fbpx

Get your 6-month No-Cost Opt-Out offer for Unlimited Software Automation?

Le test du backend est une branche particulièrement importante du test de logiciels qui a beaucoup à offrir à tout développeur – votre approche de cette méthode peut déterminer le succès global de votre application.

Il s’agit d’un test de base de données qui vous permet d’éviter les complications graves qui pourraient endommager votre logiciel.

Les tests de backend présentent divers avantages et défis que vous devrez prendre en compte avant de les mettre en œuvre, ce qui vous permettra d’obtenir un produit plus solide répondant à vos normes et à vos objectifs.

Comprendre les tests backend et leur fonctionnement vous permet d’utiliser cette technique à votre avantage. Il existe un certain nombre de tests et d’outils spécifiques qui peuvent vous aider à détecter les problèmes avant qu’ils ne deviennent même mineurs.

Dans ce guide, nous examinons tous les aspects essentiels des tests backend afin de déterminer le meilleur plan d’action. Il s’agit notamment de savoir comment mettre en œuvre des tests en amont et créer une application encore plus performante.

 

Table des matières

Qu’est-ce que le test backend ?

 

Le test du backend est une forme de test qui consiste à vérifier la base de données d’une application logicielle – en s’assurant qu’elle reste exempte de problèmes tels que la corruption, la perte de données, etc.

Cela vous permet de vous assurer que tous les éléments du logiciel s’intègrent comme il se doit et qu’ils seront capables de résister à un examen minutieux après le lancement éventuel.

Les tests de base de données portent spécifiquement sur la manière dont une application stocke les informations et sur la manière dont elle soutient la fonctionnalité du logiciel, en recherchant tout problème qui serait invisible pour un utilisateur mais qui pourrait affecter son expérience.

Les tests de backend peuvent constituer un aspect essentiel de votre processus global d’assurance qualité.

 

Quand et pourquoi faut-il faire des tests backend ?

 

Le moment exact du développement où vous effectuez des tests de backend varie, bien que les testeurs préfèrent souvent le faire aux premiers stades de l’assurance qualité.

Ceci est principalement dû au fait qu’il aide l’équipe à trouver des problèmes logiciels fondamentaux qui nécessitent une solution rapide afin de développer un produit viable.

Les problèmes que cette forme de test met au jour peuvent devenir plus complexes à résoudre à des stades ultérieurs, et il est donc essentiel que vous les régliez le plus rapidement possible. Comme pour toute forme de test, cet aspect est important car il permet d’améliorer l’expérience globale des clients et des consommateurs, et donc d’améliorer leur logiciel.

 

Quand vous n’avez pas besoin de faire des tests backend

 

Bien que les tests backend soient un élément essentiel de nombreuses vérifications de logiciels, ce n’est pas toujours le bon choix – étant donné qu’ils impliquent l’inspection de la base de données, les applications qui ne dépendent pas fortement des données côté serveur n’en bénéficieront pas.

 

Qui est impliqué dans les tests de backend ?

 

Les tests du backend impliquent l’aide de nombreuses personnes au sein de l’entreprise qui travaillent ensemble pour garantir un lancement sans heurts.

Les principaux contributeurs sont les suivants :

– Testeurs de bases de données :

Ces experts en assurance qualité inspectent rigoureusement la base de données du logiciel sous tous les angles afin de vérifier si les fonctionnalités fonctionnent correctement ou si elles doivent être corrigées.

– Développeurs :

Les développeurs de logiciels utilisent ces tests pour déterminer ce qu’ils doivent faire pour réparer leur application et s’assurer qu’elle fonctionne comme prévu.

– Gestionnaires de projets :

Les responsables de ce projet approuvent également souvent les changements essentiels et veillent à ce que l’itération la plus robuste du produit soit publiée.

 

Les avantages des tests backend

 

Les tests en arrière-plan présentent de nombreux avantages, notamment

 

1. Amélioration de l’expérience client

En veillant à ce que la base de données soit aussi solide et fonctionnelle que nécessaire, vous pouvez vous assurer que les clients bénéficient de la meilleure expérience possible avec peu de problèmes, voire aucun.

Cela permet également à votre logiciel de recevoir de meilleures critiques, ce qui accroît sa popularité et le nombre d’achats, et permet à votre entreprise de gagner de l’argent.

 

2. Inspections approfondies des logiciels

Les tests backend complètent vos procédures de test frontend, ce qui vous permet d’aborder ces problèmes d’un côté ou de l’autre du développement.

La première approche permet déjà d’inspecter votre logiciel à un niveau plus approfondi que les autres tests, mais sa combinaison avec d’autres vérifications permet de s’assurer que votre produit est définitivement prêt à être lancé.

 

3. Adaptable et évolutif

Chaque test effectué sur le backend de l’application est modulable en fonction de la fonctionnalité et de la portée exactes de votre produit ; vous pouvez facilement adapter toute une série de tests à vos besoins.

Cela vous permet également de vérifier comment une application est susceptible de fonctionner à long terme pour les clients, en particulier après plusieurs mises à jour des fonctionnalités.

 

4. Pas de perte de données

En évitant les tests du backend, vous risquez de ne pas découvrir de graves problèmes de perte ou de corruption de données qui mettraient en péril l’ensemble de l’application.

La mise en œuvre de cette approche garantit la validité de vos données et vous apporte la tranquillité d’esprit quant à ce logiciel – ce qui contribue à garantir un lancement de produit efficace et réussi qui offre toutes les fonctions annoncées.

 

5. Facile à mener

Vos testeurs peuvent vérifier la base de données de l’application à tout moment du développement (même après la publication) afin de traiter les problèmes dès leur apparition ou de les éliminer avant qu’ils n’affectent l’expérience de l’utilisateur.

Bien que les testeurs préfèrent généralement effectuer les tests du backend dès le début, ils peuvent effectuer ces vérifications à n’importe quel moment du processus si nécessaire.

 

Les défis des tests backend

 

Si les tests de backend constituent souvent un processus crucial pour toute équipe de développement de logiciels, ils comportent également des défis, voire des risques, qu’il convient de prendre en considération :

 

1. Contrôles insuffisants

La force de vos processus de test du backend dépend de la rigueur de ces tests – par exemple, les tests de boîte noire n’inspectent le backend que par l’intermédiaire de l’interface utilisateur.

Vous devrez vous assurer que votre équipe de test est en mesure d’effectuer une batterie de tests plus large afin de garantir que la base de données logicielle fonctionne comme prévu.

 

2. Manque de communication

Il est essentiel d’éviter les silos d’information sur le lieu de travail, car un manque de communication peut conduire les testeurs à ne pas être au courant des changements apportés au logiciel qui requièrent leur attention.

Veillez à ce que chaque service soit informé de l’état d’avancement du produit et de la nécessité de procéder à des essais (ou des résultats de ces essais).

 

3. Utilisation d’ensembles de données inappropriés

Les testeurs de backend utilisent souvent des données fictives pour vérifier rapidement comment une base de données réagit aux entrées de l’utilisateur. Si les données ne reflètent pas fidèlement la façon dont les gens utiliseraient ce logiciel, les données fictives peuvent être très limitées.

Prenez le temps de tester l’application avec les données qu’elle est susceptible de rencontrer au cours de son fonctionnement.

 

4. Possibilité de coûts supplémentaires

Si vous n’adoptez pas la bonne approche, vos tests de backend pourraient devenir une dépense inutilement importante. L’automatisation de ce processus pourrait être moins coûteuse à long terme, bien que cela dépende encore une fois du service que vous choisissez et de la complexité du logiciel.

En investissant dans une solution commerciale qui répond à vos besoins, vous pouvez facilement optimiser vos tests en arrière-plan.

 

5. Nécessite une connaissance approfondie des bases de données

Plus votre équipe d’assurance qualité effectue de tests, plus elle aura besoin de compétences et d’expérience pour les mener à bien dans le respect des normes les plus strictes.

Étant donné que les tests de backend portent sur la base de données du logiciel, les testeurs doivent avoir une bonne compréhension de cet aspect du développement, faute de quoi les tests risquent de ne pas être fiables.

 

Les caractéristiques des tests backend

 

Un bon test de backend présente généralement les caractéristiques suivantes :

 

1. Facile à reproduire

Si un testeur découvre un problème avec le logiciel, il est essentiel qu’il soit en mesure de le reproduire et de le démontrer aux autres.

En trouvant exactement ce qui déclenche un problème avec la base de données, le développeur peut plus facilement corriger rapidement l’application.

 

2. Des données précises

Les tests backend de haute qualité impliquent généralement des données précises et réalistes, montrant comment le logiciel réagit aux nombreuses situations et scénarios qu’il peut rencontrer.

Les testeurs peuvent mettre en œuvre des ensembles de données contradictoires pour voir si l’application se tient ou si elle se casse complètement.

 

3. Une planification minutieuse

Avant le début des essais, l’équipe doit être au clair sur les vérifications et inspections exactes qui l’attendent, en déterminant qui effectuera quels essais.

Cela permet à chaque testeur de jouer sur ses points forts et vous donne des résultats plus précis sur l’état du logiciel.

 

4. Rapide

Il est important de prendre son temps avec les tests pour s’assurer que tout est en ordre, mais il y a encore un grand nombre de tests à effectuer avant la publication.

L’utilisation de l’hyperautomatisation lors des tests backend peut également optimiser de manière significative le calendrier du projet, en vous permettant d’inspecter le logiciel de manière plus approfondie.

 

Que testons-nous dans Backend Tests ?

 

Les tests backend couvrent de nombreux éléments clés, tels que

 

1. Schéma de la base de données

Le schéma d’une application est une vue d’ensemble de sa base de données et de ses informations, qui sert en quelque sorte de squelette. Lors des tests du backend, il est primordial que les testeurs inspectent le mappage des schémas pour s’assurer qu’il est compatible avec l’interface utilisateur.

Il s’agit notamment de valider les formats de schéma, de mapper chaque table et même de vérifier l’environnement global des données.

La vérification de l’intégrité de la base de données structurelle permet de garantir que les informations sont correctes et non corrompues, ce qui améliore l’expérience des utilisateurs du logiciel.

 

2. Tables et colonnes de la base de données

Les tables et les colonnes de la base de données de l’application sont également importantes pour les tests, en se concentrant à nouveau sur la façon dont le backend du logiciel se connecte à l’expérience de l’utilisateur du frontend.

Tout problème de compatibilité peut entraîner le plantage de l’application, même lorsqu’elle exécute ses fonctions de base.

Ces inspections permettent de valider les champs de données, y compris leurs conventions d’appellation et leur longueur. Ils vérifient également l’absence de colonnes inutilisées et s’assurent que la longueur des champs est compatible avec le reste du logiciel.

 

3. Clés et index

Les clés et les index de votre logiciel sont également liés aux tables de la base de données – ils indiquent respectivement l’identité d’une ligne et l’ordre de ces lignes.

Les tests du backend vérifient que les contraintes de clés primaires et étrangères sont présentes dans la table et que leur référencement est valide ; les différentes clés doivent également être compatibles.

Les clés et les index doivent respecter certaines conventions de dénomination et avoir une taille appropriée pour garantir la stabilité globale de l’application au moment de sa publication.

 

4. Déclencheurs logiciels

Les déclencheurs de l’application exécutent certaines routines ou processus afin de garantir le bon fonctionnement de chaque fonctionnalité. Ces déclencheurs peuvent ne pas fonctionner en l’absence de tests approfondis, ce qui rend inutilisables de nombreuses fonctions essentielles du logiciel.

Les testeurs de backend vérifient les déclencheurs en s’assurant qu’ils respectent les conventions de codage correctes, car une simple erreur de frappe peut entraîner des problèmes majeurs.

Les testeurs vérifient également les déclencheurs pour s’assurer qu’ils sont automatiquement mis à jour lorsque cela est nécessaire, par exemple après l’exécution réussie d’un processus.

 

5. Serveur de base de données

Le serveur lui-même n’échappe pas aux tests rigoureux, car l’application globale ne peut fonctionner que si elle est compatible avec les exigences globales de l’entreprise et si elle dispose des configurations correctes.

Les privilèges et autorisations des utilisateurs constituent également un aspect important des tests des serveurs de base de données, en veillant à ce que certaines fonctions (telles que le mode de débogage) ne soient accessibles qu’au personnel de l’entreprise.

Un autre test essentiel consiste à vérifier que la capacité du serveur correspond au nombre d’utilisateurs prévu et à la charge du serveur.

 

6. Intégrité globale des données

Pour s’assurer que la base de données elle-même est fonctionnelle et peut remplir les fonctions prévues, il est nécessaire de vérifier les données et leur intégrité dans l’ensemble du logiciel.

Il s’agit notamment d’optimiser son organisation, de stocker les bonnes données dans chaque table, de supprimer les informations inutiles, d’effectuer des opérations TRIM pour rationaliser davantage les données pertinentes, et bien d’autres choses encore.

Tous ces processus contribuent à la réussite de l’utilisation de l’application – en améliorant les performances pour chaque utilisateur et en limitant le nombre d’erreurs évitables qu’ils rencontrent.

 

Dissiper une certaine confusion : Tests backend et tests frontend

 

Bien qu’ils aient tous deux le même objectif global, à savoir vérifier qu’une application logicielle est prête à être lancée, il existe plusieurs différences essentielles entre les tests backend et les tests frontend.

 

1. Qu’est-ce que le test backend ?

Les tests de backend portent exclusivement sur le backend de l’application, en particulier la base de données du logiciel, afin de s’assurer que tout s’imbrique et que toutes les fonctions sont intactes avant la mise en production.

Cela permet d’éviter les risques de perte ou de corruption de données, qui peuvent provoquer des pannes ou interrompre certaines fonctionnalités essentielles à l’utilisation du logiciel.

Pour de nombreuses équipes de développement, ce processus est essentiel pour trouver des erreurs qui, autrement, ne seraient pas apparues dans le cadre d’une routine de test conventionnelle. Une approche globale des tests de l’API dorsale est à l’origine de milliers de lancements de logiciels stables et sans heurts chaque année.

En revanche, les tests frontaux consistent à vérifier l’interface utilisateur et les autres éléments avec lesquels l’utilisateur interagit.

Cela vise également à prévenir les erreurs, mais concerne principalement celles qui affectent plus gravement le logiciel.

Par exemple, l’application pourrait avoir du mal à intégrer différentes pages ou fonctions ensemble – elle pourrait ne pas vous amener à la page d’accueil après vous être connecté. Les tests frontaux se concentrent sur ce que l’utilisateur peut voir et garantissent une présentation solide et fonctionnelle du logiciel.

L’équipe doit effectuer ces tests après chaque mise à jour importante afin de s’assurer que l’application fonctionne toujours.

 

2. Tests du backend et du frontend

La principale différence entre ces deux types de tests est l’environnement du logiciel.

Les testeurs de backend utilisent leur compréhension des bases de données et du fonctionnement interne de l’application pour trouver et résoudre les problèmes, tandis que les testeurs de frontend se concentrent plutôt sur la fluidité de l’expérience de l’utilisateur.

Une autre distinction essentielle concerne les outils utilisés par les testeurs pour leurs vérifications ; les tests frontaux sont plus susceptibles d’impliquer un cadre d’automatisation, bien que les deux environnements puissent en bénéficier.

Les testeurs de backend utilisent principalement le langage de requête structuré (SQL) ainsi que d’autres langages de programmation ; les compétences pour chacun d’entre eux sont totalement différentes.

Les tests sur le backend s’intéressent aussi plus directement à l’API – en analysant la fonctionnalité et la stabilité du logiciel pour s’assurer qu’il peut gérer toutes les contraintes attendues.

Les contrôles du backend et du frontend sont essentiels pour le succès à long terme de l’application, car ils permettent des mises à jour ultérieures qui évitent des erreurs importantes au niveau du frontend pour les utilisateurs et du backend pour les développeurs.

Certains éléments, tels que le schéma, passent du front-end au back-end, ce qui montre l’importance de prendre en compte à tout moment les deux aspects du développement.

 

Types de tests backend

 

Il existe différents types de tests backend que votre équipe doit administrer, notamment

 

1. Essais structurels

Ces contrôles impliquent principalement l’utilisation de métadonnées, telles que l’inspection de l’intégrité des schémas, des clés, des index et des déclencheurs.

Il s’agit également d’étudier le codage réel du logiciel pour déterminer s’il existe des problèmes susceptibles de compromettre les performances et la stabilité. La rationalisation du code de l’application permet d’optimiser encore davantage sa fonctionnalité, ce qui se traduit par un produit plus efficace pour chaque utilisateur.

 

2. Essais fonctionnels

Les tests fonctionnels garantissent un flux de données cohérent entre le backend et le frontend, reliant ces deux éléments et leur permettant de travailler en tandem.

Par exemple, si un utilisateur demande certains ensembles de données, le backend communique avec le frontend pour afficher les bonnes informations – et le frontend doit générer ces données à la demande.

 

3. Tests non fonctionnels

Il s’agit d’une forme de test de performance du backend qui vous permet de tester l’application sous contrainte et de voir comment elle peut réagir à un afflux de trafic système.

Les testeurs de back-end peuvent l’utiliser pour déterminer si le logiciel peut supporter une utilisation régulière de la part d’un public potentiellement mondial ; cela inclut le développement d’une cybersécurité approfondie qui peut facilement repousser les menaces en ligne.

IS YOUR COMPANY IN NEED OF

ENTERPRISE LEVEL

TASK-AGNOSTIC SOFTWARE AUTOMATION?

 

Tests backend manuels ou automatisés ?

 

1. Tests manuels du backend – Avantages, défis, processus

 

Les tests manuels du backend peuvent apporter à votre équipe une plus grande tranquillité d’esprit, en lui permettant de vérifier personnellement les problèmes liés au code et aux performances du logiciel.

Cela peut également permettre aux testeurs de calibrer leurs contrôles avec plus de précision, afin qu’ils correspondent à la conception de l’application.

Toutefois, ce type de test peut être moins précis que les contrôles automatiques et prendre beaucoup plus de temps ; les testeurs eux-mêmes peuvent parfois commettre des erreurs.

Dans la pratique, les tests manuels impliquent l’inspection de chaque élément individuel du logiciel, y compris le schéma, les déclencheurs, les index, les clés et autres – ces processus peuvent souvent être très sensibles.

 

2. Automatisation des tests backend – Avantages, défis, processus

 

Les tests automatisés du backend sont particulièrement utiles pour les contrôles de performance et les tests de stress, ce qui simplifie considérablement l’étape globale de l’assurance qualité et élimine les erreurs humaines qui peuvent survenir pendant les tests.

Cela permet également aux développeurs d’aborder les problèmes beaucoup plus tôt, ce qui réduit les heures supplémentaires de dernière minute avant la publication.

Cependant, votre équipe de test ne peut mettre en œuvre cette méthode que si elle comprend les processus de test automatisé ; il s’agit d’une compétence spécifique que les testeurs de votre entreprise ne possèdent peut-être pas.

Vous pouvez utiliser des outils commerciaux de test d’automatisation du backend pour garantir unestratégie de test à long terme réussie, en l’adaptant aux besoins de votre logiciel.

 

3. Conclusion : Tests manuels ou automatisés du backend ?

 

Les deux types de tests présentent leurs propres avantages et difficultés, mais il est possible de les intégrer tous les deux dans les étapes de l’assurance qualité.

Il se peut même que l’équipe doive effectuer manuellement ces tests une première fois avant de les automatiser, afin de s’assurer qu’ils sont adaptés à la structure spécifique du logiciel et à ses exigences particulières.

L’automatisation est généralement préférable pour les processus qui ne nécessitent pas de changements fréquents – dans le cas contraire, les testeurs seraient amenés à automatiser ces processus à plusieurs reprises, ce qui limiterait le gain de temps pour l’entreprise.

Dans cette optique, il est important d’équilibrer les tests manuels et automatisés afin de tirer le meilleur parti de votre projet logiciel.

 

De quoi avez-vous besoin pour commencer les tests de backend ?

 

Votre équipe doit tenir compte de certaines exigences pour assurer la réussite des tests backend :

 

1. Personnel expérimenté

Les tests backend qu’une équipe de développement et d’assurance qualité peut effectuer dépendent de leurs membres et de leurs compétences générales.

Par exemple, une équipe de test peut être incapable d’automatiser ses contrôles parce qu’elle ne possède pas les capacités et l’expérience nécessaires pour le faire elle-même ou pour utiliser le logiciel adéquat.

Lors de l’administration d’un projet logiciel, il faut s’assurer que le personnel est expérimenté dans l’exécution d’une série de tests backend.

 

2. Une base de données complète

Bien qu’il soit utile de commencer les tests du backend dès le début, l’équipe doit s’assurer que la base de données est prête pour ces vérifications et qu’elle dispose de toutes les fonctionnalités principales. L’ajout de fonctionnalités après la phase de test peut entraîner des dysfonctionnements et des pannes après la publication.

Veillez à ce que les tests du backend aient lieu à un moment opportun du calendrier des tests et à ce que l’équipe teste les nouvelles fonctionnalités au fur et à mesure qu’elles sont prêtes.

 

3. Outils de test

Les outils de test backend fournissent un cadre de test complet, permettant à l’équipe de suivre ses progrès et de connaître les étapes exactes à suivre pour effectuer ces vérifications. Ces outils peuvent également aider l’équipe à gérer les données elles-mêmes et à les modifier si nécessaire.

Étudier les différentes options d’outils de test pour trouver la solution qui convient à votre équipe pourrait simplifier considérablement le travail à venir.

 

4. Logiciel d’automatisation

Les logiciels d’automatisation des processus robotiques assistent également les testeurs dans leurs processus habituels, bien que ces applications puissent automatiser entièrement les tests afin d’en améliorer la rapidité et la fiabilité. Cela permet d’identifier un plus grand nombre d’erreurs et peut conduire à un produit encore plus performant.

L’approche de votre équipe en matière d’automatisation peut dépendre du logiciel qui correspond à ses besoins particuliers – les tests automatisés de votre routine habituelle peuvent être essentiels pour garantir l’efficacité de l’ensemble des procédures.

 

Le processus de test du backend

 

Les étapes habituelles des tests backend sont les suivantes :

 

1. Création d’un plan de test

La première étape consiste généralement à créer un document qui définit les procédures d’essai exactes. Chaque testeur peut se référer au document pour s’assurer qu’il suit les bons processus.

L’équipe peut répartir cette tâche entre les tests structurels de la base de données, les tests fonctionnels et les tests non fonctionnels, tout en tenant compte des points forts de chaque membre.

 

2. Exécution du plan de test

L’ensemble de l’équipe étant désormais au courant de ses tâches et des aspects du backend qu’elle teste, l’étape suivante consiste à travailler sur les tests proprement dits.

La mise en place d’un logiciel d’automatisation peut être un élément clé de cette étape, permettant un processus de test encore plus solide que l’équipe peut mener à bien plus rapidement.

 

3. Calcul des résultats des tests

Une fois ces vérifications effectuées, les testeurs compilent les résultats – éventuellement dans leurs outils de test ou leurs logiciels automatisés – et vérifient qu’ils répondent aux exigences de l’entreprise.

Si les résultats sont particulièrement différents de ceux auxquels les testeurs s’attendent, il pourrait être utile de refaire certains de ces tests afin d’authentifier ces données.

 

4. Rendre compte de ces résultats

Après avoir vérifié les résultats inattendus et compilé les données, les testeurs du backend les communiquent aux développeurs, qui s’emploient rapidement à résoudre les problèmes du système que les contrôles ont mis en évidence.

L’automatisation permet d’accélérer encore ce processus, ce qui donne aux développeurs de logiciels plus de temps pour apporter des modifications à l’application et améliorer ainsi l’expérience des utilisateurs.

 

5. Répétition des tests si nécessaire

Des tests supplémentaires peuvent être nécessaires même après le lancement officiel du produit, en particulier si le logiciel fait l’objet d’une mise à jour importante.

Cela pourrait permettre d’ajouter de nouvelles fonctionnalités dont la vérification nécessite d’importants tests en arrière-plan et qui pourraient interférer avec les fonctionnalités précédentes.

Les tests backend sont un processus continu que les équipes d’assurance qualité utilisent à différents moments du cycle de vie d’un produit.

 

Meilleures pratiques pour les tests backend

 

Voici quatre conseils supplémentaires qui pourraient aider les équipes chargées des tests backend :

 

1. Test précoce

Les tests du backend sont généralement rentables (surtout s’ils sont automatisés), mais l’équipe chargée des tests réalisera probablement des économies encore plus importantes en effectuant ces vérifications au début du développement.

Toutefois, cela doit toujours se faire lorsque la fonctionnalité de base est claire pour l’ensemble de l’équipe.

 

2. Priorité à la couverture des tests

Le backend de l’application couvre une série de tests à travers différentes fonctionnalités, ce qui signifie qu’il est important que l’équipe s’adapte au plus grand nombre possible de vérifications.

Les problèmes peuvent survenir à n’importe quel endroit de la structure du logiciel ; des tests approfondis permettent à l’équipe de développement de rester vigilante.

 

3. Éviter les pertes de données et les blocages

Des procédures de test inadéquates peuvent entraîner des problèmes d’intégrité des données, en particulier si l’équipe met en œuvre des données fictives qui ne correspondent pas à la façon dont les utilisateurs utilisent le logiciel. La diligence et les normes sont essentielles pour garantir que les contrôles sont aussi efficaces qu’ils devraient l’être.

 

4. Mettre l’accent sur la stabilité

La principale priorité de l’équipe chargée des tests doit être la performance globale du logiciel. L’objectif des tests du backend est d’identifier les problèmes de base de données susceptibles d’affecter la robustesse de l’application.

En mettant l’accent sur la stabilité du logiciel, votre équipe peut améliorer la compatibilité globale de l’API.

 

7 erreurs et pièges dans l’implémentation de Backend Tests

 

Le succès des tests backend dépend de la qualité de votre équipe et de sa mise en œuvre.

 

Voici 7 pièges possibles que les testeurs doivent éviter :

 

1. Pratiques d’automatisation incorrectes

L’automatisation des mauvais processus (tels que ceux qui nécessitent des changements fréquents) peut permettre aux testeurs de gagner moins de temps.

L’équipe doit automatiser les processus qui sont susceptibles d’en bénéficier le plus.

 

2. Échantillons de données inexacts

Les testeurs du backend ne peuvent vérifier les entrées de manière fiable que s’ils insèrent des informations exactes.

Les tests doivent révéler comment une application réagit à une utilisation pratique, ce qui nécessite des données plus applicables ayant des implications dans le monde réel.

 

3. Tests frontaux insuffisants

Plusieurs tests de backend impliquent de vérifier comment le backend se connecte au frontend, y compris la manière dont la base de données récupère les informations.

L’équipe chargée de l’assurance qualité doit se concentrer sur ces deux aspects pour garantir le succès.

 

4. Approche étroite des tests

Les tests de backend couvrent généralement des dizaines de vérifications qui aident l’équipe à s’assurer que le logiciel est stable et qu’il fonctionne selon des normes élevées.

Le fait de ne réaliser qu’une poignée de tests “les plus importants” ne peut garantir cette qualité.

 

5. Gestion inadéquate du champ d’application

L’équipe ne peut effectuer des tests efficaces du backend qu’en tenant compte de la portée du logiciel, faute de quoi elle n’aura peut-être pas le temps d’effectuer tous les tests.

En général, les applications plus complexes nécessitent des tests plus rigoureux.

 

6. Base de données incomplète pour les tests

Même en utilisant des échantillons de données réalistes, les tests de backend sont suffisamment précoces dans le développement pour que les testeurs ne travaillent qu’avec le “squelette” du logiciel.

Cela peut conduire à des tests beaucoup moins approfondis que nécessaire.

 

7. Changements répétés de la base de données

Si la base de données change de manière significative au cours des tests, cela peut invalider un grand nombre des vérifications précédentes de l’équipe.

Les testeurs peuvent être amenés à modifier à plusieurs reprises les cas de test, voire à retravailler les données obtenues, pour tenir compte de cette situation.

 

Types de résultats des tests backend

 

L’équipe chargée des tests reçoit divers résultats des tests backend qu’elle effectue, notamment

 

1. Résultats des tests

Les résultats réels des tests backend sont les principaux résultats et peuvent prendre de nombreuses formes – ces résultats peuvent même aller de pair avec les résultats escomptés.

Cela permet aux testeurs de valider ces informations et de voir s’il est nécessaire d’apporter des modifications au logiciel.

Un ensemble de résultats, par exemple, peut être constitué de données sur les performances du logiciel après des tests de résistance.

 

2. Registre des défauts

Si les résultats révèlent des bogues ou des problèmes, ces informations sont consignées dans un registre des défauts distinct, qui décrit chaque problème et ses causes estimées.

Il s’agit notamment d’informations sur la gravité du problème et sur son état, par exemple si un développeur a corrigé le problème.

Les Backend Testers peuvent également faire leurs propres recommandations pour optimiser et améliorer encore plus le logiciel.

 

3. Rapport d’essai

À l’issue de ces tests, l’équipe chargée de l’assurance qualité rédige un rapport qui donne un aperçu des contrôles et de leurs résultats.

Il peut s’agir de décider si l’application est prête à être lancée ou si elle a besoin d’être corrigée et testée à nouveau.

Le rapport peut également expliquer comment les outils d’arrière-plan ont contribué à l’ensemble du processus.

 

Exemples de tests backend

 

Voici quelques exemples spécifiques de tests backend :

 

1. Tests SQL

Le langage de requête structuré est un élément essentiel de nombreuses bases de données relationnelles ; sa vérification permet au testeur de vérifier directement les données. Cela permet de s’assurer que la base de données peut comprendre correctement ces informations et interpréter les demandes d’entrée.

Les tests SQL indiquent également si de simples erreurs de frappe ont un impact sur la base de données du logiciel, ce qui est étonnamment courant.

 

2. Essais de l’API

Les tests de l’API dorsale portent sur l’interface de programmation globale de l’application, qui permet à deux logiciels d’interagir l’un avec l’autre.

Les tests API examinent le statut HTTP d’une application, le schéma du corps HTTP et sa conformité avec les documents utilisés par la base de données.

Sans ces tests approfondis, le backend et le frontend risquent de ne pas pouvoir communiquer correctement.

 

3. Tests en boîte noire

Les tests boîte noire du backend permettent d’inspecter l’interface utilisateur et son intégration avec la base de données ; les contrôles spécifiques comprennent l’analyse des limites, le graphique des causes et des effets et le partitionnement équivalent.

La vérification de l’exactitude des informations de connexion de l’utilisateur est l’un des principaux moyens mis en œuvre. Les contrôles “boîte noire” se concentrent principalement sur les entrées et les sorties – et sont relativement détachés de la mise en œuvre du code du logiciel.

 

4. Tests en boîte blanche

Les tests en boîte blanche du backend examinent le code lui-même et l’utilisent pour valider la structure du logiciel et la qualité globale du codage.

Cela peut révéler des moyens de rationaliser le code, ce qui pourrait rendre l’application plus réactive et plus stable.

Ces tests nécessitent souvent une connaissance approfondie de la programmation et de l’architecture interne spécifique du logiciel.

 

5. Test de performance

Les tests de stress permettent à l’équipe chargée de l’assurance qualité de déterminer la robustesse de l’application, notamment le nombre d’utilisateurs qu’elle peut accueillir sans problèmes majeurs au niveau du serveur.

Les tests de performance du backend visent à pousser une application au-delà de ses limites afin de trouver des moyens de la rendre plus efficace ou d’imposer des limites raisonnables à son fonctionnement pour en tenir compte.

 

Types d’erreurs et de bogues détectés par les tests backend

 

Ces différentes catégories de tests traitent de leurs propres types d’erreurs, comme par exemple :

 

1. Fautes de frappe

Une simple erreur humaine peut être à l’origine de nombreux problèmes identifiés par les tests de backend. Une erreur de frappe sur certains mots ou l’utilisation d’une syntaxe incorrecte peuvent empêcher les fonctions essentielles de fonctionner comme prévu, c’est pourquoi il est essentiel de mettre l’accent sur les tests de boîte blanche et les tests SQL.

Les testeurs doivent inspecter minutieusement le code dans les zones concernées afin d’identifier ces erreurs.

 

2. Erreurs d’autorisation

De nombreuses applications utilisent le protocole de transfert hypertexte sécurisé (HTTPS) par l’intermédiaire de l’API pour faciliter la communication avec le serveur, ce qui permet aux processus dorsaux de se connecter aux expériences utilisateur frontales.

Une mise en œuvre incompatible de HTTPS (par exemple en le confondant avec HTTP) pourrait entraîner des problèmes d’autorisation interdisant aux utilisateurs d’accéder à ce logiciel et le rendant de fait inopérant.

 

3. Instabilité générale

Les tests du backend peuvent révéler la stabilité générale d’une application, y compris les déclencheurs potentiels de pannes que l’équipe de développement pourrait réparer.

Les tests de charge, en particulier, peuvent montrer si certaines caractéristiques sont un frein majeur à la fonctionnalité de l’application. Ces problèmes de performance peuvent se manifester sous la forme de pannes ou d’une base de données lente et peu réactive.

 

4. Code mort

Les applications font l’objet de plusieurs itérations et fonctionnalités ; il en résulte parfois des restes de code mort, qui peuvent ralentir considérablement la base de données et ses calculs.

Les tests en boîte blanche peuvent révéler la présence de code mort – en le supprimant, on réduit la taille du logiciel et on améliore ses performances.

Le code mort laissé dans l’application peut également conduire à des bogues futurs.

 

5. Sécurité insuffisante

Les tests de backend, en particulier les tests non fonctionnels, peuvent révéler diverses failles de sécurité qui rendent l’application vulnérable aux intrusions.

Les problèmes liés à la base de données peuvent entraîner la fuite d’informations internes sensibles (telles que des messages d’erreur détaillés) vers l’interface utilisateur.

Les problèmes de sécurité de ce type peuvent aider les cyber-menaces à contourner la protection d’une application et à voler les données qu’elle contient.

 

Mesures courantes de test des systèmes dorsaux

 

Les mesures utilisées par les testeurs lors des contrôles du backend sont les suivantes :

 

1. Performance des logiciels

Les tests de stress et autres vérifications du backend produisent de nombreuses informations sur les performances de l’application et son fonctionnement.

Il s’agit notamment de l’utilisation du processeur et de la mémoire, ainsi que d’informations sur les opérations d’entrée/sortie du disque.

 

2. Performance de la base de données

Les mesures indiquant que la base de données est en bonne santé comprennent de bonnes performances en matière d’interrogation, un faible temps de réponse (par exemple lorsqu’un utilisateur demande des informations sur le backend) et de vastes pools de mémoire tampon.

L’application ne peut réussir que si elle dispose d’une base de données solide.

 

3. Transactions SQL

Le test du langage de requête structuré révèle des informations sur les transactions SQL, telles que le nombre de compilations et de requêtes par lot par seconde.

Le premier doit être beaucoup plus bas que le second afin de garantir une candidature solide.

 

4. Débit

Le débit correspond à la quantité d’informations qu’un logiciel peut traiter à tout moment.

Les testeurs peuvent définir un nombre d’unités de débit que le logiciel doit calculer et comparer les résultats à cette ligne de base estimée.

 

5. Requêtes fructueuses

Les bases de données traitent fréquemment des requêtes provenant du front-end de l’application ; le succès de ces requêtes peut éventuellement déterminer le succès de l’application.

L’amélioration de la proportion de requêtes de base de données réussies contribue à renforcer le logiciel et sa fiabilité.

 

5 meilleurs outils gratuits de test de backend

 

IS YOUR COMPANY IN NEED OF

ENTERPRISE LEVEL

TASK-AGNOSTIC SOFTWARE AUTOMATION?

Voici quelques-uns des meilleurs outils gratuits pour les tests backend :

 

1. ZAPTEST Gratuit

La version gratuite de ZAPTEST est dotée d’une série de fonctionnalités que la plupart des autres services réservent à leurs éditions premium. Il s’agit notamment de la possibilité d’automatiser entièrement les tests en toute simplicité, sans avoir besoin d’une quelconque expérience en matière de programmation, ainsi que de la gestion des nuages sur l’ensemble des appareils.

L’argent et le temps ainsi économisés améliorent considérablement le retour sur investissement de l’entreprise.

 

2. Azure Data Factory

Ce service en nuage, qui fait partie de la plateforme Azure de Microsoft, permet une intégration complète des données provenant de nombreuses sources. Il est donc particulièrement utile pour les pipelines d’intégration de données, les opérations d’extraction, de transformation et de chargement, et pour offrir des machines virtuelles évolutives.

Toutefois, ce service n’est disponible que si les équipes concernées utilisent Azure pour le développement et les tests.

 

3. Mockaroo

Des données fictives réalistes sont importantes pour les tests backend ; Mockaroo peut vous fournir ces informations dans plus de 150 catégories.

Ces données de test fonctionnent dans les formats SQL, Excel, JSON et autres, ce qui facilite la détection des erreurs dans l’application.

Toutefois, la version gratuite ne peut traiter que 200 demandes d’API par jour et fonctionne beaucoup plus lentement.

 

4. Appium

Le service gratuit d’Appium se spécialise dans les logiciels d’applications mobiles, offrant une automatisation complète avec des liaisons pour Java, C#, PHP et d’autres langages. Cela permet d’effectuer des tests multiplateformes sur des émulateurs et des appareils réels – en tant qu’application open-source, Appium est tout à fait adaptable.

Cependant, le service a des fonctionnalités limitées pour les logiciels de bureau et peut donc ne pas correspondre au projet de votre entreprise.

 

5. Témoignage

La version gratuite de Testim convient mieux aux petites équipes – elle propose 500 tests mensuels pour les applications web qui fonctionnent sur le réseau en nuage du service.

Il n’y a qu’un seul compte par organisation, mais il est possible d’effectuer un nombre illimité d’exécutions locales au sein de l’éditeur. L’objectif de ce service est de limiter la maintenance que vous devrez effectuer après les tests.

 

5 meilleurs outils d’automatisation des tests de backend en entreprise

 

Si le budget de votre organisation le permet, vous pouvez passer à des outils de test haut de gamme tels que :

 

1. ZAPTEST Enterprise

La version Entreprise de ZAPTEST offre des licences illimitées à vos équipes de développement et de test, ce qui leur permet d’effectuer des tests supplémentaires.

La technologie 1Script de cette application permet également aux utilisateurs d’appliquer ces tests à n’importe quel logiciel sur leur plateforme après avoir écrit les procédures une seule fois.

ZAPTEST Free offre un niveau impressionnant de fonctionnalités et ZAPTEST Enterprise va encore plus loin. Vous pouvez exécuter une grande variété de tests automatisés, notamment sur iOS, Linux, Windows, Android, Web, et bien plus encore.

 

2. ReadyAPI

En mettant l’accent sur les contrôles fonctionnels, ReadyAPI est un outil populaire qui gère les tests de bout en bout pour s’assurer qu’ils s’intègrent dans le pipeline de livraison d’une application.

Cela permet aux équipes de test de partager des projets et de résoudre des problèmes ensemble, même avec une expertise limitée en matière de codage.

Cependant, la documentation de ce service est limitée par rapport à d’autres options.

 

3. Mockaroo

Les versions payantes de Mockaroo offrent une variété encore plus grande d’ensembles de données, permettant à l’équipe de test de générer jusqu’à un million, voire un nombre illimité d’enregistrements par jour, en fonction de la formule choisie.

Ces versions sont 8 fois plus rapides que l’option gratuite, avec la possibilité d’un hébergement en nuage privé.

 

4. Facteur

Postman se concentre sur les tests d’API – en créant des espaces de travail collaboratifs qui rationalisent le cycle de vie du développement logiciel. Ses principales fonctionnalités facilitent le partage de code, les commentaires, le forking, le tagging et d’autres éléments qui garantissent un travail d’équipe solide.

Si Postman permet de construire et de déboguer facilement des API, les utilisateurs signalent que son interface utilisateur est lourde pour le processeur et difficile à utiliser.

 

5. Témoignage

Le plan Testim Essentials donne la priorité aux besoins des entreprises de taille moyenne en fournissant des exécutions web adaptables ainsi que des exécutions parallèles pour rendre les tests encore plus efficaces.

La version Pro offre un minimum de 1 000 exécutions web et un mode turbo pour des opérations plus rapides.

Toutefois, ses fonctions d’intégration sont moins robustes que celles de nombreuses autres solutions disponibles sur le marché.

 

Quand devriez-vous utiliser des outils de test de backend d’entreprise ou des outils de test de backend gratuits ?

 

Dans certaines situations, des outils de test gratuits peuvent répondre aux besoins de l’équipe d’assurance qualité – par exemple, si l’équipe ne compte que quelques membres travaillant sur l’API.

Les petites équipes sont celles qui bénéficient le plus des outils de test gratuits, mais il est également possible, même pour les grandes équipes, d’utiliser des outils gratuits particulièrement robustes tels que ZAPTEST.

Les services d’entreprise offrent toujours des avantages considérables qui en justifient le coût ; ils rationalisent de manière significative le processus de test global et fournissent souvent des ressources précieuses.

Bien que les options gratuites puissent encore offrir de nombreuses fonctionnalités, les outils de gestion payants vous permettent de tirer le meilleur parti de vos processus de test.

 

Liste de contrôle, conseils et astuces pour les tests backend

 

De nombreux conseils méritent d’être rappelés lors de la réalisation de tests backend :

 

1. Ne pas faire d’économies

Le succès des tests backend s’explique en particulier par leur exhaustivité, qui porte sur tous les détails possibles de l’application.

Un logiciel bien conçu comporte de nombreuses fonctionnalités qui s’entrecroisent ; en négliger une seule peut avoir des conséquences sur le reste de l’application.

Les testeurs doivent inspecter minutieusement chaque aspect du logiciel et s’assurer qu’ils reçoivent la même attention.

 

2. Élaborer des procédures d’essai des ensembles

L’équipe chargée de l’assurance qualité doit se mettre d’accord sur la manière dont elle entend tester certains aspects de la conception du logiciel, par exemple en développant une approche unifiée de l’API.

Cette cohérence facilite grandement le suivi des progrès globaux et garantit que tout le monde utilise les mêmes méthodes.

Le travail d’équipe et la collaboration deviennent beaucoup plus simples lorsque l’équipe adopte la cohérence.

 

3. Maintenir la flexibilité

La base de données d’une application évolue constamment au cours du développement – et les contrôles utilisés par l’équipe doivent être tout aussi adaptables.

Cela est particulièrement vrai lorsque l’application est testée à nouveau après une mise à jour importante. Il est important que les tests eux-mêmes soient aussi larges que possible ; cela leur permet de s’adapter à toute modification de la base de données et de fournir en permanence des résultats précis.

 

4. Allouer du temps pour les tests

Bien que ces vérifications soient relativement rapides (en particulier avec les tests d’automatisation du backend), il est essentiel de laisser suffisamment de temps aux développeurs pour effectuer les changements nécessaires.

La rédaction des tests peut prendre beaucoup de temps, c’est pourquoi l’équipe doit s’y atteler dès le début.

 

5. Tester un composant à la fois

Il peut sembler tentant pour l’équipe chargée de l’assurance qualité de précipiter les tests en effectuant plusieurs contrôles en même temps, mais cela risque de rendre les résultats peu clairs.

Les testeurs peuvent avoir du mal à déterminer quel composant ou quel contrôle déclenche un signal d’alarme, par exemple ; les contrôles individuels facilitent grandement l’identification des problèmes liés à la base de données.

 

Conclusion

 

Les tests de backend offrent des avantages considérables à toute équipe logicielle, car ils permettent aux testeurs de trouver des erreurs dans le code et la base de données que d’autres contrôles auraient du mal à détecter.

Il est essentiel que votre équipe examine à la fois le front-end et le back-end de ces applications avant leur lancement afin de s’assurer que tout fonctionne exactement comme prévu.

Chez ZAPTEST, notre objectif est d’aider votre entreprise à répondre à ses besoins en matière de tests backend en permettant aux testeurs d’automatiser facilement leurs processus habituels, même avec une expérience limitée.

Les versions Free et Enterprise de notre logiciel innovant à pile complète peuvent offrir des avantages considérables pour la phase de test de votre application.

 

FAQ et ressources

 

Voici les réponses aux différentes questions que vous pouvez vous poser sur les tests backend :

 

1. Les meilleurs cours sur l’automatisation des tests backend

 

Même les testeurs expérimentés peuvent tirer profit d’un apprentissage plus approfondi des processus de test backend dans toutes les catégories importantes. Parmi les cours particulièrement utiles qui pourraient aider les testeurs à mieux comprendre les tests de backend, on peut citer

– Le cours Database Testing and SQL for Testers d’Udemy, qui offre un guide solide sur les tests SQL et les tests de bases de données.

– La formation aux tests de bases de données de MindQ Systems, qui aide également ses étudiants à trouver un placement utile en entreprise.

– Coursera’s Software Testing and Automation Specialization ; ce cours couvre les tests boîte noire et boîte blanche.

– Inspired Testing’s API Testing and Automation, qui enseigne aux étudiants comment aborder les systèmes basés sur les API.

– Udemy’s Software Testing Masterclass ; ce cours combine des tests backend avec des processus agiles rationalisés.

 

2. Quelles sont les 5 principales questions d’entretien sur les tests backend ?

 

Lors de l’entretien d’embauche d’un testeur backend, il est essentiel de poser les bonnes questions afin de déterminer ses connaissances et son expérience, et de savoir s’il s’adapterait à l’entreprise.

Voici quelques bonnes questions à poser :

– Avez-vous une connaissance approfondie des tests fonctionnels, non fonctionnels et structurels ?

– Quels sont les langages de programmation que vous avez utilisés dans le passé pour réaliser des tests de backend ?

– Quel est l’objectif d’un schéma de base de données et comment est-il impliqué dans les tests de backend ?

– Faut-il tester le frontend ou le backend de manière plus approfondie ? Ou bien les deux sont-ils aussi importants l’un que l’autre ?

– Comment auriez-vous amélioré les procédures de test du backend dans votre entreprise précédente ?

 

3. Meilleurs tutoriels YouTube sur les tests backend

 

Les tutoriels sur YouTube peuvent constituer une méthode efficace pour apprendre les procédures de test des systèmes dorsaux, y compris la manière d’utiliser les outils innovants et les logiciels d’automatisation qui facilitent les tests.

La chaîne ZAPTEST propose une série de petits guides vidéo sur les tests backend qui expliquent comment écrire des scripts, inspecter l’API et travailler sur plusieurs plates-formes.

SDET-QA Automation Techie propose également plusieurs listes de lecture qui couvrent les tests backend, SQL et API.

Il existe également des guides ponctuels sur les tests de backend proposés par freeCodeCamp.org, Wix, Edureka, Wizeline Academy, etc. Ces guides sont peut-être moins approfondis que les tutoriels en plusieurs parties, mais ils offrent tout de même des conseils complets et utiles.

 

4. Comment maintenir les tests backend ?

 

Les applications évoluent à chaque étape de leur développement. Il est donc utile d’actualiser régulièrement les processus de test pour tenir compte de cette évolution.

Lors de l’ajout de nouvelles fonctionnalités, quelles qu’elles soient, il est important d’effectuer des tests backend pour s’assurer que cet ajout ne compromet pas l’application ou n’interfère pas avec des tests antérieurs.

Les outils de test backend robustes y contribuent en conservant un enregistrement cohérent des tests précédents, ce qui limite les tâches que l’équipe devra probablement répéter.

La diligence est l’élément le plus important de tout processus de test, car elle permet à l’équipe de test de rester à l’affût de toute erreur et de procéder à des revérifications de la bonne manière.

 

5. Meilleurs livres sur les tests backend

 

Voici quelques ouvrages rédigés par des experts en tests de backend qui méritent d’être consultés :

– The Self-Taught Software Tester (Chhavi Raj Dosaj), qui utilise des projets réels pour contextualiser ses tutoriels complets sur les tests d’application.

– Lessons Learned in Software Testing (Cem Kaner, James Bach et Bret Pettichord), qui rassemble trois décennies d’expérience pratique pour fournir plus de 200 leçons.

– Clean Code : A Handbook of Agile Software Craftsmanship (Robert Martin), qui enseigne aux lecteurs comment optimiser leur code et rationaliser les logiciels.

– Complete Guide to Test Automation (Arnon Axelrod), qui examine les pratiques efficaces en matière d’automatisation et la manière dont elles peuvent contribuer à tout test de logiciel.

– Libérez-le ! (Michael Nygard), qui aide les lecteurs à comprendre comment assurer la pérennité de leur application et la soumettre à des tests de résistance afin qu’elle puisse facilement supporter une utilisation pratique à long terme.

Download post as PDF

Alex Zap Chernyak

Alex Zap Chernyak

Founder and CEO of ZAPTEST, with 20 years of experience in Software Automation for Testing + RPA processes, and application development. Read Alex Zap Chernyak's full executive profile on Forbes.

Get PDF-file of this post