fbpx

Get your 6-month No-Cost Opt-Out offer for Unlimited Software Automation?

Le test négatif dans les tests de logiciels est une technique qui permet de vérifier comment votre application réagit à des comportements inattendus ou à des données non valides. Ce type de test peut aider les équipes d’assurance qualité à améliorer la robustesse et la stabilité de leurs logiciels en recherchant les exceptions qui provoquent des blocages, des pannes ou d’autres résultats indésirables.

Dans cet article, nous verrons ce qu’est un test négatif de logiciel, pourquoi il est important et quelles sont les différentes approches, techniques et outils que vous pouvez utiliser pour cette technique.

 

Table des matières

Qu’est-ce qu’un test négatif de logiciel ?

Les tests incrémentaux dans les tests de logiciels - Une plongée profonde dans ce qu'ils sont, les types, les processus, les approches, les outils, et plus encore !

Le test négatif est une technique de test de logiciel qui consiste à alimenter intentionnellement un système avec des entrées non valides ou des données inattendues afin de voir comment il gère ces scénarios. Également connue sous le nom de test d’échec ou de test du chemin d’erreur, cette approche simule les divers scénarios du monde réel auxquels votre application sera confrontée, comme les utilisateurs qui saisissent des dates ou des caractères non valides ou qui utilisent certaines fonctionnalités d’une manière que vous n’aviez pas prévue.

La plupart des types de tests utilisent des données valides pour tester une application. Cependant, les tests négatifs adoptent une approche différente en testant les bords et au-delà des entrées typiques et en observant la manière dont l’application gère les exceptions.

Il est important de vérifier que votre application fonctionne comme prévu. Mais d’un autre côté, il est également essentiel de comprendre ce qui se passe lorsque les utilisateurs sortent de la réserve, en particulier si ces utilisations involontaires provoquent des pannes, des blocages ou d’autres défauts.

 

Différence entre test positif et test négatif

les tests dans les essais de logiciels

avantages du rpa

Comme nous l’avons souligné plus haut, les tests négatifs utilisent des données inattendues ou invalides pour vérifier le comportement d’un système. En revanche, les tests positifs utilisent des données attendues ou valides pour vérifier que le système fonctionne comme prévu.

En d’autres termes :

  • Les tests positifs vous permettent de savoir si votre application fonctionne comme prévu.
  • Les tests négatifs permettent de déterminer si votre application peut faire face à des événements inattendus.

Les tests positifs et les tests négatifs sont nécessaires pour tester rigoureusement une application.

 

Pourquoi les tests négatifs de logiciels sont-ils essentiels ?

pourquoi les tests négatifs sont-ils essentiels ?

Lorsque les développeurs conçoivent un logiciel, ils ont une idée précise de la manière dont ils s’attendent à ce que l’utilisateur s’en serve. Cependant, les utilisateurs ne respectent pas toujours les règles. Très souvent, ils essaient de cliquer sur des boutons qui n’existent pas, d’entrer des lettres dans des champs numériques ou d’effectuer des saisies auxquelles vous ne vous attendez pas.

Les tests négatifs visent à prendre en compte ces cas limites qui ne peuvent pas être découverts par les techniques de test positives telles que les tests
l’unité
,
système
ou
tests d’intégration
. Il faut faire preuve d’un esprit non conventionnel pour trouver des “balles courbes” à lancer au système. Cependant, le résultat net est une application plus stable et plus robuste.

 

Quel est l’objectif des tests négatifs ?

dans les tests de logiciels ?

L'avenir de l'automatisation des processus robotiques dans les soins de santé

Les tests négatifs ont des objectifs similaires à ceux des autres types de tests de logiciels. Il s’agit de découvrir les bogues, les défauts et les vulnérabilités d’une application. Cependant, il joue un rôle particulier dans la recherche de défauts qui ne peuvent être découverts par l’utilisation de données valides. Voici quelques raisons d’adopter une approche de test négatif.

 

1. Mise en évidence des défauts

L’objectif principal des tests négatifs dans les tests de logiciels est de découvrir les défauts qui résultent de données non valides ou d’entrées inattendues. Il permet aux testeurs d’adopter une approche plus proactive de la détection des bogues et de s’assurer que le logiciel répond aux attentes.

 

2. La sécurité

Des entrées inattendues ou des données non valides peuvent exposer des vulnérabilités en matière de sécurité. Le fait de tester et de résoudre ces cas limites permet d’obtenir une application plus sûre et plus robuste en réduisant la possibilité d’attaques malveillantes, de failles d’injection ou de tentatives d’accès non autorisé.

 

3. Gestion des erreurs

Les tests négatifs sont utiles pour valider la gestion des erreurs. Il ne s’agit pas seulement de s’assurer que le système reste stable après avoir rencontré des entrées ou des données inattendues, mais aussi de savoir comment il réagit à ces événements, par exemple en produisant des messages d’erreur pour s’assurer que l’utilisateur final sait que les données ne sont pas valides.

 

4. Améliorer la couverture des tests

Les tests positifs et négatifs dans les tests de logiciels sont extrêmement complémentaires. Ils couvrent tous deux différents éléments de la saisie des données, ce qui signifie que vos tests sont plus complets.

 

5. Une meilleure expérience pour l’utilisateur

Les tests négatifs permettent de découvrir la source des messages d’erreur, des pannes et d’autres comportements inattendus qui peuvent avoir un impact négatif sur l’expérience de l’utilisateur.

 

Différence entre positif et négatif

les tests dans le domaine de l’ingénierie logicielle

Tests alpha et tests bêta

Comme nous l’avons mentionné plus haut, les tests négatifs envoient des données inattendues ou invalides pour vérifier le comportement d’un système. Les tests positifs, quant à eux, envoient des données attendues ou valides pour vérifier que le système fonctionne comme prévu.

Les différences entre les tests positifs et négatifs sont les suivantes

 

1. Les objectifs :

Les tests positifs vérifient si le logiciel fonctionne comme prévu ; les tests négatifs cherchent à comprendre ce qui se passe dans des scénarios non prévus.

 

2. Données :

Les tests positifs utilisent des données valides, tandis que les tests négatifs utilisent des entrées non valides, des valeurs extrêmes et des formats inattendus.

 

3. Focus :

Les tests positifs se concentrent sur les scénarios de réussite, tandis que les tests négatifs s’intéressent davantage aux scénarios d’échec.

 

Différents types de tests négatifs

Beta Testing - Qu'est-ce que c'est, les types, les processus, les approches, les outils, vs. Alpha testing et plus encore !

Le test négatif est un concept qui couvre plusieurs approches différentes pour valider la qualité et l’intégrité d’une application. Voici sept types de tests négatifs que vous devez connaître.

 

#1. Test de la valeur limite

Le test des valeurs limites vise à tester le logiciel avec des entrées qui se situent aux limites ou aux bords de la plage d’entrée. Il teste à la fois les valeurs maximales et minimales attendues, mais aussi les valeurs situées juste au-delà de ces entrées.

Exemple : Un champ de saisie accepte des chiffres entre 1 et 9. Un test de valeur limite permet d’introduire les valeurs 1 et 9, mais aussi de tester les valeurs 0 et 10.

 

#2. Test de la valeur d’entrée

Le test de la valeur d’entrée détermine comment le système réagira à des entrées inattendues ou non valides. Parmi les intrants qu’elle testera, on peut citer

  • Types de données incorrects
  • Valeurs hors plage
  • Caractères spéciaux
  • Champs vides.

Exemple : Un champ de saisie ne requiert qu’un chiffre, le test consiste donc à saisir une lettre et à voir comment le système réagit.

 

#3. Essais de charge


Les tests de charge
Les tests de charge permettent aux testeurs d’évaluer la manière dont le système répondra à des contraintes ou à des charges importantes, telles que des ensembles de données volumineux ou des volumes de trafic élevés.
Les outils d’automatisation des tests
peuvent simuler ces conditions extrêmes afin de comprendre comment le système réagit sous la contrainte.

Exemple : Le testeur simule des milliers d’utilisateurs simultanés accédant à un site web.

 

#4. Tests d’exception

Ce type de test explore la manière dont le système réagit à des événements exceptionnels ou à des erreurs. Voici quelques-uns de ces tests

  • Simuler des pannes de système
  • Défaillances du réseau
  • Erreurs dans la base de données
  • Problèmes d’espace disque
  • Fichiers manquants.

Exemple : Le test peut étudier ce qui se passe lorsqu’un utilisateur télécharge un fichier à partir de l’application et que l’internet est coupé.

 

#5. Tests de sécurité

Les tests de sécurité utilisent une approche négative pour mettre en évidence et comprendre les vulnérabilités du logiciel qui peuvent être révélées par des entrées non valides ou inattendues. Cette approche permet de tester les attaques les plus courantes, telles que

  • Injection SQL
  • Scripts intersites (XSS)
  • Débordements de mémoire tampon.

Exemple : Un test de sécurité peut tenter d’injecter un code malveillant dans un champ de saisie de l’utilisateur.

 

#6. Tests d’interface utilisateur

Ce type de test se concentre sur les erreurs qui se produisent lorsque l’utilisateur interagit avec le logiciel. Voici quelques-uns des éléments qu’il tentera de déterminer :

  • Réponses inattendues aux interactions avec l’utilisateur
  • Messages d’erreur incorrects
  • Problèmes de navigation

Exemple : Le test explorera ce qui se passe lorsque des actions particulières sont effectuées hors séquence.

IS YOUR COMPANY IN NEED OF

ENTERPRISE LEVEL

TASK-AGNOSTIC SOFTWARE AUTOMATION?

 

#7. Test d’intégrité des données

Les tests d’intégrité des données permettent de s’assurer que les données restent exactes et cohérentes dans le cadre de diverses opérations au sein de l’application. Parmi les éléments testés, on peut citer

  • Corruptions potentielles de données
  • Scénarios de perte de données
  • Modifications involontaires des données

Exemple : Le test permet de vérifier que les données restent inchangées après une transmission.

 

Comme vous pouvez le constater, il existe un grand nombre d’approches différentes en matière de tests négatifs. Leur point commun est l’utilisation d’entrées inattendues ou de données non valides pour voir comment l’application fonctionne dans des conditions atypiques.

 

Avantages du test négatif

avantages d'un test négatif

Les tests négatifs permettent de comprendre comment votre application fonctionne dans des situations inattendues. Voici quelques-uns des principaux avantages de cette approche.

  • Il vous aide à comprendre l’impact que des entrées inattendues ou des données non valides auront sur votre application. Va-t-il s’effondrer ? Crache un message d’erreur inexact ?
  • Les tests négatifs font partie d’une approche responsable de l’assurance qualité car ils visent à identifier les faiblesses du système.
  • Les tests négatifs mettent le logiciel à l’épreuve en testant sa réponse à des scénarios imprévus ou non anticipés qu’il rencontrera dans la nature.
  • Là encore, les tests négatifs sont un élément essentiel d’une approche approfondie de la sécurité, car ils mettent en évidence les vecteurs d’attaque potentiels dont les cyber-attaquants pourraient tirer parti.

 

Inconvénients des tests négatifs

checklist uat, outils de test d'applications web, automatisation et plus encore

Les tests négatifs présentent de nombreux avantages, mais aussi des inconvénients qu’il convient de surmonter.

  • Des tests négatifs approfondis peuvent nécessiter du matériel et des logiciels supplémentaires, ce qui peut augmenter les coûts des tests. Pour les équipes disposant d’un budget serré, cela peut s’avérer désavantageux.
  • Les tests négatifs peuvent prendre beaucoup de temps car ils nécessitent la création de nombreux cas de test pour couvrir les différentes permutations d’entrées auxquelles le logiciel sera confronté en production.
  • Il y a des limites au nombre de situations imprévisibles que vous pouvez couvrir avec des tests négatifs. En effet, certaines situations peuvent être tellement inattendues que les testeurs ne peuvent pas les envisager.
  • L’automatisation des cas de test négatifs est un défi. Cependant, avec le bon logiciel, tel que ZAPTEST, le processus est beaucoup plus facile à gérer.

 

Les défis des tests négatifs

Comparaison des tests UAT avec les tests de régression et autres

Les tests négatifs sont essentiels si l’on veut créer des logiciels robustes et fiables, capables de résister aux contraintes de l’interaction avec l’utilisateur. Toutefois, la mise en œuvre de cette approche présente quelques difficultés dont il faut être conscient.

Décortiquons quelques-uns des défis les plus persistants.

 

1. Identifier les scénarios négatifs dans les tests de logiciels

 

Couverture suffisante :

L’un des plus grands défis des tests négatifs est de s’assurer que l’on couvre suffisamment de scénarios inattendus. Il existe un grand nombre de scénarios négatifs et de permutations, de sorte qu’il faut adopter une approche créative pour imaginer la manière dont vos utilisateurs interagiront avec le logiciel.

 

Établissement de priorités :

Face à la multitude de scénarios négatifs potentiels à examiner, les testeurs ne savent pas toujours par où commencer. Parmi les critères solides permettant d’évaluer les priorités, on peut citer les prévisions :

  1. Situations présentant une forte probabilité de défauts
  2. La gravité du résultat des défauts.

 

2. Conception de cas de test négatifs adéquats

 

Validation des entrées :

La conception de solides scénarios de tests négatifs nécessite une compréhension assez complète du comportement, de l’architecture et des limites de votre système. Pour tester le logiciel, il faut utiliser des données et des intrants soigneusement étudiés. Si une approche aléatoire peut vous aider à révéler certains défauts, elle n’est rien en comparaison d’une approche plus précise et systématique des tests négatifs.

 

Diversité des données :

En fonction des particularités de votre système, il se peut que vous deviez effectuer des tests sur un ensemble de données assez diversifié. En effet, il existe de nombreux formats de données différents, tels que les nombres, le texte, les dates, et ainsi de suite, chacun d’entre eux étant susceptible d’être accepté par votre application. Le défi consiste à concevoir des cas de test qui peuvent tenir compte de chaque format et, en particulier, de chaque variation de données non valides. Cette situation peut prendre beaucoup de temps aux équipes de test.

 

3. Efficacité et automatisation des tests

 

Le temps est compté :

Les tests positifs visent à valider le logiciel par rapport aux résultats attendus. Les tests négatifs, quant à eux, doivent se pencher sur l’inattendu et explorer des scénarios potentiels. S’aventurer en terrain inconnu prend plus de temps. Par conséquent, si vous souhaitez obtenir les résultats complets d’un test négatif, vous devez être prêt à y consacrer quelques heures supplémentaires.

 

Complexité de l’automatisation :

Les tests négatifs peuvent nécessiter beaucoup de temps et de ressources. Il s’agit donc d’un emploi parfait pour l’automatisation des tests de logiciels. Cependant, certaines complexités doivent être surmontées. Par exemple, la conception de scénarios de test qui définissent les résultats attendus pour des entrées inattendues requiert une certaine expérience et un certain savoir-faire. En outre, votre cadre existant pour les tests d’automatisation peut ne pas prendre en charge les données non valides que vous souhaitez transmettre à votre application, ce qui ajoute une couche de complexité supplémentaire.

 

4. L’évaluation des résultats

 

Faux positifs :

L’étalonnage de vos tests afin d’assurer un équilibre satisfaisant entre la précision et l’exhaustivité est un problème familier pour les testeurs négatifs. Dans certaines situations, un traitement trop sensible des erreurs confondra à tort des entrées valides avec des entrées négatives, ce qui fera perdre du temps à des problèmes qui ne sont pas pertinents.

 

Des résultats ambigus :

Lorsqu’un système reçoit une entrée non valide, il peut en résulter des pannes, des erreurs ou des blocages. Dans de nombreux cas, il s’agit d’un signe certain de la présence d’un bogue. Toutefois, dans d’autres cas, il s’agit d’un cas limite non traité que les développeurs n’ont pas pris en compte. Il est important de faire la distinction entre ces situations distinctes, mais la recherche de la véritable cause prend beaucoup de temps.

 

Gestion des données :

Les tests négatifs nécessitent une quantité considérable de données. Ces informations sur les tests doivent être à la fois générées et conservées. Dans les scénarios de développement avec des délais serrés, il s’agit d’un travail supplémentaire qui doit être pris en compte.

 

5. Questions organisationnelles

 

Manque d’expertise en matière de tests négatifs :

Bien que les tests négatifs soient populaires, de nombreux testeurs ne disposent pas des compétences et de l’expertise nécessaires pour mettre en œuvre ce type de test de manière complète. La conception de certains cas de test négatifs est moins intuitive que celle de leur équivalent positif. De plus, la mise en œuvre de l’automatisation des tests peut également s’avérer difficile si l’on ne dispose pas de l’expertise adéquate.

 

Pression sur les entreprises :

Les parties prenantes, les testeurs et la direction doivent comprendre le rôle critique que jouent les tests négatifs dans le développement d’applications robustes. Si l’on n’en mesure pas l’importance, on risque d’être poussé à se concentrer sur les tests positifs au détriment des tests négatifs.

 

Il est clair que les équipes qui souhaitent exploiter les avantages des tests négatifs sont confrontées à plusieurs défis. Cependant, avec la bonne approche et les bons outils de test de logiciels, vous pouvez surmonter ces problèmes et créer des logiciels qui dépassent les attentes des utilisateurs.

 

Comment rédiger des cas de test négatifs pour les tests de logiciels

dissiper certaines confusions dans l'automatisation des tests de logiciels

La rédaction de scénarios de test négatifs pour les logiciels nécessite une certaine expérience et une pensée créative. Voici un guide étape par étape pour vous aider à créer ces cas de test critiques.

 

#1. Fixer vos objectifs

Avant de rédiger les scénarios de tests négatifs de vos logiciels, vous devez comprendre pourquoi vous souhaitez effectuer des tests négatifs. Toutes les applications ne bénéficient pas d’un test négatif.

Il faut donc comprendre ce que l’on veut obtenir. Les tests négatifs sont conçus pour déceler les erreurs et les pannes qui résultent de scénarios ou de conditions d’interaction avec l’utilisateur inattendus.

 

#2. Esquisser des scénarios négatifs potentiels

Ensuite, vous devez faire le point sur les scénarios négatifs qui peuvent se produire lorsque les utilisateurs interagissent avec votre logiciel. La recherche au cours de cette étape est cruciale. Voici quelques domaines que vous devriez explorer :

  • Exigences du système
  • Cas d’utilisation typiques
  • Caractéristiques et fonctions de l’application

Étudiez ces situations et dressez une liste des scénarios dans lesquels l’application pourrait ne pas fonctionner comme vous l’avez prévu.

Envisagez ensuite des scénarios de validation des entrées critiques. En règle générale, il s’agit de formulaires de saisie de données, de champs de connexion, etc.

Enfin, il faut tenir compte de la myriade de façons non conventionnelles dont les utilisateurs peuvent interagir avec votre logiciel et des événements inattendus qui peuvent avoir des conséquences négatives, comme les déconnexions de réseau, les arrêts brusques du système, les transferts massifs de données, etc.

Une fois que vous avez documenté autant de scénarios que possible, il est temps de déterminer les résultats attendus de ces scénarios inattendus.

 

#3. Décrire les résultats attendus

 

Chaque scénario de test doit avoir un résultat attendu, et un scénario de test négatif n’est pas différent. La meilleure pratique consiste à rédiger chaque scénario négatif et à en déterminer l’issue.

Parmi les résultats potentiels, on peut citer

  • Messages d’erreur précis et informatifs
  • Redirections appropriées
  • Gestion gracieuse du système, par exemple en évitant les blocages ou les pannes du système.

 

#4. Sélectionner les entrées à tester

 

Il est maintenant temps de déterminer les entrées à tester. Ces entrées doivent être celles qui sont les plus susceptibles de provoquer une erreur ou d’autres comportements négatifs.

Les données à inclure sont les suivantes :

  • Valeurs hors plage (valeurs négatives dans un champ sur l’âge, etc.)
  • Données non valides (lettres dans un champ numérique, etc.)
  • Caractères ou symboles inattendus
  • Caractères spéciaux
  • Données manquantes

 

#5. Rédigez vos cas de test

 

Une fois que vous avez rassemblé tous vos scénarios, il est temps de rédiger vos scénarios de test. Avec les tests négatifs, le nombre de cas de test que l’on peut écrire est presque illimité. Après tout, ce type de test vise à déterminer ce qui se passe lorsque les utilisateurs se servent du logiciel d’une manière que vous n’aviez pas prévue. Toutefois, les délais imposent de réduire la liste des cas potentiels aux situations les plus susceptibles de poser problème.

Comme toujours, rédigez vos scénarios de test dans un langage clair, concis et objectif. Il n’y a pas de place pour l’ambiguïté.

Voici un bon format pour vos cas de test négatifs.

  • Utiliser un ID de cas de test
  • Décrire précisément ce qui est testé
  • Notez les conditions préalables à un test négatif
  • Décrire l’ensemble des étapes à suivre
  • Établir des résultats clairs et objectifs
  • Notez le résultat effectif de votre test

 

IS YOUR COMPANY IN NEED OF

ENTERPRISE LEVEL

TASK-AGNOSTIC SOFTWARE AUTOMATION?

#6. Programmer le test

 

Vous devez maintenant programmer vos tests. Là encore, il est important de donner la priorité aux scénarios qui ont les conséquences négatives les plus graves, telles que les accidents, ou dans lesquels les problèmes sont les plus susceptibles d’être découverts.

 

Exemple de cas de test négatif

 

Voici un exemple de test négatif.

ID du cas de test : TC001

Description : Vérifier qu’un message d’erreur s’affiche si l’utilisateur saisit une adresse électronique non valide.

Conditions préalables : L’utilisateur doit se trouver sur la page de connexion de l’application

Les étapes : 1. Saisir une adresse électronique non valide. 2. Appuyez sur “Login”

Résultat attendu : Lorsque l’utilisateur clique sur “Login”, un message d’erreur apparaît, indiquant que l’adresse électronique saisie est incorrecte.

Résultat : Enregistrez ce qui s’est passé lorsque vous avez sélectionné “Login”.

 

Exemples de scénarios négatifs dans les tests de logiciels

liste de contrôle des processus de test des logiciels

Voici quelques scénarios typiques que vous pouvez vérifier en utilisant des méthodes de tests négatifs.

 

1. Types de données et de champs

Si vous avez déjà rempli un formulaire en ligne, vous savez que ces cases sont configurées pour accepter des types de données particuliers. Certains ne concernent que les chiffres, tandis que d’autres acceptent les dates, le texte ou d’autres types de données.

Le test négatif pour ces boîtes consiste à envoyer des données non valides, par exemple en entrant des lettres dans un champ numérique.

 

2. Champs obligatoires

Là encore, les champs obligatoires sont des caractéristiques courantes des formulaires et des applications. Ils constituent un outil pratique pour s’assurer que toutes les informations essentielles sont rassemblées avant que l’utilisateur ne passe à l’étape suivante.

Un bon cas de test pour ces scénarios consiste à voir ce qui se passe lorsque ces champs sont laissés vides. Dans un scénario idéal, un message d’erreur devrait être déclenché, invitant l’utilisateur à remplir le champ requis.

 

3. Nombre approprié de caractères

Si vous testez une application de pages web, il se peut qu’un champ de données nécessite un nombre limité de caractères. Il peut s’agir de noms d’utilisateurs, de numéros de téléphone, de numéros d’enregistrement, etc.

Vous pouvez créer des scénarios de test négatifs pour ces champs en écrivant des tests qui saisissent plus de caractères que le maximum autorisé pour voir comment l’application réagit.

 

4. Limites des données

Certains formulaires comportent des champs avec des limites fixes. Par exemple, si vous souhaitez qu’une personne évalue un produit sur 100, les limites des données seront de 1 à 100.

Créez un cas de test négatif dans lequel vous essayez de saisir 0, 101 ou d’autres valeurs négatives ou positives sur une échelle de 1 à 100.

 

Meilleures pratiques pour les tests négatifs

différences et similitudes entre les tests alpha et bêta

Il existe plusieurs bonnes pratiques pour garantir des tests négatifs de haute qualité. Voici quelques conseils pour vous aider à y parvenir.

 

1. Définissez vos entrées non valides :

Examiner la documentation de développement, les cas d’utilisation et l’interface utilisateur/UX afin de comprendre et d’identifier les entrées invalides potentielles. Il faut rechercher les types de données non valides, les valeurs extrêmes, les données manquantes, les champs vides, les formats inattendus, et bien d’autres choses encore.

 

2. Utiliser l’analyse des valeurs limites :

Comme nous l’avons mentionné plus haut, définissez vos valeurs limites afin de trouver les cas limites susceptibles de provoquer des réactions inattendues.

 

3. Répartition par équivalence des employés :

Examinez vos domaines d’entrée et divisez-les en partitions d’équivalence de valeurs valides et non valides. Ce processus permet de réduire le nombre de cas de test à rédiger, car si une donnée invalide équivalente pose problème pour une entrée, il est probable qu’elle sera représentée dans toute la classe.

 

4. Imiter les mauvais utilisateurs :

Les tests positifs permettent de vérifier le comportement attendu de l’utilisateur. Les tests négatifs explorent ce qui se passe lorsque les gens utilisent mal votre application. Réfléchissez donc aux différents scénarios dans lesquels cela peut se produire et reproduisez-les dans vos cas de test.

 

5. Laissez le risque et l’impact guider vos tests :

Aucun testeur ne dispose d’un temps illimité. À un moment donné, vous devrez faire des choix difficiles parce que vous ne pouvez pas tester (ou même connaître) tous les résultats inattendus. Lorsque vous devez décider des types de tests négatifs à effectuer, donnez la priorité aux domaines qui présentent le plus de risques ou d’incidences négatives pour votre produit.

 

6. Vérification de la gestion des erreurs :

Veillez à intégrer la gestion des erreurs dans vos tests, en vérifiant que les messages d’erreur sont utiles et précis.

 

7. Automatiser autant que possible :

L’automatisation permet de traiter des tâches banales et répétitives. Cependant, les tests négatifs nécessitent toujours une approche manuelle pour les tests exploratoires et la recherche de cas limites.

 

Les meilleurs outils de test négatif pour 2024

les meilleurs outils gratuits et d'entreprise pour l'automatisation des tests logiciels et de la RPA

Si les tests négatifs de logiciels sont monnaie courante dans le secteur, il n’existe pas d’outils spécifiques pour ce travail. Cela s’explique en grande partie par la nature polyvalente des tests négatifs. De plus, bon nombre des outils utilisés pour les tests positifs fonctionnent également pour les tests négatifs lorsque les données d’entrée sont ajustées.

ZAPTEST est le meilleur outil pour les tests négatifs en raison de sa nature polyvalente et modulaire. Il est facile à utiliser et à personnaliser, et grâce à ses capacités multiplateformes et multiapplications, il offre une flexibilité inégalée.

Tests guidés par les données et
tests de mutation
font du ZAPTEST un outil idéal pour les tests négatifs. De plus, grâce à son RPA vous pouvez simuler des utilisateurs réels, réutiliser des tests et élaborer des rapports et de la documentation en toute simplicité. En bref, la capacité de ZAPTEST à exécuter des logiciels d’ automatisation de logiciels et de processus robotiques de pointe en fait un guichet unique pour toute tâche d’automatisation, y compris les tests négatifs.

 

Dernières réflexions

Les tests négatifs dans les essais de logiciels aident les équipes à comprendre comment leur application traitera les entrées inattendues et les données non valides. Alors que les tests positifs permettent de vérifier que votre logiciel fonctionne comme prévu, les tests négatifs vous aident à comprendre ce qui se passe lorsque les utilisateurs sélectionnent les entrées et les données de manière incorrecte. Les deux approches sont importantes si vous voulez une application solide et robuste, capable de supporter les contraintes et les tensions liées aux diverses interactions avec les utilisateurs.

 

Download post as PDF

Alex Zap Chernyak

Alex Zap Chernyak

Founder and CEO of ZAPTEST, with 20 years of experience in Software Automation for Testing + RPA processes, and application development. Read Alex Zap Chernyak's full executive profile on Forbes.

Get PDF-file of this post