fbpx

Get your 6-month No-Cost Opt-Out offer for Unlimited Software Automation?

La boîte blanche est une catégorie de tests de logiciels qui se réfère aux méthodes de test de la structure interne et de la conception du logiciel. Il s’oppose aux tests de la boîte noire, qui ne s’intéressent pas aux opérations internes du logiciel, mais testent uniquement les résultats externes du logiciel.

Dans cet article, nous allons explorer le sujet des tests en boîte blanche : ce que c’est, comment cela fonctionne, et quels types d’outils de test de logiciels peuvent aider les testeurs et les développeurs à effectuer des tests en boîte blanche dans le cadre de tests de logiciels.

 

Table des matières

Qu’est-ce que le test de la boîte blanche ?

Avantages de la mise en place d'un centre d'excellence en matière de tests. Les tests de performance sont-ils différents des tests fonctionnels ?

Le test de la boîte blanche est une technique de test des logiciels qui consiste à tester la structure interne et la conception d’un logiciel, par opposition aux résultats externes ou à l’expérience de l’utilisateur final qui sont testés dans le cadre du test de la boîte noire.

Les tests en boîte blanche sont un terme générique qui englobe de nombreux types de tests de logiciels, notamment les tests unitaires et les tests d’intégration. Étant donné que les tests en boîte blanche impliquent de tester le code et la programmation, leur réalisation nécessite généralement une certaine compréhension de la programmation informatique.

Le test de la boîte blanche en génie logiciel peut impliquer le test du code et de la conception interne du logiciel pour vérifier le flux d’entrée-sortie et vérifier la conception, la facilité d’utilisation et la sécurité du logiciel.

Les tests en boîte blanche permettent aux testeurs d’inspecter le fonctionnement interne du système tout en vérifiant que les entrées produisent des sorties spécifiques et attendues.

Le test de la boîte blanche est une étape essentielle du test des logiciels, car c’est le seul type de test qui prend en compte le fonctionnement du code lui-même.

 

1. Quand et pourquoi avez-vous besoin d’une boîte blanche ?

dans le domaine des tests de logiciels et de l’ingénierie ?

Avantages de la mise en place d'un centre d'excellence en matière de tests. Les tests de performance sont-ils différents des tests fonctionnels ?

Les tests en boîte blanche peuvent être effectués à différents stades du cycle de test pour vérifier le fonctionnement du code et de la structure internes.

Le plus souvent, les tests en boîte blanche ont lieu lorsque les développeurs et les testeurs effectuent des tests unitaires et parfois pendant les tests d’intégration.

Par définition, les tests unitaires sont considérés comme un type de tests en boîte blanche, tandis que les tests d’intégration peuvent partager des caractéristiques des tests en boîte blanche et en boîte noire, mais sont généralement considérés comme une forme de tests en boîte noire.

Par ailleurs, les tests en boîte blanche peuvent également être utilisés de manière ad hoc pour vérifier le fonctionnement interne d’un logiciel. Les tests en boîte blanche sont le moyen le plus économique d’augmenter la couverture des tests si le besoin s’en fait sentir. C’est également un moyen facile de vérifier le fonctionnement de sections spécifiques du code ou de tester des zones d’un logiciel que les testeurs soupçonnent de ne pas être suffisamment testées.

Les examens formels du code, qui sont effectués avec des tests en boîte blanche, peuvent également être utilisés pour identifier les failles de sécurité et autres vulnérabilités. De même, si des éléments du code sont cassés, les tests en boîte blanche peuvent aider les ingénieurs logiciels à déterminer où se trouve l’erreur.

 

2. Quand il n’est pas nécessaire de faire des tests en boîte blanche

Avantages de la mise en place d'un centre d'excellence en matière de tests. Les tests de performance sont-ils différents des tests fonctionnels ?

Dans la plupart des cas, lorsque les ingénieurs logiciels et les testeurs soumettent un nouveau logiciel au cycle de test, une certaine quantité de tests en boîte blanche est nécessaire pour vérifier le fonctionnement interne du code.

Les tests unitaires sont un type de tests en boîte blanche effectués par les développeurs pour vérifier que les unités individuelles fonctionnent comme prévu. Ce type de test précoce permet aux développeurs d’identifier les bogues et les défauts avant que les tests formels dans un environnement d’assurance qualité n’aient lieu.

Après les tests unitaires, les tests d’intégration, les tests de système et les tests d’acceptation par l’utilisateur ont lieu. Ces tests sont généralement considérés comme des formes de tests “boîte noire” qui n’impliquent pas beaucoup de techniques de tests “boîte blanche”.

Cependant, dans certains cas, les testeurs et les développeurs peuvent utiliser des tests en boîte blanche au cours de ces étapes pour identifier des défauts spécifiques dans le code. À ce stade, si rien n’indique que le code est défectueux et que les tests de la boîte noire sont tous concluants, de nombreuses équipes de test peuvent considérer qu’il n’est pas nécessaire d’effectuer d’autres tests de la boîte blanche.

 

3. Qui est impliqué dans les tests de la boîte blanche ?

Avantages de la mise en place d'un centre d'excellence en matière de tests. Les tests de performance sont-ils différents des tests fonctionnels ?

Les tests en boîte blanche sont presque toujours effectués par les développeurs et les ingénieurs logiciels. En effet, les tests en boîte blanche nécessitent une connaissance détaillée du code informatique et des techniques de codage, et la plupart des testeurs AQ n’ont pas les compétences techniques requises pour effectuer des tests en boîte blanche.

Les tests unitaires, le principal type de tests en boîte blanche, sont toujours effectués dans l’environnement de développement par les développeurs. Les développeurs peuvent également effectuer des tests en boîte blanche lorsque c’est nécessaire, pour vérifier le fonctionnement de différents éléments du code ou pour s’assurer que les bogues ont été corrigés correctement.

 

Les avantages des tests en boîte blanche

liste de contrôle des processus de test des logiciels

Les tests en boîte blanche permettent aux développeurs et aux ingénieurs logiciels de tester plus d’aspects du code que les tests en boîte noire.

Alors que les tests “boîte noire” permettent de savoir comment un logiciel fonctionne pour les utilisateurs finaux, les tests “boîte blanche” permettent d’en savoir plus sur le fonctionnement du code logiciel. Un code propre et efficace est essentiel dans le développement de logiciels, en particulier si les développeurs souhaitent réutiliser le code ultérieurement ou ajouter des correctifs et des mises à jour dans le futur.

 

1. Maximiser la couverture des tests

 

Les tests en boîte blanche peuvent aider les testeurs à maximiser la couverture des tests. Tester la plus grande partie possible du code d’un logiciel maximise généralement les chances de détecter les bogues ou les erreurs présents dans le code, et l’objectif des tests en boîte blanche est généralement de tester la plus grande partie possible du code.

Les tests en boîte noire, quant à eux, consistent simplement à exécuter des cas de test qui peuvent ou non offrir une large couverture du code.

 

2. Trouver les erreurs et les bogues cachés

 

L’un des principaux avantages des tests en boîte blanche est qu’ils vérifient la fonctionnalité interne, ce qui permet aux développeurs de trouver plus facilement les erreurs et les bogues qui pourraient autrement être cachés au plus profond du code.

En plus d’identifier la présence de bogues, il est généralement plus facile de localiser exactement où se trouve un bogue dans la base de code lors des tests en boîte blanche, en raison de la nature très spécifique de ce type de technique de test.

 

3. Facilité d’automatisation

 

Il est très facile d’automatiser les tests en boîte blanche, en particulier lors des tests unitaires. Les tests unitaires exigent généralement que les développeurs testent individuellement de petits morceaux de code pour voir s’ils fonctionnent comme prévu. Cette méthode est très facile à automatiser, ce qui signifie qu’il s’agit d’une forme rapide et efficace de test de logiciel.

C’est l’une des raisons pour lesquelles les tests unitaires sont effectués avant d’autres types de tests qui prennent plus de temps.

 

4. Efficacité temporelle

 

Les tests en boîte blanche permettent de gagner du temps pour un certain nombre de raisons.

Comme indiqué ci-dessus, il est relativement facile d’automatiser la plupart des types de tests de la boîte blanche, ce qui signifie qu’il est souvent plus rapide de réaliser des tests de la boîte blanche que des tests de la boîte noire. En outre, les tests en boîte blanche permettent aux développeurs de localiser facilement les bogues et les erreurs qu’ils identifient dans le code parce qu’ils les trouvent en testant le code lui-même.

 

5. Qualité du code

 

Les tests en boîte blanche permettent aux développeurs de jeter un second regard sur le code qu’ils ont écrit et d’en évaluer la qualité et la propreté.

En parcourant le code morceau par morceau, les développeurs ont la possibilité de supprimer les sections de code inutiles et de nettoyer le code, ce qui facilite la réutilisation et la modification des sections de code à l’avenir.

Elle peut également obliger les développeurs à réfléchir à la manière dont le code est mis en œuvre et à la question de savoir s’il sera bien adapté à l’avenir.

 

Les défis des tests en boîte blanche

défis des tests de charge

Les tests en boîte blanche ne sont pas sans poser de problèmes. Il y a quelques raisons pour lesquelles certaines équipes de développement peuvent trouver les tests en boîte blanche plus difficiles à réaliser que les tests en boîte noire, ainsi que d’autres raisons pour lesquelles ils peuvent être considérés par certaines personnes comme moins importants que les tests en boîte noire.

 

1. Obstacles techniques

 

Les tests en boîte blanche comportent des obstacles techniques que les tests en boîte noire n’ont pas. Pour effectuer des tests en boîte blanche, les testeurs doivent connaître le fonctionnement interne du système, ce qui, dans le cadre des tests de logiciels, signifie généralement des connaissances en programmation.

C’est pourquoi les tests en boîte blanche sont presque toujours effectués par des ingénieurs et des développeurs de logiciels et non par des testeurs d’assurance qualité qui ont rarement les compétences techniques nécessaires pour effectuer ce type de tests.

 

2. Coût

 

Les tests de la boîte blanche peuvent être plus coûteux que les tests de la boîte noire en raison de la rigueur de ce type de tests.

Les développeurs doivent passer beaucoup de temps à écrire des tests unitaires intensifs, et les tests en boîte blanche ne peuvent souvent pas être réutilisés pour d’autres applications, ce qui signifie que les tests en boîte blanche coûtent généralement assez cher à réaliser.

 

3. Précision

 

Les tests en boîte blanche ne sont pas toujours la méthode de test de logiciel la plus précise et si les équipes de développement se fiaient uniquement aux tests en boîte blanche, il en résulterait un grand nombre de bogues et de cas manqués.

Les tests en boîte blanche ne valident que les fonctionnalités qui existent déjà, tandis que les tests en boîte noire peuvent être utilisés pour tester des fonctionnalités partiellement implémentées ou pour identifier des fonctionnalités qui manquent réellement au logiciel et qui devraient être incluses dans des itérations ultérieures.

 

4. Champ d’application

 

Les tests en boîte blanche ne nous apprennent généralement pas grand-chose sur l’expérience de l’utilisateur ou sur le résultat final des fonctions intégrées dans le logiciel.

Si les développeurs peuvent utiliser les tests de la boîte blanche pour vérifier si le code fonctionne comme il le devrait, ils ne peuvent pas conclure que le code fonctionne et fournit les résultats corrects aux utilisateurs finaux sans combiner les tests de la boîte blanche avec ceux de la boîte noire.

Cela signifie qu’il y a des limites à la portée des tests en boîte blanche et à ce qu’ils peuvent nous apprendre sur les logiciels.

 

Les caractéristiques des tests en boîte blanche

Qu'est-ce qu'un test de charge et un test ad hoc ?

Les tests de la boîte blanche peuvent être définis par des caractéristiques particulières qui les différencient d’autres formes de tests telles que les tests de la boîte noire et de la boîte grise.

La plupart de ces caractéristiques peuvent être examinées du point de vue de leurs différences avec les caractéristiques des tests de la boîte noire et de la manière dont elles distinguent les tests de la boîte blanche des tests de la boîte noire.

 

1. La maintenabilité

 

Les tests en boîte blanche permettent d’améliorer le niveau de maintenabilité de votre code, ce qui simplifie le travail que votre équipe doit effectuer à l’avenir.

Comme le code et son traitement des données font l’objet d’une attention constante, sa maintenance est beaucoup plus simple, car vous comprenez où les problèmes surviennent et pourquoi ils surviennent. Cela permet également de simplifier le code pour les futures mises à jour, car vous ne développez pas de correctifs importants et complexes pour des problèmes simples et inconnus.

 

2. Flexibilité

 

Les tests en boîte blanche s’effectuent sur un code suffisamment souple pour accepter des modifications relativement rapidement. Un code inflexible, tel que celui qui fait partie d’un module tiers ou d’une intégration, empêche un testeur de boîte blanche d’effectuer des changements rapides.

Le fait de se concentrer sur un code que l’on peut modifier dès que l’on découvre un problème rend les tests en boîte blanche très adaptables et signifie que les problèmes d’un programme sont résolus beaucoup plus rapidement.

 

3. Modularité

 

Les tests en boîte blanche se développent dans un code qui présente un certain degré de modularité, ce qui signifie que les différents éléments du logiciel sont clairement distincts les uns des autres.

Si un programme présente un problème de “code spaghetti” dans lequel chaque aspect est lié à un autre, les tests en boîte blanche deviennent infiniment plus complexes car le testeur doit examiner l’ensemble du programme plutôt qu’une unité spécifique.

 

4. L’intégration

 

Les tests en boîte blanche sont extrêmement utiles pour les tests d’intégration. Les testeurs peuvent voir si une fonction fonctionne jusqu’au moment où elle quitte le logiciel en question et si elle revient du système intégré aussi fonctionnelle que prévu.

Cela est très instructif et permet à une organisation de savoir si le problème est local ou s’il fait partie de la plateforme intégrée.

 

Que testons-nous dans les tests “boîte blanche” ?

Qu'est-ce que les tests unitaires ?

Les tests boîte blanche sont utilisés pour tester les caractéristiques du code qui ne peuvent pas être vérifiées par les méthodes de test boîte noire. Il peut s’agir de tester le fonctionnement du code lui-même, ce qui permet aux développeurs de comprendre la cause et l’effet des différents aspects du code.

Les développeurs utilisent les tests en boîte blanche pour tester les failles de sécurité, les déclarations et les fonctions, les sorties et les chemins dans le code.

 

1. Trous de sécurité internes

 

Les tests en boîte blanche peuvent être utilisés pour rechercher les failles de sécurité et les vulnérabilités dans le code dont les pirates et les cybercriminels pourraient tirer parti à l’avenir.

Les tests en boîte blanche peuvent être utilisés pour vérifier si les meilleures pratiques de sécurité ont été suivies au cours de la phase de développement et pour rechercher les failles de sécurité qui pourraient être réparées avant que le code ne soit soumis à d’autres tests.

 

2. Cheminements dans les processus de codage

 

Les tests en boîte blanche permettent aux développeurs de tester les chemins qui relient les différents éléments du code entre eux. Les développeurs ne testent pas seulement la logique du code, mais ils peuvent également s’intéresser à la structure et à l’hygiène du code.

Un bon code propre ne comporte pas de lignes inutiles ou d’éléments cassés qui ne fonctionnent pas comme prévu, même si les résultats externes des tests en boîte noire sont conformes aux attentes.

 

3. Résultats attendus

 

Les tests en boîte blanche peuvent également tester les résultats attendus du code de la même manière que les tests en boîte noire, bien que les testeurs le fassent en examinant le code plutôt qu’en utilisant l’application comme les testeurs pourraient le faire dans les tests en boîte noire.

Les développeurs testent les résultats attendus en vérifiant les entrées une à une et en s’assurant que les résultats obtenus sont conformes aux attentes.

 

4. Déclarations, objets et fonctions

 

En appliquant des techniques de test en boîte blanche, les développeurs de logiciels peuvent s’assurer que les instructions, les objets et les fonctions du code se comportent de manière logique et produisent les résultats escomptés.

 

5. Fonctionnalité des boucles conditionnelles

 

Les tests en boîte blanche peuvent également être utilisés pour vérifier la fonctionnalité des boucles conditionnelles, y compris les boucles simples, concaténées et imbriquées. Les développeurs vérifieront si ces boucles sont efficaces, si elles répondent aux exigences de la logique conditionnelle et si elles gèrent correctement les variables locales et globales.

 

Pour dissiper une certaine confusion :

Tests boîte blanche vs boîte noire vs boîte grise

Comparaison des tests UAT avec les tests de régression et autres

Les tests de la boîte blanche, de la boîte noire et de la boîte grise sont des termes que les testeurs de logiciels utilisent pour désigner différentes catégories de tests ou différentes méthodes de test.

Une vision moderne de ces distinctions est que les lignes tracées entre les différents types de tests en boîte deviennent de plus en plus floues, car les différents types de tests combinent fréquemment des éléments de tests en boîte blanche et en boîte noire et dérivent des tests à partir de documents à différents niveaux d’abstraction.

Néanmoins, il existe toujours des distinctions importantes entre ces formes de tests.

 

1. Qu’est-ce que le test de la boîte noire ?

Avantages de la mise en place d'un centre d'excellence en matière de tests. Les tests de performance sont-ils différents des tests fonctionnels ?

Le test de la boîte noire est une forme de test de logiciel dans laquelle la fonctionnalité du logiciel est vérifiée par des testeurs qui n’ont aucune connaissance de la structure interne du code ou de la façon de mettre en œuvre le code à un niveau plus technique.

Les tests de la boîte noire ne testent que les résultats externes du logiciel, ou en d’autres termes, ils testent ce que l’utilisateur final ressentira lorsqu’il utilisera le logiciel.

Les tests en boîte noire sont également connus sous le nom de tests comportementaux car ils testent le comportement du logiciel dans certaines conditions.

Les testeurs peuvent utiliser les tests de la boîte noire pour évaluer le comportement des différentes fonctions du logiciel et les comparer aux attentes afin de s’assurer que le logiciel répond aux exigences des utilisateurs. Les tests en boîte noire sont utilisés dans les tests de système et les tests d’acceptation pour vérifier les différentes fonctions et s’assurer que le système fonctionne comme prévu lorsqu’il est utilisé dans son ensemble.

Lors des tests en boîte noire, les utilisateurs écrivent des scénarios de test pour vérifier les différents éléments individuellement. Comme les tests en boîte noire ne nécessitent pas les mêmes compétences techniques que les tests en boîte blanche, ils sont généralement effectués par des testeurs dans un environnement d’assurance qualité plutôt que par des développeurs.

L’automatisation des tests boîte noire est généralement plus facile que celle des tests boîte blanche, grâce à des outils d’ automatisation de bout en bout tels que ZAPTEST.

 

Quelles sont les différences entre les tests boîte blanche et boîte noire ?

Avantages de la mise en place d'un centre d'excellence en matière de tests. Les tests de performance sont-ils différents des tests fonctionnels ?

La principale différence entre les tests boîte noire et boîte blanche est ce qui est testé.

Les tests en boîte noire consistent à tester les résultats externes de la construction du logiciel, tandis que les tests en boîte blanche consistent à tester ce qui se passe sous le capot.

 

Les principales différences entre les tests de la boîte noire et ceux de la boîte blanche sont les suivantes :

 

Objectif

L’objectif des tests de la boîte noire est de vérifier que le système fonctionne comme prévu pour l’utilisateur final, tandis que l’objectif des tests de la boîte blanche est de vérifier la qualité et l’intégrité du code du logiciel.

Par exemple, dans le cas d’un jeu vidéo, un utilisateur final peut essayer le jeu et l’évaluer en fonction de son expérience, tandis que les tests en boîte blanche effectués sur le même projet permettent de s’assurer que la saisie d’informations spécifiques entraîne l’exécution de la bonne action par le personnage.

 

Processus

Les processus utilisés dans les tests de la boîte blanche et de la boîte noire sont très différents. Les tests en boîte blanche sont beaucoup plus faciles à automatiser que les tests en boîte noire, et généralement, les tests en boîte noire doivent être automatisés à l’aide d’outils d’automatisation de logiciels.

Par exemple, lors du test d’une base de données, un test en boîte blanche implique l’automatisation de la saisie des données pour vérifier que tous les résultats sont corrects, tandis qu’un test en boîte noire implique que les utilisateurs reproduisent des processus manuels et en rendent compte sans utiliser de système d’automatisation.

 

Testeurs

Les tests en boîte noire sont presque toujours effectués dans un environnement d’assurance qualité par des testeurs de logiciels professionnels, tandis que les tests en boîte blanche sont effectués par des développeurs de logiciels et des ingénieurs qui ont une connaissance technique plus détaillée de la source du code.

 

Techniques

Les tests en boîte noire font appel à diverses techniques telles que le partitionnement par équivalence, l’analyse de la valeur limite et les tests par table de décision. Les tests en boîte blanche utilisent des techniques telles que la couverture des décisions, la couverture des conditions et la couverture des instructions.

 

Opérations

Les méthodologies de test de la boîte noire conviennent aux opérations de test de niveau supérieur, comme les tests de système et les tests d’acceptation, tandis que les tests de la boîte blanche conviennent davantage aux opérations de niveau inférieur, comme les tests unitaires et les tests d’intégration.

C’est pourquoi les tests de la boîte blanche sont généralement effectués avant la plupart des formes de tests de la boîte noire.

 

2. Qu’est-ce que le test de la boîte grise ?

Avantages de la mise en place d'un centre d'excellence en matière de tests. Les tests de performance sont-ils différents des tests fonctionnels ?

Le test de la boîte grise est une technique de test de logiciels utilisée pour tester les produits et applications logiciels par des testeurs qui peuvent avoir une connaissance partielle de la structure interne de l’application, mais pas une connaissance complète.

Les tests en boîte grise peuvent combiner des éléments des tests en boîte noire et des tests en boîte blanche pour permettre aux développeurs et aux testeurs d’identifier les défauts dans le code et de localiser les erreurs spécifiques au contexte.

Le test de la boîte grise combine les caractéristiques du test de la boîte noire et du test de la boîte blanche. Les testeurs doivent avoir une certaine connaissance du fonctionnement interne du système, comme dans les tests de la boîte blanche, mais ils utilisent cette connaissance pour créer des cas de test et exécuter ces cas de test au niveau de la fonctionnalité, comme c’est le cas dans les tests de la boîte noire.

Les tests en boîte grise offrent de nombreux avantages par rapport aux tests en boîte noire et en boîte blanche, tout en étant relativement efficaces en termes de temps et de flexibilité.

 

Quelles sont les différences entre les tests de la boîte blanche et de la boîte grise ?

Avantages de la mise en place d'un centre d'excellence en matière de tests. Les tests de performance sont-ils différents des tests fonctionnels ?

Étant donné que les tests en boîte grise offrent certaines des mêmes fonctionnalités que les tests en boîte noire, il existe des différences importantes entre les tests en boîte grise et les tests en boîte blanche, même si elles ne sont peut-être pas aussi nombreuses que dans le cas des tests en boîte noire.

 

Les principales différences entre les tests de la boîte grise et les tests de la boîte blanche sont les suivantes :

 

Connaissances structurelles

 

Dans les tests en boîte blanche, la conception interne et la structure du code doivent être parfaitement connues de la personne qui effectue les tests. Dans les tests en boîte grise, la structure interne du code n’est généralement que partiellement connue.

 

Personnes concernées

 

Les tests en boîte blanche sont presque exclusivement effectués par les développeurs et les ingénieurs logiciels, tandis que les tests en boîte grise peuvent être effectués par les utilisateurs finaux, les testeurs et les développeurs.

 

Efficacité

 

Les tests en boîte blanche sont considérés comme le type de test de logiciel qui prend le plus de temps, tandis que les tests en boîte grise empruntent certaines des efficacités des tests en boîte noire pour réduire le temps nécessaire à l’exécution des tests.

 

Fonctionnement

 

Dans les tests en boîte blanche, les développeurs écrivent simplement du code pour mettre en œuvre les tests en boîte blanche et exécutent ce code. Dans les tests de la boîte grise, comme dans les tests de la boîte noire, les testeurs effectuent des tests fonctionnels pour évaluer la manière dont le système fonctionne à l’extérieur.

 

Couverture

 

Le test de la boîte blanche est le type de test le plus exhaustif, tandis que la couverture du test de la boîte grise peut varier selon que le type de cas de test exécuté est basé sur le code ou sur l’interface graphique.

 

Conclusion :

Tests boîte blanche vs boîte noire vs. tests boîte grise

Le test de la boîte blanche, le test de la boîte noire et le test de la boîte grise sont des termes utilisés pour désigner différentes techniques de test de logiciels. De manière générale, chaque type de test peut être défini en fonction de la mesure dans laquelle les testeurs doivent avoir des connaissances sur la base de code et la mise en œuvre du code :

 

1. Tests de la boîte noire :

La structure interne du code est inconnue.

 

2. Tests en boîte blanche :

La structure interne du code est connue.

 

3. Tests de la boîte grise :

La structure interne du code est partiellement connue.

 

Lors des tests de logiciels, les trois types de tests sont importants pour vérifier le fonctionnement et l’intégrité du logiciel. Alors que les tests de la boîte blanche nous renseignent davantage sur la structure sous-jacente du code, les tests de la boîte grise et de la boîte noire permettent de vérifier comment le système fonctionne et s’il répond aux exigences de l’utilisateur final.

Les différences les plus importantes entre ces trois types de tests sont peut-être liées à la personne qui effectue chaque type de test, aux exigences des tests eux-mêmes et à ce qu’ils impliquent.

Les tests en boîte blanche présentent la barrière à l’entrée la plus élevée car ils sont réalisés par des développeurs ayant une connaissance détaillée de la base de code elle-même et parce qu’il s’agit du type de test qui prend le plus de temps et qui est souvent le plus coûteux.

En revanche, les tests en boîte noire sont les plus faciles à réaliser et peuvent être effectués par des testeurs n’ayant aucune connaissance du code sous-jacent.

 

Types de tests en boîte blanche

Tests non fonctionnels : qu'est-ce que c'est, différents types, approches et outils

Il existe de nombreux types de tests “boîte blanche”, chacun pouvant être utilisé pour tester des aspects légèrement différents de la structure interne du code.

Voici quelques-uns des types les plus courants de tests en boîte blanche utilisés aujourd’hui.

 

1. Test de cheminement

 

Le test de cheminement est un type de test en boîte blanche basé sur la structure de contrôle d’un programme. Les développeurs utilisent la structure de contrôle pour créer un graphique de flux de contrôle et tester différents chemins dans le graphique.

Le test de cheminement est un type de test qui dépend de la structure de contrôle du programme, ce qui signifie que les testeurs doivent avoir une compréhension approfondie de cette structure.

Par exemple, si un système est censé contacter les clients avec des messages déterminés à certains moments de l’entonnoir des ventes, le test de cheminement consiste à s’assurer qu’il suit les bonnes étapes en fonction des conditions définies par les données.

 

2. Test de boucle

 

Le test de boucle est l’un des types les plus importants de test de la boîte blanche qui teste les boucles dans le code du programme. Les boucles sont implémentées dans les algorithmes du code et le test de boucle vérifie si ces boucles sont valides.

Les tests de boucle permettent de déterminer s’il existe des vulnérabilités dans des boucles spécifiques et de mettre en évidence les domaines dans lesquels les développeurs doivent éventuellement corriger le code pour garantir que la boucle fonctionne comme il se doit.

Un exemple de test de boucle consiste à suivre la boucle avec un ensemble spécifique de points de données qui incitent à poursuivre la boucle, comme le refus d’accepter certains termes et conditions, avant d’entrer dans un chiffre qui brise spécifiquement la boucle. Si la boucle se comporte comme prévu, le test est réussi.

 

3. Tests conditionnels

 

Le test conditionnel est un type de test en boîte blanche qui vérifie si les conditions logiques des valeurs dans le code sont vraies ou fausses.

Les tests conditionnels sont une forme majeure de tests en boîte blanche qui indiquent aux développeurs si le code est logique et répond aux exigences de la logique de programmation.

Un exemple de test conditionnel est celui d’une plateforme de comptabilité. La saisie d’une série de dépenses et de recettes devrait permettre d’obtenir les bons totaux courants, le logiciel fournissant des résultats précis tout au long d’un test réussi.

IS YOUR COMPANY IN NEED OF

ENTERPRISE LEVEL

TASK-AGNOSTIC SOFTWARE AUTOMATION?

 

4. Les tests unitaires

 

Le test d’unité est une étape importante du test de logiciels, au cours de laquelle les développeurs testent des composants et des modules individuels et vérifient qu’ils fonctionnent comme prévu avant d’intégrer les différentes unités ensemble.

Les ingénieurs logiciels utilisent des méthodes de test en boîte blanche dans les tests unitaires pour tester de petits morceaux de code à la fois. Cela facilite l’identification des bogues et des erreurs lorsqu’ils se produisent pendant les tests.

Un exemple de test unitaire se situe au début du développement, lorsqu’une entreprise crée un simple bouton sur un site web qui amène l’utilisateur à une autre page. Si l’unité fonctionne comme prévu, elle réussit, les développeurs apportant des modifications jusqu’à ce que ce soit le cas.

 

5. Test de mutation

 

Le test de mutation est un type de test qui analyse les altérations et les mutations. Dans les tests de mutation, les développeurs apportent de petites modifications au code source pour voir si cela peut révéler des bogues dans le code.

Si le cas de test réussit, cela indique qu’il y a un problème avec le code, car il ne devrait pas réussir après que les changements ont été effectués. Idéalement, dans les tests de mutation, tous les cas de test échouent.

L’apprentissage automatique est un exemple de test de mutation. Les programmes d’apprentissage automatique “mutent” automatiquement en fonction des nouvelles informations, de sorte que le fait de tester ces programmes de manière cohérente pour la norme de “mutation” permet aux développeurs de savoir si le logiciel fonctionne comme prévu.

 

6. Tests d’intégration

 

Le test d’intégration est une phase importante du test de logiciels au cours de laquelle les testeurs vérifient que les différents modules fonctionnent correctement lorsqu’ils sont intégrés à d’autres modules.

Les techniques de test en boîte blanche sont utilisées pendant les tests d’intégration pour vérifier que le code fonctionne même lorsque plusieurs modules – qui ont souvent été codés par des développeurs différents – fonctionnent ensemble.

Lorsqu’une base de données tire des informations d’une source en ligne, par exemple, les tests d’intégration permettent de s’assurer que les données extraites sont exactes et qu’elles sont mises à jour à un rythme raisonnablement cohérent.

 

7. Test de pénétration

 

Le test de pénétration est un type de test en boîte blanche qui peut être utilisé pour simuler des cyber-attaques spécifiques sur le système.

Dans les tests de pénétration, les testeurs ont accès à l’ensemble des données du réseau et du système, telles que les mots de passe et les plans du réseau. Ils tentent ensuite d’accéder aux données du système ou de les détruire en empruntant le plus grand nombre possible de voies d’attaque.

Les tests de pénétration sont un aspect important des tests de sécurité qui devraient être effectués sur tous les logiciels.

Une plateforme RH, par exemple, effectuera des tests de pénétration et recherchera les vulnérabilités dans le code afin de s’assurer que la plateforme est suffisamment sûre pour conserver les données des employés.

 

Techniques de test en boîte blanche

article sur les tests boîte grise - outils, approches, comparaison avec les tests boîte blanche et boîte noire, outils boîte grise gratuits et d'entreprise.

Il existe de nombreuses techniques différentes de test de la boîte blanche qui peuvent être utilisées pour effectuer les tests de la boîte blanche énumérés ci-dessus. Comme c’est toujours le cas, différentes techniques sont plus appropriées pour tester différents aspects du code, mais toutes les techniques de la boîte blanche énumérées ci-dessous sont importantes.

 

1. Couverture de la déclaration

 

L’une des caractéristiques des tests “boîte blanche” est que les testeurs doivent essayer de couvrir la plus grande partie possible du code source lorsqu’ils effectuent des tests “boîte blanche”.

La couverture du code en est un bon indicateur, et la couverture des instructions est une technique que les testeurs de boîtes blanches peuvent utiliser pour augmenter la couverture des instructions dans le code.

La couverture des instructions est un indicateur qui mesure le nombre d’instructions exécutées divisé par le nombre total d’instructions et multiplié par 100. Les testeurs de boîtes blanches doivent viser une couverture de déclaration élevée.

 

2. Couverture des branches

 

La couverture des branches, comme la couverture des instructions, reflète l’étendue de la couverture d’éléments particuliers du code dans les tests en boîte blanche. Les branchements sont équivalents aux instructions “IF” en logique, où le code se divise en options vraies et fausses qui ont un impact sur le résultat de l’opération.

Lorsqu’ils utilisent des techniques de couverture de branche, les testeurs de boîtes blanches vérifient si chaque branche est traitée au moins une fois et s’assurent que les deux branches fonctionnent correctement.

 

3. Couverture du chemin

 

Les techniques de couverture des chemins évaluent les chemins au sein d’une application logicielle. Maximiser la couverture des chemins de test signifie s’assurer que tous les chemins du programme sont explorés au moins une fois. Il s’agit d’une technique de test similaire à la couverture des branches, mais elle est considérée comme plus complète et plus efficace.

Les tests de couverture du chemin sont généralement considérés comme les plus appropriés pour tester des applications complètes plutôt que des versions partielles.

 

4. Couverture des décisions

 

La couverture décisionnelle est l’une des techniques de boîte blanche les plus importantes, car elle fournit des données sur les résultats vrais et faux des expressions booléennes dans le code source.

Le test de couverture des décisions valide le code source en s’assurant que chaque marque de chaque décision potentielle est parcourue au moins une fois pendant le test.

Les points de décision comprennent toutes les occasions où il est possible d’obtenir deux ou plusieurs résultats différents.

 

5. Couverture des conditions

 

La couverture des conditions est également connue sous le nom de couverture de l’expression. Cette technique de la boîte blanche évalue les sous-variables des instructions conditionnelles dans le code afin de vérifier le résultat de chaque condition logique.

Ce type de test ne prend en compte que les expressions avec des opérandes logiques, alors que les tests de couverture de décision et de couverture de branche sont utilisés pour garantir d’autres opérations logiques.

 

6. Couverture de conditions multiples

 

Dans les tests de couverture de conditions multiples, les testeurs vérifient différentes combinaisons de conditions et évaluent la décision prise par le code pour chaque combinaison.

Il peut y avoir de nombreux cas de test différents pour les tests de couverture de conditions multiples en raison du grand nombre de combinaisons de conditions qui existent, de sorte que ce type de test prend souvent beaucoup de temps.

 

7. Couverture des machines à états finis

 

La couverture des machines à états finis est un type de test important, mais aussi l’un des moyens les plus difficiles d’obtenir une couverture de code élevée dans les tests en boîte blanche. Il s’appuie sur la fonctionnalité de la conception et exige des développeurs qu’ils comptent le nombre de fois qu’un état est visité ou transité au cours du processus de test, ainsi que le nombre de séquences que contient chaque système d’états finis.

 

8. Essai du flux de contrôle

 

Le test du flux de contrôle est une technique de test en boîte blanche qui vise à établir l’ordre d’exécution du programme à l’aide d’une structure de contrôle simple.

Les développeurs construisent des cas de test de flux de contrôle en choisissant une section spécifique du programme et en construisant un chemin de test. Les tests de flux de contrôle sont généralement utilisés dans les tests unitaires.

 

Le cycle de vie des tests en boîte blanche

dans le développement de logiciels

Le test de la boîte blanche est une étape importante du cycle de vie du développement logiciel, bien qu’il n’ait pas une “place” stricte dans ce cycle.

Les développeurs peuvent effectuer des tests en boîte blanche lorsqu’ils ont besoin de vérifier le fonctionnement du code, et certains développeurs peuvent être plus minutieux que d’autres pour vérifier le code nouvellement écrit afin de s’assurer qu’il est propre et exempt de lignes inutiles.

Cependant, les tests en boîte blanche sont le plus souvent effectués lors des tests unitaires et des tests d’intégration. Les tests unitaires et les tests d’intégration sont effectués par les développeurs au cours de la phase de développement.

Ils ont lieu avant les tests fonctionnels tels que les tests de système et les tests d’acceptation, et donnent aux développeurs la possibilité d’identifier, de localiser et de corriger les bogues majeurs au début de la phase de test avant de remettre le produit à l’équipe d’assurance qualité.

 

Tests manuels ou automatisés de la boîte blanche ?

vision par ordinateur pour les tests de logiciels

Comme pour les autres types de tests de logiciels, il est possible d’automatiser les tests en boîte blanche. Il peut être manuel ou automatisé, même si, dans la plupart des cas, il est plus facile d’automatiser les tests de la boîte blanche que ceux de la boîte noire.

Les tests en boîte blanche étant un type de test qui prend beaucoup de temps, l’automatisation devient de plus en plus populaire au sein des équipes de développement de logiciels.

 

Tests manuels en boîte blanche : avantages, défis et processus

 

Le test manuel de la boîte blanche consiste à effectuer des tests de la boîte blanche manuellement, ce qui suppose que les développeurs aient les compétences et le temps nécessaires pour écrire des cas de test individuels afin de tester chaque ligne de code dans la construction d’un logiciel. Cela peut prendre beaucoup de temps, mais cela permet également d’obtenir les résultats les plus complets.

 

Voici quelques-uns des avantages de l’exécution manuelle des tests de la boîte blanche :

 

1. Profondeur

Les tests manuels permettent aux testeurs d’explorer le code logiciel plus en profondeur que les tests automatisés s’ils le souhaitent, par exemple en lisant l’ensemble du code source d’une application plutôt qu’en automatisant simplement des tâches qui touchent à la fonctionnalité de surface.

 

2. Localisation de l’insecte

Les tests manuels facilitent la localisation des bogues et des défauts, car les développeurs doivent être en mesure de déterminer avec précision la ligne de code dans laquelle le bogue est présent.

Par exemple, si l’on constate qu’une image ne se charge pas et que l’on examine le code à la recherche de lignes qui impliquent le chargement d’images, on réduit considérablement la cause.

 

3. La vitesse

Les tests manuels prennent généralement plus de temps que les tests automatisés, mais si les développeurs ne veulent effectuer qu’un ou deux tests rapides, il est probablement plus rapide de les réaliser manuellement que de mettre en place un système d’automatisation.

Par exemple, les tests unitaires consistent à examiner une fonctionnalité et à voir si elle fonctionne, plutôt qu’à collecter de grandes quantités de données en automatisant le processus. Cependant, les tests manuels de la boîte blanche présentent également des inconvénients.

 

Voici quelques-uns des défis posés par les tests manuels de la boîte blanche :

 

1. Précision

Les tests manuels peuvent permettre aux développeurs de couvrir un large éventail de codes, mais les testeurs humains sont toujours plus enclins à commettre des erreurs que les programmes informatiques, ce qui signifie que les tests manuels sont souvent considérés comme moins précis que les tests automatisés.

 

2. Le temps

Les tests manuels prennent plus de temps que les tests automatisés, et les tests manuels en boîte blanche font partie des tests qui prennent le plus de temps. Cela augmente les délais d’exécution et peut rendre plus difficile le respect de délais de développement serrés.

 

3. Coût

En raison de la quantité de main-d’œuvre et de ressources impliquées dans les tests manuels de la boîte blanche, ceux-ci sont souvent plus coûteux pour les équipes de développement que les tests automatisés, qui nécessitent généralement moins de développeurs et moins de temps.

 

4. Évolutivité

Les tests manuels ne conviennent vraiment que pour tester de petites applications ou des composants individuels d’applications plus importantes. Pour les applications plus importantes, telles qu’une base de données hébergée dans le nuage avec des milliers d’entrées par minute, les tests automatisés sont préférables comme méthode de simulation des charges standard.

 

Tests automatisés de la boîte blanche : avantages,

défis et processus

Les technologies d’automatisation facilitent chaque jour l’automatisation de certains aspects des tests de logiciels. L’évolution du secteur vers l’hyperautomatisation est en partie due à l’efficacité et aux économies que l’automatisation offre aux équipes de développement qui se sentent toujours à l’étroit.

La boîte blanche est l’un des types de tests les plus appropriés et les plus adaptés à l’automatisation, car elle est relativement facile à automatiser et les économies de temps et d’argent réalisées grâce à l’automatisation des tests de boîte blanche peuvent être considérables.

Les tests automatisés en boîte blanche peuvent impliquer que les développeurs écrivent eux-mêmes des scripts de test, ou le processus peut être accéléré par l’utilisation d’outils complets comme ZAPTEST, qui fournit une technologie de test de logiciels de bout en bout à la pointe du progrès.

 

Voici quelques-uns des avantages de l’automatisation des tests en boîte blanche :

 

1. Précision

Les tests informatisés éliminent le risque d’erreurs car les ordinateurs ne se fatiguent pas et ne font pas d’erreurs.

 

2. Le temps

Les tests automatisés de la boîte blanche sont nettement plus rapides que les tests manuels de la boîte blanche et libèrent du temps que les développeurs peuvent consacrer à d’autres tâches, telles que la correction de bogues ou la rédaction de correctifs de mise à niveau.

 

3. Échelle

Les tests automatisés sont beaucoup plus évolutifs que les tests manuels. Par conséquent, si votre application logicielle se développe ou si vous souhaitez effectuer des tests à grande échelle en une seule fois, l’automatisation est la meilleure option.

Par exemple, l’augmentation de la saisie de données implique de demander davantage d’entrées dans le cadre de l’automatisation, par rapport à l’embauche d’un plus grand nombre de membres du personnel pour les tests manuels.

 

4. Coût

Le coût des tests automatisés est généralement, une fois totalisé, inférieur au coût des tests manuels en raison du nombre d’heures de travail économisées grâce à l’automatisation. Le retour sur investissement multiplié par 10 de ZAPTEST montre comment l’automatisation peut permettre aux développeurs d’économiser de l’argent et d’obtenir des rendements plus élevés. Cependant, l’automatisation n’est pas sans inconvénients.

 

Voici quelques-uns des défis que pose l’automatisation des tests en boîte blanche :

 

1. Suivi des bogues

L’automatisation ne facilite pas toujours la localisation des bogues dans le code, en fonction de la manière dont les développeurs automatisent les tests ou des outils de test utilisés, surtout par rapport aux tests manuels en boîte blanche, où les testeurs peuvent voir le code qui est exécuté chaque fois qu’un bogue apparaît.

 

2. Compétences

Tous les développeurs ne savent pas comment automatiser les tests ou comment utiliser les outils de test automatisés, de sorte que le passage à l’automatisation peut nécessiter un investissement dans la formation de compétences majeures telles que le codage dans le langage de la plateforme de test spécifique et l’utilisation de compétences d’analyse de données pour comprendre la cause des problèmes dans un test en boîte blanche.

 

Conclusion : Tests manuels de la boîte blanche

ou l’automatisation des tests en boîte blanche ?

Avantages de la mise en place d'un centre d'excellence en matière de tests. Les tests de performance sont-ils différents des tests fonctionnels ?

Dans l’ensemble, les tests en boîte blanche dans le domaine du génie logiciel sont l’un des types de tests les plus appropriés pour s’adapter aux tests automatisés, en grande partie en raison de la nature complexe et chronophage des tests manuels en boîte blanche.

Les tests automatisés en boîte blanche sont plus rapides, moins coûteux, plus efficaces et plus précis que les tests manuels, en particulier lorsqu’il s’agit d’applications de grande taille.

Dans la mesure du possible, les développeurs de logiciels devraient automatiser les tests en boîte blanche afin d’accroître la fiabilité des tests et de couvrir un plus grand nombre d’applications par des tests qu’il n’est possible de le faire en pratique en effectuant les tests manuellement. Cela s’explique par les coûts importants et l’expertise requise lorsque vous effectuez des tests en boîte blanche avec des méthodes exclusivement manuelles.

 

De quoi avez-vous besoin pour commencer ?

les tests en boîte blanche ?

dissiper certaines confusions dans l'automatisation des tests de logiciels

Avant de commencer les tests en boîte blanche, assurez-vous que vous disposez de tout ce dont vous avez besoin pour démarrer. Selon que vous effectuez des tests manuels ou automatisés en boîte blanche, vous n’avez pas besoin de beaucoup de ressources en dehors du temps et de l’argent.

Toutefois, vous devrez vous assurer que votre équipe dispose des connaissances et des outils appropriés pour effectuer correctement les tests de la boîte blanche.

 

1. Compréhension du code source

 

Les tests en boîte blanche sont des tests effectués par des développeurs et des ingénieurs en logiciel ayant une connaissance approfondie du code source et de la structure interne du logiciel.

Si vous êtes un testeur AQ et que vous ne disposez pas de ces connaissances, vous devrez transmettre le logiciel à quelqu’un d’autre avant que les tests en boîte blanche puissent commencer.

 

2. Cas de test

 

Il est nécessaire d’écrire des cas de test avant d’exécuter des tests en boîte blanche. Les cas de test sont des ensembles individuels d’instructions qui décrivent les actions que les testeurs ou les développeurs peuvent effectuer pour tester les fonctions et le fonctionnement d’un système.

Dans les tests en boîte blanche, les cas de test sont conçus par des personnes ayant une connaissance complète de la structure interne du système et créés pour vérifier si celui-ci fonctionne comme il se doit.

 

3. Outils de test en boîte blanche

 

Il existe de nombreux outils disponibles pour les tests en boîte blanche qui permettent d’accéder au code source et aux documents de conception tout en réalisant l’automatisation des tests. Ils sont également proposés à différents niveaux de prix pour les utilisateurs, tels que les versions ZAPTEST FREE et ZAPTEST ENTERPRISE, qui offrent une plus grande flexibilité.

Choisissez les outils que vous souhaitez utiliser avant de commencer les tests, en veillant tout particulièrement à ce qu’ils soient dotés des bonnes fonctionnalités, telles que le fonctionnement multiplateforme et la technologie de vision par ordinateur, afin que vous puissiez voir ce que les tests automatisés voient.

Assurez-vous que tous les développeurs et ingénieurs impliqués dans les tests savent comment et quand les utiliser.

 

Le processus de test de la boîte blanche

checklist uat, outils de test d'applications web, automatisation et plus encore

Les tests en boîte blanche impliquent une connaissance beaucoup plus approfondie du fonctionnement d’un système que les tests en boîte noire, et certaines des étapes des tests en boîte blanche sont un peu différentes.

Les testeurs “boîte blanche” doivent d’abord identifier les caractéristiques ou les composants du système qu’ils veulent vérifier avant de tracer les chemins possibles à tester et d’écrire les cas de test à exécuter.

Le processus de test de la boîte blanche peut également varier en fonction de la technique de test de la boîte blanche que vous utilisez. Suivez les étapes ci-dessous pour découvrir comment effectuer des tests en boîte blanche tout en maximisant la couverture du chemin.

 

Étape 1 : Identifier les caractéristiques à tester

 

Avant de procéder à des tests en boîte blanche, réfléchissez exactement à ce que vous voulez tester et à la manière dont vous allez le faire. Il s’agit généralement de se concentrer sur un petit ensemble de fonctions ou de caractéristiques et de créer un ensemble de cas de test uniquement pour tester ces fonctions ou caractéristiques.

Vous répéterez cette étape plusieurs fois pour différents domaines du système afin de maximiser la couverture des tests, mais il est important de décomposer les différents domaines en tests individuels.

Plus votre champ d’action est restreint, plus vos tests seront fiables et précis.

 

Étape 2 : Tracer tous les chemins possibles dans un diagramme de flux

 

Une part importante de votre travail de préparation pour les tests en boîte blanche consiste à tracer tous les chemins possibles que vous devez tester dans un organigramme.

Cette étape peut vous aider à maximiser la couverture des chemins et à vous assurer que vous vérifiez tous les chemins possibles dans chaque scénario de test que vous créez. Dessinez un organigramme qui couvre tous les chemins possibles pour chaque fonctionnalité ou composant que vous testez, par exemple en décrivant les différents chemins qui se présentent lorsque différentes valeurs sont saisies.

 

Étape 3 : Identifier tous les chemins possibles

 

Examinez votre organigramme et identifiez tous les chemins possibles que les utilisateurs peuvent emprunter, en commençant par la première étape de votre organigramme et en terminant par la dernière étape.

Plus il y a de branches et de décisions dans votre organigramme, plus il y a de chemins uniques. Le fait de savoir combien de chemins uniques existent peut vous aider à vous assurer que vos scénarios de test couvrent chaque possibilité.

 

Étape 4 : Créer des cas de test

 

L’étape suivante des tests en boîte blanche consiste à écrire des scénarios de test qui vérifient tous les chemins que vous avez identifiés ci-dessus.

Il est important de s’assurer que vos scénarios de test couvrent tous les chemins possibles et décrivent clairement les actions que les testeurs ou les développeurs doivent entreprendre pour exécuter chaque scénario de test.

Pour chaque cas de test, indiquez l’identifiant et le nom du cas de test, ainsi qu’une brève description et les résultats escomptés de chaque test.

 

Étape 5 : Exécution des cas de test

 

Il est maintenant temps d’exécuter les cas de test, ce que la plupart des gens considèrent comme la réalisation des tests en boîte blanche proprement dits.

Les testeurs exécutent les cas de test en suivant la brève série d’instructions décrites dans chaque cas de test et en rendant compte du résultat de chaque cas de test. Ces résultats peuvent être comparés aux résultats attendus décrits dans le cas d’essai afin de déterminer si chaque test de la boîte blanche a réussi ou échoué.

 

Étape 6 : Répéter le cycle si nécessaire

 

Comme d’autres formes de tests de logiciels, les tests en boîte blanche consistent à comparer le fonctionnement réel du système avec les attentes des testeurs sur la façon dont le système devrait fonctionner.

Si les testeurs constatent que le système ne se comporte pas comme ils l’attendent, cela peut signifier que les tests en boîte blanche ont échoué et que les développeurs doivent corriger des lignes de code avant de poursuivre les tests.

Répétez le processus ci-dessus pour effectuer d’autres tests en boîte blanche jusqu’à ce que le système ait été entièrement testé et que toutes les erreurs aient été corrigées.

 

Meilleures pratiques pour les tests en boîte blanche

Tests de charge automatisés

Les meilleures pratiques en matière de tests en boîte blanche dépendent du type de test que vous effectuez et de l’étape du processus de test à laquelle vous vous trouvez.

Étant donné que la plupart des tests en boîte blanche ont lieu pendant les tests unitaires et les tests d’intégration, la plupart des meilleures pratiques en matière de tests en boîte blanche s’appliquent à ces phases.

 

1. Maximiser la couverture des tests

 

Par définition, il est important de maximiser la couverture des tests lors des tests en boîte blanche afin de s’assurer qu’un pourcentage élevé du logiciel est testé au cours de cette phase.

Vous pouvez y parvenir en maximisant la couverture des chemins et des branches et en écrivant des scénarios de test qui explorent tous les chemins et résultats possibles au cours de la phase de préparation.

 

2. Vérifier le comportement et les performances

 

Lorsque vous écrivez des scénarios de test en boîte blanche, vous voulez créer des scénarios de test qui vérifient que le système fonctionne comme vous l’attendez, ainsi que des scénarios de test qui vérifient les performances du système.

Par exemple, en plus de vérifier que des actions particulières conduisent à des résultats particuliers, vous pouvez également vérifier la rapidité avec laquelle le système peut effectuer certaines tâches ou la manière dont les performances sont affectées par différentes variables.

 

3. Rédiger des cas de test indépendamment les uns des autres

 

Si vous souhaitez vérifier deux caractéristiques distinctes, par exemple si une classe de code dépend d’une base de données particulière, créez une interface abstraite qui reflète cette connexion à la base de données et mettez en œuvre une interface avec un objet fictif pour tester cette connexion.

Cela permet de s’assurer que vos scénarios de test vérifient les connexions que vous voulez qu’ils vérifient et non quelque chose d’autre.

 

4. Couvrir tous les chemins et toutes les boucles

 

Maximiser la couverture des tests signifie couvrir tous les chemins possibles, en tenant compte des boucles conditionnelles et d’autres types de boucles dans le code.

Veillez à concevoir des cas de test qui explorent pleinement les chemins possibles et vérifient que les boucles se comportent comme vous l’attendez, quelles que soient les données d’entrée.

 

7 erreurs et pièges à éviter

Mise en œuvre de tests en boîte blanche

zaptest-runtime-error.png

Lorsque vous commencez à effectuer des tests en boîte blanche, il est important de connaître certains des pièges les plus courants dans lesquels les développeurs tombent souvent lorsqu’ils effectuent des tests en boîte blanche. Les erreurs courantes des tests en boîte blanche peuvent entraîner des retards et des imprécisions susceptibles de nuire à la qualité et au calendrier de la mise à disposition du logiciel.

 

1. Penser que les tests en boîte blanche ne sont pas nécessaires

 

Certains testeurs pensent que les tests de la boîte blanche ne sont pas nécessaires, car les tests de la boîte noire testent toutes les sorties externes du logiciel, et si celles-ci fonctionnent correctement, on suppose que le fonctionnement interne du système fonctionne également.

Cependant, les tests en boîte blanche peuvent aider les développeurs à localiser des problèmes et des bogues qui n’apparaissent pas toujours dans les tests en boîte noire, et ils sont essentiels pour vérifier la sécurité des systèmes logiciels.

Par exemple, si un programme présente une fuite de mémoire qui entraîne une dégradation des performances sur de longues périodes et que le test de la boîte noire ne permet pas d’examiner, le test de la boîte blanche est la seule option pour fouiller le code et trouver le problème avant une diffusion publique à grande échelle.

 

2. Effectuer manuellement tous les tests de la boîte blanche

 

Certains développeurs peuvent penser qu’il est aussi facile de réaliser des tests en boîte blanche qu’en boîte noire.

Cependant, les tests en boîte blanche prennent beaucoup plus de temps et les développeurs qui essaient de les réaliser entièrement manuellement peuvent se rendre compte qu’il est impossible d’effectuer des vérifications manuelles selon les normes souhaitées ou tout en maximisant la couverture des tests.

 

3. Affectation des testeurs à l’exécution des cas de test

 

Les tests en boîte blanche doivent être entièrement réalisés par des développeurs, des ingénieurs logiciels et des personnes qui comprennent parfaitement le fonctionnement interne du système logiciel.

Certains développeurs pensent qu’ils peuvent confier les tests en boîte blanche aux testeurs de l’assurance qualité une fois qu’ils ont rédigé eux-mêmes les cas de test, mais cela ne peut qu’entraîner une mauvaise exécution et réduire la qualité de la documentation.

 

4. La précipitation dans les tests

 

Les tests de logiciels sont un processus long et fastidieux, et certains développeurs peuvent être tentés de passer rapidement les tests en boîte blanche pour passer à la phase suivante du développement. Il est important d’allouer suffisamment de temps et de ressources aux tests en boîte blanche pour s’assurer que les développeurs ne se sentent pas bousculés et qu’ils disposent de suffisamment de temps pour maximiser la couverture des tests.

 

5. Documentation insuffisante

 

La tenue d’une documentation appropriée avant, pendant et après les essais garantit que toutes les personnes impliquées dans le développement et l’essai des logiciels ont accès aux bonnes informations au bon moment.

Assurez-vous que chaque membre de l’équipe de développement sait comment rédiger une documentation claire et comment rapporter les résultats des tests en boîte blanche.

 

6. Mauvaise utilisation des outils d’automatisation

 

Les outils d’automatisation peuvent faciliter les tests en boîte blanche, mais il est important de s’assurer que l’ensemble de votre équipe comprend quels outils d’automatisation vous utilisez et comment les utiliser.

Différents outils sont adaptés à différents types de tests, il est donc important de choisir des outils d’automatisation adaptés aux tests en boîte blanche et d’apprendre à utiliser correctement leurs fonctionnalités.

Par exemple, certains outils n’intègrent pas l’automatisation et se concentrent plutôt sur la collecte d’informations et l’organisation de tickets, ce qui est loin d’être idéal pour les tests automatisés. Au contraire, les outils complets tels que ZAPTEST couvrent l’ensemble du processus de test grâce à des fonctionnalités telles que l’automatisation de toutes les tâches, ce qui les rend appropriés pour un travail de test en boîte blanche plus efficace.

 

7. Ne pas travailler avec l’équipe d’assurance qualité

 

Le fait que les tests en boîte blanche soient planifiés et réalisés par les développeurs ne signifie pas que l’équipe d’assurance qualité ne doit pas être impliquée de quelque manière que ce soit.

Il est important de transmettre les résultats des tests de la boîte blanche à l’équipe d’assurance qualité afin qu’elle comprenne ce qui a été testé jusqu’à présent et comment les résultats des tests de la boîte blanche peuvent affecter la manière dont l’équipe d’assurance qualité aborde les tests de la boîte noire.

En n’impliquant pas l’équipe d’assurance qualité, vous créez un décalage potentiel entre les différents services, ce qui se traduit par une mauvaise communication et un retour d’information moins bon à un stade ultérieur des tests. Il en résulte un niveau de qualité nettement inférieur pour le produit final.

 

Types de résultats des tests de la boîte blanche

avantages de la mise en place d'un centre d'excellence en matière de tests (TCoE)

Lorsque vous effectuez des tests de logiciels en boîte blanche, vous obtenez différents résultats en fonction des résultats des tests que vous effectuez. La compréhension des résultats des tests en boîte blanche peut vous aider à déterminer les étapes à suivre.

 

1. Résultats des tests

 

Les résultats des tests de la boîte blanche vous indiqueront si vous devez poursuivre les tests, si des défauts doivent être corrigés et si chaque cas de test a réussi ou échoué. Une documentation complète est nécessaire car elle aide les développeurs et les testeurs à comprendre les résultats des tests en boîte blanche.

 

2. Défauts

 

Des défauts peuvent être identifiés lors des tests en boîte blanche, et parfois les résultats de ces tests seront des défauts et des bogues.

Si le système logiciel ne se comporte pas comme vous l’attendiez pendant les tests de la boîte blanche, cela peut indiquer que le programme présente de graves défauts qui doivent être corrigés avant que le développement et les tests ne se poursuivent.

 

3. Rapports d’essais

 

Les rapports de test sont des rapports compilés par les développeurs et les testeurs pendant et après les tests de logiciels.

Ils contiennent des détails sur les résultats du test, y compris les cas de test qui ont réussi et échoué, les défauts trouvés pendant le test et les recommandations pour les étapes suivantes.

Les développeurs utilisent les rapports de test pour communiquer avec d’autres développeurs dont la tâche peut être de corriger les bogues et les erreurs trouvés pendant les tests.

 

Exemples de tests en boîte blanche

Qu'est-ce que les tests unitaires ?

Les tests en boîte blanche permettent aux développeurs de vérifier que la structure interne du système logiciel fonctionne comme il se doit, indépendamment des résultats et des sorties externes du système.

Les exemples ci-dessous illustrent comment les tests en boîte blanche peuvent aider les développeurs à vérifier les fonctions internes d’un logiciel.

 

1. Exemple de page d’enregistrement pour le commerce électronique

 

Un exemple de test en boîte blanche concerne la manière dont les développeurs testent les fonctions d’un site web. Si vous essayez de tester la page d’enregistrement d’un site web de commerce électronique, les tests en boîte blanche peuvent permettre aux développeurs de comprendre si les fonctions et les classes impliquées dans l’enregistrement fonctionnent comme elles le devraient lorsque la fonction d’enregistrement est exécutée.

Il s’agit en particulier de toutes les informations saisies par l’utilisateur et d’évaluer les paramètres du formulaire, y compris les dates valables et non valables et ce que le formulaire considère comme une adresse électronique légitime.

L’équipe entre ensuite dans une série de chaînes qui testent le formulaire, certaines étant conçues pour échouer et d’autres pour réussir, avant d’évaluer les résultats par rapport aux résultats prévus.

Les tests “boîte noire”, quant à eux, se contentent de vérifier si la page elle-même fonctionne, sans autre analyse du pourquoi et du comment.

 

2. Exemple de calculatrice

 

Les calculateurs d’application constituent un autre exemple de test en boîte blanche.

Si vous créez une calculatrice utilisée dans le cadre d’une application, les testeurs de boîte noire vérifieront simplement si les résultats de la calculatrice sont corrects lorsque la calculatrice est utilisée comme prévu.

Les testeurs de la boîte blanche vérifient les calculs internes de la calculatrice pour s’assurer que les résultats ont été calculés et qu’ils sont corrects. Cette fonction est plus utile pour les calculs plus complexes comportant plusieurs étapes, tels que les impôts. Les testeurs examinent le code pour voir les étapes suivies par la calculatrice et l’ordre dans lequel elles se déroulent, avant de voir le résultat après chaque étape.

Si l’entrée de la calculatrice est (7*4) – 6 et que la sortie est 22, c’est correct, et le test de la boîte noire réussira ce test. Cependant, c’est parce que 7*4 = 28, et 28 – 6 est 22. Le test de la boîte blanche pourrait révéler que le logiciel a trouvé ce résultat en effectuant 7*4 = 32, et 32 – 6 = 22, ce qui n’est ni l’un ni l’autre correct.

Cette meilleure compréhension montre que le calcul est exact après chaque étape spécifique, détecte l’étape à laquelle il pourrait ne pas être exact et résout le problème plus rapidement car le testeur peut clairement voir où se situe le problème.

 

Types d’erreurs et de bogues dans les tests en boîte blanche

types d'essais de performance

Lors des tests en boîte blanche, il est possible d’identifier et de localiser les bogues qui peuvent affecter le fonctionnement des systèmes sous le capot. Ces bogues peuvent affecter des fonctions externes ou nuire aux performances ou à la fiabilité.

IS YOUR COMPANY IN NEED OF

ENTERPRISE LEVEL

TASK-AGNOSTIC SOFTWARE AUTOMATION?

Les types d’erreurs et de bogues les plus courants qui surviennent lors des tests en boîte blanche sont énumérés ci-dessous.

 

1. Erreurs logiques

 

Les erreurs logiques surviennent dans les tests en boîte blanche parce que ces derniers mettent en évidence les domaines dans lesquels le programme ne fonctionne pas logiquement ou dans lesquels les fonctions et les conditions sont utilisées à mauvais escient dans le code du logiciel.

Les erreurs logiques peuvent se présenter comme des défaillances du système ou simplement se traduire par des comportements et des résultats inattendus.

 

2. Erreurs de conception

 

Les tests en boîte blanche peuvent aider les développeurs à identifier les erreurs de conception dans le code. Les erreurs de conception surviennent lorsqu’il y a une différence entre le flux logique du logiciel et sa mise en œuvre effective. Ils peuvent entraîner des comportements inattendus et des erreurs de performance.

 

3. Les erreurs typographiques

 

Les erreurs typographiques et les défauts de syntaxe sont des erreurs humaines, par exemple parce qu’un développeur a mal saisi une phrase particulière ou a ajouté une ponctuation incorrecte à une ligne de code. De petites erreurs de ce type peuvent entraîner des fonctions interrompues et des déclarations que le logiciel ne peut pas lire, ce qui peut entraîner des erreurs majeures dans le système.

 

Mesures communes pour les tests en boîte blanche

qu'est-ce que l'automatisation des tests logiciels

Lorsque vous effectuez des tests en boîte blanche, les indicateurs de test courants peuvent vous aider à mesurer la réussite et l’exhaustivité de vos tests en boîte blanche ainsi qu’à comprendre la qualité du travail de vos développeurs.

Les métriques de test informent le processus de développement car elles peuvent identifier des domaines à améliorer ou guider le processus de test pour aller de l’avant.

 

1. Couverture du code

 

L’une des principales caractéristiques des tests en boîte blanche est qu’ils doivent couvrir la plus grande partie possible du code, et vous pouvez mesurer la quantité de code que vous avez couverte à l’aide des mesures de couverture du code.

Les mesures de couverture du code indiquent la part du code total de l’application que vous avez vérifiée à l’aide de tests en boîte blanche. En général, les développeurs s’efforcent de couvrir autant que possible 100 % du code logiciel par des tests en boîte blanche.

La couverture du code peut être divisée en plusieurs mesures distinctes, notamment la couverture du chemin, du segment, de l’instruction et de la branche.

La couverture des conditions composées est un autre type de mesure de la couverture du code qui vérifie que chaque condition d’un ensemble a été vérifiée avec plusieurs chemins et combinaisons de chemins.

 

2. Mesures des défauts

 

Les indicateurs de défauts reflètent le nombre de défauts trouvés, l’efficacité des tests en boîte blanche à identifier les défauts et les pourcentages du code qui réussissent ou échouent aux tests en boîte blanche.

Les mesures des défauts peuvent être présentées comme le nombre de défauts par millier de lignes de code ou le nombre total de défauts dans le programme. Si un faible nombre de défauts peut sembler positif, les développeurs doivent s’assurer que ce n’est pas parce que des défauts ont été omis lors des tests.

 

3. Exécution du test

 

Les mesures d’exécution des tests peuvent aider les développeurs à voir rapidement quelle proportion du total des tests a été exécutée jusqu’à présent et combien il reste de tests non exécutés. Les mesures d’exécution du texte aident les équipes logicielles à comprendre l’état d’avancement des tests en boîte blanche et à savoir si les tests logiciels automatisés se déroulent comme prévu.

Cependant, il est possible d’avoir à la fois des faux positifs et des faux négatifs, ce qui peut affecter la précision de cette mesure.

 

4. Durée du test

 

Les mesures de durée des tests nous indiquent combien de temps il faut pour exécuter les tests automatisés, ce qui est particulièrement important pour les tests en boîte blanche, car l’automatisation est essentielle pour maximiser l’efficacité et la couverture des tests.

La durée des tests est souvent un goulot d’étranglement dans le développement agile de logiciels. Comprendre la durée d’exécution des tests logiciels peut donc aider les équipes de développement à accélérer le processus de développement.

Cependant, il est important de se rappeler que les mesures de la durée des tests ne vous disent rien sur la qualité des tests que vous exécutez.

 

Outils de test en boîte blanche

meilleures pratiques pour les tests agiles et fonctionnels automatisation des logiciels

Les outils et la technologie peuvent rendre les tests en boîte blanche beaucoup plus précis, efficaces et complets. Les outils de test boîte blanche peuvent aider les ingénieurs logiciels à automatiser les tests boîte blanche, à enregistrer et à documenter le processus de test boîte blanche et à gérer les tests boîte blanche du début à la fin.

 

5 meilleurs outils gratuits de test en boîte blanche

Si vous ne souhaitez pas encore investir dans des outils de test coûteux, vous pouvez essayer toute une série d’outils de test gratuits en ligne, sans rien payer.

Les outils de test gratuits n’offrent pas toujours les mêmes fonctionnalités que les outils d’entreprise, mais ils constituent un bon point de départ pour les débutants en matière de tests en boîte blanche et ils peuvent aider les équipes de développement à mieux comprendre les outils et les technologies dont elles ont besoin.

 

1. ZAPTEST édition FREE

 

ZAPTEST est un outil de test de logiciels et un logiciel d’automatisation des processus robotiques qui permet aux développeurs et aux testeurs d’assurance qualité d’automatiser les tests de la boîte blanche et de la boîte noire.

La version gratuite de ZAPTEST permet d’avoir plusieurs utilisateurs virtuels, plusieurs itérations et un forum d’utilisateurs. L’application fonctionne avec des sources de données locales et externes et s’intègre à HP ALM, Rally et JIRA. Les utilisateurs qui apprécient l’offre gratuite de ZAPTEST et qui souhaitent en savoir plus sur l’entreprise peuvent également demander à passer à l’édition entreprise une fois qu’elle sera prête.

 

2. Bugzilla

 

Bugzilla est un outil de test de logiciels open-source très populaire qui permet aux développeurs de suivre les bogues et les défauts dans le logiciel et de gérer le cycle de vie des bogues.

Bugzilla facilite l’attribution des bogues aux développeurs, la hiérarchisation et la vérification des bogues, ainsi que leur clôture une fois corrigés. Bugzilla est un excellent outil pour les équipes qui essaient encore de normaliser leur approche du signalement des bogues et son utilisation est entièrement gratuite.

 

3. OpenGrok

 

OpenGrok est un navigateur de code open source et un moteur de recherche pour la base de code. Il est compatible avec le code écrit en Java C++, JavaScript et Python, ainsi qu’avec d’autres langages de programmation.

Si vous souhaitez être en mesure de naviguer rapidement dans une base de code importante pendant les tests en boîte blanche, OpenGrok est entièrement gratuit et facile à utiliser.

 

4. SQLmap

 

SQLmap est un autre outil open source considéré comme presque essentiel pour les tests en boîte blanche. SQLmap régule le flux d’exploitation et de détection des bogues d’injection SQL.

SQLmap, qui se décrit lui-même comme un “outil de test de pénétration”, peut aider les testeurs de boîtes blanches à identifier et à localiser les erreurs de sécurité dans le code source et à les corriger avant de continuer.

 

5. Emma

 

Emma est une boîte à outils open-source qui permet de mesurer la couverture de votre code si vous travaillez en Java. C’est un moyen très rapide de vérifier votre couverture de code et de suivre la quantité de code couverte par chaque membre de l’équipe de développement sur une base individuelle.

Emma prend en charge la couverture des classes, des méthodes, des lignes et des blocs de base, et il est entièrement basé sur Java.

 

5 meilleurs outils de test en boîte blanche pour les entreprises

les meilleurs outils gratuits et d'entreprise pour l'automatisation des tests logiciels et de la RPA

Si vous recherchez des outils offrant de plus grandes fonctionnalités ou un meilleur support, les outils de test en boîte blanche d’entreprise peuvent être mieux adaptés à votre équipe de développement.

 

1. ZAPTEST ENTERPRISE édition

 

L’édition entreprise de ZAPTEST est la version améliorée de ZAPTEST gratuit. Dans cette version, les utilisateurs peuvent bénéficier d’un nombre illimité de modèles OCR, d’itérations illimitées et de scripts VBScript et JavaScript illimités.

L’édition entreprise de ZAPTEST offre une suite d’outils plus complète pour les équipes de développement qui souhaitent passer à l’automatisation. La version entreprise est également accompagnée d’un support expert pour s’assurer que votre équipe tire le meilleur parti de la technologie d’automatisation des tests logiciels et de RPA de ZAPTEST.

 

2. Violoniste

 

Fiddler est une suite d’outils de Telerik qui permet de tester les applications web en boîte blanche. Fiddler peut enregistrer tout le trafic HTTP entre votre système et l’internet et évaluer les points d’arrêt ainsi que les données sortantes et entrantes. Il est disponible dans différents formats en fonction de votre budget et de vos besoins, de sorte qu’il existe une édition de Fiddler pour presque toutes les équipes.

 

3. Fortification HP

 

HP Fortify, anciennement connu sous le nom de Fortify, est un autre outil de test de sécurité qui offre des solutions de sécurité complètes pour les tests en boîte blanche. La suite d’outils Fortify comprend l’outil Fortify Source Code Analysis, qui analyse automatiquement votre code source à la recherche de vulnérabilités susceptibles d’exposer votre application à des cyber-attaques.

 

4. Unité ABAP

 

La version entreprise d’ABAP Unit permet aux développeurs de logiciels d’effectuer rapidement et simplement des tests unitaires manuels et automatisés. Les développeurs écrivent des tests unitaires dans l’application ABAP et utilisent ces tests pour vérifier les fonctions du code et identifier les erreurs dans les tests unitaires.

Les équipes logicielles qui souhaitent essayer cet outil peuvent commencer par la version gratuite d’ABAP Unit avant de passer à l’édition entreprise.

 

5. LDRA

 

LDRA est une suite d’outils propriétaires qui peuvent être utilisés pour la couverture des instructions, la couverture des branches et la couverture des décisions lors de tests en boîte blanche. Il s’agit d’un excellent outil si vous souhaitez vérifier que votre code source répond aux exigences standard en matière de conformité, de traçage et d’hygiène du code.

 

Quand utiliser l’entreprise

vs outils de test freemium white box ?

Avantages de la mise en place d'un centre d'excellence en matière de tests. Les tests de performance sont-ils différents des tests fonctionnels ?

Les outils de test de logiciels, qu’ils soient d’entreprise ou gratuits, ont leur place dans toute équipe moderne de développement de logiciels. Au fur et à mesure que votre équipe s’agrandit et que les tests automatisés prennent de l’importance dans votre approche des tests en boîte blanche, vous souhaiterez probablement passer d’outils de test gratuits à des outils d’entreprise qui offrent davantage de fonctionnalités et un nombre illimité d’utilisations.

Toutefois, il existe des scénarios spécifiques dans lesquels les outils gratuits peuvent être plus adaptés que les outils d’entreprise.

De nombreux développeurs choisissent de commencer avec des outils gratuits lorsqu’ils expérimentent de nouvelles fonctionnalités et technologies, principalement pour évaluer si ces technologies conviennent à leur équipe avant d’investir dans des technologies d’entreprise.

Vous pouvez également essayer des versions gratuites d’outils d’entreprise tels que ZAPTEST afin de les tester avant de les acheter et d’en savoir plus sur ce qu’offrent les outils d’entreprise.

Enfin, certains outils gratuits comme Emma et Bugzilla se spécialisent dans des fonctions spécialisées mais importantes qui offrent des avantages permanents même aux équipes logicielles prêtes à payer pour des technologies d’entreprise.

 

Tests en boîte blanche : liste de contrôle, conseils et astuces

Liste de contrôle des tests logiciels

Lorsque vous êtes prêt à effectuer des tests en boîte blanche, assurez-vous que vous disposez de tout ce dont vous avez besoin avant de commencer. Vous trouverez ci-dessous une liste de points à ne pas oublier avant de commencer les tests en boîte blanche afin de maximiser la couverture de vos tests et d’améliorer la précision des résultats de vos tests en boîte blanche.

 

1. Utiliser des outils d’automatisation

 

Les outils d’automatisation peuvent accélérer considérablement le processus d’exécution des tests en boîte blanche, tout en réduisant le taux d’erreur et en augmentant la précision globale.

Presque toutes les équipes logicielles utilisent aujourd’hui un certain niveau d’automatisation pour effectuer des tests en boîte blanche. Expérimenter différents outils et technologies d’automatisation avant de commencer les tests en boîte blanche peut donc vous aider à choisir les outils que vous souhaitez utiliser avant le début des tests.

 

2. Viser une couverture de 100 % des tests

 

Vous n’atteindrez probablement pas votre objectif d’une couverture de test de 100 %, mais il est préférable de s’en approcher le plus possible lors des tests en boîte blanche.

Utilisez des outils de couverture de test pour suivre et mesurer des paramètres individuels tels que la couverture des chemins et des branches et assurez-vous que tous les chemins et branches les plus importants de votre logiciel ont été couverts pendant les tests en boîte blanche.

 

3. Produire des rapports d’essai clairs

 

Comme c’est le cas pour d’autres formes de tests de logiciels, assurez-vous que votre équipe sait comment compiler des rapports de test précis et clairs après chaque phase de test.

Un rapport de test doit être rédigé dans un format facile à comprendre et inclure des détails sur l’approche du test ainsi qu’un résumé des résultats de chaque cas de test exécuté. Le rapport final doit justifier les mesures prises et formuler des recommandations pour les étapes suivantes.

 

4. Mesurez votre succès à l’aide d’indicateurs de test

 

Les métriques de test aident les équipes logicielles à suivre et à enregistrer les progrès des tests en boîte blanche et offrent des informations précieuses qui peuvent éclairer les processus de développement futurs.

Il est important que les développeurs utilisent des indicateurs pour comprendre l’efficacité des tests qu’ils effectuent et la propreté de leur code initial, afin de pouvoir améliorer leur travail à l’avenir.

 

Tests en boîte blanche :

Conclusion

Le test de la boîte blanche en génie logiciel est un type essentiel de test de logiciel qui vérifie la structure interne et la logique du code source d’une application logicielle.

En conjonction avec les tests de la boîte noire, les tests de la boîte blanche vérifient non seulement que le logiciel fonctionne comme prévu, mais aussi que le code interne est logique, propre et complet.

Les tests en boîte blanche sont le plus souvent effectués dans le cadre de tests unitaires et de tests d’intégration, et ils sont toujours réalisés par des développeurs et des ingénieurs logiciels ayant une connaissance complète du code interne du logiciel.

Bien que certains tests en boîte blanche puissent être effectués manuellement, aujourd’hui une grande partie des tests en boîte blanche sont automatisés en raison des améliorations en termes de vitesse, d’efficacité et de couverture qu’offre l’automatisation des tests en boîte blanche.

 

FAQ et ressources

Si vous souhaitez en savoir plus sur les tests de la boîte blanche, il existe de nombreuses ressources gratuites en ligne que vous pouvez consulter. Vous pouvez utiliser des vidéos, des livres et d’autres ressources pour apprendre à réaliser des tests de boîte blanche et vous assurer que vos normes de test de boîte blanche respectent les meilleures pratiques.

 

1. Les meilleurs cours sur l’automatisation des tests en boîte blanche

 

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’automatisation des tests en boîte blanche, vous pouvez suivre un cours sur les tests de logiciels et les tests en boîte blanche. Certains de ces cours sont accrédités et offrent des qualifications formelles, tandis que d’autres sont des cours en ligne informels conçus pour aider les développeurs et les testeurs de logiciels qui souhaitent améliorer leur connaissance d’un sujet particulier.

 

Voici quelques-uns des meilleurs cours sur les tests en boîte blanche disponibles en ligne aujourd’hui :

 

 

 

 

 

2. Quelles sont les cinq principales questions d’entretien sur l’automatisation des tests en boîte blanche ?

 

Si vous vous préparez à un entretien au cours duquel vous pourriez parler de tests en boîte blanche, de techniques en boîte blanche et d’outils d’automatisation, il est important que vous le sachiez.

 

  • Quelle est la différence entre les tests “boîte blanche” et les tests “boîte noire” ?

 

  • Pourquoi les tests en boîte blanche sont-ils importants ?

 

  • Quelles sont les différentes approches possibles en matière de tests en boîte blanche ?

 

  • Quels sont les processus impliqués dans les tests de la boîte blanche et comment pouvons-nous les améliorer ?

 

  • Quels sont les outils et les technologies que vous pourriez utiliser pour rendre les tests en boîte blanche plus rapides ou plus précis ?

 

3. Les meilleurs tutoriels YouTube sur les tests en boîte blanche

 

Si vous souhaitez en savoir plus sur le test de la boîte blanche, regarder des tutoriels sur YouTube peut vous aider à comprendre comment fonctionne le test de la boîte blanche et à obtenir des explications visuelles sur les processus et les approches impliqués dans le test de la boîte blanche.

Voici quelques-uns des tutoriels YouTube les plus instructifs actuellement en ligne :

 

4. Comment maintenir les tests de la boîte blanche

 

La maintenance des tests logiciels permet de s’assurer que les tests effectués sont toujours complets et adaptés à l’objectif visé. Il est important de maintenir tous les types de tests de logiciels, aussi bien dans la boîte noire que dans la boîte blanche, car le code sur lequel vous effectuez les tests change constamment avec chaque réparation de bogue et chaque itération. Cela signifie que vos scripts de test doivent être modifiés en même temps.

Le maintien des tests en boîte blanche implique de garder votre cadre d’automatisation des tests à jour et d’appliquer des processus conçus pour garantir que les tests et les cas de test sont mis à jour régulièrement.

 

Pour ce faire, vous pouvez

 

Intégrer la maintenance dans la conception des tests :

Tenir compte de l’avenir des tests en boîte blanche lors de la conception et de l’élaboration des tests en boîte blanche facilitera la maintenance des tests à l’avenir.

 

Permettre une communication claire entre les équipes :

Veillez à ce que tous les membres de votre équipe de développement disposent de plusieurs canaux de communication afin que, dès que des changements sont apportés au code, ils soient rapidement répercutés dans les tests.

 

S’adapter :

Il peut arriver que vous apportiez au code des modifications que vous n’aviez pas prévues. Assurez-vous que votre équipe sait s’adapter rapidement à ces changements et qu’elle possède les compétences nécessaires pour suivre ces changements lors des tests.

 

Réévaluer constamment les protocoles de test :

Les protocoles de test que vous avez mis en œuvre au début des tests peuvent ne plus convenir une fois que votre logiciel a subi diverses modifications et améliorations. Réévaluez vos protocoles de test à intervalles réguliers pour vérifier s’ils sont toujours adaptés.

 

5. Les meilleurs livres sur les tests en boîte blanche

Le test de la boîte blanche est un sujet profond qui peut prendre des années à maîtriser. Si vous souhaitez devenir un expert des tests en boîte blanche modernes dans le domaine des tests logiciels, vous pouvez lire des livres sur les tests en boîte blanche écrits par des développeurs, des universitaires et des ingénieurs.

 

Parmi les meilleurs livres sur les tests en boîte blanche et l’automatisation des tests, on trouve aujourd’hui

 

  • L’art des tests de logiciels, troisième édition par Glenford J. Myers, Corey Sandler, Tom Badgett, Todd M. Thomas

 

  • Tests de logiciels : A Craftsman’s Approach, Fourth Edition, par Paul C. Jorgensen

 

  • Comment casser un logiciel : Un guide pratique des tests par James Whittaker

 

  • L’automatisation des tests logiciels juste assez par Dan Mosley et Bruce Posey

 

Vous devriez pouvoir trouver ces livres dans certaines librairies et bibliothèques, ainsi qu’en ligne. Vous pouvez également trouver d’autres lectures et ressources d’apprentissage dans les listes de lecture des bons cours et programmes de test de logiciels.

Download post as PDF

Alex Zap Chernyak

Alex Zap Chernyak

Founder and CEO of ZAPTEST, with 20 years of experience in Software Automation for Testing + RPA processes, and application development. Read Alex Zap Chernyak's full executive profile on Forbes.

Get PDF-file of this post