférieur à cette échelle constitue un “détracteur”.

 

6. Temps de réponse maximal

 

Le temps nécessaire à une base de données pour récupérer des informations et, d’une manière générale, le temps nécessaire à une application pour répondre à une demande, peuvent poser problème. Le seuil de Doherty suggère qu’un temps de pointe de plus de 400 millisecondes pourrait empêcher les utilisateurs de s’engager dans le logiciel.

 

Types d’erreurs et de bogues détectés lors du test bêta

zaptest-runtime-error.png

Voici quelques-unes des erreurs que le bêta-test de logiciels peut aider à détecter :

 

1. Fonctionnement défectueux

 

Les tests bêta peuvent révéler un problème majeur, à savoir que l’une des fonctionnalités ne fonctionne pas dans n’importe quelle situation. Il peut s’agir de contextes auxquels les autres testeurs n’ont pas pensé, d’où l’importance pour les équipes d’utiliser les tests bêta pour trouver de nouvelles façons de résoudre les problèmes.

 

2. Vulnérabilité de la sécurité

 

Les tests bêta peuvent révéler un certain nombre de failles de sécurité potentielles ; il peut même s’agir d’une porte dérobée administrative à laquelle les utilisateurs peuvent accéder. Ces vérifications sont essentielles pour s’assurer que l’application est sécurisée et qu’elle pourra résister à l’examen des utilisateurs.

 

3. Crash général

 

N’importe quel nombre d’entrées peut entraîner un crash – et les bêta-testeurs inspectent autant d’entrées d’utilisateurs réalistes que possible pour s’assurer qu’il n’y a pas de déclencheurs de crash. Si le programme se bloque lorsque l’utilisateur effectue une action spécifique, les développeurs doivent y remédier.

 

4. Incompatibilité des appareils

 

Les tests bêta portent sur un plus grand nombre d’appareils que les autres étapes de l’assurance qualité, et utilisent pour cela des tests inter-navigateurs. Ces tests révèlent les performances de l’application sur différentes machines, car des différences mineures dans l’architecture peuvent affecter de manière significative les performances du programme.

 

5. Lenteur des performances

 

Ces contrôles montrent s’il existe des situations ou des entrées qui ralentissent considérablement le programme, ce qui se traduit par un décalage notable pour l’utilisateur final. Cela peut avoir un impact sérieux sur l’appréciation de ce logiciel par l’utilisateur, et il est donc important d’y remédier.

 

Exemples de tests bêta

qu'est-ce que l'automatisation des tests logiciels

Voici trois exemples majeurs de tests bêta :

 

1. Application Android

 

Le test bêta d’une application Android consiste à exécuter le programme sur un appareil approprié – éventuellement plusieurs pour les tests de compatibilité – et à vérifier qu’il n’y a pas d’erreurs notables. Ces applications étant très complexes, l’entreprise pourrait avoir besoin de 300 bêta-testeurs.

De nombreuses applications annoncent ouvertement les tests bêta disponibles avant et après leur lancement, ce qui permet à l’entreprise d’assurer une couverture complète à partir d’un grand nombre de perspectives différentes. Ces tests peuvent porter sur des fonctions spécifiques de l’application mobile et sur la manière dont elles interagissent les unes avec les autres.

 

2. Jeu vidéo

 

Les jeux vidéo font l’objet d’un long processus de test bêta en raison de leur complexité inhérente ; ce processus porte sur toutes les facettes du jeu, de son moteur à ses performances et à sa fidélité graphique.

Ces tests peuvent être ouverts exclusivement aux personnes qui ont précommandé le jeu, ou même à tous les joueurs intéressés, mais les tests bêta privés sont également nécessaires. Pour les jeux multijoueurs, les bêtas ouvertes permettent aux développeurs de vérifier leur code réseau et de voir s’il est capable de gérer un grand nombre de joueurs.

 

3. Site web

 

Un site web d’entreprise – surtout s’il comporte des fonctions de commerce électronique – doit également faire l’objet de tests bêta approfondis avant que l’entreprise ne le lance auprès du public. Les bêta-testeurs doivent examiner chaque page pour s’assurer qu’elle s’affiche correctement sur différents appareils et que les applications web incluses fonctionnent.

Pour les sites de vente au détail, les testeurs peuvent essayer d’effectuer un achat et voir si le système fonctionne. Les bêta-testeurs doivent également vérifier la fonctionnalité du site sur tous les navigateurs Internet courants.

 

Bêta-tests manuels ou automatisés ?

vision par ordinateur pour les tests de logiciels

L’automatisation peut renforcer l’efficacité de toute stratégie de test, en réduisant considérablement les risques d’erreur humaine et en accélérant le rythme de travail. Cela permet d’accroître la couverture et la fiabilité globale de l’étape d’assurance qualité du projet, généralement avec l’aide d’une application tierce.

Il est important que les équipes étudient toutes les plates-formes susceptibles d’automatiser leurs tests, car chacune d’entre elles présente des caractéristiques différentes qui peuvent être plus compatibles avec des types de logiciels spécifiques. Toutefois, cette approche est généralement limitée en termes d’élément humain ; la plupart des tests bêta s’appuient sur le point de vue de l’utilisateur.

Il existe des moyens pour l’automatisation de contourner ces problèmes ; la vision par ordinateur aide les logiciels d’automatisation à examiner les problèmes d’un point de vue humain, par exemple. L’hyperautomatisation pourrait également aider les équipes à calibrer leur stratégie de test de manière à appliquer intelligemment l’automatisation lorsque c’est nécessaire, sans en abuser.

Dans les deux cas, l’approche de l’équipe (et son succès éventuel) dépend du programme qu’elle met en œuvre et de ses caractéristiques. Les bêta-testeurs sont toujours nécessaires pour ce processus et les responsables de l’assurance qualité doivent vérifier leur stratégie globale afin de déterminer les contrôles qui bénéficieraient de l’automatisation et ceux qui devraient être effectués en priorité par des testeurs humains.

 

Bonnes pratiques pour les tests bêta

Liste de contrôle des tests logiciels

Voici quelques-unes des meilleures pratiques que les équipes de bêta-test devraient mettre en œuvre :

 

1. Considérons le client

 

L’expérience du client est au cœur de chaque test bêta, et les contrôles que l’équipe met en place doivent refléter cette expérience dans la mesure du possible. Par exemple, les testeurs doivent examiner l’interface et voir dans quelle mesure elle serait intuitive pour des utilisateurs expérimentés dans ce secteur.

 

IS YOUR COMPANY IN NEED OF

ENTERPRISE LEVEL

TASK-AGNOSTIC SOFTWARE AUTOMATION?

2. Vérifier le public cible extérieur

 

Aucun produit ou application n’a d’utilisateurs que parmi son public cible et il peut s’agir de la première fois que quelqu’un utilise un programme de ce type. Par exemple, les bêta-testeurs peuvent aborder un jeu vidéo comme s’ils n’y avaient jamais joué auparavant afin de s’assurer de sa convivialité.

 

3. Une gamme variée de testeurs

 

Dans le même ordre d’idées, il est important de vérifier les programmes avec des testeurs de différents horizons, car cela permet à l’équipe de se faire une idée complète de la manière dont les clients réagiront. Les différences d’expérience peuvent également amener les bêta-testeurs à examiner le logiciel de différentes manières.

 

4. Encourager une communication constante

 

Des silos d’information peuvent se former entre les testeurs et les développeurs, surtout si les premiers sont extérieurs à l’entreprise. Cela signifie que les responsables de l’assurance qualité doivent faciliter la communication entre ces deux équipes afin de s’assurer que les développeurs obtiennent les informations dont ils ont besoin pour corriger les bogues.

 

5. Choisir avec soin la stratégie de test

 

Certains produits bénéficient davantage d’une version bêta ouverte qui génère un retour d’information important en peu de temps, mais il existe de nombreuses applications qui nécessitent des tests privés. Les équipes doivent examiner ce logiciel et déterminer l’approche la mieux adaptée.

 

6. Proposer des incitations

 

Les bêta-testeurs non rémunérés ont besoin d’une certaine forme de récompense pour leur service – et un accès anticipé au programme n’est peut-être pas suffisant. Ils peuvent être nommés dans les crédits du logiciel ou recevoir une autre forme de cadeau qui les encourage à faire le meilleur travail possible.

 

De quoi avez-vous besoin pour commencer le bêta-test ?

Liste de contrôle des tests logiciels

Plusieurs conditions préalables importantes doivent être remplies avant que le test bêta ne puisse commencer :

 

1. Stratégie d’essai complète

 

Bien que les tests bêta soient relativement libres, en particulier dans le cas d’une bêta ouverte, un plan solide est généralement nécessaire pour s’assurer que chaque composant reçoit suffisamment d’attention de la part des testeurs. L’équipe chargée de l’assurance qualité doit connaître les exigences du projet, notamment les contrôles bêta spécifiques qu’elle a l’intention d’effectuer.

Par exemple, si le programme comporte des éléments qui nécessitent plus d’attention, la stratégie de l’équipe doit en tenir compte.

 

2. Des testeurs motivés

 

L’équipe a également besoin de testeurs suffisamment motivés pour participer au processus bêta. En fonction des contrôles spécifiques, l’entreprise peut bénéficier de testeurs très compétents en matière d’assurance qualité et capables d’évaluer avec précision l’impact de leurs actions sur cette application.

Les chefs d’équipe doivent être sûrs de leur choix de testeurs, et notamment de leur capacité à refléter l’ensemble du public visé par le produit.

 

3. Bêta-test de logiciels

 

Les outils de test, y compris ceux dotés d’une fonction d’automatisation, ont leur place dans presque tous les plans d’assurance qualité, même les tests bêta, qui s’appuient généralement sur des perspectives humaines. Cela peut aider l’équipe à mettre en œuvre l’automatisation des processus robotiques, qui utilise des robots logiciels pour effectuer diverses tâches de test sans l’aide d’un bêta-testeur humain. Le programme qu’ils utilisent dépend des besoins spécifiques du projet en cours en matière de tests.

 

4. Programme bêta

 

Comme les tests bêta commencent après que l’équipe a terminé les tests alpha, elle devra travailler avec le programme le plus récent, qui doit être presque complet. Cette application devrait être entièrement séparée afin de s’assurer qu’elle puisse résister aux nombreuses façons dont un bêta-testeur pourrait la casser sans nuire au logiciel réel. Dans de nombreux cas, le programme bêta présentera peu de problèmes grâce à des tests alpha complets.

 

7 erreurs et pièges dans la mise en œuvre des tests bêta

Comparaison des tests UAT avec les tests de régression et autres

Quelle que soit la stratégie de test, les testeurs peuvent commettre de nombreuses erreurs. Voici sept erreurs que les bêta-testeurs doivent éviter :

 

1. Horaire rigide

 

Les retards sont fréquents dans tout projet de logiciel et l’équipe chargée des tests doit en tenir compte à chaque étape. Les tests bêta ont lieu peu de temps avant la sortie du produit, de sorte qu’ils peuvent souffrir d’éventuels changements dans le calendrier du produit. Les testeurs pourraient avoir du mal à terminer leurs contrôles en raison de ces retards.

 

2. Testeurs non motivés

 

Les tests bêta ouverts, en particulier, pourraient avoir du mal à encourager leurs testeurs à signaler les bogues qu’ils trouvent – dans certains cas, ils pourraient considérer cela comme un essai gratuit du logiciel. L’équipe doit offrir des incitations qui favorisent la communication et la rédaction de rapports complets, faute de quoi les testeurs risquent de ne pas signaler les problèmes.

 

3. Représentation limitée du public

 

Comme les tests bêta simulent généralement l’expérience de l’utilisateur, il est utile que les testeurs reflètent grosso modo le public cible de l’application. À cette fin, il peut être important d’informer les bêta-testeurs sur les personnes qui utiliseront le produit, même si d’autres points de vue peuvent contribuer à garantir la convivialité du logiciel.

 

4. Dispositifs limités

 

Les tests inter-navigateurs et l’exploration d’une gamme d’appareils sont essentiels pour s’assurer que l’application est utilisable par le plus grand nombre. L’équipe doit s’assurer que les contrôles représentent toujours un large éventail d’appareils potentiels.

 

5. Pas assez de testeurs

 

Le nombre de bêta-testeurs nécessaires varie d’un projet à l’autre, mais une mauvaise évaluation peut entraîner de graves problèmes. Par exemple, un trop grand nombre de testeurs peut constituer une lourde charge pour les ressources, y compris financières.

Par ailleurs, un nombre insuffisant de testeurs peut avoir du mal à assurer une couverture de test solide pour chaque composant de l’application.

 

6. Pas de plan de test

 

La phase de test bêta est rarement couronnée de succès lorsque les testeurs se contentent d’utiliser le logiciel et de donner un vague retour d’information. L’équipe chargée de l’assurance qualité doit élaborer des plans complets détaillant les éléments et les contrôles spécifiques.

Dans le cadre d’une bêta ouverte, les testeurs doivent disposer d’un moyen clair de signaler les problèmes qu’ils rencontrent.

 

7. Outil de test inefficace

 

Les équipes de test ne peuvent pas se contenter de mettre en œuvre le premier outil de test ou l’outil le moins cher qu’elles trouvent. Ils devraient plutôt rechercher une option qui corresponde à leur projet et à ses besoins précis. Prendre ce temps peut permettre d’éviter de graves problèmes de test à long terme, tout en permettant aux testeurs de mieux utiliser les fonctionnalités d’un outil de test.

 

5 meilleurs outils de test bêta

les meilleurs outils gratuits et d'entreprise pour l'automatisation des tests logiciels et de la RPA

Voici les cinq logiciels de test bêta les plus efficaces, payants ou gratuits :

 

1. ZAPTEST FREE & ENTERPRISE éditions

ZAPTEST propose des outils de test bêta gratuits et payants qui aident les entreprises dans leur phase d’assurance qualité, quel que soit leur budget.

ZAPTEST fournit une automatisation complète des tests à travers une gamme de navigateurs, d’appareils, d’applications et de plateformes différents, permettant aux bêta-testeurs de vérifier leurs programmes à un niveau plus approfondi. Si la version gratuite comporte de nombreuses fonctionnalités utiles, la version Entreprise inclut un expert ZAP dédié travaillant aux côtés de l’équipe du client, des fonctionnalités RPA de pointe sans coût supplémentaire et un nombre illimité de licences.

 

2. Instabug

 

Instabug aide les bêta-testeurs à vérifier une gamme d’applications mobiles sur tous les principaux systèmes d’exploitation, en offrant une analyse complète des collisions et des enregistrements des entrées des utilisateurs dans le processus. Cet outil payant permet aux testeurs d’envoyer plus facilement des rapports de bogues lorsqu’ils vérifient le programme.

Toutefois, les utilisateurs signalent que la plateforme est relativement coûteuse et que ce logiciel a des fonctionnalités limitées pour les applications web et d’autres types de programmes, ce qui le rend utile uniquement dans certains contextes.

 

3. BrowserStack

 

BrowserStack peut simuler plus de 3 000 appareils pour les tests alpha et bêta, ce qui garantit un processus de test totalement complémentaire. La plateforme comprend également des fonctions d’enregistrement détaillées qui permettent aux testeurs d’identifier la cause première des problèmes et de les communiquer aux développeurs dès que possible.

Cette solution est plus efficace pour les applications web ou mobiles et son utilisation pour d’autres logiciels est limitée. Elle peut également s’avérer difficile à apprendre pour les testeurs débutants.

 

4. TestFairy

 

TestFairy se spécialise dans les applications mobiles avec un accent particulier sur les tests bêta Android et est capable d’enregistrer les actions des testeurs (y compris leurs entrées spécifiques) afin de rendre la reproduction de leurs découvertes beaucoup plus facile. Toutes les personnes impliquées dans le développement peuvent visionner les vidéos qui en résultent et les utiliser pour apporter des améliorations.

Cependant, le prix et le nombre limité d’appareils compatibles sont à nouveau des problèmes auxquels les utilisateurs doivent être attentifs lorsqu’ils choisissent un outil de test.

 

5. TestFlight

 

TestFlight est un programme d’Apple spécialement conçu pour le test bêta des applications iOS. Il est donc particulièrement limité pour d’autres programmes, y compris différents types d’applications mobiles.

TestFlight permet aux développeurs d’applications de distribuer facilement de nouvelles versions du programme aux testeurs et se targue d’un processus d’installation simple. Bien que cette plateforme soit très utile pour les développeurs d’applications iOS, même dans ce contexte, elle ne peut prendre en charge que les applications iOS 8 et suivantes.

 

Liste de contrôle, conseils et astuces pour le bêta-test

Voici quelques conseils supplémentaires pour tirer le meilleur parti des tests bêta dans le cadre des essais de logiciels :

 

1. Faciliter la documentation

 

Plus il est facile pour les bêta-testeurs (de toutes sortes) de signaler les problèmes qu’ils rencontrent, plus le processus de test global est précis et efficace. Il est important que l’équipe chargée des tests affine les canaux habituels de communication du retour d’information afin de faciliter ces vérifications.

 

2. Poursuivre l’itération sur les tests bêta

 

Chaque test bêta effectué par une entreprise doit lui permettre d’affiner les contrôles futurs pour les adapter à ses projets habituels. Ces expériences améliorent le processus de test bêta et garantissent que les programmes sont toujours examinés d’une manière adaptée à l’entreprise et à ses besoins spécifiques.

 

3. Utiliser l’automatisation avec parcimonie

 

Bien que des tactiques telles que l’automatisation des processus robotiques puissent avoir un impact positif significatif sur les tests bêta de l’équipe, celle-ci doit les mettre en œuvre avec discernement. L’automatisation de chaque vérification peut en limiter la précision, d’autant plus que de nombreux tests bêta s’appuient sur l’expérience spécifique d’utilisateurs finaux humains.

 

4. Faire signer un accord de confidentialité aux testeurs

 

Les bêta-testeurs privés sont susceptibles d’examiner des logiciels sensibles et il est essentiel que les organisations et les développeurs protègent leurs intérêts. C’est pourquoi l’entreprise peut faire signer aux testeurs un accord de non-divulgation afin qu’ils ne divulguent pas d’informations secrètes sur le programme.

 

5. Soutenir les bêta-testeurs

 

L’entreprise et son personnel chargé de l’assurance qualité interne doivent être disponibles pour aider à la phase de test bêta – ce soutien peut s’avérer inestimable. Par exemple, les testeurs peuvent avoir besoin d’aide pour faire fonctionner le programme ou poser des questions d’ordre général sur l’application.

 

6. Encourager la liberté des testeurs

 

Si ce soutien est parfois indispensable pour garantir un test bêta approfondi, il est également essentiel que l’entreprise laisse les testeurs effectuer leurs contrôles à leur propre rythme. Le testeur doit être en mesure de fournir un retour d’information honnête, ce qui n’est possible qu’avec une liberté totale de l’utilisateur.

 

Conclusion

Les tests bêta sont nécessaires pour presque tous les projets de logiciels en raison de leur capacité à prendre en compte les utilisateurs et leurs expériences uniques avec le logiciel. Les entreprises peuvent choisir d’intégrer l’automatisation dans leurs plans de tests bêta, mais elles doivent toujours tenir compte du point de vue humain à chaque étape. Les spécificités de la stratégie d’une entreprise dépendent du projet et de l’approche qui répond le mieux à ses exigences, y compris le niveau de compétence de chaque testeur.

Quel que soit le budget actuel de l’équipe de test, ZAPTEST Free ou Enterprise peut faciliter les vérifications bêta intuitives sur une large gamme d’appareils, en garantissant des normes élevées tout au long du processus d’assurance qualité.

Download post as PDF

Alex Zap Chernyak

Alex Zap Chernyak

Founder and CEO of ZAPTEST, with 20 years of experience in Software Automation for Testing + RPA processes, and application development. Read Alex Zap Chernyak's full executive profile on Forbes.

Get PDF-file of this post